Eglises menacées : l’alerte lancée en… 1971 !!!!!!

Article pouvant être lu en 5 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

Je suis tombé par hasard (mais le hasard existe-t-il vraiment ?) sur un ancien numéro de Connaissance des arts (N°233) daté de juillet 1971.
Vous comprendrez tout de suite mon intérêt soudain à la lecture de cette couverture consacrée aux « églises menacées ».

La lecture de l’article m’a quelque peu troublé et la conclusion peut s’en révéler amère : c’était il y a plus de trente ans et l’article pourrait paraître aujourd’hui sans avoir à y changer une seule virgule !
eglises%20menac%C3%A9es%201.jpg


Le dossier réalisé par Pierre Kjellberg, intitulé « Ce qui menace les églises et ce qu’on peut faire pour les sauver » débute sur un terrible constat :  »
eglises%20menac%C3%A9es%202.jpg
« Il ne se passe pas une semaine sans qu’on apprenne qu’une chapelle risque d’être démolie, une église abandonnée, un trésor dilapidé, des oeuvres d’art, voire des objets de cultes vendus… La remise en question des valeurs chrétiennes traditionnelles secoue l’Occident comme une immense vague de fond. Au-delà de la question religieuse, un autre problème se pose : le problème culturel. Car ces dizaines de milliers d’églises et de chapelles en grande majorité anciennes, et les centaines de milliers d’objets qu’elles contiennent, constituent une importante du patrimoine architectural et artistique de la France… »

Au bout d’une enquête de six mois dans différentes régions, l’auteur a construit son dossier en quatre chapitres : L’abandon; l’absentéisme; le manque de soin; le remploi.

Sans reproduire l’enquête dans son intégralité et les nombreux exemples qui étayent son discours, il me suffira ici de vous citer les titres des chapitres et la préconisation de l’auteur pour saisir la pertinence de ce travail réalisé, rappelons-le en 1971 !

1) L’ABANDON Des églises agonisent parce que les campagnes se dépeuplent et les villes se transforment, le culte évolue Même vides et isolées, il faut les conserver; la campagne attirera de plus en plus de citadins qui ont besoin de calme et de détente
Extrait : « Dans le Pas ce Calais, la fermeture progressive des houillères entraîne la mise en vente de 55 églises leur appartenant. L’inévitable exode de population incite peu l’église à racheter ces édifices. Pourtant tout espoir n’est pas perdu. Une enquête effectuée en 1969 a démontré que les Français restaient dans leur majorité très attachés à leurs églises… »

2) L’ABSENTEISME Le nombre des fidèles diminue et beaucoup trop souvent l’entretien de la « maison de Dieu » est négligé Il faut attirer les gens pour qu’ils portent intérêt à l’église; des solutions : y organiser des concerts et des spectacles son et lumière
Extrait :  » Ces initiatives nouvelles (concerts NDLR) se justifient, semble-t-il, doublement. Sociales, elles intègrent davantage l’édifice à la vie de la Cité. Financières, elles permettent d’affecter les recettes de certaines manifestations à sa sauvegarde. Par exemple, les concerts donnés à la cathédrale de Chartres ont permis d’achever la restauration des grandes orgues inaugurées le mois dernier…

3) LE MANQUE DE SOIN Souvent faute d’argent et de goût les églises se dégradent, faute de protection on les dévalise Il faut entretenir les églises, engager des gardiens, sceller les statues, constituer des « trésors » efficacement protégés, bien présentés
Extrait : « Des vols aussi bien dans les campagnes que dans les villes se multiplient de façon inquiétante. Ils sont vraissemblablement organisés par des bandes spécialisées. On ne retrouve pratiquement jamais rien, pas même des oeuvres aussi connues et invendables que le bas-relief de Saint-Denis (sans doute fondu), et que le tableau de Carle van Loo dérobé l’an dernier dans l’église Saint-Merri. les groupes et les statues naïves, pleines de charme, qui peuplent tant de petites églises rurales, disparaissent à une cadence accélérée… »

4) LE REMPLOI Spacieux, bien des édifices religieux ont depuis la Révolution fait du « service laïc », souvent au péril de leur vie Il faut leur trouver des affectations qui n’attentent pas aux lieux : musée (bien sûr), hôtel de ville, salle des fêtes, bibliothèque, etc…
Extrait : « On peut envisager la transformation de certaines églises et chapelles désaffectées en bibliothèque (modèle du genre, celle des Arts et Métiers, à Paris), en mairie comme à Souillac (Lot) et même (…) en syndicat d’initiative, en bureaux de poste, en banque, en foyers ruraux… Tout mieux que la destruction. »
eglises%20menac%C3%A9es5.jpg

CONCLUSION Bien des destructions encore inévitables… mais un coup de frein est donné. Les églises font partie de notre environnement : il faut les réinsérer dans la vie active
Extrait : « Un monument ancien, quel qu’il soit, peut survivre à la condition de s’insérer dans le cycle des &activités humaines. (…) Nul ne peut affirmer que les régions aujourd’hui sous peuplées, demain peut-être dépeuplées, ne seront pas à nouveau habitées. Il est vraisemblable que dans les années 2000, grâce à aménagement des horaires de travail, à l’abaissement de l’age de la retraite et au perfectionnement des moyens de transport, les citadins avides d’air pur et de calme passeront plus de temps à la campagne, envahiront chaque week-end des régions aujourd’hui silencieuses… Il s’agit donc avant tout de préserver un patrimoine artistique afin de le transmettre aux générations futures. L’entretien d’un monument en bon état ne coûte pas cher. L’essentiel est de ne pas le laisser se dégrader… »

Pierre Kjellberg fut sans doute prophète en son temps, et comme beaucoup guère écouté…
Trente ans après, son constat et ses préconisations restent troublantes pour le veilleur des «années 2000».
Quel chemin avons-nous réellement accomplis depuis ?

Lire les dossiers « églises en péril » , quel avenir pour nos églises ?, églises sauvées

Commentaires via facebbok
(29 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar