Un patrimoine funéraire à préserver

Pocket
Article pouvant être lu en 3 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

Le 2 novembre, jour de prière pour les défunts, nos cimetières prennent des couleurs. Sous les fleurs, des monuments sont édifiés pour dernière demeure de nos chers disparus.
Certains d’entre eux, je parle de ceux qui datent des époques d’avant l’uniformisation triste de la dalle de marbre, sont remarquables.
Je vous propose ci dessous de découvrir ceux qui se mobilisent pour sauvegarder ce patrimoine étonnant, qui nous parle autant de la vie en bas-monde qu’en celui d’au-delà.
Voici mes informations glanées ici et là :


Un patrimoine méconnu à Pontcharra en Savoie : « Sylvie Vincent, Conservateur Territorial du Patrimoine, Conservateur des Antiquités et des Objets d’Art à la Conservation du Patrimoine de l’Isère, au Musée Dauphinois de Grenoble donne son assentiment sur le cimetière, à partir de son expérience professionnelle :  » Je suis historienne d’art, mais j’aime tous les types de patrimoine, je suis une généraliste du patrimoine avec le patrimoine industriel y compris les cimetières  » ! Ce patrimoine funéraire mérite d’être pris en compte et d’être sauvegardé au même titre qu’un château, église ou statue ! »

La Fondation du Patrimoine soutient l’association pour la Sauvegarde du Petit Patrimoine du Canton de Brécey, en Normandie dans son action de sauvegarde de son patrimoine funéraire :  » Pour garder la mémoire d’un instant de l’Histoire, très marquée dans notre ruralité par la pensée religieuse au 19ème siècle, manifestée par l’art de la fonte moulée, merveilles de notre patrimoine bas-normand, il y a urgence à récupérer, à sauver ce qui reste de la production des fonderies disparues dont les outils sont détruits et l’esprit perdu.
Le but de l’association pour la Sauvegarde du Petit Patrimoine du Canton de Brécey et environs est d’inventorier, photographier, conserver, de racheter aux mairies les croix en fonte qui souhaitent les vendre, réaliser des jardins du souvenirs dans les cimetières… »
Tout savoir sur le patrimoine funéraire et commémoratif et les aides de la fondation du Patrimoine

En Vendée : « La Mort en Milieu Maritime » est le thème des 3e Assises Départementales du Patrimoine Funéraireb> qui ont lieu le samedi 3 novembre prochain. Après Olonne-sur-Mer et Mareuil-sur-Lay, c’est au tour des Sables-d’Olonne d’accueillir cette édition, organisée par la société Olona et Maisons Paysannes de France.

En Gironde, La Société Historique de la Teste de Buch participe à une vaste opération nationale de recensement du patrimoine funéraire. Les cimetières d’Arcachon, de La Teste-de-Buch et de Gujan-Mestras sont en cours d’inventaire.
Voudriez-vous y participer ?

Connaissez vous Les Appels d’Orphée , Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Funéraire de Nice et de son Comté.

Ceux qui s’intéressent au patrimoine funéraire alsacien lirent avec empressement l’ouvrage de Frédéric Thébault : Le patrimoine funéraire en Alsace. 1804-1939 Du culte des morts à l’oubli

Et pour conclure, ce petit regard porté outre-atlantique où nos cousins québécois promeuvent une Déclaration pour une Charte internationale du patrimoine funéraire

(98 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Tags: ,

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Lièvre Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Lièvre
Invité
Lièvre

L’association les Amis du Cimetière des Oubliés dont le président est le professeur Michel Bénézech psychiatre, médecin légiste et criminologue, se mobilise pour la préservation du cimetière des Aliénés de Cadillac sur Garonne(Gironde) Dans ce cimetière sont enterrés quelques quatre mille personnes , anciens patients de l’hôpital psychiatrique voisin, et « 98 gueules cassées « militaires de la guerre de 14 qui ont fini leurs jours dans cet asile! Ce cimetière est appelé à disparaître pour laisser la place à des aménagements, dont vraisemblablement un parking destiné à une nouvelle unité d’hospitalisation spécialement aménagée (UHSA) en fait un hôpital prison géré par… Lire la suite »