Sauver la mémoire de l’hôpital Laennec-Turgot

Article pouvant être lu en 3 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

Laenec%20002.jpg
L’hôpital Laennec, ancien Hospice des incurables, fondé en 1634 sur la rive gauche de Paris, a été vendu par l’AP-HP(Assistance Publique-hôpitaux de Paris), en 2000, à un promoteur privé pour 80,8 millions d’euros.
La COGEDIM, acquéreur du site historique, prévoit d’y aménager 340 logements, des bureaux et des commerces.
Le promoteur prévoit également de rendre accessible une partie du jardin* situé entre la rue de Babylone et la rue de Sèvres.
Ce qui demeure très insuffisant pour le Comité Laennec-Turgot, qui rassemble trois associations (l’Association Cherche-Midi, Qualité de vie, présidée par Arlette Vidal-Naquet, la Société des Amis de Turgot, présidée par Ysabel de Naurois-Turgot et la Société française d’Histoire des Hôpitaux, présidé par Jean-Paul Segade).
Fort d’un comité de soutien prestigieux, le Comité Laennec-Turgot lance une pétition en ligne afin que les Parisiens ne soient pas privés de ce lieu de mémoire.


La pétition a reçu ce jour plus de 4500 signatures.

Ce que demande le Comité Laennec-Turgot :

Le Comité Laennec-Turgot (l’Association Cherche-Midi, Qualité de vie, la Société des Amis de Turgot et la Société française d’Histoire des Hôpitaux) ainsi que son Comité de Soutien se mobilisent pour permettre à ce site historique exceptionnel de rester ouvert au public.

Ils demandent :

– l’accès à la cour d’honneur et à la chapelle par la rue de Sèvres,
– un droit de passage de la rue de Sèvres au jardin potager avec l’aménagement du gardiennage et des horaires,
– l’aménagement d’un espace qui redonne son sens au lieu : par exemple une exposition permanente et pérenne du (plan Turgot visuellement captivant pour tous publics sur les murs de la rue de Sèvres et également sur le mur du jardin Catherine Labouré,
– l’aménagement du jardin potager dans l’esprit d’un potager médicinal du XVIIe siècle, avec visites organisées pour les enfants (espace d’initiation à la nature, ouvert aux écoles et au public).
– le respect du site et du quartier,
– l’ouverture du site sur la ville.

– Il ne faut pas qu’une opération immobilière dissimule au grand public ce lieu de mémoire.
– Il ne faut pas que ce site historique, au coeur de Paris, dédié depuis toujour aux plus nécessiteux, ne serve plus qu’à l’agrément d’une poignée d’heureux résidents.

Pour en savoir plus et signer la pétition rendez-vous sur le site Pétition Laennec-Turgot 2006 – 2007 « Un patrimoine en danger : l’hôpital Laennec »

NB)* Selon une précision apportée par Arlette Vidal-Naquet : La Cogedim, en accord avec La mairie de Paris, le ministère de la culture a proposé 3500 M2 sur les 5000 M2 du jardin potager,permettant ainsi au public de pénétrer par le fond du jardin Catherine Labouré au fameux jardin potager. Le public ne peut pas accéder à la rue de Sèvres, à l’enquête publique il y a eu une légére avancée… mais ce n’est pas suffisant, le public souhaite aller de la rue de Sèvres au jardin potager…

Commentaires via facebook
(70 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
Me notifier des