Logés dans d’anciennes églises

Article pouvant être lu en 6 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

On me parle souvent d’anciennes églises vendues au Canada, aux Pays-bas, en Belgique ou au Royaume-Uni. Vendues, restaurées et réaffectées à d’autres destinations : logements, administrations, musées, école de cirque (telle l’église Saint-Esprit à Québec en 2003)…

Et en France ?

L’avenir de nos églises semble préoccuper de plus en plus de Français, mais que faire de nos églises quand le culte n’y est plus assuré? Nous avons largement connu la situation de nos voisins quand sous la Révolution française les biens du clergé furent vendus à des particuliers comme bien national.

Ci-dessous, vous trouverez des exemples éloquents d’anciennes églises qui connaissent aujourd’hui un destin singulier. Bien sûr cette liste ne saurait être exhaustive…


La plus célèbre d’entre toutes reste sans doute le Panthéon à Paris. Ancienne basilique sainte Geneviève, elle est désormais le mémorial de nos « grands hommes ». L’abbaye de Clairvaux (Aube), celle de saint Bernard, est une prison parmi les mieux gardées de France. L’abbaye du Mont Saint-Michel (Manche) connut ce sort avant de redevenir un monastère et un musée.

Des musées en tout genre

A Biarritz (Pyrénées atlantiques), le musée historique de la ville loge dans une ancienne église anglicane.

A Dijon (Cote d’Or), dans le transept de l’église désaffectée St-Etienne, s’exposent des moulages des oeuvres sculptées de François Rude. < » Il s’exprima dans des grandes compositions à caractère historique comme le « Départ des volontaires » plus connu sous le nom de la Marseillaise dont on peut voir ici le monumental moulage grandeur nature du célèbre bas-relief de l’Arc de Triomphe de l’Etoile.

A Narbonne, le Musée lapidaire a trouvé refuge dans la vaste nef unique de l’église désaffectée Notre-Dame-de-Lamourguier. « Cet ensemble de quelque 1300 blocs constitue l’une des plus grandes collections d’Europe. La plupart d’entre eux proviennent de monuments funéraires romains remployés dans les remparts de la ville, démantelés à la fin du XIXe siècle. « 

Plus étonnant, c’est de voir la collection du musée départemental des sapeurs pompiers de l’Orne dans une ancienne église édifiée en 1903 : pompes à bras et hippomobiles, engins sur roues, autopompe de premier secours Delahaye des années 1920-25, pompe à bras sur chariot à deux essieux tirée par deux chevaux, pompe à vapeur …

A Rouen, c’est une ancienne église gothique qui abrite la plus importante collection publique de ferronnerie ancienne du monde : le Musée Le Secq des Tournelles. Six mille pièces sont exposées en permanence, s’échelonnant de l’époque gallo-romaine jusqu’au XXe siècle et touchant aussi bien aux applications monumentales (grilles, rampe d’escalier, serrures, enseignes,…) qu’au mobilier, aux instruments scientifiques, aux objets de la vie quotidienne ou encore à la bijouterie.

Désaffectée en 1989, l’église Sainte Marie Madeleine de Lille (Nord) restaurée, dont le chœur est considéré comme un joyau de l’art baroque flamand, est devenue une salle d’exposition dédiée à l’art contemporain.

A Aigues-Mortes (Bouches du Rhône), l’église des Capucins devint d’abord un magasin militaire, avant d’être reconvertie en salle de café, puis en halle publique, avant de devenir la salle d’exposition qu’elle est aujourd’hui.

Place à la musique

L’acoustique des édifices religieux plait aux musiciens et aux mélomanes.

L’auditorium de Saint-Pierres-des-Cuisines à Toulouse (Haute-Garonne) en est un bien bel exemple. Cette salle prestigieuse, aménagée dans l’église désaffectée et rénovée de Saint-Pierre-des-Cuisines, dispose d’une jauge de 402 places (960 m2). L’église date, selon les fouilles archéologiques, de la fin de l’Antiquité. Basilique funéraire au Vème siècle, puis église paroissiale au XIème siècle, elle passe sous la dépendance des Chartreux au XVIème siècle. Saisie comme bien national en 1789, elle est rattachée au « grand parc de l’Armée des Pyrénées » et transformée en fonderie de canons. Classée Monument historique en 1977, c’est en 1998 qu’elle devient auditorium.

De même que l’on pourrait ainsi citer d’autres églises désaffectées utilisées au même emploi, telle la collégiale Saint André à Chartres (Eure-et-Loir).

Scènes de Théâtre
A l’instar de la musique, le théâtre sait lui aussi dérouler ses décors dans les églises désaffectées :
le Théâtre Dijon Bourgogne est installé dans l’ancienne église Saint-Jean, un lieu de culte « qui au cours de son histoire avait servi de marché, puis de bureau de pesage… » .
A Avignon (Vaucluse) le Cloître des Célestins, et son église désaffectée accueillent des spectacles-phares du festival de théâtre.

Idem pour l’ancienne église saint Etienne de Rennes (Ille-et-Vilaine), inscrite à l’inventaire des Monuments Historiques, qui est aujourd’hui une scène de spectacle reconnue, dédiée aux Compagnies de théâtre et de danse professionnelles de Rennes et de la région, ou le Centre culturel St Martin de Vonnas (Ain), ancienne église romane désaffectée au début du XXème siècle, où désormais se produisent des concerts, des expositions et du théâtre.

Des cinémas

Cela ce voit à Lyon (Rhone) où le ciné-Duchère est installé dans une ancienne église du XXème siècle, ou encore à Bordeaux (Gironde), où l’Utopia a posé écrans et fauteuils dans la superbe église romane Saint-Siméon…

Des lieux professionnels

En effet, ces églises désaffectées peuvent aussi abriter des activités humaines aussi variées qu’un laboratoire scientifique à Caen (Calvados), une cave de vinification à Fitou (Aude), un marché couvert à Sarlat (Dordogne), la galerie d’un antiquaire à Tournus (Cote-d’Or), une « Galerie des ventes » à Chartres (ancienne église Sainte-Foy)…

Des lieux de fêtes

Des restaurants tels Le Renard prêchant à Strasbourg (Bas-Rhin), installé dans une église médiévale, ou L’ Auberge Angevine qui, dans l’ancienne Chapelle des servantes du très Saint Sacrement d’Angers, régale tout en adoptant une démarche éthique, soutenant l’association ETHIC’ARTITUDE, oeuvrant pour l’échange culturel en milieu défavorisé.

Des salles de fête comme celle qui était encore à vendre en décembre 2007 dans la Nièvre

Ou encore des boîtes de nuits ! tel le Marlowe à Nantes (Loire-Atlantique), qui déploie une autre ambiance que liturgique dans l’ancienne église Saint-Aubin. Ce n’empêche pas au tenancier d’affirmer : « les passants, qui traversent ces lieux aujourd’hui, réitèrent sans le savoir les processions d’un autre temps, (…) faisant renaître à sa manière, l’antique convivialité de ces lieux pour d’autres célébrations ». N’ayons peur de rien…

Des logements
Pour les amateurs de déco, ce serait furieusement tendance, comme France 3 le montre à Marseille ou comme le vante des agences immobilières qui ont de tels biens dans leur portefeuille, ainsi à Avallon : « Un bel appartement de 3 chambres à coucher sur 2 niveaux construit dans une ancienne église, située dans la ville d’Avallon et comportant de belles caractéristiques originelles » (source http://www.burgundy4u.fr).

Commentaires via facebbok
(76 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Logés dans d’anciennes églises"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Cyril de Sagazan
Invité
Madame, pour vous répondre… c’est la deuxième version la plus proche, mais avec une minuscule au mot « église » car nous parlons d’un bâtiment avec sa dénomination particulière (ici Saint-Martin-des-Champs), qu’il soit désaffecté ou non, pas d’une institution. De même pas besoin de lier le nom du lieu à l’ensemble institutionnel dans lequel il est intégré, donc je préconiserais : « église Saint-Martin-des-Champs – Musée des arts et métiers ». CdS. Pour être très précis, j’ai copié la définition dans son intégralité du dictionnaire de l’Académie Française, http://www.academie-francaise.fr/dictionnaire/index.html : ÉGLISE n. f. XIe siècle, au sens II. Du latin populaire eclesia, issu du… Read more »
Jacqueline de La Verteville
Invité
Jacqueline de La Verteville

Question :

juridiquement, les églises réaffectées à des fonctions culturelles (c’est le cas notamment de notre Musée des arts et métiers du Cnam)ont-elles encore droit à l’appellation « église » ?

Si oui, faut-il dire :
– église du Musée des arts et métiers ?
– Eglise Saint-Martin-des-Champs du Musée des arts et métiers ?

Merci.