Archéologie : bilan des six premières années de l’Inrap (2002-2007)Article pouvant être lu en 3 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

Inrap.bmp
Six ans après sa création l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) présente un premier bilan officiel que beaucoup jugent plutôt positif :


Quelques chiffres
Un budget en hausse de 25 % : de 109,6 M€ (Budget primitif 2002) en 2002 à 137 M€ (Budget primitif 2008) en 2008.
1953 équivalent temps plein au budget 2008, contre 1551 en 2002, soit une hausse des effectifs globaux de 26 %.
Des surfaces qui passent de 7 700 hectares diagnostiqués en 2002 à 11 500 hectares en 2008 (+ 49 %).
11 000 diagnostics depuis 2002 représentant une superficie totale de 62 500 hectares.
Près de 1 100 chantiers de fouilles depuis 2004.
2 000 communes concernées chaque année par un chantier d’archéologie préventive.
100 équivalents temps plein consacrés à la recherche (hors diagnostic, fouille et post-fouille en 2008, contre 25 en 2002 (+ 300 %).
Plus de 2 000 publications scientifiques.

Un florilège de découvertes importantes
Six ans d’exploration du passé forment aujourd’hui ce qui pourrait n’être qu’un long répertoire de trouvailles disparates, mais se révèle un catalogue cohérent de découvertes renouvelant les problématiques de recherche ou ouvrant de nouvelles directions.
La cavalerie fantôme de Gondole ; les esclaves oubliés de l’île de Tromelin (Ile de l’océan Indien, située entre Madagascar et La Réunion) ; le trésor du peuple du bout du monde ; l’histoire de Troyes inscrite dans la cire ; le jeu de paume sous le château de Versailles ; le pied impérial de Clermont-Ferrand ; le disque astrologique de Chevroches (Nièvre) ; des chevaux et des hommes à Evreux ; la boucherie néandertalienne de Caours (Somme) ; les menhirs couchés de Belz (Morbihan) ; les origines de la Lutèce romaine ; Gif-sur-Yvette village gaulois ; de faux sesterces à l’effigie de l’empereur Postume (Marcus Cassianus Latinius Postumus ou Postume, général gaulois qui se fit proclamer empereur en Gaule entre 259/260 et 268/269) ; les petits pains gallo-romains de la rue Saint-Symphorien (Fouille de la rue Saint-Symphorien à Reims) ; Nanterre capitale des Parisii ?; le château médiéval des comtes de Toulouse ; les parterres mythologiques de Nîmes ; les derniers grands chasseurs du Languedoc sous Montpellier ; les relégués de l’autoroute A19 (Reliant Orléans à Montargis) ; 4 400 ans avant la cité phocéenne, les premiers Marseillais mangeaient patelles et bigorneaux ; le camp napoléonien d’Etaples (Pas-de-Calais) ; le baptistère paléochrétien d’Ajaccio ; un cimetière huguenot de Saint-Maurice (Val-de-Marne) ; trois embarcations à Lyon ; de la Guerre des Gaules à la bataille d’Arras ; Bordeaux au temps d’Aliénor d’Aquitaine ; la cache de sculptures dans l’église médiévale de Landos (Haute-Loire) ; l’appel de Nouakchott ; les chevaliers-paysans de l’an mil : l’habitat aristocratique de Pineuilh-la-Motte (Gironde) ; les sépultures de catastrophe, témoins de la peste à Issoudun ; les « tombes à char » de Vasseny (Aisne) ; un dépotoir de cuirs du XVI siècle dans les fossés de Tours ;e la nécropole gauloise dans l’enceinte de l’hôpital Avicenne de Bobigny ; une pirogue sous le quai Branly ; un quartier antique insoupçonné à Metz ; le pressoir à vin du port médiéval de Bordeaux ; entre la France et la Suisse, les tombes « chamblande » de Thonon-les-Bains ; une méduse à Besançon ; les petits bifaces des néandertaliens de Saint-Amand-les-Eaux (Nord) ; la mosaïque romaine de Villelaure (Vaucluse) ; la dépouille d’un soldat australien de la Grande Guerre ; le char d’Orval (Manche) ; Bergerac, village néolithique ; Chartres antique et médiévale ; la fresque de Vanves ; Francs aristocrates de Saint-Dizier (Haute-Marne)…

L’Inrap ouvrira, en septembre 2008, un portail scientifique sur son site Internet www.inrap.fr, pour permettre à l’ensemble de la communauté archéologique d’accéder aux résultats des recherches.

En Europe, un tracé autoroutier livre, en moyenne, un site au kilomètre. Étroitement corrélée à l’aménagement du territoire, l’archéologie préventive concerne chaque aménageur, chaque élu, chaque citoyen…

Lire l’intégralité du rapport (pdf)

Commentaires via facebbok
(200 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Archéologie : bilan des six premières années de l’Inrap (2002-2007)Article pouvant être lu en 3 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
LEMOINE MARIE
Invité
Le site archéologique d’Étiolles (91) fête la science ! A l’occasion de la Fête de la science, les 22 et 23 novembre prochains, le Conseil général de l’Essonne vous propose de découvrir les apports extraordinaires de la science à l’archéologie en rencontrant les spécialistes du site préhistorique d’Étiolles, ainsi que les chercheurs des laboratoires du département travaillant en archéologie. Au programme du week-end: rencontres avec les chercheurs, conférences, expositions, visite interactive des réserves du site, ateliers pédagogiques pour les enfants… A noter également la présence du synchrotron Soleil qui viendra présenter son interface patrimoine et archéologie. Parmi les temps forts… Read more »
wpDiscuz