Le dernier des « poilus » nous quitte

Pocket
Article pouvant être lu en 2 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

poilu%20la%20croix.bmp
Lazare Ponticelli, mort mercredi 12 mars à l’âge de 110 ans, ultime survivant de la Grande Guerre, voulait « porter le souvenir de ses camarades » morts au front, lui dont la vie s’apparentait à un roman. Ses obsèques nationales seront célébrées lundi 17 mars au matin.,
Lu sur la-croix.com, jeudi 13 mars 2008. (en savoir plus sur la-croix.com)
En hommage à ce « Der des der », je vous invite à revister cette terrible histoire des « poilus » en France et de tous ceux, venus d’aurtres pays qui ont combattu sur notre sol pour défendre notre liberté.


Tout d’abord honorons ce qu’ils ont vécu en écoutant ce qu’ils avaient à nous dire
Des Paroles de Poilus… comme celle-ci qui résonne en laissant couler quelques frissons dans le dos et qui témoigne de la difficulté de raconter l’horreur :
« A quoi bon leur raconter la vie du front ?
Ils ne peuvent pas comprendre.
Alors, bien vite, on reprend le train
Pour retrouver les copains, ceux de l’avant
Quand ils ne sont pas morts entre-temps, dans les lignes »

Lire aussi la mémoire d’un poilu à Verdun, le journal du Poilu Henri Bury, 1914 , ou encore Quatre ans de lettres du front du poilu Maurice Legrand qui dormaient dans un carton à chaussures. Ces lettres du poilu Maurice Legrand viennent d’être découvertes par sa famille qui les a confiées au quotidien La Croix. Elles racontent les horreurs de la Première Guerre mondiale et la vie quotidienne dans les tranchées.

Des associations se sont heureusement constituées pour perpétuer leur mémoire, telle celle du Poilu de la Marne dont l’object est d’entretenir le souvenir des hommes et femmes impliqués dans les grands conflits mondiaux, en participant à des reconstitutions, défilés (en uniformes), expositions et autres manifestations… Leur motivation commune principale, est la sauvegarde du patrimoine historique: uniformes, matériel, documents etc…

Comme tous ceux qui s’intéressent au patrimoine et à l’histoire de leur pays, j’ai déjà eu l’occasion de rencontrer leur souvenir à travers divers articles :
L’Ouverture des galeries Wellington à Arras (2 mars 2008)
Les serviteurs dévoués des villages « fantômes », ces neuf villages détruits lors de la bataille de Verdun. (2 janvier 2008)
Sculptures de 11 novembrel
(13 novembre 2007)

Que leur courage, leur souffrance, leur honneur restent à jamais gravés dans nons mémoires

(22 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de