Eglises du Val d’Oise : Dix siècles d’art sacré aux portes de ParisArticle pouvant être lu en 3 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

%C3%A9glises%20vald%27oise.bmp
J’ai rencontré, il ya quelques jours, Mathieu Lours, et je garde un excellent et intéressant souvenir de notre entretien.
J’ai apprécié chez ce jeune historien de l’art, chercheur et enseignant, son désir ardent de vulgariser un savoir trop souvent confisqué par une tribu savante au langage inaccessible au commun des mortels. j’ai été sensible à sa passion pour le patrimoine religieux.

Sans rien renoncer à son érudition, il a su avec ses co-auteurs partager ce qu’ils ont découvert d’étonnant, de précieux, d’admirable dans toutes ces églises du nors-ouest parisien, de la plus prestigieuse à la plus modeste.
Le fruit de cette enquête de terrain menée est remarquablement servi par des photographies sensibles de Patrice Yakan, lui-même natif de Sarcelles.
Je confesse avoir été surpris par l’abondance et la variété du patrimoine religieux de ce département, hors de son Vexin déjà célébré dans tous les bons guides touristiques. Toute l’histoire de l’architecture et des beaux arts s’y trouvent collectionnés, du Moyen-Age au 21ème siècle, ainsi que les traditions chrétiennes latines et orientales.
Oui, j’ai nourri dans ce livre des envies de visites à Sarcelles, Gonesse, Villiers-Lebel dont l’église paroissiale Saint Didier, enrichie de décors renaissance, présente d’étonnants « accents de cathédrale »…


L’intention des auteurs :
« Depuis trois ans, quatre associations du Val d’Oise ont uni leurs ressources pour tenter une première : réaliser un “beau livre” sur le patrimoine religieux du val d’Oise, une banlieue par endroit réputée “difficile”, souvent mal connue, voire mal aimée…
L’idée était que des auteurs issus de ces villes, de ces quartiers, réalisent eux-mêmes un livre dont les qualités esthétiques et historiques soient incontestables.

Pourquoi choisir de traiter le patrimoine religieux ?
Sans doute parce que c’est dans ce domaine que chaque ville, quelle que soit sa situation actuelle, dispose de monuments et d’oeuvres faisant lien avec le passé et dont les qualités esthétiques sont réelles.
C’est aussi un facteur d’égalité. L’église de Villiers-le-Bel compte autant de richesses artistiques que celle de Montmorency. À travers les pages du livre, on découvre ainsi à Gonesse le plus ancien buffet d’orgue d’Île-de-France, à Ecouen, Groslay, Montmorency des vitraux qui sont à la Renaissance ce que Chartres fut au Moyen-Âge, à Villiers-le-Bel un orgue baroque français qui nous est parvenu intact, avec ses ors et sa polychromie, à Sarcelles, la plus grande église orientale de France…
Faire connaître ces monuments, c’est porter un autre regard sur la banlieue. »

Ouvrage édité par la Société d’histoire et d’archélogie de Gonesse et du Pays de France
Grâce au soutien d’un réseau d’amateurs ayant souscrit au livre, de partenaires institutionnels et d’entreprises, l’ouvrage, en pleine couleur, compte près de 310 pages, une importante introduction historique et les notices de 95 édifices. Il est vendu au prix de 41,50 Euros ((hors frais de port)

Disponible dans libraires d’Ile-de-France
ou par correspondace auprès de :
S.H.A.G.P.F.
8, rue d’Aulnay 95 500 Gonesse
Pour tout rensignement : matlours@club-internet.fr

Commentaires via facebbok
(43 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz