La destruction de l’église de Lumbres soumise à expertise

Article pouvant être lu en 3 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

(reprise d’une note préalablement publiée en janvier 2008)

Lumbres, dans le Pas-de-Calais, était-elle vraiment la paroisse du protagoniste du roman bernanosien Sous le soleil de Satan, autrement dit l’abbé Donissan dit le « saint de Lumbres » ?
Toujours est-il qu’aujourd’hui la commune dont je parle est le théâtre d’une polémique autour de la destruction annoncée de son église néogothique et de son remplacement par une nouvelle.

Aux dernières nouvelles : « (…) un groupe d’opposants issu de l’association de sauvegarde (…) fit suspendre les travaux de démolition de l’église prévue au mois de janvier (2008) et la DRAC, Direction Régionale des affaires culturelles du Nord Pas de Calais demande une nouvelle expertise. » Source Philippe May (mars 2008)


Visionnez le reportage de TF1 (18 mars 2008)

Selon Patrimoine de France, cette église de style néogothique n’appartient pas à la commune mais à l’association diocésaine d’Arras :
« En 1853, l’ ancienne église étant jugée trop vétuste et trop petite, le chanoine Gérard, curé de Lumbres, fit l’ acquisition d’ un nouveau terrain pour y faire édifier une nouvelle église (Bull. municipal de Lumbres). La réalisation des plans fut confiée à l’ architecte du diocèse d’ Arras, Alexandre Charles Grigny. Le style néo-gothique, très en vigueur à l’ époque, fut choisi. Les travaux furent conduits par l’ entrepreneur Bernard et réalisés avec de la pierre calcaire locale, extraite de la carrière de la Montagne, ouverte à cette occasion. La première pierre fut posée le 28 mai 1854 par l’ évêque d’ Arras. L’ église, ouverte au culte en 1859, fut consacrée le 3 mai 1863 (Bull. municipal de Lumbres). L’ abside et les chapelles latérales furent ajoutées à l’ instigation du chanoine Lavoisier, curé de Lumbres ; la consécration eut lieu le 19 juillet 1925 (plaque commémorative dans l’ église). Des dommages assez légers, dus à un tremblement de terre en 1938 et à la Seconde Guerre mondiale, conduisirent à une restauration, notamment la réfection des sommets des pinacles et de la flèche, en ciment, et le ravalement intérieur (Bull. municipal de Lumbres). A une date non précisée, la pièce située dans le clocher-porche, au-dessus du porche d’ entrée et ouvrant sur la tribune, a été supprimée, le porche d’ entrée occupant désormais l’ ensemble de cet espace.
description : L’ église est construite en pierre de taille calcaire, à l’ exception des adjonctions de 1925 (abside et chapelles latérales) construites en scorie. L’ ensemble est voûté d’ ogives. Les chapelles latérales créent un faux transept. La flèche et les quatre clochetons qui la cantonnent semblent inspirés de modèles bretons, du Trégor ou du Léon.

Le propriétaire de l’édifice justifie sa décision de procéder à la démolition de l’église et son remplacement par une nouvelle par « Les nombreuses dégradations (qui) ont nécessité plusieurs interventions coûteuses et provisoires.
L’ensemble paroissial sera composé du lieu de culte pouvant accueillir 240 personnes, d’une salle du souvenir, en sous-sol, pour mettre en valeur les objets caractéristiques de l’ancienne église non ré-employés et de deux salles de réunions. »

Pour prendre connaissance du projet de la nouvelle église cliquez ici

Bien entendu, cette décision ne plait pas à tous.

Les consestations exprimées (par forcément par les mêmes personnes) portent sur la nouvelle construction, sur la participation de la commune à la construction du nouveau lieu de culte et sur le coût de l’opération (démolition, reconstruction).

Le site du diocèse d’Arras répond aux premières contestations, les secondes nourrissent dès à présent la campagne électorale locale, y compris sur internet. Quant aux troisièmes, elles engagent une bataille de chiffres dont je ne fais qu’énumérer les montants portés à ma connaissance :
Selon le diocèse une restauration complète de l’édifice couterait 2,5 millions d’euros, selon un devis étali par un architecte. Selon les opposant à la destruction, cette même restauration, d’après des devis établis par des entreprises « sérieuses », s’élèverait à moins de 500 000 euros.

Lire le dossier « églises en péril »

Commentaires via facebbok
(42 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "La destruction de l’église de Lumbres soumise à expertise"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
LOUIS
Invité
Bonjour, cela fait 30 années que j’ai quittée la ville de Lumbres, quand mes parents m’ont dit que l’Eglise allait être restaurée, j’ai eu une grande joie au fond de mon coeur, tant de souvenirs dans ce bel édifice, des tristesses aussi mais comment peut-on envisager de détruire ses monuments qui rappellent tant d’histoires, j’y ai fait ma profession de foi je me suis mariée ainsi que mes soeurs et frère, et j’aimerais tellement pouvoir la contempler lors de mes retours « chez moi » dans ses atouts neufs et je serais là pour assister à la première célébration.Toute ces nouvelles églises… Read more »
Claude de Thouberville
Invité

Tout d’abord , bonjour à tous !
Poète , ma préoccupation actuelle serait de trouver une chapelle ou ancienne église pour y exposer sous formes de tableaux , mes poèsies .
Et même , si ces expositions permanentes pouvaient aider à sauver un édifice « condamné » peut être pourrait-il y avoir une entente …
Post scriptum : Si vous possedez informations autres dans diverses régions au sujet de ma recherche souhaitée , prière de m’en avertir par le biais de mon e mail .je vous remercie.

Jean Woznica
Invité

L’Association mémoire vivante du patrimoine gestois qui défend l’église de Gesté a un site:
http://eglisedegeste.fr
Si vous souhaitez signer la pétition ou apporter un don, connectez-vous.

Liliane
Invité

Tout à fait d’accord avec Karin, au lieu de construire encore un nouveau bloc de béton il serait peut-être temps de penser à conserver notre patrimoine. Cette belle église n’est pas seulement bâtie avec des pierres mais aussi avec toutes les générations de personnes qui s’y sont succédées au cours de moments de deuil ou de joie . J’espère sincèrement qu’une solution sera trouvée pour éviter cette démolition lamentable ,d’autant plus consternante qu’elle a été demandée par l’évêché…

Karin
Invité

Je viens de voir le reportage de tf1 au 13h concernant la destruction de cette belle église, je suis consternée… Pourquoi détruire ces édifices plein d’histoire et plein d’âmes ? L’argent est tellement gaspillé partout dans le monde pourquoi ne pas la restaurer en recoltant des fonds ? J’ai vu la maquette de la future « église » et on dirait une usine. Je ne suis pas croyante et j’ai 34 ans mais je suis si touchée par cette église que tant de braves gens se sont donné la peine de bâtir…

fulla
Invité

pour un reportage pour le jt de 13h de tf1 ,priere de me contacter.
michel fulla

Jean
Invité

Parce que les cathédrales sont des lieux tristounets peut-être?

Plus que de la sotise, cet affaire est symptomatique de la maladie qui ronge l’Eglise jusqu’à l’os: le modernisme qui entraine le mépris du passé, le goût pour la laideur et son auto-démolition.

Leleu Jean-Pierre
Invité

Si l’église possède une valeur architecturale remarquable reconnue il faut la conserver et la réhabiliter si le financement est assuré par les collectivités. Sinon, une église  » moderne » correspondant à l’esprit du temps est préférable. Une église doit être un lieu dynamique ( vitraux, couleurs, saints de notre temps, etc…) et non un musée souvent tristounet.
J.Pierre , 69 ans

Francois de Waziers
Invité

incomprehensible, quelle tristesse.

wpDiscuz