Senanque, un patrimoine pour l’éternité ?

Pocket
Article pouvant être lu en 2 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

Lu dans La Croix du 1er aout 2008, sous la plume de Louis de Courcy :

Sénanque, ancrée dans la lignée des cisterciens
Huit cent soixante ans d’histoire mouvementée n’ont pas eu raison de l’abbaye de Sénanque, visitée par des milliers de personnes qui viennent trouver dans ce creux d’un vallon de Provence un peu de la paix qui leur manque


Extrait :

Sénanque est ancrée au fond de son vallon comme depuis la création du monde. L’ondulation du champ d’orge blond devant l’abbaye souligne plus encore sa minérale immobilité. Les intempéries de l’histoire démontrent cependant sa fragilité. À plus forte raison, que dire des hommes qui l’habitent ? Les propos du P. Jean-Marie, prieur de la communauté des six moines cisterciens qui résident là, n’en prennent que plus de relief : « La lignée monastique dans laquelle nous sommes démontre que ce patrimoine n’est pas un champignon spontané. Nous devons non seulement le préserver, mais le développer et le transmettre. »

Ce qui suppose, à l’évidence, une volonté. Si elle venait à faillir, qu’en serait-il de la présence des frères et de la pérennité du monastère ? Aussi comprend-on mieux la mission que détaille ainsi ce moine de 47 ans à la fois modeste, plein de bon sens et confiant dans l’avenir : « Je suis là pour vivre ma vie monastique, construire et valoriser l’unité de la communauté, la développer si Dieu le veut en accueillant de nouveaux membres, assurer l’avenir économique, et protéger le patrimoine architectural. »

(…) Le parking fut repoussé plus loin, le champ de lavande de la traditionnelle carte postale remisé derrière l’enceinte, les touristes dirigés vers les bâtiments annexes. Mais en faisant l’effort de contourner une partie de l’abbaye, ils peuvent, s’ils le désirent, entrer dans l’église ouverte de l’aube à la nuit tombée. Les visites encadrées par des guides formés sont les seules possibles. Tandis qu’en 2003, on comptait 194 000 visites payantes annuelles, il y en a 70 000 aujourd’hui. « Nous avons baissé la voilure sur le plan quantitatif, mais gagné en qualité d’accueil », conclut le P. Jean-Marie.

Lire l’intégralité de l’article

Découvrir l’abbaye de Senaque

(32 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de