Nord Ces églises qui s’inventent une seconde vieArticle pouvant être lu en 2 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

PATRIMOINE RELIGIEUX

Lu dans Nord Eclair du 1er décembre 2008, un dossier aussi intéressant qu’alarmant :

Ces églises qui s’inventent une seconde vie
À Tournai, deux églises sont à vendre dont cette église qui doit être transformée en logement.
Les communes, comme les diocèses, ont de plus en plus de mal à financer les travaux dans les églises dont ils sont propriétaires. Et certains classés monuments historiques. Détruire ? Reconvertir ?


Extrait
« A vendre Tournai, rive gauche, église de style néo-roman, datant de 1861. 600m² au sol avec projet d’appartements de standings + parkings. Vue imprenable sur la cathédrale et sur l’Escaut. Faire offre à partir de 800 000 E » Cette annonce n’a rien d’une blague belge. Hors de nos frontières, la baisse de la pratique religieuse entraîne la réaffectation de plus en plus d’églises (voir encadré). Dans la région, si les cas existent, ils sont rares. « Ce n’est pas une pratique très française. Nous vivons dans une région plutôt déchristianisée mais les gens restent attachés au symbole qu’est l’église », estime Jacques Philippon, conservateur régional des monuments historiques.
(…) « Nous sommes dans une période assez difficile », euphémise Caroline Biencourt, du diocèse de Cambrai, qui confesse deux destructions d’églises à venir, sans préciser toutefois lesquelles.
La métropole n’est pas en reste : ces dernières années, deux églises y ont été détruites une à Lambersart et une à Lomme. Deux autres devraient connaître le même sort à Wattrelos. Souvent, ces opérations incluent la construction d’un centre paroissiale de taille plus modeste. La paroisse ne disparaissant pas, cela permet aux autorités ecclésiastiques de maintenir des chiffres de destruction largement sous-estimés (voir le chiffre avancé par Mgr Minnerath). « On comprend que les diocèses n’aient pas envie de parler de leur propre malheur », explique un ancien responsable du diocèse de Lille pour qui « la situation ne peut aller qu’en se dégradant ».

Lire l’intégralité de l’article
Lire aussi dans le même dossier :
Éviter que des églises soient réaffectées en supermarché ou boîtes de nuit :
Mgr Minnertah, évêque de Dijon, vient de rendre à la conférence des évêques de France un rapport sur l’avenir des églises.

Goûter au sommeil des anges pour 200 euros la nuit
Outre-Quiévrain, on n’hésite pas à utiliser les vieilles églises à un usage disons… moins sacré. C’est ainsi qu’à Bellegem, près de Courtrai, un jeune couple a transformé une chapelle du 19e siècle en chambres d’hôtes.

Retrouvez sur Patrimoine en blog d’autres notes sur des thèmes voisins dans le rubriqueQuel avenir pour nos églises ? et dans l’Actualité du patrimoine du Nord

Commentaires via facebbok
(54 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz