Peut-on vendre des reliques ?

Pocket
Article pouvant être lu en 2 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

PATRIMOINE RELIGIEUX

Lu dans le Figaro du 5 décembre 2008 :

L’Église rappelle l’interdiction de vendre des reliques
Une vente d’objets sacrés à Alençon samedi provoque une polémique.


Extrait :
De vénérées, les voilà vendues aux enchères. Cela se passera à Alençon (Orne), samedi après-midi, dans un hôtel des ventes. Les reliques sont logées au fond d’un catalogue de près de 400 pièces, dans un «lot de dernière minute». Deux magnifiques reliquaires contiennent des «reliques de la vraie croix». Et une autre pièce, exceptionnelle, du XVIIIe , conserve les reliques de saint Philippe apôtre, de saint Victor martyr, saint Félix, saint Martin Rus, saint Mansuetus.
Pas de mansuétude toutefois, de la part de l’épiscopat. Mardi, le président de la commission épiscopale pour la liturgie et la pastorale sacramentelle, Mgr Robert Le Gall, archevêque de Toulouse, a appelé – par communiqué officiel – au «discernement et à la prudence dans l’aliénation d’objets sacrés». S’appuyant sur le canon 1190 du Code de droit canonique, il a rappelé que «la vente des saintes reliques est absolument interdite ».

Lire l’intégralité de l’article

Retrouvez sur Patrimoine en blog d’autres notes sur des thèmes voisins dans l’Actualité des faits divers du Patrimoine et sans l’Actualité du patrimoine religieux

Lire à ce sujet :

Vente d’objets de culte ou de reliques, par le service juridique de la Conférence des Evêques de France (Juin 2010).

Texte dans lequel il est noté :

- Un principe : un objet sacré ne doit pas être aliéné même si son transfert de propriété reste possible mais seulement entre personnes juridiques canoniques publiques telles que paroisse, diocèse, institut de vie consacrée, association publique de fidèles.

 

- Une précision : l’aliénation d’objets précieux à cause de leur valeur historique ou artistique requiert l’autorisation du Saint Siège (canon 1292§2) ;

- Une prohibition : « Il est absolument interdit de vendre les saintes reliques » (canon 1190§1)

Si la vente des saintes reliques est absolument interdite en ce qu’elle porte sur des restes humains, il y aura lieu d’éviter toute commercialisation indue de tout objet sacré en général, tout spécialement les calices, ciboires, patènes ou ostensoirs intrinsèquement liés à la célébration de l’eucharistie. Lire l’intégralité du texte

Pour en savoir plus :

(131 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de