Aquitaine Revue de presse du patrimoine

Pocket
Article pouvant être lu en 69 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

PATRIMOINE HISTORIQUE REVUE DE PRESSE

MediaScan 2009 :

Juin

Lot-et-Garonne
Patrimoine : la chasse aux mécènes est ouverte La Dépêche du Midi 10 juin
«Patrimoine cherche mécènes ». La formule, façon petite annonce, est réduite à sa plus simple expression mais résume bien le sens de la campagne qui vient d’être lancée par la préfecture de Lot-et-Garonne et le conseil général. Une première en France en ce qui concerne le mécénat culturel en matière de patrimoine.
« Les besoins en travaux d’entretien et de rénovation du patrimoine existant sont colossaux en rapport des moyens dont nous disposons, qui se chiffrent à quelques dizaines de milliers d’euros par an », rappelait notamment le préfet Lionel Beffre.
À titre de comparaison, la rénovation des remparts effondrés de Puymirol a déjà coûté 150 000 € en 2008. 25 m ont été retapés sur quelque 1,8 km… Or depuis la loi d’août 2003 sur le mécénat culturel, les entreprises peuvent faire œuvre de philanthropie : en contrepartie, elles peuvent voir apposer leur logo sur la réalisation, figurer en bonne place sur les supports de communication y afférant et surtout recevoir, en réduction d’impôt, jusqu’à 60 % de la somme ainsi donnée.
« Depuis la mise en place de cette loi, il y a eu des mécénats culturels contractés avec des festivals de musique ou de résidences d’artistes mais aucun encore à destination du patrimoine », relevait encore Camille Zvenigorodsky, l’architecte des Bâtiments de France. Et le préfet Beffre de noter : « Si les entreprises ne se sont pas manifestées concernant notre patrimoine culturel c’est aussi parce que, jusqu’à présent, aucun projet ne leur a été présenté »…

Dordogne
CORGNAC Le château de Laxion ouvre au public samedi Sud Ouest 9 juin 2009
Gaëlle et François Dumy, les nouveaux propriétaires du château de Laxion, et l’équipe de bénévoles qui les soutiennent s’activent pour l’ouverture au public de samedi 13 juin. Ce week-end, toute l’équipe était présente pour les derniers préparatifs, le montage des chapiteaux, la confection des derniers costumes d’époque, la mise en place des éclairages et la réalisation des derniers travaux d’agencement autour du château.
Après des mois de dur labeur, Gaëlle et François pourront donc réaliser leur souhait d’inaugurer le château le 13 juin…

Landes
FESTIVAL DES ABBAYES. L’événement musical fête ses 40 an s Sud Ouest 1er juin 2009
Ses organisateurs sont fiers de l’annoncer : plus ancienne manifestation consacrée à la musique classique dans la région, le Festival des abbayes s’apprête à fêter ses 40 ans. Du 4 juin au 4 juillet, le quadragénaire reprend la route et sèmera dans 11 communes landaises autant de concerts.
Au départ, en 1969, l’idée du préfet Yves-Bernard Burgalat, qui propose d’associer les abbayes d’Arthous et de Saint-Sever pour créer un festival de musique classique. Objectif originel : combler quelques soirs le vide culturel des campagnes, laissées à l’écart de l’actualité artistique des grandes villes, tout en faisant revivre un patrimoine religieux délaissé, à l’acoustique et la beauté parfois admirables….

Mai

Dordogne
Grand Périgueux « On avait trop de patrimoine » Sud Ouest 30 Mai 2009
La mairie possédait cette maison près de l’Isle qu’elle vient de vendre à des particuliers. (PHOTO ARNAUD LOTH)
En présentant hier le Conseil municipal de mardi prochain, le maire Michel Moyrand a directement répondu aux critiques de l’opposition sur « le Monopoly » qu’il va y présenter. « J’avais déjà dit que nous ferions une opération pour nous séparer du patrimoine inutile. Les ventes nous permettent aussi de faire des acquisitions dont nous avons besoin. »
Le petit château de Castel Peyssard a donc trouvé preneur pour 940 000 euros. « Nous n’avions d’utilisation ni pour les enfants ni comme lieu d’exposition. Quant au projet lancé par mon prédécesseur, il n’y avait aucun engagement ni aucune commande de signée. » Le maire peut donc sereinement mettre en vente ce manoir qui nécessite de lourds travaux…

Gironde
Les vestiges ont disparu Sud Ouest 28 mai 2009
PLACE PEY-BERLAND. L’action des opposants à l’enfouissement n’a pas abouti. Michel Suffran et ses amis pensent cependant qu’il est encore possible d’éviter « l’irréparable ».
Adieu les vestiges ! Comme l’ont effectivement prévu les services de la Cub, chargés de la fin des travaux de l’aménagement de la place Pey-Berland, les restes du porche du premier édifice roman sur lequel la belle Aliénor d’Aquitaine a posé le pied le jour de son mariage, ont été de nouveau enfouis. Après avoir été précieusement enveloppés…

Pyrénées Atlantiques
Débat sur l’avenir des thermes romains Sud Ouest 27 mai 2009
OLORON SAINTE-MARIE Le contexte de la découverte des bains publics fait débat. La procédure d’alerte n’a pas correctement fonctionné. Quelles suites ?
Découverts fin avril à Sainte-Marie, au niveau de la maison en cours de restauration à l’angle des rues Révol et Peyré (lire notre édition du 2 mai), les bains publics de la ville antique ont-ils encore un avenir ? Ou seront-ils enfouis pour longtemps encore sous une construction destinée à proposer des logements à nos contemporains ?
C’est le débat du moment. Et celui-ci ne manque pas de relief. En effet, la mise au jour d’un site majeur pour l’histoire d’Oloron n’a pas été réalisée dans des conditions idéales : il y a eu destruction partielle des vestiges. Un dysfonctionnement dans la procédure d’alerte est en cause…

Pyrénées Atlantiques
La longue renaissance du château de Pau Sud Ouest 26 mai 2009
La série de chantiers menés depuis près de trente ans est entrée dans sa phase finale. Elle s’achèvera en 2011
Une demeure royale ne se rénove pas comme une villa de banlieue. Depuis 1981, des travaux au long cours ont été entrepris pour restaurer le château de Pau, et le guérir des outrages du temps : la pollution qui rongeait peu à peu la pierre calcaire de Gan dont il est fait. Mais aussi les infiltrations d’eau qui mettaient en péril certaines de ses ailes. Sur le côté sud notamment, où ses terrasses – interdites au public – se heurtaient à un problème de chutes de pierres. La tour de la Monnaie, édifiée par Gaston Fébus et entièrement restaurée, avait ouvert le bal des maçons et couvreurs. Puis, les toitures et façades de différentes ailes avaient progressivement été refaites, avant que l’on s’attaque à la cour d’honneur.
Le chantier engagé sur ce monument historique, qui n’avait pas connu de travaux importants depuis la fin du Second Empire, aborde actuellement sa dernière étape. Celle-ci englobe la restauration de la chapelle, du donjon médiéval ainsi que du portique d’entrée…

Gironde
Le château est en vente Sud Ouest 21 mai 2009
CHATEAU D’ARBIEU. Faute de repreneur, son propriétaire Philipe de Chénerilles s’est résigné à vendre cette demeure prestigieuse du XIXe siècle, au coeur d’un havre de verdure
Philippe de Chénerilles s’est résigné à vendre le château d’Arbieu, propriété de sa famille, qu’il avait converti en chambres d’hôtes.
Sis sur un petit mamelon à l’est de Bazas, le coquet château d’Arbieu, est en vente. Même si c’est un déchirement, Philippe d’Isoard de Chénerille, son propriétaire – qui l’a hérité de sa mère – s’est résigné.
Demeure typiquement bordelaise de style Renaissance, cette maison de maître fut construite vers 1850 par le Baron Saige, qui décida d’en faire un château. Il fit appel au cabinet d’architectes Garros – qui a modifié notamment le visage du vignoble bordelais. Les travaux qui ont eu lieu en 1882 associaient briques et pierres. M. Saige qui a perdu toutes ses économies dans la construction du canal de Panama fut contraint de vendre aux enchères le château et son domaine. Robert de Rolland, arrière-grand-père de Philippe de Chénerilles l’a acquis en 1890…

Dordogne
COUZE-ET-SAINT-FRONT La gardienne de la paroisse de retour à Saint-Etienne Sud Ouest 16 mai 2009
La statue en pierre de pays, de style roman, avait disparu depuis plusieurs siècles, nul ne sait exactement depuis quand. Elle a été retrouvée par l’abbé Fabre Tonnerre, curé de la paroisse, dans les décombres du sol, sous le pavé de la chapelle de Bayac, qui est en fait l’ancienne église de Couze-Saint-Front. Le retour de la Vierge de la pitié a donc été dignement fêté…

Dordogne
Le château de Laxion renaît de ses cendres Sud Ouest 16 mai 2009
CORGNAC-SUR-L’ISLE. Certains diront que c’est un pari un peu fou, mais cette aventure est avant tout le rêve d’enfant, d’un homme qui a décidé de sauver un château de la ruine.
François Dumy et son épouse Gaëlle ont racheté, en juillet 2008, le château de Laxion à Corgnac-sur-l’Isle, près de Thiviers, alors que la bâtisse du XVIe siècle venait de connaître un terrible incendie quelques mois auparavant, détruisant ce qu’il restait encore des toits et charpentes. Depuis, le couple, avec la participation des habitants de la commune et de nouveaux soutiens, s’est lancé dans la restauration du château. « C’est un projet qui va durer longtemps, au moins quinze ans pour trouver l’argent pour restaurer le site. C’est pourquoi nous avons prévu des animations extérieures et intérieures au fur et à mesure de l’avancement des travaux », explique François Dumy, ancien avocat parisien. Installé en Dordogne depuis quelques années, il est devenu directeur des ressources humaines et secrétaire général de la société Isoa. L’idée du couple s’inspire du chantier de Guédelon, en Bourgogne, où une cinquantaine de personnes construisent un château-fort selon les techniques du Moyen-Âge et de celui de l’Hermione, à Rochefort (Charente-Maritime)…

Gironde
Avec le classement de la passerelle Eiffel, Bordeaux sauve sa place au Patrimoine mondial Localtis 12 mai 2009
Inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco en juin 2007, la ville de Bordeaux n’a pas tardé à découvrir les contraintes de ce classement, face à un comité du Patrimoine mondial – l’organisme qui délivre le label – de plus en plus attentif aux manquements des sites distingués (voir notre article ci-contre du 11 juillet 2008). Réuni à Québec en juillet 2008, le comité du Patrimoine mondial de l’Unesco menaçait en effet de radier de sa liste le site de Bordeaux-Port de la Lune, pourtant inscrit l’année précédente. Le comité reprochait à Bordeaux de n’avoir pas réagi face au projet de Réseau ferré de France (RFF) de détruire la passerelle ferroviaire Saint-Jean qui traverse la Garonne. D’un intérêt esthétique limité, cette passerelle présente cependant la particularité d’avoir été bâtie en 1860 par Gustave Eiffel, dont elle fut l’un des tout premiers chantiers. La passerelle fut finalement sauvée in extremis de la destruction. Désormais inutilisée à quelques mètres du nouveau franchissement ferroviaire de la Garonne, son avenir demeurait toutefois incertain faute de financements, bien qu’il conditionne la décision finale du Comité.
Cette épée de Damoclès sur le classement de Bordeaux au Patrimoine mondial de l’Unesco est en passe d’être définitivement écartée. La commission régionale du patrimoine et des sites d’Aquitaine (CRPS) vient en effet d’émettre – à l’unanimité moins une abstention – un avis favorable à l’inscription de la passerelle Eiffel au titre des monuments historiques. Le préfet de région devrait donc signer l’arrêté dans les prochains jours et un classement national comme monument historique devrait suivre à moyen terme. Il s’agit là d’un revirement spectaculaire, sous la pression du comité du Patrimoine mondial : en juin 2007, alors que Bordeaux venait d’être inscrite, le dossier de la passerelle Eiffel avait été subitement et sans explication retiré de l’ordre du jour de la CRPS, ouvrant ainsi la voie à sa destruction. Autre bonne nouvelle : le coût de la remise en état de la passerelle – évalué entre 16 et 22 millions d’euros lorsque sa destruction était envisagée – est soudain retombé autour d’une dizaine de millions d’euros après la décision de la conserver. Reste à déterminer l’usage de cette passerelle rénovée. Sa transformation en passerelle pour piétons et vélos semble aujourd’hui l’hypothèse la plus probable…

Pyrénées Atlantiques
Un patrimoine ferroviaire qui pourrait séduire l’Unesco 20 Minutes 12 mai 2009
Elle existe même en modèle réduit. Inaugurée en 1928,
la ligne Pau- Canfranc constitue encore aujourd’hui une curiosité architecturale. En admiration devant le viaduc d’Escot, la semaine dernière, Alain Rousset et Guillaume Pépy ont même évoqué la possibilité d’un classement au patrimoine mondial de l’Unesco. Le plus beau tronçon se situerait entre Bedous et Canfranc, selon le Comité pour la réouverture de la ligne Oloron-Canfranc (Créloc), association qui milite pour lui donner une seconde vie. Remarquable pour sa succession de viaducs et de souterrains, cette portion comporte même un tunnel « hélicoïdal » (la voie ferrée monte en spirale au coeur de la montagne). Autre élément d’exception : la gare de Canfranc, située à 1 200 mètres d’altitude, côté espagnol, et encore en service. La ligne entre Canfranc et Saragosse est en effet toujours empruntée par des trains de voyageurs et de fret.
Récemment rebaptisée « ligne Goya » (peintre né à Saragosse et mort à Bordeaux), la « Pau-Canfranc » a été abandonnée en 1970, après le déraillement d’un train de marchandises…

Gironde
Bordeaux exhume son passé de port négrier Aqui 7 mai 2009
Le 10 mai, le musée d’Aquitaine proposera au public une exposition permanente sur la question de la traite des noirs à Bordeaux. « Depuis une dizaine d’années, j’ai engagé à Bordeaux une politique de la juste mémoire : aider à comprendre sans anachronisme culpabilisateur, mais refuser toute amnésie », explique Alain Juppé, le maire. C’est dans cet esprit et à l’occasion de la commémoration nationale de l’abolition de l’esclavage, que le Musée d’Aquitaine a décidé de présenter au public ce douloureux passé à travers une exposition permanente intitulée « Bordeaux, le commerce atlantique et l’esclavage »…

Dordogne
BELVÈS. Un nouveau local pour les Musées Midi Libre 6 mai 2009
L’Association des musées de Belvès a profité de son assemblée générale pour inaugurer son nouveau local à l’esplanade de La Tour de l’Auditeur. Marie-Françoise Durlot, la présidente, a expliqué le long cheminent qu’il a fallu accomplir pour faire aboutir ce projet de local. Celui-ci, propriété de l’hôpital, est mis à la disposition de l’association après signature d’une convention tripartite entre l’hôpital, la mairie et l’association. Les deux collectivités se sont beaucoup investies dans la réhabilitation du local tout comme les membres du bureau des musées….

Gironde Dordogne
Partez à la chasse au patrimoine Sud Ouest5 mai 2009
Et c’est parti pour une année de découverte de l’histoire périgourdine et girondine à travers… une chasse aux trésors !
Un butin de 1 200 euros, contenant des produits du terroir, des entrées dans les musées, les parcs et des lots divers, est caché en Dordogne et en Gironde. En tant que ville d’art et d’histoire, Périgueux participe à cette vaste opération de découverte du patrimoine historique.
Les concurrents peuvent télécharger gratuitement sur Internet (1) un passeport « Aventure ». Ils ont jusqu’au 31 mars 2010 pour résoudre 24 énigmes pour chacun des départements. « Pour trouver la réponse à une énigme, il faut assister à une visite guidée », explique Martine Balout, responsable du patrimoine de la Ville : « C’est un moyen d’attiser la curiosité des enfants. Partir à la recherche d’un trésor est une façon de les intéresser à l’histoire du département. »
Au cours de ses explications, la guide donne des indices qui mettent les aventuriers sur la voie. Si ces derniers trouvent l’énigme, la guide leur donne alors un « visa ». À partir du 1er avril 2010, tout va s’accélérer. Les participants, qui auront au moins 16 visas, obtiendront un mot de passe qui leur permettra d’avoir accès à un texte crypté. Écrit dans un alphabet mystérieux, il donne la localisation du trésor….

Lot-et-Garonne
Le château de Duras poursuit sa réhabilitation. La Dépêche du Midi 4 mai 2009
Lucien Chollet, Pierre Camani, Bernadette Dreux coupent le ruban. Photo Ch. P.Il y a 40 ans, se déroulait au palais de justice à Paris la vente à la bougie au terme de laquelle on devait désigner le nouveau propriétaire du château des ducs de Duras. La commune a souhaité fêter cet anniversaire avec faste. Bernadette Dreux, maire et conseiller général, a rappelé la longue histoire de l’édifice, ses heurs et ses malheurs et ce depuis l’an 1137.
Lucien Chollet lui a succédé et, avec beaucoup d’émotion, a raconté très simplement avec les mots du cœur comment, le 20 mars 1969, le château est devenu propriété communale. Tout allait pouvoir être mis en œuvre pour l’empêcher de devenir à jamais une ruine. En finissant, la voix étranglée par l’émotion, celui qui n’était pas encore maire lors de cet achat s’est félicité que « le site majeur d’Aquitaine a retrouvé son éclat, son prestige et sa grandeur. »…

Lot-et-Garonne
CLAIRAC Le patrimoine du village étudié par les enfants Sud Ouest 4 mai 2009
Les élèves du cycle 3, les parents et les élus ont découvert les diaporamas musicaux sur le patrimoine bâti de la ville.()
Jeudi soir, la salle polyvalente a accueilli les 52 élèves des deux classes du cycle 3, CE2-CM1 et CM1-CM2, les parents, les élus et Magali Castex, étudiante en 2e année de BTS animation et gestion touristique locale, initiatrice du projet « à la découverte du patrimoine bâti de Clairac », dont le compte rendu d’une année de travail était présenté sous plusieurs formes. Les professeurs des écoles Sophie Pouch et Joëlle Raymond, relayée pour cause de congé maternité par Jean-Michel Féral, y travaillent avec Magali depuis la fin de l’année scolaire 2008 et durant l’été. Dès la rentrée, les enfants s’impliquent dans ce qui devient le projet scolaire 2008-2009 et partent à la découverte du patrimoine bâti de la cité. Ils prennent en photos les bâtiments remarquables. Leur recherche est ludique et prend la forme d’une chasse aux trésors. Les découvertes sont riches et permettent de suivre l’histoire et l’évolution de la cité à travers des bâtiments plus particulièrement étudiés : l’abbaye, la maison Montesquieu, l’église, l’hôtel particulier et mairie au XVIe siècle, maisons à colombages, du médecin, les entrepôts et commerces le long du Lot où les gabarres à fond plat débarquaient les marchandises, la fontaine Renaissance, le lavoir etc. Ils recherchent ensuite les dessins et calligraphies historiques…

Pyrénnées Atlantiques
Les bains publics d’Iluro découverts par accident Sud Ouest 2 mai 2009
ARCHÉOLOGIE. Au cours d’un chantier, les coups de pelle mécanique ont réveillé le site des thermes romains. Une histoire vieille de deux mille ans. La découverte est exceptionnelle
Imaginons ensemble. Nous sommes une dizaine d’années avant ou après la naissance du Christ. À Iluro (Oloron), la colline de Sainte-Marie a fière allure. Juste au-dessus de la descente vers le Gave d’Aspe, un bâtiment se distingue par sa fonction. Il abrite les bains publics. C’est le temps où les thermes se répandent dans tout l’empire d’Auguste.
La construction est tout aussi utilitaire que prestigieuse. Des colonnes indiquent probablement l’entrée. Plusieurs pièces présentent des murs plaqués de marbre ou peints à l’enduit. On y trouve les vestiaires et différentes salles d’étapes : bains chauds, tièdes et froids.
Aujourd’hui, il ne reste presque plus rien de tout ce lustre. Mais suffisamment pour parler à l’universitaire palois, François Réchin, spécialisé dans l’archéologie et l’histoire ancienne. En lien avec le service régional de l’archéologie, il a engagé, la semaine dernière, les fouilles sur le site situé à l’angle des rues Révol et Peyré….

Avril

Gironde
BORDEAUX Surprise macabre Sud Ouest 28 avril 2009
BOURSE DU TRAVAIL. Un squelette a été découvert au niveau des fondations de l’immeuble. Il aurait été enterré là au XVIe ou au XVIIe
Les ouvriers travaillant au niveau des sous-sol de la Bourse du travail (avenue Aristide-Briand) ont joué malgré eux aux archéologues. Alors qu’ils dégageaient de la terre au pied des fondations pour mettre en place du matériel devant faciliter le déplacement des personnes à mobilité réduite, vendredi dernier, ils sont tombés sur des ossements humains. En gros à 4 mètres au-dessous du niveau des trottoirs, à l’angle des rues Henri-IV et Louis-Lande. Un cadavre enseveli en ces lieux sans que personne ne le sache ? Les restes d’un ossuaire plus ancien ? Les ouvriers ont pris une sage décision : ils ont prévenu la police laquelle est venue aussitôt sur place pour juger de la découverte, effectuer des relevés et prendre les dispositions nécessaires. Le corps enseveli semblant très ancien, ils ont très vite passé le relais aux représentants du service régional de l’archéologie…

Gironde
Un musée à ciel ouvert Sud Ouest 27 avril 2009
SCULPTURE. Une série d’événements va rendre hommage à Claude Bouscau, artiste né à Arcachon
Il aurait eu 100 ans le 15 mai prochain. Claude Bouscau est un enfant d’Arcachon. Sculpteur et Grand Prix de Rome, on trouve une douzaine de ses oeuvres dans la ville, mais aussi à Paris, Bordeaux, et de nombreuses villes de France. …

Gironde
Bordeaux Actu 26 avril 2009
Deux chantiers de fouilles archéologiques, menés par la société Hadès, ont lieu actuellement dans le centre ville de Bordeaux, et devraient se terminer à la fin du mois de mai. La mairie de Bordeaux a mis en place des permanences d’information sur site et des visites pour le public.
Devant le portail nord de la cathédrale, place Pey-Berland, les travaux du tramway avaient mis à jour, en 2003, les fondements de l’ancien porche roman, datant du XIIème siècle. Suite à l’instabilité du sol, ce porche a été démonté au XIIIème siècle puis transformé en crypte funéraire avec des sarcophages et un ossuaire. Les fouilles actuelles ont pour but de préciser le plan et la chronologie de construction du clocher-porche et à acquérir des informations sur les individus inhumés dans les sarcophages ou ceux déposés dans l’ossuaire.
Le deuxième chantier se situe, cours du Maréchal Juin, à l’occasion de la construction de la résidence « Le square Pey-Berland » par la société Bouygues Immobilier. A six mètres de profondeur, les niveaux d’occupation gallo-romains, autour du premier siècle, se situent autour des berges du Peugue. Les archéologues cherchent à reconstituer les activités et le mode de vie de cette zone artisanale, située hors des remparts de la ville antique…

Pyrénées Atlantiques
GUÉTHARY Mémoire et patrimoine Sud Ouest 25 avril 2009
Getaria orroitzen (la Mémoire de Guéthary), une association nouvellement créée, vient élargir le tissu associatif du village, déjà très actif et riche dans sa diversité. Composée de 15 membres fondateurs (1), sa forme est culturelle et son but est de mettre en valeur le patrimoine collectif et de formaliser la mémoire du village pour la transmettre aux jeunes générations…

Gironde
L’hommage du terroir à l’académicien Maurice Druon Sud Ouest 23 avril 2009
ARTIGUES-DE-LUSSAC. Maurice Druon a été inhumé hier à l’abbaye de Faize
Maurice Druon repose à Faize. Dans l’abbaye de la petite commune des Artigues-de-Lussac, parmi les vestiges de l’ancienne église qui abritent déjà les ossements des moines de l’abbaye, « ces combattants de l’essentiel, rejoints par le héros et le champion de l’honneur et de la patrie », comme le dira le curé de Saint-Éloi, dans son homélie. Dans ce domaine entièrement rénové d’un coin de la France profonde qu’il aimait tant, où le grand homme, loin des fastes de la vie parisienne, venait se ressourcer…

Lot-et-Garonne
Le château Lalande attend ses enchères Sud Ouest 23 avril 2009
Le château Lalande va-t-il rouvrir sous sa forme d’un hôtel luxueux à la campagne, d’une demeure chic pour particulier fortuné ou d’un ensemble résidentiel ? « On va vers l’inconnu », soupire le maire de Saint-Sylvestre-sur-Lot, Jean-Pierre Lorenzon. Réponse d’ici trois mois.
Suivant la volonté de la liquidatrice judiciaire de l’ancien hôtel 4 étoiles, le tribunal de commerce a ordonné la vente aux enchères de l’ancien « fleuron » du tourisme local. Elle ne sera pas organisée avant deux à trois mois, le temps que la procédure soit bouclée. Après expertise, le tribunal a fixé la mise à prix à 1 310 000 euros. La vente concerne l’ensemble de l’hôtel-restaurant (avec piscine et hammam) et son parc (avec golf) sur 8 hectares, ainsi que le mobilier et le matériel. Le château Lalande a définitivement fermé en novembre. Et le maire s’impatiente….

Gironde
Le vin et la culture Le journal du vin.com 22 avril 2009
On parle de plus en plus dans le Bordelais de la possible construction d’un grand Centre Culturel du Vin. Il pourrait voir le jour en 2013, dans un quartier un peu excentré qu’il contribuerait à vivifier. La mairie étudie de près ce projet, voulu par Alain Juppé…

Gironde
Tous les objets cultuels fichés par la gendarmerie Sud Ouest 22 avril 2009
COMPAGNIE DE LANGON. Durant un peu plus d’un an, les gendarmes de la compagnie ont recensé tous les biens cultuels de l’ensemble des églises des 193 communes
De tout temps, les églises ont regorgé d’objets cultuels, souvent dons de fidèles. Tableaux, crucifix, statues et autres sculptures côtoient encensoirs et calices de plus ou moins grande valeur. Autant de biens dont souvent les églises n’ont pas conscience des convoitises qu’ils pourraient attiser. Car le marché de l’art, et plus particulièrement des objets cultuels, est un marché florissant. Dont les premières victimes sont les édifices religieux, cambriolés quand ils ne sont pas purement pillés.
(…) Depuis le début de l’année 2008, toutes les brigades ont été mises à contribution d’une mission de prévention.
Durant quinze mois, un à trois militaires, dans chacune des 15 brigades de la compagnie, ont procédé, sous la responsabilité du commandant, au recensement méthodique des objets cultuels contenus dans chacune des églises des 193 communes. De la plus petite chapelle à l’imposante cathédrale de Bazas, pas un édifice n’aura été omis de cet inventaire….

Dordogne
BUSSIÈRE-BADIL Ils sauvegardent le petit patrimoine Sud Ouest 21 avril 2009
L’association La Pierre angulaire multiplie les initiatives sur tout le département pour restaurer les vieilles pierres
L’association La Pierre angulaire (1) vient de tenir son assemblée générale à Bussière-Badil dans un contexte plutôt optimiste de progression d’activité, d’adhésions nouvelles et de création d’antennes cantonales (à Carlux, Bussière-Badil, Excideuil, Périgueux et Sarlat).
La Pierre angulaire a été fondée en 1993 et est liée à la Fédération départementale des aînés ruraux – son président Jean Figarella était d’ailleurs présent à cette assemblée générale.
Particulièrement active sur puits, pigeonniers, lavoirs, fontaines, croix, pontets, cluzeaux, fours à pain ou cabanes, La Pierre angulaire vise « la connaissance, le repérage et le recensement du petit patrimoine bâti ; la conservation et la transmission de cette connaissance ; enfin la sensibilisation des autorités et des propriétaires à cette conservation »…
(1) www.lapierre angulaire24.fr

Pyrénées Atlantiques
BIDACHE Patrimoine en péril Sud Ouest 21 avril 2009
Si sous le pont Mirabeau coule la Seine, sous le pont de Gramont coule le Lihoury et, inexorablement, l’usure des ans, les caprices du temps, l’oubli des hommes, ces trois plaies jamais touchées par la crise, rongent et dégradent sans fin cet ouvrage dont les trois arches enjambent le cours d’eau à 3 km en amont du bourg.
Inscrit à l’inventaire des Monuments historiques, il n’est pas aisé de le dater. Construit au Moyen Âge ? Ensuite, sûrement renforcé dans les siècles suivants ? Aucun écrit ne l’atteste. Pas plus que d’en déterminer sa fonction.
Lieu de passage évidemment, de péage pourquoi pas, mais les anciens se souviennent qu’un chemin, une « carrère », descendait de la route de Saint-Palais, passait devant la ferme Larré, empruntait ce pont pour remonter rive droite vers Huart et Berdic, au-dessus des carrières surplombant deux méandres de la rivière. La rivière, justement, elle s’est déchaînée un soir de février, laissant le pont et la digue, 40 m en amont, déjà bien amochés par les embâcles dus à la tempête Klaus, dans une situation plus que préoccupante.
Le constat des dégâts a laissé les observateurs sans voix : parapets abattus, joints détériorés, pierres descellées et arrachées, revêtement du tablier attaqué, maçonneries disloquées, brèches ouvertes, fissures béantes. Tout le système se fragilise inéluctablement et « ne vivra pas deux ou trois crues similaires », estime Laurent Lucmaret habitant le moulin avec sa famille.(…) La commune est donc au chevet de ce patrimoine mal en point afin que le pont de Gramont dit « romain » ne rende pas le dernier soupir et que la digue ne devienne pas celle des lamentations.

Lot-et-Garonne
DURAS Les pierres sauvées Sud Ouest 21 avril 2009
Dimanche, la cité fête son château… et tout ce qu’elle a fait pour lui depuis 1969
Ce dimanche 26 avril, Duras fêtera le 40e anniversaire du rachat, par la commune, du château des ducs qui fait aujourd’hui une grande part de sa notoriété. À partir de 14 h 30 dimanche après-midi, s’enchaîneront conférences, présentations, expositions sur le château et son histoire (tout est gratuit). Et l’on pourra assister à une reconstitution théâtralisée de la vente à la bougie qui, le 20 mars 1969, scella le nouveau destin du château….

Dordogne
SAINT-POMPON Frédéric Allègre, ébéniste d’art Sud Ouest 17 avril 2009
Il y a maintenant six mois que Frédéric Allègre s’est installé comme ébéniste, un peu à l’écart du bourg de Saint-Pompon, au lieu dit Terme-de-Caux.
(…) Frédéric a une véritable passion pour le tournage sur bois mais aussi pour la restauration ou la création de mobilier religieux. C’est ainsi qu’il a obtenu une commande pour un siège épiscopal en chêne pour l’église de Prats-du-Périgord. Il a également réalisé le couvercle du baptistère…

Gironde
SAINTE-EULALIE La passion du passé Sud Ouest 11 avril 2009
Depuis plus de dix ans, Sainte-Eulalie patrimoine ne se lasse pas de faire des recherches sur la commune. C’est en 1997 que l’association Sainte-Eulalie patrimoine a été fondée. Son but comme le stipule l’article 1 de ses statuts est « la promotion, la conservation, et la protection du patrimoine archéologique, historique, architectural et naturel de la commune de Sainte-Eulalie ». Cette association est menée avec vivacité et détermination par sa présidente Muriel Dagens dont la connaissance de la commune est riche de par ses racines eulaliennes et sa volonté de toujours aller plus loin dans ses recherches.

Lot-et-Garonne
Le patrimoine selon Juliette Sud-Ouest 11 avril 2009
« L’Agglo affiche son patrimoine, itinérance autour de 45 tableaux » : c’est le thème du premier projet culturel associant les huit communes de la CAA. À la faveur des Journées du Patrimoine, du 18 septembre au 4 octobre prochains, chacune de ces communes (Agen, Boé, Colayrac-Saint-Cirq, Layrac, Bon-Encontre, Saint-Hilaire-de-Lusignan, Foulayronnes et Le Passage-d’Agen) devrait exposer sur des panneaux « sucettes » des photographies de l’artiste Juliette Armagnac « évocatrices de son patrimoine ».
« Ces panneaux sucettes, explique-t-on à la mairie, sont habituellement utilisés comme supports de communication extérieure, publicitaire et événementielle. Ce type de mobilier urbain, du fait de sa fonction première, offre un excellent maillage sur tout le territoire de la Communauté d’agglomération. Les panneaux sont visibles par tous les usagers. » Photographe et illustratrice agenaise, Juliette Armagnac a donc été invitée dans le cadre d’une résidence de création. Sa mission : réaliser 45 oeuvres photographiques qui seront tirées sous forme d’affiche (format 120 x 176) avant d’être exposées aux quatre coins du territoire…..

Gironde
La justice sauve le Christ Sud Ouest 10 avril 2009
Les trois peintures religieuses accrochées dans plusieurs salles de la cour d’appel de Bordeaux ne contreviennent pas au principe de laïcité. La fédération girondine de la Libre Pensée, qui demandait le retrait de ces tableaux monumentaux représentant le Christ en croix, vient d’être déboutée par le tribunal administratif de Bordeaux. La juridiction, présidée par Henri Chavrier, a estimé que ces oeuvres échappaient aux dispositions de la loi du 9 décembre 1905 relatives à la séparation des Églises et de l’État et qui bannit tout signe religieux de la sphère publique.
« Toute apposition d’un emblème religieux sur un édifice public postérieurement à l’entrée en vigueur de la loi de 1905 méconnaît la liberté de conscience assurée à tous les citoyens de la République et la neutralité du service public à l’égard des cultes quels qu’ils soient », soulignent les magistrats dans les attendus de leur décision. Le législateur de l’époque, ayant pris soin de préciser que l’interdiction ne s’appliquerait qu’à « l’avenir », les trois christs bordelais sauvent leur tête. Ils avaient été accrochés dans les prétoires bien avant la publication de la loi. …

Lot-et-Garonne
Même l’archéologie souffre de la crise Sud Ouest 4 avril 2009
CULTURE. Le secteur construction est en berne. Par ricochet, les fouilles se font plus rares
La crise frappe même sous terre. Avec la baisse du nombre de chantiers liée à la conjoncture économique, les fouilles archéologiques se font plus rares sur le département. « Le nombre de permis de construire a chuté de 50 % dans le dernier trimestre 2008, évalue Philippe Coutures, ingénieur au service archéologie de la Drac. Dans la mesure où 90 % des fouilles sont préventives, et donc étroitement liées aux chantiers lancés dans le département, cela explique pourquoi il y a moins d’activité chez les archéologues professionnels. »….

Dordogne
SAINT-ASTIER L’archéologie par le jeu Sud Ouest 4 avril 2009
Le collège Arthur-Rimbaud propose aujourd’hui toute une série d’animations ouvertes au public et assurées par un détachement de l’association de reconstitution et d’expérimentation archéologique la Legio VIII Augusta (1). Créée en 1998 et soutenue par le Conseil général du Tarn, cette association est composée de membres bénévoles venus de toute la France et d’horizons professionnels variés (professeurs, historiens, latinistes, archéologues…). Sa vocation est avant tout pédagogique, par une approche vivante mais rigoureuse de l’histoire. Soucieux de toucher un public plus large, les membres ont parcouru, lors de leurs démonstrations, les musées, sites archéologiques et écoles de France….

Dordogne
En attendant le futur Lascaux 3… Sud Ouest 4 avril 2009
Le Centre d’accueil de la préhistoire, dont la première pierre a été posée hier aux Eyzies, est l’un des trois projets lancés par le Pôle international de la préhistoire (PIP) créé en 2002. S’y ajoutera le site du château de Campagne, près du Bugue, où se trouveront le siège du PIP en 2011 et un pôle de recherche et d’accueil des scientifiques à l’occasion de séminaires de recherche sur l’archéologie.
Le parc, ouvert au public, offrira un parcours de découverte en lien avec la forêt et les sites préhistoriques. Au Centre d’accueil des Eyzies et au Château de Campagne doit s’ajouter, à l’horizon 2014 ou 2015, un Centre d’interprétation d’art pariétal, dit « Lascaux 3 », que le Département veut installer au pied de la colline de Lascaux, désormais « sanctuarisée ». Reste maintenant à concevoir le bâtiment et à décider ce qu’il abritera exactement…

Pyrénées Atlantique
SAINT-JEAN-PIED-DE-PORT Le patrimoine fortifié a son réseau Sud Ouest 1er avril 2009
À l’initiative de l’association Places fortes frontalières catalanes, présidée par Guy Durbet et de l’association Places fortes des Pyrénées-Occidentales, présidée par Pierre Jouantho, une nouvelle association regroupant les deux entités est née sous le nom de R2P2F : Réseau pyrénéen du patrimoine fortifié frontalier. Cette naissance a été célébrée lors de l’assemblée générale de création qui s’est déroulée à Toulouse le 24 février dernier….

Mars

Gironde
La Tour de Veyrines à Mérignac SUD OUEST 30 Mars 2009
INSOLITE. C’est un des derniers vestiges militaires de l’époque médiévale encore visible dans l’agglo
Située à deux kilomètres au sud du bourg de Mérignac, la tour de Veyrines constitue le dernier élément d’un important château féodal qui dressait ses murailles près du ruisseau dit « les Ontines », lequel alimentait autrefois ses fossés aujourd’hui disparus.
L’acte de fondation de sa construction (conservé à Londres) remonte au 26 août 1290, lorsque Edouard 1er, duc de Guyenne et roi d’Angleterre, autorisa Arnaud de Blanquefort à « entourer de murs ou de palissades à volonté son manoir de Vitrinis ». (…) Un des traits remarquables de la Tour de Veyrines est la présence de peintures murales qui décorent les parois de la voûte de l’oratoire. Elles représentent divers épisodes de la vie du Christ, dont la Crucifixion et la Bénédiction des évangélistes. Des archéologues ont montré les influences de l’art anglais sur ces oeuvres, notamment dans le traitement des silhouettes, la maigreur extrême des visages et des mains, caractères que l’on retrouve dans les albâtres anglais du début du XIVe siècle. Un peu oubliée, la tour de Veyrines semble miraculée au milieu d’une grande prairie inconstructible, « dernier carré » d’un passé submergé par une agglomération dévoreuse d’espaces à bâtir….

Gironde
Bordeaux Un débat né des vestiges Sud Ouest 27 mars 2009
PLACE PEY-BERLAND. Pour Dany Barraud, le conservateur régional de l’archéologie, seul l’enfouissement des vestiges est acceptable. Les passionnés d’histoire s’y opposent
Michel Suffran, l’écrivain et historien aussi enraciné à Bordeaux que le pont de pierre, persiste et signe : il ne veut pas voir (re) disparaître les vestiges de la place Pey Berland.
Dans notre édition numérique du 20 mars (sudouest. com), il dénonçait cet enfouissement et suggérait l’idée de créer un collectif pour s’y opposer. Rien ne bouge ! Alors il remet ça aujourd’hui en répétant que l’on va commettre « une grave erreur » et « qu’on la regrettera ». Pour lui, c’est cacher « la seule preuve tangible de la venue d’Aliénor d’Aquitaine à Bordeaux. »
Effectivement, les vieilles pierres retrouvées dans le sol sont celles du porche de la première cathédrale romane construite au XIIe siècle. Un seuil sur lequel la belle Aliénor aurait posé les pieds le jour de son mariage.
« Un lieu hautement symbolique » affirme lui aussi Paul Lequet, autre artiste Bordelais pour qui « effacer le passé, c’est réduire l’avenir »….

Gironde
Le château relustré Sud Ouest 21 mars 2009
LE GRAND BARRAIL À SAINT-ÉMILION. Après trois mois de rénovation intensive, le quatre étoiles vient de rouvrir
De fond en comble. Une quinzaine de corps de métiers se sont succédés depuis la mi-décembre pour la rénovation intérieure de l’hôtel Le Grand Barrail à Saint-Emilion. L’opération s’est achevée lundi dernier, date de réouverture de l’hôtel. Les deux dernières semaines, l’heure était aux finitions des 28 chambres et salles de bain sur les 46 que compte le quatre étoiles. (…) Le château a été construit en 1904 par le brasseur René Bouchard, qui a sacrifié au style mauresque, comme en témoigne un salon cerné de vitraux. Cette enfilade de trois salles de restaurant a été restaurée, mais à peine modifiée. Aux touches de bleu, jugé trop dur, ont été préférées des tonalités dorées…

Gironde
Un rond-point vert Sud Ouest 21 mars 2009
GRADIGNAN, CAYAC. Les travaux vont débuter avant l’été. Le carrefour deviendra rond-point, avec plus d’espaces pour piétons, cyclistes… et pèlerins
Le prieuré de Cayac et son carrefour sur l’ancienne nationale 10 qu’est le cours du Général-de-Gaulle, c’est l’axe majeur de la commune.
Et le maire s’agace rétroactivement de trouver dans les archives des photos de semi-remorques circulant entre les deux bâtiments de cet établissement religieux aux façades classées. Le prieuré rénové regroupe aujourd’hui le musée Georges-de-Sonneville, une salle d’exposition, des locaux associatifs, ainsi qu’une halte pour pèlerins. Ceux-ci s’arrêtent toujours à Gradignan sur ce chemin de Compostelle : on en a recensé 400 l’an dernier.
Le cours du Général-de-Gaulle longe actuellement le prieuré. « Ce carrefour reste très emprunté dans le sens nord-sud, dit le maire, avec les rues Poumey, Canteloup et Chartrèze, plus la route de Pessac, ce qui le rend accidentogène, avec un flux de circulation peu lisible. » L’objectif de Michel Labardin est donc « de rétablir la perspective et de permettre la mise en valeur du patrimoine historique. Nous allons décaler l’axe routier et créer un rond-point. »

Lot-et-Garonne
BOÉ. La découverte d’une sépulture vieille de 2 000 ans ne remet pas en cause les travaux du futur golf Sud Ouest 19 mars 2009
«C’est passé à deux centimètres », dodeline l’archéologue. Deux petits centimètres et deux millénaires séparaient en effet la sépulture et l’ingénieur de recherche au service régional d’archéologie. Alors qu’une pelle mécanique brassait de l’argile à tour de bras la semaine dernière, du côté du futur neuf trous, la machine a mis à jour un bout de crâne. Heureusement pour les amoureux de l’histoire que le propriétaire du site, Hervé Tovo, connaissait un archéologue bénévole du côté de Layrac, Francis Fournier. En découvrant le crâne enfoui à côté de morceaux d’amphores, ce dernier tire la sonnette d’alarme à Bordeaux, du côté du service d’archéologie de la Drac. « C’est la procédure habituelle, confirme l’ingénieur. Nous nous appuyons sur un réseau d’archéologues bénévoles qui nous alertent à la moindre découverte. »…

Gironde
Les vestiges sont de retour, la polémique aussi Sud Ouest 19 mars 2009
BORDEAUX. Plusieurs Bordelais, Michel Suffran en tête, demandent la mise en valeur des vestiges de la place Pey Berland. Mais est-ce possible ? Des villes l’ont fait. Deux bons exemples à Rouen
« Réagissons avant qu’il ne soit trop tard. Enfouir définitivement les vestiges de la place Pey-Berland serait une grave erreur. Pour avoir eu le privilège de découvrir le site avec les commentaires d’archéologues avisés, je peux vous assurer qu’il s’agit d’un véritable trésor. C’est la seule preuve tangible de la venue d’Aliénor d’Aquitaine à Bordeaux. » Depuis lundi, date à laquelle nous annoncions la disparition prochaine des vestiges de la place Pey-Berland, Michel Suffran, l’écrivain et non moins passionné d’histoire, ne décolère pas. Il a écrit à Alain Juppé pour lui demander d’intervenir et fait de même avec la Drac (Direction régionale des affaires culturelles)…

Gironde
BORDEAUX Un pont en bois sans doute médiéval, sur les rives du Peugue Sud Ouest 19 mars 2009
MÉRIADECK. Les fouilles archéologiques sous les ex-meubles Bayle, sur un chantier de Bouygues, ont livré un pont en bois sans doute médiéval, sur les rives du Peugue
Ici donc, Bouygues est en train de construire une résidence de standing. Comme la loi l’impose, le constructeur est tenu de financer des fouilles archéologiques préventives dans les sous-sols qu’il va exploiter. Un travail confié aux archéologues de la société privée Hades. Ces fouilles ont démarré le 9 mars dernier et elles ont déjà fourni des éléments intéressants. À commencer par une construction en bois plongée dans une gangue de terre noire. « Il s’agit probablement d’un pont, puisque nous avons des pieux et des traverses », explique Jérôme Henique, le chef des fouilles. Nous sommes ici à cinq mètres en dessous du niveau du sol actuel, dans un sol marécageux qui s’est sans doute formé en recouvrement du sol antique. Nous sommes surtout sur les berges du Peugue, ce fameux affluent de la Garonne au bord duquel un village, Bordeaux, est né. Un pont ici, ce n’est donc pas incongru et cela montre qu’à Bordeaux, les histoires de ponts ont commencé il y a des siècles…
Ici donc, Bouygues est en train de construire une résidence de standing. Comme la loi l’impose, le constructeur est tenu de financer des fouilles archéologiques préventives dans les sous-sols qu’il va exploiter. Un travail confié aux archéologues de la société privée Hades. Ces fouilles ont démarré le 9 mars dernier et elles ont déjà fourni des éléments intéressants. À commencer par une construction en bois plongée dans une gangue de terre noire. « Il s’agit probablement d’un pont, puisque nous avons des pieux et des traverses », explique Jérôme Henique, le chef des fouilles. Nous sommes ici à cinq mètres en dessous du niveau du sol actuel, dans un sol marécageux qui s’est sans doute formé en recouvrement du sol antique. Nous sommes surtout sur les berges du Peugue, ce fameux affluent de la Garonne au bord duquel un village, Bordeaux, est né. Un pont ici, ce n’est donc pas incongru et cela montre qu’à Bordeaux, les histoires de ponts ont commencé il y a des siècles…

Pyrénées atlantiques
BIZANOS Le château de Franqueville se dote d’un vignoble Sud Ouest 19 mars 2009
L’Association des amis du château de Franqueville, coprésidée par le comte de Franqueville, petit-fils de la lignée de Franqueville, et Pierre Blanchard, ancien responsable du service vinicole à la Chambre d’agriculture des Pyrénées-Atlantiques, en collaboration avec la municipalité de Bizanos, souhaitent vinifier les pentes du château de Franqueville. L’objectif est de redonner au château une de ses anciennes activités – la viticulture – et d’animer une vie autour de cette production. Le projet permettra d’enrichir le patrimoine de la commune, en mettant en place un conservatoire de vieilles variétés locales de cépages blancs….

Landes
Le patrimoine archéologique s’enrichit Sud ouest 19 mars 2009
SANGUINET OUVERTURE DU MUSÉE ?.Cela fait exactement 31 ans que Bernard Maurin préside le Centre de recherches et d’études scientifiques de Sanguinet (Cress). Après la découverte du site gallo-romain de Losa (face à la plage du Pavillon), depuis 1978, les plongeurs-archéologues descendent le long de la rivière de la Gourgue et remontent le temps. Ainsi, au fil des ans, sur une distance d’environ 3 kilomètres, la révélation de plusieurs zones d’habitat, baptisées L’estey du large, Put-blanc, La Forêt et actuellement Matocq, ont permis aux chercheurs du Cress d’enrichir le patrimoine archéologique….

Lot-et-Garonne
BOÉ. Des vestiges sous la terre du golf Sud Ouest 17 mars 2009
Des archéologues ont découvert un crâne et un vase datant du Ier siècle avant notre ère. Les fouilles se poursuivent
C’est une nouvelle découverte archéologique majeure qui vient de se révéler dans la plaine boétienne. Un crâne datant du Ier siècle avant Jésus-Christ a été découvert vendredi sur le chantier du futur golf de Boé, créé par Hervé Tovo.

Gironde
BARSAC. La numérisation évolue au service de l’art religieux Sud Ouest 14 mars 2009
Le projet de l’association Mémoires et patrimoines des Graves associée avec Art’Image, lancé depuis le mois d’octobre 2008 sur la sauvegarde numérique du patrimoine de l’église Saint-Vincent de Barsac, avance à grand pas. Les techniques photographiques s’affinent, le matériel est sans cesse adapté ou créé pour chaque situation et évolue à chaque besoin nouveau…..

Landes
ESCOURCE Le patrimoine local se dévoile Sud Ouest 14 mars 2009
Créée depuis quelques mois, à l’initiative de personnes désireuses de sauvegarder et de favoriser le patrimoine local, l’association Sauvegarde du patrimoine paysager d’Escource propose son premier Printemps patrimonial du 20 au 22 mars. Au cours des mois précédents, les responsables de l’association ont parcouru le village et les communes voisines pour photographier les bâtiments, les airials, les monuments, enfin tout ce qu’ont légué nos prédécesseurs. Lors de ce premier Printemps patrimonial, les visiteurs pourront découvrir l’exposition de photos, recevoir des informations et éventuellement des conseils pour mettre leur bien en valeur dans le respect des traditions….

Lot-et-Garonne
Une guerre d’héritage Sud Ouest 13 mars 2009
SAINTE-LIVRADE-SUR-LOT. Un an après sa victoire, le maire socialiste Claire Pasut ne se prive pas de critiquer ses prédécesseurs sur les projets qu’ils ont initiés. Lesquels défendent évidemment leur bilan
Claire Pasut n’y va pas par quatre chemins. Derrière la douceur toute féminine de la voix, les attaques sont sans ambages. Selon elle, à son arrivée, Sainte-Livrade était en quasi-faillite. « Je n’invente rien, nous étions dans le réseau d’alerte du Trésor public », explique le nouveau maire PS, qui a ravi cet ancien bastion de la droite. Depuis, elle proclame avoir « repris les choses en main ». Une année chargée donc, pour celle qui est aussi devenue vice-présidente du Conseil général.
« Nous avons revu tous les dossiers un à un. Certains avaient été abandonnés, comme la réhabilitation de l’église, d’autres étaient mal montés… » Et Claire Pasut de citer le volumineux projet de réhabilitation du Centre d’accueil des Français d’Indochine (Cafi), vieux serpent de mer de 20 millions d’euros, dont les travaux viennent juste de débuter… Avec deux ans de retard…..

Lot-et-Garonne
Quand le patrimoine se mêle des boutiques Haro sur les enseignes à néons clignotant Sud Ouest 7 mars 2009
Villeneuve-sur-Lot Une franchise a failli renoncer à son projet après une demande jugée trop stricte des Bâtiments de France
C’est une échoppe âgée, la vitrine encadrée par un marbre travertin. Rue Sainte-Catherine, l’ex-magasin Chabrié ven- dait du tissu depuis quarante ans. Comme un musée du commerce local, ce genre de boutique a disparu. Cette facture désuète, ce « matériau noble, de belle couleur », valait d’en « conserver la trace », explique Camille Zvenigorodsky, l’architecte en chef des Bâtiment de France en Lot-et-Garonne. Oui mais voilà : pour la franchise de vêtements homme Devred, le travertin, c’est peut-être joli, mais pas très tendance. En tout cas, loin de l’aspect « moderne et dynamique » que la marque veut inspirer.
Partout, Devred s’habille d’un plaqué bois chocolat, plutôt classe. Et voilà comment s’est nouée l’affaire, cette semaine : les Bâtiments de France exigent de conserver le marbre, puisque le magasin est en pleine zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP). L’architecte de Devred accepte de redessiner la devanture. Mais le marbre, trop poreux, ne supporte pas une laque censée lui redonner bon teint.
Le résultat ne plaît pas à De- vred, l’Institution maintient sa demande et l’enseigne s’agace. Mercredi, Devred informe la (future) gérante villeneuvoise de la franchise que le contrat est désormais abandonné. (…) Jeudi, un accord a été trouvé avec les Bâtiments de France, qui conviennent que, dans cet état, le marbre est « irrécupérable à jamais ». Va pour le décor chic, en bois…..

Dordogne, Gers, Lot, Haute-Garonne
Les châteaux défient la criseLa dépêche du Midi 7 mars 2009
L’achat d’un château, c’est d’abord l’histoire d’un coup de foudre.
Des façades avec leurs fenêtres à meneaux qui s’ouvrent sur un grand parc, des demeures dont la beauté sobre raconte l’histoire des vieilles familles… Loin des tempêtes boursières, la pierre constitue plus que jamais la valeur refuge contre toutes les incertitudes économiques. Paradoxe total en ces temps de crise : jamais ont été proposés à la vente autant de châteaux. Et jamais ils ont autant intéressé.
Alors qui sont les acheteurs ? Des Français dans deux cas sur trois, originaires du nord et de l’Ile-de-France, ou des Européens séduits par les salons de promotion touristique. Ce sont d’abord des cadres « sup » issus de grands groupes, très souvent de la grande distribution. Des gens plutôt discrets, grands connaisseurs des monuments historiques ou des demeures exceptionnelles, qui ne penseraient nullement à acheter au Cap d’Antibes ou à Biarritz. Il leur faut la solitude des espaces boisés.
(…) Et de l’autre côté, qui sont les vendeurs ? Des couples qui divorcent, des descendants qui n’ont pas les moyens d’assurer les lourdes charges d’entretien ou contraints de vendre lors de successions, des Anglais qui repartent… Une chose est sûre : la cession de leur bien, souvent détenu depuis plusieurs générations, constitue un véritable arrache-coeur. (…) Arrivent en tête la Dordogne, le Gers, le Lot, et la Haute-Garonne. Midi-Pyrénées bénéficie d’une très bonne aura car s’y trouvent associés les paysages, la montagne, la gastronomie et le patrimoine…..

Dordogne
. Lors des récents débats publics du Les allées de Tourny, pôle d’échange des autobus? Sud Ouest 6 mars 2009
PérigueuxPlan de déplacements urbains (PDU), l’idée d’un pôle central de réseau pour le Syndicat mixte Péribus avait couru. Site envisagé : les allées Tourny à Périgueux, pour remplacer le Palais de justice tout proche.
Or, la Communauté d’agglomération périgourdine (CAP) en charge de Péribus a lancé un appel d’offres de faisabilité pour « y voir clair ». Les responsables de la CAP affirment que « rien n’est décidé ». Mais ils veulent « savoir s’il l’on peut approfondir ce dossier, motivant beaucoup de monde, mais s’appuyant sur un site sensible. »
Comme on le lira ci-contre, ce projet dont le maire avait parlé aux industriels forains (concernés pour leurs emplacements actuels) lors des fêtes de Noël, a en effet pour cadre un site classé….

Pyrénées Atlantiques
IDRON. La Ville décide d’acheter le château Sud Ouest 5 mars 2009
La dernière réunion du Conseil municipal a offert un débat sur les orientations générales du budget 2009 et confirmé le prochain achat d’une grande partie du château d’Idron. (…) Les principaux investissements à effectuer durant cette année concerneront notamment l’achat du château (1 390 000 ?)….

Gironde
ISLE-SAINT-GEORGES. Les fonts baptismaux entièrement restaurés Sud Ouest 5 mars 2009
L’association de restauration de l’église (ARS) a été créée en 1992 sur les conseils de M. Errath, architecte des Bâtiments de France. L’édifice néogothique, bien que riche en vitraux, statues, autels, mobiliers et peintures, était dans un état inquiétant.
Depuis sa création, l’ARS a facilité 15 536 euros de travaux soit une moyenne annuelle de 6 596 euros de dépenses de travaux et restauration. Afin d’y parvenir, l’association est subventionnée par le Conseil général et la municipalité. Un financement complété par les cotisations des familles adhérentes (43 en 2008) auxquelles il faut ajouter les dons et les sommes récoltées grâce à l’organisation de lotos.
Cette dernière année a vu la restauration des fonts baptismaux dont une partie proviendrait de l’ancienne église du XIIe. Les quatre colonnes en bois peint et doré qui l’entourent se veulent de style corinthien avec leurs bases à deux tores et leur chapiteau à feuilles d’acanthe…..

Gironde
TARNOS Petite polémique autour de Notre-Dame des Forges Sud Ouest 4 mars
L’intervention de Gérard Claverie lors du conseil municipal du 3 février au sujet de la réhabilitation de l’église des Forges suscite des réactions. L’élu avait affirmé que « l’argent public n’a pas à favoriser un lieu de culte ou bien il s’agit d’un bien public », dans ce cas, il proposait de le rebaptiser (lire notre édition du 11 février).
L’Équipe d’animation pastorale paroissiale (EAPP) de la paroisse Notre-Dame-de-l’Adour a répondu à cette déclaration. « L’église des Forges est inscrite sur l’Inventaire supplémentaire du patrimoine culturel et des travaux de mise aux normes de sécurité ont été réalisés, expliquent les membres de cette équipe. Depuis cette restauration, effectivement, elle a une vocation culturelle et nous constatons que lors des manifestations organisées, malgré son nom, un public divers y assiste très nombreux. L’église des Forges n’est lieu de culte que tout à fait exceptionnellement. » L’EAPP assure que « les habitants de Tarnos et surtout ceux du quartier des Forges sont très attachés à ce nom. Il leur rappelle l’entreprise dans laquelle un grand nombre d’entre eux a été salarié pendant plusieurs années. L’église des Forges a aussi été témoin des moments importants de leur vie : baptêmes, mariages, funérailles… »………

Pyrénées Atlantiques
MONTANER Un château plein de vie Sud Ouest 2 mars 2009
Forts d’une année 2008 riche en animations, les Amis du château, réunis en assemblée générale ce samedi 14 février, ont dressé un bilan largement positif et envisagent l’année 2009 avec plein de projets.

Dordogne
Saint-Rome à la lumière des vestiges antiques Sud-Ouest 1er mars 2009
CARSAC-AILLAC. Les archéologues mettent au jour la présence d’un domaine agricole datant de l’époque gallo-romaine et une nécropole plus récente. Une belle découverte
(…) « Nous sommes probablement ici en présence d’une propriété agricole suivant un schéma de construction typique, similaire à celui du Petit-Bersac, en Dordogne, et relativement commun sur le territoire de l’Hexagone, explique Alexandra Hanry, chargée d’études et d’opération à l’Inrap et responsable des fouilles de Carsac. Le site ne se trouve pas sur un ancien axe de passage et nous n’avons retrouvé aucune trace d’artisanat. Par contre, sur ces terrains alluviaux, la « pars urbana » (partie résidentielle) se trouvait sans doute à la place qu’occupe la maison de retraite actuelle, et la « pars rustica » (bâtiments agricoles) occupaient l’espace sur lequel nous sommes. » Les archéologues ont effet ici sorti de terre un mur de 14 mètres de long orienté nord-sud, sur lequel se présentent perpendiculairement plusieurs bâtiments, dont les assises et certains éléments structurels révèlent des états de conservation inégaux. La fin de cette campagne de fouilles a été arrêtée au vendredi 3 avril ; à cette date, le voile sera levé sur le bilan exact des découvertes faites à Carsac.

Février

Dordogne
Préhistoire : Lascaux, grotte en péril LE MONDE 27 février 2009
Laurence Leauté-Beasley ne mâche pas ses mots. En une phrase, ce petit bout de femme aux yeux bleus perçants résume la situation : « Sauver la face ou sauver Lascaux ». En clair, « cessez de dire que tout va bien à Lascaux. Depuis l’an 2000, l’administration a fait la politique de l’autruche et du déni public », affirme cette Franco-Américaine, qui considère le sauvetage de la Chapelle Sixtine de la préhistoire, grotte aux fresques monumentales, comme sa croisade. Au point d’avoir créé, en 2004, à Oakland (Californie, Etats-Unis), l’International Commitee for the Preservation of Lascaux (ICPL), au nom duquel elle a soumis à l’Unesco, à la veille de l’assemblée générale annuelle, en juillet 2008 à Québec, un rapport dénonçant la mauvaise gestion du site classé en 1979 sur la liste du Patrimoine mondial…

Dordogne
CORGNAC-SUR-L’ISLE Le château renaît L’ensemble du site classé Sud Ouest 27 frévrier 2009
Une troisième journée de débroussaillage s’est déroulée samedi dernier au château de Laxion. Trente-cinq bénévoles, dont ceux de l’association Mesnie Périgord, ont participé à ce nettoyage. (…) La réalisation de ces travaux de sauvetage et de mise en valeur permettra, cette année, de commencer à faire revivre ce site magnifique et méconnu du Périgord vert : un château d’allure médiévale, rebâti au XVIe siècle, devenu pathétique au fil du XXe siècle. Si l’abandon durant un siècle a été cruel pour Laxion, il ne sera pas irréversible. Dès cette année, Laxion, racheté l’an dernier par Gaëlle et François Dumy, va vivre touristiquement….

Gironde
Oui à l’intérêt général du futur pont levant de Bordeaux territorial.fr 23 février 2009
Le tribunal administratif de Bordeaux vient de valider la délibération de la communauté urbaine de Bordeaux (CUB) qui déclarait le futur pont levant de Bordeaux, projet d’intérêt général. Ouvrage de 426 mètres de long, 43 m de large et 55 m de hauteur de levage, ce pont – qui devrait voir le jour en 2012 et accueillir quotidiennement environ 40 000 véhicules, des cyclistes, des piétons et le tramway entre les quartiers de Bacalan et de Bastide- opposait la CUB à une quinzaine d’associations…

Gironde
VAYRES La bibliothèque du château se paie un plafond royal Sud Ouest 21 Février 2009
Dans la tour du donjon, après la chambre de l’évêque, des travaux de rénovation dans une salle laissent apparaître de magnifiques peintures au plafond. « L’idée est partie de là, explique Sylvie Boucly, propriétaire du château de Vayres. C’est en découvrant ces peintures enfouies sous plusieurs couches d’enduits que la restauration de la salle, dans son ensemble, s’est imposée. »
(…) Aucune aide de l’État. « La cheminée est en voie de rénovatio, le réseau de chauffage aussi. (…) Au programme des prochaines rénovations, il y aurait le tissu un peu défraîchi du grand salon et un autre plafond dans une salle de l’aile du moulin, la partie la plus ancienne du château qui date du XIII-XIVe siècle…

Dordogne
TAMNIÈS. Le patrimoine est restauré
Il a suffi de deux fers de lance (Jacky Magnanou et Jacques Crouzel) pour susciter l’engouement concernant le petit patrimoine local. Autour d’un coordinateur (Bernard Venancie), un groupe de bénévoles se retrouve une fois par mois pour restaurer fontaines et bories. La dernière fois, ils étaient plus de quinze répartis sur quatre chantiers : lavoir de Brunier, fontaines des Graves, de la Garrigue et de Galinat. Outre la qualité du travail, ils affichent tous un excellent état d’esprit. Ces nouveaux arrivants semblent motivés pour sauver ce que les ancêtres ont laissé afin que les générations futures en profitent…

Lot-et-Garonne
CASTELJALOUX Des apprentis archéologues Sud Ouest 17 Février 2009
Les latinistes des classes de 5e, 4e, et 3e du collège Sainte-Marie ont, parmi leurs projets pédagogiques, une initiation à l’archéologie. C’est dans ce cadre qu’ils se sont rendus à Pessac, au centre Cap’Archéo. Le but : découvrir la démarche scientifique des archéologues et anthropologues appliquée à l’étude des vestiges et civilisations du passé…

Gironde
MARCENAIS Le lifting de l’église vient de commencer Sud Ouest 16 février 2009
On en parlait depuis un certain temps et ça y est, la première tranche des travaux de rénovation de l’église templière de Marcenais ont débuté. Depuis deux jours une bâche recouvre la façade sud de l’église et la rénovation à proprement parler commencera lundi 16 février pour une durée de quatre mois environ, sous le contrôle du maître d’oeuvre Denis Boullanger, architecte du patrimoine…

Lot-et-Garonne
Villeneuve-sur-Lot Dans les coulisses du musée Visite hétéroclite dans les réserves de Gajac, un ancien moulin, au moment où l’exposition Piranese a permis d’ouvrir de nouvelles salles
(…) A l’intérieur, on trouve les réserves. Un amoncellement d’objets, un bric-à-brac culturel et surprenant qui nous dit ce que furent les ambitions successives au cours des décennies écoulées pour le musée de Villeneuve-sur-Lot.
Là sont entreposés les objets légués par les premiers bienfaiteurs du musée. « Ils proviennent des collections de quelques érudits locaux de la fin du XIXe siècle », estime Hélène Lagès. Gajac a hérité de ces réserves venues de l’ancien musée Gaston-Rapin. Qu’y trouve-t-on ? Des statuettes égyptiennes, d’innombrables morceaux de poteries gallo-romaines probablement venues d’Eysses, une insolite collection de peignes et de boutons tirés de cornes de mouflons ou de boeufs, le parfait inventaire de l’apothicaire du XIXe siècle, des pointes de flèches du paléolithique, d’inévitables fossiles… et même un crocodile empaillé… (…) Dans ces réserves, on trouve aussi entreposés des objets lapidaires, frontons ou chapiteaux, ultimes témoignages de l’ancienne église Sainte-Catherine. Ou encore cette émouvante collection d’objets et statues religieux tout droit venus des couvents des pénitents blancs et bleus. Comme ces bâtons de procession, dorés pour les fêtes, noir et ornés de têtes de mort pour les cortèges funèbres, qui reposent là comme une armée de piques, censée protéger les statues de saints et d’immenses crucifix…
D’autres sculptures, plus païennes celles-ci, semblent endormies au bout de la pièce. Ce sont deux gisants de Bourlange, sensuels en diable, dont la nudité alanguie mériterait finalement d’autres regards que ceux des bustes d’inconnus aux yeux de pierre ou de plâtre.

Gironde
BAURECH Le président de l’Association des monuments et sites bauréchais a fait son bilan
Au cours de l’assemblée générale de l’Association des monuments et sites bauréchais, le président Éric Baustert qui cède sa place après dix ans, a été dressé un bilan des travaux initiés avant 1999 Parmi les nombreuses réalisations à l’actif de l’association durant cette période, on retiendra la restauration du porche d’entrée de l’église, la remise en route des cloches, la restauration d’un autel collatéral et d’un tabernacle, le classement de l’église Monument historique en 2003 et l’aide des Monuments historique de Paris à l’établissement de l’inventaire des meubles de l’église…

Pyrénées Atlantiques
CHÂTEAU D’ABBADIE. Reprise des visites Sud Ouest 11 février 2009
Le samedi 24 janvier, lorsque Céline Davadan, administrateur du château d’Abbadie, a franchi la grille et emprunté l’allée principale, elle n’a pu que constater le spectacle désolant d’un parc dévasté par la tempête. Le parking jusqu’à l’entrée principale du château était bouché par un amas de branches et d’arbres tombés ou déracinés. Heureusement, le bâtiment lui-même n’a pu eu à souffrir des intempéries, hormis quelques gouttières ou plaques de tôle arrachées par le vent. Les gargouilles sont solides, les bêtes sont restées à leur place. Une semaine plus tard, les portes du château d’Abbadie sont ouvertes aux visiteurs. La tempête s’est produite heureusement pendant la fermeture annuelle…

Gironde
La cathédrale Saint-André s’en sort bien Sud Ouest 4 Février 2009
PEY-BERLAND. Des dégâts mais le pire a été évité. La cathédrale Saint-André n’a pas échappé à la tempête mais le premier bilan dressé par la Direction régionale des affaires culturelles est rassurant. « Plein de petites choses mais rien de très grave » confirme Patrick Lemaître, ingénieur du patrimoine, chargé de l’édifice. La cathédrale a mieux résisté que d’autres édifices comparables en Aquitaine. La cathédrale de Bayonne, par exemple, où un pinacle en pierre (forme de chapeau très pointu) de la tour nord est tombé sur une voûte gothique et l’a complétement transpercée.((…) Sur la série des vitraux, les dégâts sont également limités. Uniquement deux panneaux en verre blanc situés de part et d’autre de la chaire ont volé en éclats…

Gironde
La mémoire des ailes Sud Ouest 4 février 2009
Le Musée de l’air, officiel et confidentiel, raconte l’histoire de la base aérienne
L’ouverture officielle (et privée, car sa visite est réservée aux visiteurs de la base aérienne) du Musée de la BA 120 coïncide à quelques mois près au 75e anniversaire de la création de l’armée de l’air française. « Un jour chargé de symbole et d’émotions, un héritage sacré. Cette alchimie parfaite entre tradition et modernité a été rendue possible par une somme d’actions à la fois individuelles et collectives », déclarait le colonel Bruno Duvert, commandant la base aérienne 120 de Cazaux, vendredi dernier, devant un parterre de personnalités civiles et militaires. Ce musée est avant tout la concrétisation du projet du major Patrick Boyer, passionné d’histoire, soutenu par les membres de l’association les Amis du musée des ailes du lac. Parmi les invités, on remarquait le général Jean Arrouays, qui a commandé la BA 120 en 1968. C’est son association qui est devenue le principal mécène pour la réalisation de ce musée…
www.ba120.air.defense.gouv.fr

Janvier

Pyrénées Atlantiques
Les peintures de l’église seraient du XVIIe siècle
ESPÈS. Les peintures découvertes sous la toile qui recouvrait la voûte sont de l’époque de Louis XIII
La montagne aurait-elle accouché d’une souris ? D’abord annoncées comme étant du XVIe siècle, les peintures de l’église d’Espès, découvertes lors de travaux de restauration, ne seraient que du deuxième tiers du siècle suivant, ce qui n’enlève rien à leur valeur. Deux spécialistes de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) l’ont dévoilé lors de la conférence qu’ils ont tenue dans cette église, jeudi soir…

Gironde
Bordeaux : classement Unesco : Alain Juppé est rassuré Aqui! 23 janvier 2009
Alain Juppé Depuis trois jours, une délégation de l’Unesco « oscultait » Bordeaux, pour s’assurer que la ville, récemment classée au patrimoine mondial, respectait le cahier des charges fixé par la commission. L’Unesco reprochait notamment à Alain Juppé et son équipe la gestion de ses ponts (Bacalan-Bastide et le Pertuis). Mais, visiblement, les choses semblent aujourd’hui être rentrées dans l’ordre.
« J’étais inquiet avant cette visite de l’Unesco, désormais je suis rassuré », s’enthousiasme Alain Juppé. En effet, Bordeaux avait été placée sous « suivi renforcé » début juillet 2008 par le comité du Patrimoine mondial. Le comité n’avait pas apprécié, notamment, d’apprendre la démolition du pont du Perthuis situé sur le port autonome de Bordeaux, après que la ville ait été classée… Quant au grand pont urbain Bacalan-Bastide, l’Unesco estimait qu’elle n’avait pas eu toutes les informations nécessaires…

Gironde
Unesco : l’heure des expertises… Sud Ouest 20 janvier 2009
PONT LEVANT. Les experts de l’Unesco et de l’Icomos seront à Bordeaux en milieu de semaine. Pour juger l’état du site classé et voir si « la valeur du bien » est menacée Sud Ouest 20 janvier 2009
L’envoi de cette commission fait suite à la réunion annuelle du comité du patrimoine mondial à Québec en juillet dernier. Les membres ont constaté ce jour-là que Bordeaux avait porté un coup de canif dans le contrat Unesco. En détruisant le pont du Pertuis, dernier pont à culasses de France, l’une des pièces maîtresses des bassins à flot sans en alerter le comité. Et en prévoyant de la même manière, sans informations suffisantes au préalable, la construction d’un pont levant qui pouvait mettre en péril la « valeur du bien ».
Les experts vont se rendre sur tous les lieux « menacés »…
(…) Les experts repartiront sans donner de conclusions. Ils transmettront ces dernières aux seuls membres du comité du patrimoine mondial, lesquels se prononceront sur les suites à donner, lors de leur 33e réunion annuelle prévue en juin à Séville.
Une décision qui pourrait ressembler comme deux gouttes d’eau à celle qui a frappé en juillet dernier la ville de Dresde : « Faites un tunnel, sinon vous perdez le label Unesco. » À moins que les experts estiment le pont Bacalan-Bastide est de même nature que celui de la vallée de l’Elbe…

Gironde
Ciram authentifie les antiquitéss La Tribune 19 janvier 2001
L’implantation du Centre d’innovation et de recherche pour l’analyse et le marquage (Ciram) sur Cheminnov, le plateau de transfert de technologie de l’Ecole supérieure de chimie et de physique de Bordeaux (ENSCPB), va lui permettre de bénéficier de meilleures condi­tions techniques pour travailler. Créé début 2005, le Ciram s’est spécialisé dans la datation de matériaux anciens, l’authen­ti­fication et le marquage d’?uvres d’art et d’antiquités. Cette jeune entreprise innovante em­ploie quatre personnes, trois docteurs en physique appliquée à l’archéologie et un ingénieur et a réalisé 350.000 euros de chiffre d’affaires en 2008. Grâce à un appareil­lage performant, ils mettent au point de nouvelles techniques qui leur permettent, par exemple, de dater rapidement des objets, directement sur les chantiers de fouilles archéologiques.

Gironde
Le futur pont levant attaqué Sud Ouest 16 janvier 2009
BORDEAUX. Le commissaire du gouvernement a demandé devant le tribunal administratif, l’annulation de la délibération de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB) qui décidait la réalisation d’un pont-levant dans le nord de la ville.
(…) L’avis du commissaire du gouvernement, Antoine Bec, magistrat indépendant qui dit le droit et dont les préconisations sont le plus souvent suivies par les juges administratifs, fragilise un peu plus un projet de pont sur la Garonne aux dimensions impressionnantes (426 m de long, 55 m de hauteur de levage).
L’Unesco, après avoir labellisé Bordeaux au patrimoine mondial à l’été 2007, demande aujourd’hui des comptes « sur l’impact visuel des nouveaux franchissements envisagés » de la Garonne, notamment ce pont, et des experts de l’organisation internationale doivent venir sur place le 20 janvier.
M. Bec a estimé qu’il y avait des « irrégularités substantielles » en l’absence de véritable « évaluation financière des modalités de financement ».
Il a également relevé que les aménagements des abords n’étaient pas compris dans l’enveloppe globale de plus de 120 millions d’euros mais a surtout remis en cause l’utilité même du projet.
Le magistrat a estimé que les plus gros bateaux de croisière pourraient être dans l’impossibilité « de franchir l’ouvrage » dont le coût représente « un montant triple de celui d’un pont fixe »…

Gironde
L’Office du tourisme de « Coeur-de-Médoc » et la Tour de l’Honneur se séparent Sud Ouest 15 Janvier 2009
L’Office de tourisme et la Tour seront gérées par deux associations distinctes

Gironde
« Les Laboureurs » remis en vente Sud Ouest 12 jnavier 2009
Fort d’expertises favorables, Pierre Lempereur remet en vente un tableau susceptible d’avoir été peint par Van Gogh. Ce que conteste le musée du maître à Amsterdam
Le 13 décembre 2003, « Les Laboureurs », un tableau attribué à Vincent Van Gogh et mis à prix 2 millions d’euros, étaient retirés de la salle des ventes de Portets, en Gironde. Quatre acquéreurs s’étaient déjà manifestés. Mais la diffusion médiatique d’un avis laconique du musée Van Gogh à Amsterdam, contestant l’authenticité de cette huile sur bois, faisait brutalement capoter les enchères. La justice française s’étant déclarée incompétente pour trancher le conflit entre le musée hollandais et le propriétaire du tableau, ce dernier a décidé de jouer son va-tout. L’oeuvre devrait être remise en vente dans les semaines à venir.
Depuis ce fameux jour de 1991 où il a déniché cette huile de 30,5 sur 45,8 cm chez un brocanteur au marché aux puces de Montreuil, Pierre Lempereur restait dans l’anonymat. La peur, sans doute, d’être approché par des aigrefins.
(…) La correspondance du peintre, l’inventaire de ses oeuvres, l’étude polymétholologique des pigments utilisés, l’analyse physico-chimique des différentes couches du tableau, plusieurs expertises signées d’un historien d’art, de laboratoires et de techniciens réputés aboutissent à des conclusions convergentes. Rien ne s’oppose à ce que cette peinture, à l’abri dans le coffre d’une banque, puisse être l’une des 700 oeuvres du maître. Ce tableau, peint du temps de Van Gogh, a été réalisé avec les produits et les liants que l’artiste avait l’habitude d’employer… Prise dans la pâte, la signature « Vincent » est contemporaine de la peinture…

Gironde
Juppé révise avant la venue de l’Unesco 20 Minutes 9 janvier 2009
Comment intégrer un pont levant de 112 m de haut dans un périmètre classé Unesco ? La question sera posée aujourd’hui et demain à des architectes internationaux, réunis à Cap Sciences à la demande du maire (UMP) de Bordeaux, pour un séminaire consacré au projet de pont levant Bacalan-Bastide. « Cela nous permettra de voir si cette construction dans le Port de la Lune est un outrage au patrimoine, explique Alain Juppé. Il ne s’agit pas de refaire le projet, mais de voir comment l’améliorer en termes de taille, de coloration ou de dimensions des piliers. »
Un moyen pour le maire d’affûter ses arguments face au directeur de l’Unesco, Francesco Bandarin, et aux experts du Conseil international des monuments et des sites (Icomos), attendus à la fin du mois pour une visite de terrain. Alertés il y a six mois par des associations hostiles au pont, qui dénoncent son gigantisme et accusent la ville d’avoir dissimulé certains éléments du projet pour obtenir le classement Unesco, ils vérifieront sur site les impacts de l’ouvrage sur le Port de la Lune, inscrit au patrimoine de l’humanité depuis le 28 juin 2007…

Lot-et-Garonne
Les bronzes des gloires locales victimes de Vichy Sud Ouest 7 janvier 2009
C’est à un épisode souvent méconnu de la période noire de l’Occupation auquel l’historien lot-et-garonnais Jean-Pierre Koscielniak s’est attaqué. Ces « vendanges de bronze » sous Vichy incarnent le thème de son dernier ouvrage paru aux éditions d’Albret. (…) Dans le cadre de la collaboration d’État avec le régime nazi, Vichy adopte une loi en date du 11 octobre 1941 pour procéder à la fonte des statues en bronze ornant les places publiques. « Cette loi excluait les monuments aux morts. Il s’agissait officiellement de récupérer ainsi les métaux non ferreux et notamment le sulfate de cuivre utilisé pour le traitement des vignobles. Le vin compensant à l’époque la pénurie alimentaire », explique Jean-Pierre Koscielniak.
Il s’agit également pour le régime clérical de Vichy d’épargner les cloches des églises. « Officieusement, la destruction de ces statues en bronze représentant des gloires locales a permis de fournir à l’occupant des métaux utilisés pour façonner par la suite des enveloppes d’obus, des étuis de cartouches ou encore fabriquer des hélices de navires de guerre », poursuit l’historien…

Gironde
Les gardiens vont bientôt prendre le large 20 Minutes le 7 janvier 2009
Ils laisseront la lanterne allumée en partant. Les quatre gardiens de Cordouan, dernier phare surveillé de France, à sept kilomètres de l’embouchure de l’estuaire de la Gironde, devraient quitter les lieux en avril 2010 au plus tard. Menacés d’être rapatriés depuis avril 2007, après l’automatisation du système d’éclairage en 2006, l’appui de certains élus leur a permis d’obtenir ce sursis. Pourquoi cette date ? « Parce qu’en avril 2010, nous serons deux à pouvoir partir en retraite », explique Jean-Paul Eymond, en poste à Cordouan depuis janvier 1977. Mais après eux, la relève ne sera plus assurée. Puisque désormais, la lampe s’allume toute seule, la présence d’agents des Phares et balises sur place, 24 heures sur 24, n’est plus nécessaire.
(…)Aujourd’hui, alors que les gardiens des Phares et balises sont sur le départ, l’heure de la valorisation culturelle et touristique de Cordouan a sonné. « Mais la situation juridique est extrêmement complexe », note Alain Brocard. Propriété de l’Etat, ce « Versailles de la mer », achevé en 1789 et classé Monument historique en 1862, est placé sous la tutelle du ministère de l’Aménagement durable (Medad). La valorisation culturelle et touristique du site pourrait toutefois être confiée aux collectivités territoriales des deux rives, par le biais du Syndicat mixte pour le développement durable de l’estuaire de la Gironde (Smiddest). Cette structure associe les conseils généraux de Gironde et de Charente-Maritime, ainsi que les conseils régionaux d’Aquitaine et de Poitou-Charentes. Sur le principe, tous sont unanimes pour partager un monument aussi prestigieux. Mais l’opération ne s’annonce pas très lucrative…

Gironde
Robert Étienne est décédé Sud Ouest 6 janvier 2009
Son enseignement à Bordeaux 3 a marqué des générations d’étudiants en histoire romaine : Robert Étienne est mort dimanche à l’âge de 87 ans.
Né à Mérignac en 1921, Robert Étienne avait intégré Normale Sup en 1942 et obtenu l’agrégation d’histoire en 1946. Directeur de nombreuses missions archéologiques, en Libye, au Maroc, en Roumanie ou en Aquitaine, professeur d’histoire romaine depuis 1961, directeur, dans les années 70, de l’Institut d’histoire de Bordeaux 3, Robert Étienne a publié plusieurs ouvrages, dont « La vie quotidienne à Pompéi » (éd. Hachette) ou « Bordeaux Antique ».
Il avait rejoint l’Académie des Inscriptions et des Belles lettres en 1999 ; il était également membre de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux.
Lire sur le même sujet Robert Etienne, historien LE MONDE du 7 janvier 2007
Spécialiste du monde romain antique, l’historien Robert Etienne est mort à Bordeaux, le 4 janvier, à l’âge de 87 ans. Né à Mérignac (Gironde) le 18 janvier 1921, ce fils de sous-officier de cavalerie et d’une directrice d’école conserva sa vie durant les usages de son milieu d’origine. Il en assumait avec ostentation – et un certain panache – les codes.

Lot-et-Garonne
Mézin. Une gestion municipale pour le musée du Bouchon et du Liège LaDepeche.fr 2 janvier 2009
Ordre du jour restreint, lundi, pour le conseil municipal de Mézin, axé essentiellement sur les motifs de la polémique qui fait rage depuis quelques semaines autour du musée du Bouchon et du Liège et les solutions à prendre pour un fonctionnement conforme à la légalité (lire « La Dépêche » du 17 décembre).
Le maire Christian Bataille a fait un rappel des termes de la convention de partenariat entre la municipalité et l’Association historique et culturelle de Mézin qui depuis 1999 régit les modalités de fonctionnement du musée du Liège.

***

D’autres revues de presse sur  Patrimoine-en-blog

thématiques : ArchéologieMon église au Canada et ailleursPatrimoine français à l’étrangerPatrimoine religieuxPolitique du patrimoine

régionales : Alsace-LorraineAquitaineAuvergneBourgogneCentreCorse,Franche-ComtéIle de FranceLimousinMidi-PyrénéesNormandieNord-Pas-de-CalaisPays de la LoirePicardiePoitou-CharenteProvence-Alpes-Côte-d’Azur,Rhône-Alpes

(534 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Alti Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Alti
Invité

Bonjour, Oui, beaucoup trop d’églises sont sur la corde raide. Oui, la menace s’étend. Mais juste histoire de vous mettre du baume au coeur, je voulais vous parler d’une initiative en Périgord. L’abbayde Boschaud est en ruine et ce n’est pas nouveau. Cette abbaye cistercienne vit encore. On y dit encore des messes au milieu des ruines, mais surtout, elle se visite comme un élément a part entière du Périgord Roman. Et ce patrimoine en ruine vit encore. Ainsi les 6 et 7 juin 2009 dans le cadre des « rendez-vous au jardin », la belle cistercienne de Boschaud, à Villars, servira… Lire la suite »