Champagne Ardennes Revue de presse du patrimoine

Article pouvant être lu en 11 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

PATRIMOINE HISTORIQUE REVUE DE PRESSE

MediaScan 2009 :


Juin

Aube
Troyes désormais parmi les 138 villes d’art et d’histoire L’Est Éclair du 6 juin 2009
Ce label décerné par le ministère de la Culture ouvre de nouvelles perspectives pour l’attribution du label Patrimoine mondial de l’humanité
François Baroin ne boude pas son plaisir. « C’est une très bonne nouvelle pour la ville de Troyes, pour le tourisme, et pour le développement en général de notre ville », lançait-il hier après avoir annoncé l’attribution du label Ville d’art et d’histoire, avec les félicitations du jury. Parallèlement aux travaux de requalification, de réhabilitation des maisons du XVIe siècle et d’embellissement menés à Troyes « depuis près de quinze ans », plusieurs dossiers de labellisation ont été construits, une sorte de « fusée à quatre étages » qui vient de franchir une étape importante avec ce premier label. Une décision qui s’appuie non seulement sur les travaux de valorisation, mais aussi sur un patrimoine riche de quarante monuments protégés au titre des Monuments historiques…

Mai

Aube
Ervy-le-Châtel Une association pour sauver le patrimoine L’Est Eclair 22 mai 2009
Ervy-le-Châtel, site historique, riche par ses édifices inscrits à l’inventaire des Monuments historiques
Une nouvelle association va voir le jour : l’Association pour la sauvegarde du patrimoine d’Ervy-le-Châtel. L’assemblée générale constitutive aura lieu le 29 mai.
Cette association aura pour mission de recenser le patrimoine bâti de proximité de participer à sa réhabilitation, sa valorisation et de lui redonner vie…

Marne
Démolition du château de Coolus La pilule passe mal L’Union 3 mai 2009
Bien que discrète, la démolition du château de Coolus fait du bruit. C’est la manière de faire qui ne passe pas.
UN étonnant spectacle attend les amateurs de vieilles pierres sur le domaine de Coolus. Grignoté par deux pelles mécaniques depuis le mardi 21 avril, le château n’est plus.
« Nous en avons encore pour deux bonnes semaines de travail, le temps d’évacuer les pierres et de purger le terrain », explique Olivier Martin, conducteur d’engin au sein de l’entreprise de démolition meurthe-et-mosellane BCT. Ils sont quatre, au total, à s’atteler à la tâche. « Quatre Toulois dont un ouvrier intérimaire châlonnais. »
Aux premières loges depuis le début du chantier, le gardien du site qui occupe en partie les annexes du château. Mais il n’est pas le seul à ne pas perdre une miette du spectacle. Le Compertriat Jean-Claude Demorat en est, montrant du doigt « tous ces décideurs qui agissent sous le manteau ».
Il déplore que le château ait été rasé sans autre forme de procès. Tout comme le représentant de l’association Nouvelle Catalaunie, Bruno Malthet, qui se dit « consterné, très en colère et inquiet ». Ce qui explique qu’il ait décidé « d’agir ».
« Je pensais le château en sursis, en attendant qu’une solution soit trouvée pour le sauver », raconte-t-il, faisant allusion à une bataille gagnée contre la Cac et consistant à faire couvrir le toit qui prenait l’eau par une bâche. « Aujourd’hui, je me sens trahi. »

Marne
Reims métropole Le service archéo fin prêt L’Union 2 mai 2009
«REIMS a l’un des potentiels archéologiques les plus importants de France. Malheureusement, à chaque fois que l’on a un projet, que l’on creuse, on se heurte à la question des fouilles archéologiques. Sur-occupés, en sous-effectif évident, les chercheurs de l’Inrap ne peuvent pas venir quand on le veut. Donc, on ne maîtrise ni le calendrier, ni les délais. On perd du temps et de l’argent, les projets économiques ne se réalisant pas. C’est pour cette raison que les élus de Reims métropole ont pris la décision de créer leur propre service archéologique. Aujourd’hui, il est prêt. »

Avril

Marne
Outines Toujours plus de séduction Figaro 3 avril 2009
Le conseil municipal d’Outines s’est réuni vendredi dernier à 20 heures, sous la présidence du maire Ghislain Maillot. À l’ordre du jour, le budget prévisionnel de l’année.
(…) En ce qui concerne l’église, l’armature en bois de la rosace doit faire l’objet d’un bain de jouvence. De plus, la haie du cimetière sera enlevée pour y planter d’autres végétaux. Ces deux investissements alliés à quelques restaurations de l’église permettront d’embellir au mieux ce monument classé historique…

Mars

Ardennes
Haussignémont : les vieux bancs de l’église vendus L’Union 10 mars 2009
À 12 heures précises, Christian Zapior, maire d’Haussignémont et conseiller général du canton de Thiéblemont-Farémont, attrape la corde qui pend à l’intérieur de l’église. Les yeux pétillants de bonheur, il la tire à plusieurs reprises, faisant ainsi sonner la cloche dans tout le village. Un acte qu’il prenait plaisir déjà à effectuer lorsqu’il était enfant de chœur…
Hier, Christian Zapior ne célébrait pas la fin de la messe mais la fin de la vente des vieux bancs de l’église. Une dizaine au total était entassée dans le chœur. Des bancs en bois abîmés par le temps et complètement difformes. « Pas un ne se ressemblait ! », lâche le maire d’Haussignémont qui voulait les remplacer depuis deux ans déjà. (…)
« L’église peut être exploitée autrement, lui répond l’élu. Pour la rendre vivante, on peut y présenter des expositions ou encore donner des concerts… ». Les idées ne manquent pas.
Après avoir rénové la toiture, les vitraux, la cloche et aujourd’hui changer les bancs, le maire d’Haussignémont compte l’an prochain refaire le plafond en chêne, l’éclairage et les boiseries de l’église. « Il y a vingt ans, la commune n’avait pas les moyens. Aujourd’hui, elle en a un peu plus. Il faut préserver le patrimoine, c’est important ! ». Et sur cet édifice religieux, « il y a du boulot », comme aime à le répéter l’élu. Les murs intérieurs et extérieurs devront eux aussi être repeints. Des travaux encore loin cependant d’être programmés.

Marne
Reims Saint-Remi se dévoile : de l’abbaye royale au musée L’Union 5 mars 2009
Visité pour ses remarquables collections, le musée Saint-Remi est également riche de ses bâtiments qui ont d’abord été abbaye royale avant de devenir hôpital.
L’OUVERTURE gratuite des musées le premier dimanche de chaque mois fait le bonheur des Rémois et des autres qui en profitent pour mieux connaître la cité des sacres et son patrimoine…

février

Marne
Sézanne Le patrimoine sézannais au bord des oubliettes L’Union 26 février 2009
Le cloître et la chapelle de l’hôpital sont en piteux état, l’orgue de l’église Saint-Denis est sous cloche depuis trois ans. Le patrimoine sézannais sauvegardé… pour le moment.

Marne
Archéologie : les trésors de Reims
Les archéologues de l’Inrap réalisent actuellement deux grandes fouilles dans le coeur historique de Reims. Effectuées sur prescription de l’État, elles contribuent de façon décisive à la connaissance du passé de Reims, qui fut à l’époque gallo-romaine l’une des plus grandes villes de l’Empire romain, s’étendant sur plus de 600 hectares.
La création du tramway, qui traversera Reims du nord au sud sur plus de 11 km, a été l’occasion pour les équipes de l’Inrap d’entreprendre des recherches sur plus de 2 hectares du coeur ancien de la ville. Les 16 mois de fouille ont permis d’exhumer des niveaux gaulois mais surtout l’urbanisme antique, paléochrétien et médiéval de Reims.
Une trentaine d’archéologues sont intervenus sur plusieurs secteurs du tracé pour dégager des vestiges, souvent très bien conservés, à des profondeurs allant de 50 cm à 5 m…

Ardennes
Vouziers Les « 25 bougies » du patrimoine L’Union 11 février 2009
Cela fait 25 ans, déjà, que l’Association pour la sauvegarde du patrimoine vouzinois, fondée par Michel Coistia qui en assure toujours la présidence, conduit une multitude d’actions sur le terrain.

Aube
L’Unesco, l’organisation intellectuelle de l’ONU L’Est Eclair 4 février 2009
Jean-Pierre Boyer, secrétaire général de la Commission française pour l’Unesco : « Je tiens avant tout à souligner l’excellent travail accompli par le Centre Louis-François…»
Questions à Jean-Pierre Boyer, secrétaire général de la Commission française pour l’Unesco…
Comment est structurée l’Unesco en France – Commission française, Centre pour l’Unesco de Troyes, clubs Unesco, écoles affiliées ? Et quelle est la dimension de ce réseau ?
« L’Unesco est la seule agence des Nations unies à avoir son siège en France. Elle possède à la fois une délégation permanente, au siège, qui joue le rôle d’une ambassade, et une commission nationale créée en vertu de l’article VII de l’Acte
constitutif, et qui joue un rôle spécifique. La Commission française a en effet pour mission de contribuer à l’influence intellectuelle de la France à l’Unesco. Elle constitue en ce sens un réservoir d’expertise ainsi qu’un lieu d’échange d’idées et d’élaboration de propositions destinées à nourrir les programmes de l’Organisation internationale. Elle est avant tout une force de proposition, par rapport à des priorités comme la construction de sociétés du savoir, la bioéthique ou le développement durable, l’éducation pour tous ou le développement de l’enseignement supérieur, la diversité culturelle ou la sauvegarde du patrimoine sous toutes ses formes. La Commission nationale s’efforce également de promouvoir l’influence de l’Unesco auprès de la société française. Cela implique des actions d’information et de sensibilisation. Cela se traduit aussi par le développement de nombreuses coopérations, en particulier avec les acteurs du milieu associatif et du secteur privé. La coordination et l’animation, sur le plan national, des réseaux mis en place par l’Unesco permettent également de mieux en faire connaître les programmes. Par exemple, les écoles associées (près de 200 actuellement) réalisent, de façon très concrète, des activités liées à l’éducation aux droits de l’homme, à l’éducation pour le développement durable, ou à l’éducation au patrimoine mondial et au dialogue interculturel. Les chaires Unesco constituent un vecteur privilégié d’échanges universitaires en relation avec les principales thématiques liées au développement durable ou à la diversité culturelle. Les Clubs Unesco (environ 280) relèvent de la même logique, et sont animés et coordonnés par une fédération nationale de structure associative. »
Seul Centre pour l’Unesco labellisé en France, Troyes a donc une place éminente au sein de ce dispositif ?
« Oui, parce qu’en tant que structure associative, il a la possibilité d’intervenir plus directement auprès de ce que l’on appelle la société civile. L’Unesco souhaite développer cette relation avec les citoyens, même si elle est aussi un organisme intergouvernemental. Le Centre pour l’Unesco de Troyes peut et doit être considéré comme un outil au service de l’Unesco et de la Commission nationale pour répondre à cette volonté d’ouverture. »

Marne
Gueux Le circuit va être inscrit au patrimoine national L’Union 3 février 2009
Les vestiges du circuit ne pourront plus être démolis dès lors qu’ils seront inscrits au patrimoine.
La décision formelle n’est pas encore prise, mais elle le sera « dans les semaines ou les mois à venir ». Cette décision sera celle du préfet Gérard Moisselin d’inscrire les vestiges du circuit de Gueux dans le patrimoine national. Cette « mesure de protection », comme la qualifie le préfet, ne devrait pas constituer un obstacle aux projets de la commune. Parmi ceux-ci, l’implantation d’une activité touristique qui pourrait générer la création de 160 emplois. Près de quarante ans après sa « mort » officielle, le circuit ne s’apprête donc pas à revivre en tant que tel, mais à changer de visage, tout en conservant ses racines historiques.Depuis 1995, rappelle M. Moisselin, un dossier est posé sur le bureau du préfet de la Marne pour classer ce qui reste de ce circuit. Un site quasiment unique en France, qui attire encore des centaines de touristes chaque année.(…) De même, on évoque le possible transfert du musée de l’automobile de Reims. Enfin, ce même projet inclut une part de mécénat pour la rénovation des structures de l’ancien circuit.

***

D’autres revues de presse sur  Patrimoine-en-blog

thématiques : ArchéologieMon église au Canada et ailleursPatrimoine français à l’étrangerPatrimoine religieuxPolitique du patrimoine

régionales : Alsace-LorraineAquitaineAuvergneBourgogneCentreCorseFranche-ComtéIle de FranceLimousinMidi-PyrénéesNormandie,Nord-Pas-de-CalaisPays de la LoirePicardiePoitou-CharenteProvence-Alpes-Côte-d’AzurRhône-Alpes

Commentaires via facebbok
(27 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz