Poitou-Charente revue de presse patrimoine 2009

Article pouvant être lu en 22 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

PATRIMOINE HISTORIQUE REVUE DE PRESSE

Au médiaScan 2009 :


Juin

Charente maritime
Fermeture et vente du Musée du Présidial à Saintes La Tribune de l’Art 11 juin 2009
La ville de Saintes a ainsi décidé de mettre en caisses, cet automne, le Musée du Présidial avec ses collections. Ce musée charmant, possède de beaux tableaux, des céramiques de Saintonge et du mobilier ancien. Certes, certaines écoles flamandes ou italiennes sont des œuvres d’atelier, mais ils assument leur fonction décorative en recréant un décor patricien. Lorsque l’on visite le quartier historique piétonnier de la ville, on voit, un peu comme dans le Marais à Paris, les façades de nombreux hôtels particuliers. Installé dans l’un d’eux, du début du XVIIe siècle, le Présidial permet au visiteur d’en découvrir l’intérieur et d’en comprendre la distribution des pièces étage par étage.
Cet édifice serait donc vendu ou loué en bail emphytéotique, même si, comme l’avoue Sylvie Barre, l’adjointe à la Culture1, dans Sud-Ouest (8/6/09), « on ne pourra pas faire grand-chose dans ce monument classé. »…

Charente
VILLEBOIS-LAVALETTE La restauration du patrimoine soutenue Sud Ouest 10 juin 2009
Lundi après-midi, une étape nouvelle a été franchie par la municipalité. Après la mise en place en 2004 d’une Zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP), c’est maintenant un accord qui a pu ainsi être conclu avec la fondation du patrimoine pour une durée de trois ans, à compter du premier juillet.
Certes, tous travaux modifiant l’aspect extérieur des immeubles compris dans la ZPPAUP sont soumis à l’accord de l’architecte des Bâtiments de France, mais par la convention qui vient d’être établie, les propriétaires pourront bénéficier d’un soutien financier de la part de la municipalité à savoir 1 % du montant des travaux et d’une déduction fiscale de 50 %.
Tout type de bâti s’inscrivant dans la zone de protection peut être pris en compte sous réserve de son intérêt architectural, de sa visibilité de la voie publique et de la qualité de la restauration envisagée

Charente
Un été à l’heure romane Sud Ouest 2 juin 2009
Les très recherchées visites épicuriennes de Via Patrimoine, partenaire de l’opération. (Photo D. Lamy)
L’art roman offre au regard un extraordinaire patrimoine : architecture, sculptures, fresques, peintures murales… Aux XIe et XIIe siècles, le Sud-Charente, comme l’ensemble de l’Europe Occidentale, a vu fleurir une multitude d’églises qui peuplent encore nos territoires et qui sont autant de témoignages de cet art religieux. Le Pays a souhaité mettre en valeur ce patrimoine, facteur d’identité et de développement touristique et culturel.
Un comité de pilotage oeuvre dans ce sens depuis 2008. « Une étude a été réalisée par le cabinet Avec sur la centaine d’églises du Sud-Charente, informe Mathilde Lardière, médiatrice culturelle au Pays qui a abouti à la rédaction d’un programme dont les premières actions concrètes arrivent sur le terrain cet été. Outre l’élaboration d’une documentation et d’une carte des édifices, un calendrier d’une douzaine d’animations baptisé « Un été roman en Sud-Charente » va rythmer le territoire du 12 juin au 19 septembre.
Le Pays a confié à Via Patrimoine, association pour la valorisation du patrimoine en Charente, la mission de proposer des animations « clé en main » aux communes et autres collectivités locales volontaires. Les visites des édifices par des guides conférenciers de Via Patrimoine prennent différentes formes afin de s’adresser au plus large public, en particulier familial, avec des visites basées sur des jeux de questions, d’observation et d’énigmes qui s’inspirent d’Aventure romane. D’autres circuits ont été imaginés pour les randonneurs et les mélomanes………

Mai

Charente maritime
Le Lions club oeuvre pour le patrimoine maritime Sud Ouest 27 mai 2009
L’aide aux associations culturelles qui oeuvrent pour la défense du patrimoine fait aussi partie de la large palette d’interventions du Lions club Oléron.
Son président François Desormeau et quelques-uns de ses membres viennent de jouer les Pères Noël au Chantier Robert Léglise, cette association membre du Réseau Oléron Nature et Culture où des passionnés de vieux gréements redonnent une seconde jeunesse à d’anciens bateaux, comme c’est le cas actuellement pour un ancien sloop ostréicole et mytilicole « Notre-Dame-de-la-Clarté »…

Vienne
Chatellerault L’ancien théâtre classé monument historique Centre Presse 26 mai 2009
À la suite de la demande de la CAPC, l’ancien théâtre vient d’être classé monument historique…

Charente
MAGNAC-SUR-TOUVRE Nouveau souffle au château de Maumont Sud Ouest 26 mai 2009
Minka Alas Luquetas et son époux ont acheté, il y a deux ans, en adjudication, le château de Maumont, situé rue Aristide-Briand, dans le bourg de Magnac. Ils étaient déjà en négociation avec l’ancienne propriétaire, Claudine Joly, quand est survenue la vente aux enchères.
Cela faisait dix ans qu’un tel projet était dans l’esprit du couple avec une préférence pour la Charente où résident des membres de la famille. Minka explique : « C’est une passion familiale, mes grands-parents américains ont ouvert des chambres d’hôtes dans les années 50, c’étaient des précurseurs. »
La demeure est un lieu de prestige et de charme. La façade est du XVIe siècle, une tour date probablement du XIVe et la maison à l’arrière, où vit la famille, est un logis charentais du XVIIIe. Une petite chapelle sacrée peut accueillir de futurs mariés. Aucune rénovation n’avait été faite depuis cinquante ans, d’énormes travaux étaient nécessaires et se terminent actuellement. Trois chambres d’hôtes et deux suites décorées avec goût sont prêtes. Les salons ont un côté intime, les meubles et oeuvres d’art sont de famille…

Charente maritime
LA ROCHELLE La ZPPAUP continue de se promener Sud Ouest 26 mai 2009
La création d’une Zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP) est un projet qui se trouve dans les tuyaux administratifs depuis presque 5 ans. Visant à préserver le patrimoine non classé (échoppes, jardins typiques, demeures de maître caractéristiques, etc.), cet instrument juridique continue d’obtenir à droite et à gauche les validations ad hoc. Le dossier commence à percevoir le bout du tunnel. Hier, le conseil a donné un accord de principe définitif. C’est désormais à la Communauté d’agglomération de récupérer le bébé. Maxime Bono fait dans le badin : « Si j’en crois les bonnes relations que j’entretiens avec le président de la CdA, j’ose croire que l’assemblée communautaire donnera son accord. »

Charente maritime
Saintes Le sauvetage s’organise Sud Ouest 16 mai 2009
Président des Amis des musées de Saintes, Philippe Ravon reconnaît que l’annonce de la fermeture du Présidial suscite beaucoup de réactions parmi les amoureux du patrimoine saintais. Lesquels pressent l’association de passer à l’action pour sauver le musée condamné. Les Amis des musées ont pris contact avec la Société d’archéologie et d’histoire de Charente-Maritime et l’Atelier du patrimoine de Saintonge. Après avoir rencontré Sylvie Barre, les Amis des musées et leurs alliés dans la défense du Présidial seront reçus par Jean Rouger, le maire, mercredi 20 mai. L’adjointe à la culture précise que « la vente du Présidial n’est pas la priorité de la municipalité. On ne peut pas faire n’importe quoi dans ce bâtiment classé et protégé qui, à travers un bail emphytéotique, pourrait conserver une vocation publique. »

Charente
Cognac Des enclos de l’âge du bronze au Mas de la cour Sud Ouest 5 mai 2009
ARCHÉOLOGIE. Durant plus d’un mois, l’Institut national de recherches archéologiques préventives a sondé le sol de la future zone d’activité commerciale de Châteaubernard
En mars et avril, depuis la rocade de Cognac, en laissant le Grenier du Roy sur sa droite, il a été possible d’apercevoir le ballet d’une ou deux pelleteuses qui quadrillaient les 26 hectares de la future zone d’activité concertée du Mas de la Cour-Bellevue. Ici, sur les hauteurs de Châteaubernard, là où passe la voie gallo-romaine, se tenaient de discrètes fouilles archéologiques préventives. De 5 à 10 % de la surface a été sondée.
Durant plusieurs semaines, les engins ont creusé dans la terre des bandes de plus de deux mètres de large, sous le regard de Guillaume Pouponnot, archéologue de l’Institut national de recherches archéologique préventives de Poitiers (INRAP) et responsable de l’opération. Inutile d’aller très profond sur cette terre de substrats calcaires : le sol était seulement décaissé d’une trentaine de centimètres.
Le résultat de ces recherches préventives consiste en quelques silex et en une demi-dizaine d’enclos, probablement cultuels, remontant à l’âge du bronze, soit un millier d’années avant Jésus-Christ. Par enclos, il faut comprendre des ronds et des carrés d’une dizaine de mètres de diamètre ou de côté….

Avril

Charente Maritime
Un abri anti-Vikings Sud Ouest 25 avril 2009
LA MOTTE FÉODALE DE LA CLOTTE. Ancien universitaire, Bernard Laval consacre sa retraite à sauver ce site unique en Charente-Maritime
Éliane Cot, secrétaire de l’association, et Bernard Laval devant l’entrée de l’abri anti-Vikings. (photo t.B.)
On s’y est fait, aux Normands. Ce sont finalement des gens très fréquentables qui vivent dans une région très verte et produisent de l’excellent fromage. Mais il fut une époque lointaine où il fallait mieux ne pas se trouver sur leur chemin : quand ils ont débarqué d’on ne sait où pour conquérir le doux pays de notre enfance. Ça se passait aux IXe et Xe siècles et ces gars du Nord, que l’on imagine bâtis comme des 2e ligne écossais qui auraient été élevés dans le Bronx avec un poster d’Attila au-dessus de leur paillasse, ne faisaient pas dans la dentelle quand ils débarquaient dans un village. Ils brûlaient, violaient, massacraient. Les Vikings, puisque c’est ainsi qu’on les appelle aujourd’hui, ne connaissaient rien aux conventions de Genève. D’où le souterrain creusé sous la motte féodale de La Clotte pour se mettre à l’abri de leur razzia. « Jusqu’à 30 familles ont pu s’y réfugier. Avec leurs animaux », commente Bernard Laval, professeur d’économie rurale qui a choisi de consacrer l’essentiel de sa retraite à ce lieu archéologique unique en Charente-Maritime. Pour le protéger, il a créé, en 2007, l’Association pour la sauvegarde et la mise en valeur du site féodal de La Clotte.
Des diagnostics de fouilles réalisées début 2006 ont permis de confirmer les présomptions de Bernard Laval : les souterrains de cette motte castrale naturelle, sur laquelle avait été érigé un château médiéval, sans doute en bois, ont bien été creusés par les villageois pour se protéger des hordes de barbares…

Charente maritime
FONTAINE-CHALENDRAY L’église en travaux Sud Ouest 14 avril 2009
Devant la façade restaurée, le maire Cédric Baron et les deux restauratrices de peintures murales. (PHOTO C. S.)
C’est en 2008 que le Conseil municipal a décidé de faire restaurer l’église de Fontaine-Chalendray. »
Cette église du XIIe siècle est l’ancienne chapelle des comtes de Fontaine, elle est devenue par la suite l’église paroissiale Notre-Dame de l’Assomption.
Le bourg, autrefois fortifié, entourait le château, aujourd’hui disparu, situé au sommet d’une colline et dominait les villages d’alentour.
L’édifice a connu les aléas des siècles, les querelles de voisinage. Très endommagé, il avait besoin d’être restauré. Seul le pignon campanile est classé et les travaux de restauration se terminent sous la direction des Bâtiments de France et de l’architecte du Patrimoine, Marie-Pierre Niguès.

Charente-Maritime
L’aménagement illégal d’un parking sur site classé à Saint-Martin-de-Ré définitivement abandonné ? FNASSEM 3 avril 2009
Aujourd’hui, le chantier a été partiellement débarrassé des remblais dont avait été couverte la parcelle pour « armer » le sol du futur parking. (…) En fait, le maire n’affirme pas clairement ses intentions pour l’avenir. Tout au plus dit-il envisager la plantation d’une haie de tamaris en bordure de la route. Très probablement pour dissimuler des voitures qui pourraient stationner derrière. Il ne semble pas que, pour ce nouveau projet, il ait consulté l’ABF. Rien n’est donc gagné définitivement et l’association reste vigilante…

Mars

Charente
Bientôt une réplique du vase de La Guierce Sud Ouest 25 mars 2009
CHASSENON. Les Amis des thermes ont commandé une réplique d’un vase celte découvert en 1849 et aujourd’hui exposé à New York
La Charente et ses trésors… On connaît le casque d’Agris, découvert en 1981 dans la grotte des Perrats. Ce chef-d’oeuvre de l’orfèvrerie celtique – merveille de bronze, d’or, d’argent et de corail – fait la fierté du Musée d’Angoulême. On connaît moins le vase en bronze émaillé de La Guierce et c’est bien dommage. Pourtant, ce vase celte, trouvé en Charente en 1849, trône en bonne place au Metropolitan Museum de New York !
Que les passionnés d’art et d’histoire se rassurent : les Amis du site archéologique de Chassenon vont très bientôt réparer cet oubli. L’association vient en effet de commander à deux émailleurs limougeauds une réplique de ce très beau vase. Fin avril, l’objet sera exposé dans le parc archéologique de Chassenon…

Charente Maritime
Chassiron, un exemple Sud Ouest 18 mars 2009
TOURISME ET HANDICAP. Un ascenseur, des vitrines à hauteur de fauteuil roulant, des indications en braille dans les jardins… Chassiron est aménagé pour accueillir tout public
À l’extrémité nord de l’île d’Oléron, le phare de Chassiron s’élève à 46 mètres de haut. Dominique Abit (en médaillon), responsable du site, évoque ses aménagements particuliers. (Photos et S.O. D.F.)
Une centaine de professionnels du tourisme du département ont participé, la semaine passée, à une journée « Tourisme et handicap », placée sous l’égide du Pays de la Saintonge Romane. L’occasion pour eux de s’informer des dispositions à prendre pour pouvoir accueillir le public handicapé. Une loi qui s’appliquera en 2015 obligera tous les établissements recevant du public à se mettre aux normes d’accessibilité. Responsable du site du phare du Chassiron, Dominique Abit est venu témoigner de l’expérience menée sur le site oléronnais. « Chaque année, nous avons entre 140 000 et 150 000 personnes qui montent dans le phare. Nous estimons qu’un visiteur sur dix grimpe au sommet. Ce qui signifie que le site accueille, jardin compris, environ 1 million de personnes par an », indiquait-il.
Il y a quelques années, la gestion du site a été confiée à la commune de Saint-Denis-d’Oléron, en délégation de service public….

Charente-Maritime
Avis de grand frais à Saint-Martin-de-Ré Sud Ouest 13 mars 2009
TENSIONS. Un an après son élection, le maire Patrice Déchelette défend son action sur fond de vive polémique
Il y a, bien sûr, le prestigieux label Unesco, reçu en juillet dernier. La bataille remportée avec la communauté de communes pour extraire l’ancienne maison de retraite des griffes des promoteurs, avec 80 logements à loyers modérés à la clé. Il y a le « travail de Pénélope » autour de la citadelle, le musoir de la petite jetée qui va être repris. Il y aura bientôt la réhabilitation du musée de Clerjot, celle de l’aile Saint-Louis de l’hôpital, le projet d’éclairage public qui reliera la plage de la cible au bois de la Barbette…..

Charente
TRIZAY. L’église sera restaurée Sud Ouest 12 mars 2009
Le Conseil municipal s’est réuni jeudi 5 mars. La restauration de l’église de Monthérault et l’attribution de subventions aux clubs et associations ont fait l’objet des principales délibérations.
Église de Monthérault. La municipalité a décidé de restaurer l’ancienne église et d’en faire un site d’interprétation de l’art carolingien. Cet édifice comporte un enclos, dont la commune doit faire l’acquisition, et un mur entoure la parcelle. Ce mur, datant du XVIe siècle, mérite une restauration totale car il menace de s’écrouler sur la route départementale…

Charente maritime
Une étude béton Sud Ouest 9 Mars 2009
NOTRE-DAME DE ROYAN. Le député-maire Didier Quentin entend voir les travaux reprendre en 2010
La restauration de Notre-Dame de Royan ? Un ragot béton, un des plus vieux serpents de mer de la commune, utopie format promesse électorale, vous diront les Royannais eux-mêmes. Pourtant, Notre-Dame va mal. La vieille dame se fendille de partout, des éclats se détachant parfois. Les raisons ? Une carbonatation des aciers qui fait éclater le béton. Inaugurée en 1958, classée monument historique à peine trente ans plus tard, labellisée « patrimoine du XXe siècle », Notre-Dame de Royan, chef-d’oeuvre de l’architecte Guillaume Gillet, est plus que jamais en danger. Municipalité et services de l’État entendent passer à la vitesse supérieure. (…) « J’ai pu m’entretenir avec Christine Albanel, ministre de la Culture, à ce sujet, explique le député-maire Didier Quentin. Nous sommes également allés à la rencontre du Directeur régional des affaires culturelles, Jean-Paul Godderidge. Ce dernier a bien compris la spécificité de l’édifice et l’urgence à intervenir. » Concrètement ? « Toutes les conditions sont remplies pour que les travaux puissent reprendre dès 2010. La Drac nous a confirmé le mois dernier financer 50 % d’une nouvelle étude menée sur le monument, pour la mise en oeuvre de cette nouvelle technique. » Une étude chiffrée à 84 416 euros TTC dont les conclusions doivent être rendues dans un délai relativement court….

Charente
La Fondation du patrimoine s’engage à La Rochefoucauld Charentelibre.com 6 mars 2009
Jeudi dernier, la municipalité de La Rochefoucauld a signé une convention pour les trois prochaines années en partenariat avec la Fondation du patrimoine. Elle a pour objet la sauvegarde du patrimoine privé de la commune. Joaquim Martin, le maire de la cité ducale, est le premier élu de Charente dont la commune est dotée d’une zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP) à s’engager avec la Fondation du patrimoine…

Charente
SALLES-D’ANGLES L’église fait peau neuve pour 2010 Sud Ouest 2 mars 2009
Fermée depuis le 1er octobre 2005, l’église Saint-Maurice est un édifice atypique en Charente puisqu’elle fait partie des plus importantes du département. Elle subit actuellement un gros programme de rénovation (lire ci-dessous). Elle est entièrement de style gothique, ce qui est rare dans notre département où la majorité des églises sont de style roman avec des travaux d’agrandissement en période gothique…

Deux-Sèvres
Gabriel veut “ réconcilier les Niortais avec leur ville ” La Nouvelle République 2 mars 2009
Créé en 2007, son blog mêle critique politique locale et histoire de Niort.
Les habitués de la Toile locale reconnaîtront sa frimousse. Elle apparaît en noir et blanc sur la page d’accueil de son blog, baptisé « Vivre Niort ». Un clin d’œil au site internet officiel de la mairie de Niort, « Vivre à Niort ».
Depuis le 17 décembre 2007, date de sa création, Gabriel Guédon l’a étoffé de 122 articles. Des billets dans lesquels le jeune homme, qui s’apprête à souffler ses 20 bougies, parle de sa ville : de la piétonnisation, du parking de la Brèche, des entrées de la ville, du Mega CGR, ou des logements sociaux. Mais aussi, et surtout, de patrimoine. Le cheval de bataille de cet étudiant en troisième année d’histoire de l’art à Tours. Une passion née sous les tuiles de sa chambre d’adolescent, avec vue sur l’église Saint-André. Depuis, le jeune amoureux d’art gothique s’est baladé dans les rues de sa ville et a levé les yeux. Il y a vu des atouts, mais surtout du gâchis.
« Niort a un patrimoine incroyable, s’enthousiasme-t-il, d’une rare homogénéité historique, notamment en ce qui concerne les églises. Malheureusement, les Niortais ne s’en rendent pas compte. » Car pour Gabriel, si les Niortais sont dans l’ensemble si peu attachés à leur ville, c’est avant tout parce qu’ils ne la connaissent pas. A travers son blog, qu’il décrit lui-même comme « un peu citoyen, un peu étudiant et un peu politique » et dont le slogan est « Ouvrons les yeux », le jeune homme a une ambition : « Réconcilier les Niortais avec leur ville. » …

Février

Charente
EGLISES DE CHARENTE: PARTAGER L’ESPACE ENTRE SPIRITUEL ET CULTUREL Charente Libre 16 février 2009
Les églises doivent être des lieux où culte et culture, patrimoine et spiritualité se croisent et cohabitent pour faire vivre ensemble ces lieux partagés
«Les églises ne sont pas des musées.» L’avertissement émane d’un connaisseur éminent: Monseigneur Claude Dagens, évêque d’Angoulême. «Les musées, ils conservent. Nous, nous faisons vivre nos églises, que ce soit par nos prêtres ou par les laïcs qui s’engagent comme relais paroissiaux.» …

Janvier

Deux-Sèvres
Ils ont dû emprunter 290.000 € La Nouvelle République 31 janvier 2009
En voulant céder leur terrain à un promoteur, Marie-Claude Cournapeau et son mari ne s’attendaient certainement pas à devoir verser 290.000 euros. C’est pourtant la somme qui leur a été demandée dans le cadre du financement des opérations d’archéologie préventive de l’Inrap. Si le couple avait projeté de faire construire ici leur habitation principale ou encore des logements sociaux, il aurait été exonéré de ces frais. « Si on avait su, c’est ce qu’on aurait fait ! » souffle Marie-Claude, qui regrette de ne pas s’être assez informée…

Charente
La cathédrale d’Angoulême aime la BD wartmag.com 30 janvier 2009
Alors que le prix de la bande dessinée œcuménique 2009 était décerné à Tom Tirabosco et Wazem, il y a une grosse semaine pour l’infiniment mélancolique La Fin du monde, paru chez Futuropolis, la cathédrale d’Angoulême accueille pas moins de 3 expositions pendant le festival.
Et on peut dire que c’est très varié ! D’un côté, la scintillante exposition sur les capitales européennes, de l’autre le Puzzle Loupio de Jean François Kieffer, le tout cerné par un carrousel de l’année liturgique et des dessins humoristiques de Deligne, sur le thème de la religion !..

Vienne
Chauvigny Le château des Évêques a besoin de consolider son rocher La Nouvelle République 20 janvier 2009
Un patrimoine historique et touristique coûte cher en entretien : le château des Évêques engloutira près de 855.000 € pour la consolidation de sa base.
La ville « jeune depuis dix siècles » dispose d’un patrimoine fragile. L’État français le sait. A l’origine, la nation était propriétaire du château d’Harcourt, du donjon de Gouzon et du château baronnial. La ville de Chauvigny racheta successivement ces monuments en 1988, 1992 et 1996 en en acceptant l’entretien. Le château des Évêques (ou baronnial), fouillé pendant plus de vingt ans par la SRAC, a déjà fait l’objet de grandes campagnes de restauration. L’objectif était alors, dans la perspective de développer l’étiquette touristique de la ville, de stabiliser les vestiges (on appelle cela la « cristallisation des ruines ») pour des questions de sécurité. L’édifice construit début XIe, en avait bien besoin. Notamment son seul vestige gothique, ce pan de mur érigé sous la mandature d’Ithier de Martreuil entre 1394 et 1405. L’urgence aujourd’hui n’est plus de surveiller les murs mais la falaise. Le calcaire du jurassique est solide mais il se dégrade. Le constat ne date pas d’hier. Il y a près d’une décennie que ce chantier de consolidation devait être organisé…

Charente-maritime
Les graffitis en péril Sud Ouest 16 Janvier 2009
LA ROCHELLE. La recette d’un nouveau jeu de hasard au secours des Monuments historiques. Dont la tour de la Lanterne
On l’appelle tour des Quatre-Sergents, de la Lanterne, du Garrot ou des Prêtres. Elle est inscrite dans le paysage rochelais depuis 1468. Elle dresse sa flèche arrogante le long du chenal. Arrogante mais fragile. Car la partie supérieure de la tour est très menacée. « La pierre y est usée. Il y a eu une erreur des anciens conservateurs au XIXe siècle : ils ont remplacé des joints à la chaux par des joints en ciment. Résultat : les nouveaux joints sont intacts, mais la pierre est trouée », constate Jean-Loup Bauduin, administrateur des Monuments historiques à La Rochelle. Il y a donc urgence pour la tour de la Lanterne.

Charente
deux plans B pour le château de Chalais Charente libre 9 janvier 2009
Benoît CAURETTE :
Le château de Chalais ne sera pas vendu aux époux Morand. Les gérants du groupe immobilier de prestige «Royal Polmen» ont laissé la clause suspensive du sous-seing privé faire son œuvre. Adieu, donc, le projet de suites grand luxe et l’idée d’une rutilante «principauté de Talleyrand» aux portes du Périgord. Les nouveaux élus du territoire, qui majoritairement n’en voulaient pas, ont fini de tordre le cou à cette potentielle poule aux œufs d’or que le précédent maire de Chalais, Jean-Claude Delannoy, pensait avoir dénichée.
Soit. Mais maintenant, que fait-on? «On étudie de nouvelles propositions sérieuses» répond Jean-Claude Maury, édile de la ville et président du conseil d’administration de la maison de retraite, propriétaire du joyau des Talleyrand. «Le conseil d’administration doit se retrouver prochainement pour aborder la question».

Charente
La restauration de la maison natale de François Miterrand à Jarnac Sud Ouest 9 janvier 2009
(…)Direction, ensuite, le 22 de la rue Abel-Guy, maison natale de François Mitterrand. Depuis des mois, la partie dire « historique », la salle à manger, le petit salon rose (déjà…), la cuisine, vivent une restauration, de même qu’une vaste partie de la cour et du jardin…

***

D’autres revues de presse sur  Patrimoine-en-blog

thématiques : ArchéologieMon église au Canada et ailleursPatrimoine français à l’étrangerPatrimoine religieuxPolitique du patrimoine

régionales : Alsace-LorraineAquitaineAuvergneBourgogneCentreCorse,Franche-ComtéIle de FranceLimousinMidi-PyrénéesNormandieNord-Pas-de-CalaisPays de la LoirePicardiePoitou-CharenteProvence-Alpes-Côte-d’Azur,Rhône-Alpes

Commentaires via facebook
(129 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
Me notifier des