Thiron-Gardais L’église abbatiale en danger ! (Archive 2009)

Article pouvant être lu en 2 minute(s), hors éléments éventuels audio ou vidéo
Partages

EURE-ET-LOIRE

Depuis une dizaine d’années, les communes du Perche Thironnais se sont enthousiasmées pour le site du Domaine de l’Abbaye de Thiron-Gardais (Eure-et-Loire) et elles ont décidé d’en faire un site touristique.

Le maire de Thiron-Gardais a récemment fait parvenir à l’Association des journalistes du patrimoine quelques sérieuses inquiétudes au sujet de l’abbatiale.

L’église abbatiale est l’une des plus grandes nefs de la région et toujours vouée au culte. Elle est un lieu de pèlerinage sur le chemin de Chartres au Mont Saint-Michel. Fondée en 1114 par Bernard de Ponthieu, l’abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron exerça son influence dans toute la moitié nord de la France et jusqu’aux Hautes-Terres d’Écosse. En effet, au 12ème siècle, alors que l’abbaye de Thiron est en construction, son rayonnement est tel qu’elle reçoit de nombreux dons, et exerce son autorité sur vingt-deux abbayes et plus d’une centaine de prieurés. L’ordre de Tiron suivait la stricte observance des règles de saint Benoît.

Cette prospérité et ce rayonnement sont tombés dans l’oubli et il ne reste pour témoin, que la longue nef romane de l’église abbatiale, la grange aux dîmes, le collège militaire ou les dépendances.

En 1786, incendie du cloitre et disparition de la bibliothèque du monastère (2000 ouvrages). En 1912, classement de l’église abbatiale au titre des Monuments Historiques.

La Grange aux Dîmes a reçu le prix départemental « Les Rubans du Patrimoine » pour sa réhabilitation. Il ya encore, les jardins thématiques, le Collège Royal Militaire, une magnifique bâtisse du XVIIème siècle, en attente d’un projet touristique. Enfin, l’étang des moines, un plan d’eau de 7 hectares aménagé.

Actuellement, l’église abbatiale est en danger. Le mur Nord se déporte vers l’extérieur de 1mm par an et deux contreforts du 19ème ne supportent plus le mur mais jouent l’effet inverse. Bref, pour réaliser les travaux, il faudrait environ 2,5 millions d’euros. Le projet de reconstitution de la galerie du cloître permettrait de soutenir le bâtiment et sauver l’édifice de l’éboulement pur et simple.

Lire à ce sujet

Stéphane Bern redonne vie au collège royal de Thiron-Gardais (16 février 2015)

Partages
(23 visites sur cette page selon le compteur Google Analytics installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Tags:

8 réponses à Thiron-Gardais L’église abbatiale en danger ! (Archive 2009)

  1. Jean DUCROS dit:

    @PROVOT Victor – Le passé de l’abbaye de Thiron dépasse de beaucoup l’histoire locale ; il se relie à plusieurs branches de l’histoire de France. De plus, son site est pittoresque. Les abords sont l’objet de soins très appréciables qu’une ruine de la nef gâterait, indépendamment du dommage que subirait ce majestueux édifice.
    J’ai pu constater, lors d’une visite, l’exactitude d’une menace sur le mur nord ; elle provient, m’a-t-il paru, d’une poussée dans les hauts que le coûteux rétablissement au pied de ce mur d’une galerie du cloître disparu ne pourra que très partiellement combattre. Le problème architectural posé est délicat. Vu le coût de l’entreprise à conduire pour garantir cette abbatiale de la ruine, il serait sans doute préférable d’avoir pour objectif d’étudier le moyen de combattre la cause plutôt que d’imaginer une sorte d’orthopédie dont l’effet salvateur n’est pas garanti.

  2. Bonjour,
    et un grand merci à tous pour votre soutien… La sauvegarde de l’église abbatiale de Thiron-Gardais pèse beaucoup dans les esprits pour une commune de 1100 habitants… Par ailleurs le projet de consolidation du mur nord qui emporte le batiment est très intéressant puisqu’il prévoit la création d’une nouvelle galerie de cloître le long de la nef… Le dossier avance… des appareils de mesure et d’alerte vont être bientôt posés pour surveiller l’édifice et des fouilles archéologiques préventives vont être lancées courant 2010… en attendants de trouver l’argent nécéssaire pour les travaux… une campagne de souscription va bientôt être lancée…

    Cher amis de l’Abbaye Saint-Michel de Bois-Aubry je suis passé près de chez vous récemment mais sans pouvoir m’arrêter malheureusement. J’étais à Richelieu, j’espère pouvoir le faire une prochaine fois… mais je reste à votre disposition pour toutes demandes d’informations… 06 32 82 96 59… Victor PROVOT, maire de Thiron-Gardais

  3. GRIBOMONT dit:

    Nous ne pouvons que soutenir moralement les responsables du site de l’Abbaye de Tiron-Gardais auquel nous sommes historiquement intimement liés.
    En effet, l’Abbaye royale Saint-Michel de Bois-Aubry est l’une de ces abbayes qui, par l’intermédiaire de l’ermite Robert et le Seigneur Brice du Chillou, fut directement liée au rayonnement de l’action de St Bernard d’Abbeville. La Charte de Fondation de l’Abbaye de Bois-Aubry (1138) ne se trouve-t-elle d’ailleurs pas dans le Cartulaire de Tiron?
    Je serais d’ailleurs très heureux si vous pouviez me soutenir dans ma recherche de documents historiques quant à cette relation Tiron/Bois-Aubry!
    Bon courage !
    Marc-Olivier Gribomont
    Abbaye Saint-Michel de Bois-Aubry
    37120 Luzé
    E-mail: contact@abbayeboisaubry.com
    Site Web: http://www.abbayedeboisaubry.fr

  4. Hors sujet dit:

    Vous avez raison le titre est provocateur mais sachant la fin de la taxe professionnelle ( je suis pour ) et l’élargissement aux collectivités locales de leurs obligations ( voir comme vous dites du transfert des obligations de l’état vers ces entités ) , le fait de vouloir refiler le bébé ( avec l’eau du bain ) aux collectivités locales risque à termes de conduire à des dérapages et une destruction et/ou une modification importante de notre patrimoine.

    Alors qu’il y a quelques temps Sarkozy nous disait que le patrimoine était très important pour l’identité nationale….. du blabla à la caméra et des coups en douce dès qu’on a le dos tourné, malheureusement ….

    merci de votre réponse 😉

    • sagazan dit:

      Le titre « vendre des cathédrales  » est une provoc (voir revue de presse de novembre). Si vente il y a du patrimoine historique national ce sera au profit des collectivités régionales ou locales. Quoi qu’il en soit on peut s’étonner de cette nouvelle disposition qui ne distingue plus le patrimoine à haute valeur nationale qui doit rester aux mains de l’Etat, et le reste du patrimoine historique, de moindre importance, dans notre histoire nationale. cela marque, hélas, un peu plus la volonté du gouvernement de se désengager financièrement de ses responsabilités pour « charger » davantage le budget des régions, des départements et des villes…
      BS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *