Revue de presse de janvier 2010

Article pouvant être lu en 94 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

PATRIMOINE HISTORIQUE ET CULTUREL – REVUES DE PRESSE

Rubrique actualisée au fil des jours :

Lire aussi la revue de presse de décembreLa revue de presse de novembre, La revue de presse d’octobre.

31 janvier

Eglise à vendre en Meuse – Histoire et patrimoine bleurvillois 31 janvier 2010

La situation de l’église du Sacré-Cœur de Stenay, dans le nord meusien, semble inextricable. Cette paroisse sans paroissiens explique sa situation de détresse.

L’édifice qui fait face au cimetière est une dent creuse. La tempête de 1999 est passée par là et le montant du désordre approche les 30.000 euros. D’un côté, le diocèse souhaite céder cette église à la commune de Stenay. De l’autre, la commune a dénoncé en février 2007, la convention qui liait la ville à l’édifice religieux… Le devenir de l’église du Sacré-Coeur est actuellement dans l’impasse….

30 janvier

Seine Maritime

Un restaurant au château – Paris Normandie 30 janvier 2010

LILLEBONNE. Deux couples de la région vont racheter la demeure à la Ville pour en faire un restaurant gastronomique et des salles de séminaire.

Le château de Lillebonne va revivre. Onze ans après le décès de son ancien propriétaire, Charles Bost, le superbe édifice qui surplombe le jardin Rostand, à deux pas du théâtre romain, vient enfin de trouver acquéreurs. Deux couples installés sur le secteur, dont l’identité ne sera dévoilée que lors du prochain conseil municipal, le 4 février, vont en effet le racheter à la Ville pour 380 000 €. Ils comptent installer un restaurant haut de gamme au rez-de-chaussée et des salles de séminaire au premier étage, aménager le donjon en salle d’animation et d’exposition et réhabiliter un logement. Ils se sont par ailleurs engagés à restaurer les différentes pièces à l’identique, en concertation avec les services de la Direction régionale des affaires culturelles et des Bâtiments de France, l’édifice étant protégé au titre des monuments historiques. Montant estimé des travaux : 2 M €. L’inauguration pourrait avoir lieu en octobre 2011….

Gard

ANDUZE La fontaine pagode bénéficie d’un chantier de restauration – Midi Libre 30 janvier 2010

Depuis plus de 350 ans qu’elle est installée sur la place couverte, la fontaine pagode a subi les outrages du temps et une restauration était devenue inévitable. Au cours des siècles, seuls les quatre supports en bois avaient été remplacés par des colonnes en fonte. Mais aujourd’hui l’étanchéité n’est plus assurée et la charpente en subit les conséquences…

Seine Maritime

Un “Plan Patrimoine“ pour la ville de Rouen – Drakkar online 30 janvier 2010

Un peu plus de 12,2 M€ de travaux sur le patrimoine bâti de Rouen vont être engagés sur la période 2009 – 2014 dans le cadre d’une convention qui vient d’être signée entre la ville, l’Etat , la région de Haute-Normandie et le département de la Seine-Maritime. Intitulé “Plan Patrimoine“, le programme de travaux comprend des opérations déjà lancées en 2009 et devrait être prolongé au-delà de 2014 par d’autres plans tant l’ampleur des chantiers de restauration est important à Rouen. (…) La charge est donc particulièrement lourde pour la ville de Rouen avec ses 236 édifices protégés dont 53 sont classés “Monuments historiques“. Mais « pour préserver cette attractivité, il est essentiel de soutenir leur restauration », insiste Mme Fourneyron. La ville de Rouen insiste d’ailleurs sur le poids de la partie “entretien“, c’est-à-dire les interventions ponctuelles souvent urgentes sur les bâtiments, qui sont prévues pour quelque 2 M€ d’ici 2014. Le rythme des chantiers de restauration et d’entretien des monuments de Rouen n’est pas prêt de ralentir. D’autant que l’Etat et la Région sont aussi engagés ans de grands projets. Pour l’Etat, il y a notamment la réinstallation du clocheton de la flèche de la cathédrale détruit lors de la tempête de décembre 1999 et la vérification de l’état des trois autres. Ils seront démontés (25 mètres de haut et 30 tonnes chacun) en 2010 et remonté. Une opération d’un coût de 7,5 Mt. Au total ce sont 25 M€ qui seront engagés par l’Etat d’ici 2014 sur la cathédrale. La réfection des façades du Palais de Justice – Parlement de Normandie en cours d’achèvement aura demandé 18 M€ (ministère de la Justice). De son côté, le conseil régional est engagé dans la coûteuse et délicate rénovation de la chapelle du Lycée Corneille pour un montant qui dépasse les 25 M€, et qui devrait pourvoir accueillir des concerts. Au total ce sont quelque 60 M€ qui seront consacrés aux monuments sur 5 ans à Rouen. Commentaire du DRAC : « Il n’y a pas beaucoup de villes en France qui font autant ». Au-delà de l’intérêt patrimonial, de l’atout touristique, il y a aussi une « préservation des savoirs », pour les métiers du bâtiment, les compagnons, et l’assurance de plan de charge pour les entreprises. [1] Abbatiale Saint-Ouen, restauration de la Tour couronnée (1,4 M€) ; Temple Saint-Eloi (574.000 €) ; Fierte Saint-Romain (680.000 €) ; Eglise Saint-Maclou (7,7 M€ ; Toiture de l’Aître Saint-Maclou (330.000 €) ; Jardin d’Albane (1,6 M€) ; Plan de restauration des orgues (100.000 €) ; Petit patrimoine et mobiliers (700.000 €).

Loire-Atlantique

Nantes Rénovation de Dobrée : extension en sous-sol – Ouest-France 30 janvier 2010

L’extension du musée Dobrée sera intégralement souterraine. Le verre, très utilisé, devrait donner l’illusion d’un lac ceinturant les bâtiments. En sous-sol, l’accueil sera éclairé par une verrière. Dominique Perrault, l’architecte retenu pour la rénovation du musée nantais, a prévu de ne faire que des travaux souterrains. Il en coûtera 35 millions d’euros pour une livraison en 2015….

29 janvier

Pas-de-Calais

Saint-Omer Comment mettre en valeur le patrimoine audomarois ? – DeltaFM 29 janvier 2010

C’est la question sur laquelle s’est penchée mercredi une délégation de la DRAC, la Direction Régionale des Affaires Culturelles. (…) Les membres de la DRAC ont pu se rendre compte par eux-mêmes de l’étendue du chantier pour rénover les monuments audomarois. La délégation a visité la cathédrale, l’église St Sépulcre et le musée Henri Dupuis, fermé au public depuis plusieurs années pour raisons de sécurité. Il faudrait investir 2 millions d’euros par an pendant 2 décennies pour restaurer l’ensemble du patrimoine audomarois.

Seine Maritime

Que va devenir l’ancien lycée Anguier ? – France 3 Normandie 29 janvier 2010

Eu va récupérer les anciens bâtiments du lycée. Dans le lot, un ancien collège jésuite et un monument historique Dans quelques mois, il n’y aura plus de cours dans les anciens locaux du lycée Michel Anguier d’Eu. L’établissement a été entièrement reconstruit (voir ci-dessous), et une fois le déménagement achevé fin 2011, les bâtiments seront rendus à la ville. Outre l’aile moderne du lycée construite après guerre, Eu va donc redevenir propriétaire de deux bâtiments chargés d’histoire : un ancien collège jésuite vieux de quatre cent ans, et une chapelle classée monument historique. Médiathèque, école de musique ou bibliothèque, la mairie a déjà quelques idées pour les devenir des lieux. Quant à la partie la plus récente du lycée, la ville cherche des investisseurs…

Paris

Pour hypothéquer l’Hôtel de la Marine, remettons le à l’état neuf ! – La Tribune de l’Art 29 janvier 2010

Le feuilleton du devenir de l’Hôtel de la Marine n’en finit pas de délivrer de nouveaux épisodes, tous plus surréalistes les uns que les autres. Alors que l’on se pose doctement en haut lieu la question de la manière dont on pourra faciliter les choses pour un éventuel « repreneur » du site (voir l’article du 22/10/09), un document émis par le cabinet du ministère de la Défense met le doigt sur des pratiques tout de même fort curieuses. Il s’agit en effet d’étudier une idée provenant « du conseiller juridique de l’un des candidats à la reprise de l’hôtel de la Marine » qui suggère une « proposition nouvelle consistant à élargir le champ d’application du bail à construction »1. Il est déjà tout a fait scandaleux que le ministère considère que la loi puisse être changée pour satisfaire à un particulier, sur une proposition provenant non des services de l’Etat mais de ce particulier lui-même. L’idée est en elle-même totalement surréaliste et qu’elle soit ne serait-ce qu’envisagée par le ministère de la Défense démontre à nouveau que les questions de conservation et de mise en valeur du monument historique passent entièrement au second plan. De quoi s’agit-il ? Le bail à construction, solution qui permettrait de « conférer un véritable droit réel immobilier [au preneur] sur lequel il exerce tous les attributs d’un quasi droit de propriété avec la faculté notamment de le donner en garantie pour le financement de constructions et aménagements à réaliser », c’est-à-dire de l’hypothéquer, nécessite pour être conclu que « le preneur s’engage, à titre principal, à édifier des constructions sur le terrain du bailleur […] », chose évidemment impossible sur ce site.

Paris

Le Musée Rodin et sa délicate rénovation – LE MONDE 29 janvier 2010

Le charmant hôtel Biron, logé dans un parc de 3 hectares clôt de murs, au 77, rue de Varenne, dans le 7e arrondissement de Paris, a été construit entre 1728 et 1730. C’est là que Rodin, le Michel-Ange de l’époque moderne, vécut et reçut ses clients et amis, de 1908 jusqu’à sa mort, en 1917. Le lieu va faire l’objet d’une restauration impérative, causée par la vétusté du bâtiment….

Loire Atlantique

L’architecte Dominique Perrault rénovera le musée Dobrée à Nantes – Ouest France 29 janvier 2010

Le projet de Dominique Perrault préserve le jardin du musée Dobrée. Le conseil général de Loire-Atlantique a choisi l’architecte Dominique Perrault pour la rénovation et l’extension de son musée départemental. Il l’a annoncé ce vendredi matin, quelques heures avant de dévoiler le projet, en présence de l’architecte. Ce musée d’histoire et d’archéologie fait l’objet d’un ambitieux plan de modernisation. Le chantier est estimé à 35 millions d’euros. Le projet a fait l’objet d’un concours international de maîtrise d’œuvre. Le jury avait sélectionné cinq projets. Celui du concepteur de la bibliothèque nationale de France s’était classé en tête. À l’issue de la phase de négociations, le conseil général a confirmé ce choix.

28 janvier

Moselle

Hombourg-Budange : la fausse rumeur, le vrai problème – La Semaine 28 janvier 2010

C’était bien sûr et hélas un simple exercice de style, imaginer Johnny Depp et Vanessa Paradis racheter le château de Hombourg-Budange. Mais il a suffi que nous fassions paraître il y a quelques jours un article dans nos colonnes pour que ce sujet visiblement sensible suscite immédiatement des réactions. Dans les discussions des élus du secteur bien sûr mais aussi par le biais de coups de téléphone et de messages Internet transmis à notre rédaction en passant par les contacts pris directement avec la mairie de Hombourg pour savoir si c’était vrai. Une rumeur qui nous a incités à revenir un peu plus largement sur la portée de cet article pour en tirer plusieurs enseignements. Etat des lieux tout d’abord en allant interroger le maire de Hombourg. Analyse aussi sur la manière dont cette rumeur s’est propagée sur Internet. Exemples enfin d’autres châteaux et la manière dont ils ont pu être sauvés… ou non. Dans une Moselle où les belles demeures sont rares, retour sur cette sauvegarde d’autant plus nécessaire qu’elle semble susciter l’émotion d’un grand nombre….

Finistère

Saint-Trémeur : une charpente pour mille ans – Ouest France 28 janvier 2010

Pas une seule pièce métallique. Le travail du bois (chêne et acacia) se fait entièrement à l’ancienne. En une semaine, les cinq charpentiers de l’entreprise Asselin de Thouars, rôdés à la restauration de monuments historiques, ont déjà posé une partie de la nouvelle charpente de la chapelle Saint-Trémeur. Les pièces ont été préparées en atelier au mois de décembre. Le montage s’effectuant sur place, les charpentiers devraient laisser la place aux couvreurs à partir de la mi-février….

Haut-Rhin

Rixheim Des rendez-vous culturels à la Commanderie – L’Alsace 28 janvier 2010

« La Commanderie des chevaliers teutoniques de Rixheim est un monument historique classé. Ce cadre exceptionnel mérite d’être valorisé. L’idée de notre association est d’utiliser ce site pour faire un pôle culturel ouvert », explique Luc Nueffer, président des Rencontres de la Commanderie. Née en octobre dernier, l’association entend « participer au rayonnement culturel de Rixheim et de l’agglomération en complément à ce qui existe déjà, et nullement en concurrence » , poursuit l’ancien adjoint à la culture, en rappelant que des Rencontres de la Commanderie avaient déjà été organisées entre 1995 et 1998. De Brassens à l’œcuménisme, en passant par la philosophie des arts martiaux ou les Ovni Forte pour l’heure de 23 cotisants, dont une dizaine de membres actifs, l’association travaille sur un programme de conférences, dont la première sera donnée jeudi 4 février, autour du thème de la chevalerie….

27 janvier

Loire

Ces biens ligériens qui sont la cible des pilleurs – Le Progrès 27 janvier 2010

L’affaire récente du vol d’appliques de Le Corbusier rappelle que les biens patrimoniaux suscitent bien des convoitises dans la Loire. Eglises, chapelles, châteaux ou belles demeures cherchent à se prémunir des voleurs e 22 janvier, c’est une affaire peu banale qui est arrivée devant le tribunal correctionel de Saint-Etienne: le vol de luminaires, entre 2001 et 2003, appartenant à l’immeuble Le Corbusier à Firminy. Les prévenus étaient des brocanteurs, antiquaires, chineurs de Lyon, Marseille ou encore Versailles. Ils avaient acheté ou vendu ces appliqués, très cotées sur le marché de l’art. Cette affaire a remis en lumière une forme de délinquance particulière, celle qui touche aux biens culturels. Il faut remonter à 1986 pour retrouver l’un des vols les plus importants. Il avait eu pour cadre le château de la Bâtie-d’Urfé où huit tapisseries et un tableau représentant Jacques d’Urfé avaient été dérobées. En 2005, un important réseau de pilleurs de châteaux et résidences secondaires avait été démantelé (voir ci-dessous). Plusieurs victimes étaient ligériennes, mais le gang avait également sévi en Haute-Loire et dans le Rhône. L’ équipe de malfaiteurs était spécialisée dans le vol d’antiquités, objets rares, biens patrimoniaux…

Paris

Exposition à l’Unesco sur « la Bible, patrimoine de l’humanité » – Les Dépêches de l’Education Nationale 27 janvier 2007

L’Alliance biblique française présente à l’Unesco du 8 au 12 février une exposition consacrée à « la Bible, patrimoine de l’humanité » qui se veut non confessionnelle mais plutôt culturelle, historique et pédagogique, ont expliqué les organisateurs. L’exposition propose une partie historique sur la « genèse de la Bible » – comment elle a été composée, quelles sont les différences entre les bibles catholique, orthodoxe, protestante et juive -, un atlas des mondes de la Bible – que s’est-il passé, où et quand -, et une galerie de portraits des personnages. De nombreux manuscrits et fragments sont présentés dans la partie consacrée à la transmission, de la naissance de l’écriture au numérique, en passant par les scribes et les moines copistes. Enfin l’exposition montre à quel point la Bible a influencé les cultures, l’art, les expressions de la langue courante, les objets et produits familiers. Par exemple, un espace interactif montre une rue contemporaine avec ses boutiques, dont le fleuriste chez qui on trouve des sceaux de Salomon ou des arbres de Judée, le marchand de vin qui propose des jeroboams ou des mathusalems (bouteilles de grande contenance portant le nom de personnages bibliques), etc. Cette exposition très pédagogique sera itinérante pendant plusieurs années. Elle sera présentée du 25 mars au 11 avril à Saint-Germain en Laye, du 1er au 16 juillet au Croisic, en septembre en Guyane, etc….

Bretagne

Patrimoine de l’Unesco. Le fest-noz dans les pas du tango? – Le télégramme 27 janvier 2010

L’association Dastum (*) a remis au président du conseil régional, Jean-Yves Le Drian, «l’appel à la reconnaissance du patrimoine immatériel de Bretagne». Ce document constitue un argumentaire destiné à convaincre l’État et l’Unesco. Le fest-noz va-t-il emboîter le pas au tango argentin, en obtenant lui aussi son classement au patrimoine immatériel de l’Unesco? C’est le souhait exprimé voici un an par le président du conseil régional: lors des «rencontres du patrimoine culturel immatériel de Bretagne», organisées par Dastum, il s’était engagé à agir pour que la richesse dansée, sonnée, chantée ou contée de Bretagne puisse être officiellement reconnue par l’organisme mondial. …

Côte-d’Or

Un hôtel au Château de Bussy-Rabutin? – France Bleu Bourgogne 27 janvier 2010

L’idée fait son chemin. Le Ministère de la Culture et le Secrétariat d’Etat au Tourisme ont récemment signé un partenariat pour lancer une étude de faisabilité. L’idée est de voir si des sites de notre patrimoine -essentiellement, une vingtaine de châteaux en France- pourraient être plus dynamiques, attirer plus de touristes grâce à de nouvelles infrastructures. Mais ça ne plaît pas à tout le monde….

Haute-Garonne

Bonrepos-Riquet. Association de bénévoles pour le château – LaDepeche.fr 327 janvier 2010

(…) La municipalité envisage la création d’une association pour gérer l’action des bénévoles autour du château et augmenter l’accueil du public….

Bas-Rhin

Strasbourg : des tombes juives profanées – European Institute of Cultural Routes 27 janvier 2010
La profanation d’une trentaine de tombes dans un cimetière juif de Strasbourg mercredi est « révélateur d’un climat malsain où se libère la haine », selon SOS Racisme qui souligne « une recrudescence des profanations des cimetières ». « La France fait malheureusement face à une recrudescence des profanations des cimetières, révélateur d’un climat malsain où se libère la haine », écrit l’organisation dans un communiqué. « Cet acte odieux doit être traité avec la plus grande sévérité en ce jour de commémoration de la libération du camp d’Auschwitz, symbole de l’inhumanité jusqu’à laquelle le racisme peut porter », dit SOS Racisme. « Ces actes de profanation sont de profondes atteintes au vivre ensemble, en plus de souiller la mémoire des morts, elles envoient un message de haine aux vivants », ajoute-t-elle. Si nous saluons chaque année la Journée Européenne de la culture juive et soutenons l’itinéraire européen du patrimoine juif comme une initiative indispensable à la connaissance de l’apport très important de la culture juive à la culture européenne, c’est parce que nous pensons que cet itinéraire a beaucoup à nous apprendre sur le dialogue des religions, les échanges tant scientifiques, artistiques et culturels au sens large entre toutes les communautés qui, ensemble, ont fait l’Europe et donc ont fait de nous des Européens riches d’horizons divers. C’est donc avec tristesse et en exprimant à nos amis juifs toute notre sympathie, que nous condamnons les actes de vandalisme et de racisme d’influence nazie qui sont survenus à Strasbourg durant la journée de la mémoire. Nous ne pouvons pas oublier qu’ils interviennent quelques semaines après que le maire de Strasbourg ait lui-même subi un racisme anti-musulman du fait de sa décision courageuse en ce qui concerne la mosquée de la capitale alsacienne….

26 janvier

Paris
AP Le protocole d’accord pour la restauration de l’Hôtel Lambert à Paris signé vendredi 22 janvier entre son propriétaire, un prince du Qatar, et l’association Paris Historique contient plusieurs avancée majeures dont l’association se félicite. Les voici en détail.
Cuvelage de la cour d’honneur et du jardin : le propriétaire a renoncé au creusement d’un parking souterrain. Paris Historique a consenti une excavation pour permettre l’installation d’un transformateur EDF conforme à la réglementation. L’association veillera toutefois à ce que le creusement n’excède pas un tiers de la surface de la cour d’honneur.
Régulation thermique de l’ensemble de l’hôtel : le propriétaire s’est engagé à ce que les conduites passent essentiellement par les planchers ainsi que par des gaines isolées et indépendantes des décors historiques qui ne sauraient en être affectés.
Exhaussement du mur de clôture : le propriétaire a renoncé à cet aménagement, tenant compte des objections émises par l’association Paris Historique sur le rehaussement du parapet extérieur du jardin, qui entraînerait une atteinte profonde à l’harmonie caractérisant la proue de l’île Saint-Louis.
Escalier de l’aile est : Paris Historique a reconnu que l’escalier aménagé au début du 19e siècle dans une ancienne cour et situé à l’est de l’escalier d’honneur présente un intérêt patrimonial secondaire et a par conséquent accepté que celui-ci soit remplacé, dans le cadre du projet de restauration, par deux ascenseurs desservant les étages.
Réaménagement du cabinet de Jean-Baptiste Lambert en salle de bains : compte tenu de l’importance historique de l’ancien cabinet de Jean-Baptiste Lambert, le propriétaire a renoncé à sa transformation en salle de bains. Le manteau de la cheminée de marbre demeurera en place de même que l’importante cloison à laquelle l’ouvrage est adossé. Le maintien de cette disposition entraîne la préservation de la souche de cheminée correspondante en toiture. En dépit des réserves émises sur ce point, Paris Historique a concédé la création d’un ascenseur entre l’étage inférieur et le niveau mentionné, assurant sur un seul niveau la desserte du cabinet, dès lors que cette installation n’affectera aucunement le plafond historié et peint.
Galerie « Troubadour » (étage attique de l’aile est) : sensible à l’importance historique de cet emplacement qui constitue un témoignage du passage de la famille Czartoryski dans l’hôtel Lambert, mais également désireux de réaliser son programme d’habitation qui prévoit l’installation de deux chambres et leurs dépendances à l’emplacement de cette galerie, le propriétaire s’est engagé à assurer la complète réversibilité de cet aménagement, afin, le moment venu, d’en permettre l’éventuelle restauration. Monsieur Andrea Bruno, architecte à Turin, auteur de la restauration du château de Rivoli en Italie et du musée des Arts et Métiers à Paris, a accepté d’être nommé par le ministre de la Culture, sur proposition de l’association Paris Historique et avec l’accord du propriétaire, comme expert au comité scientifique qui suivra les travaux.
Sarthe
Aujourd’hui, 60 moines et six novices vivent à Saint-Pierre de Solesmes, entre prière, travaux domestiques, offices chantés sept fois par jour, recherche sur les manuscrits grégoriens et études des textes saints. AFP – Fidèles au voeu de modération prôné par Saint-Benoît, les moines bénédictins de l’abbaye Saint-Pierre de Solesmes (Sarthe), capitale mondiale du chant grégorien, célèbrent cette année son millénaire dans le recueillement et sans apparat. Pour l’occasion, les religieux ont enregistré un disque, « Solesmes 1010-2010 – Le millénaire » et édité un livre, « Mille ans d’histoire à l’abbaye de Solesmes », rédigé par l’un d’entre eux. La communauté s’apprête également à participer au printemps à des rendez-vous religieux et culturels, consacrés au chant grégorien….

Finistère

Après 10 ans de travaux, le château rouvre au public – La Roche-Maurice – Ouest France 26 janvier 2010


Après 10 ans de travaux, de conservation et de revalorisation, le château de Roc’h Morvan va être remis en lumière et ouvert au public, toute l’année en accès libre, grâce à un parcours d’interprétation didactique et illustré. La première mention connue du château date de 1263. La forteresse tombe aux mains des vicomtes de Lèon au XII e siècle, et passe par mariage aux Rohan vers 1330. Démantelée en 1490, transformée en prison en 1678, elle est signalée à demi ruinée en 1695. Au XVIII e et XIX e siècle, le château sert de carrière. En 2002, il devient propriété du département, et est fermé au public. À partir de cette date, des archéologues commencent à fouiller…


25 janvier

Côte d’Armor
(…) Dans le cadre des contrats de territoire avec le conseil général, la commune de Gouarec a défini ses priorités, parmi les thèmes proposés, afin d’obtenir des subventions. « Nous avons retenu quatre projets : la rénovation de l’église paroissiale, l’ouverture des arcades des halles, la voirie et des travaux de toiture à l’école publique. En fonction de nos finances, nous consulterons la population pour le choix entre les deux gros projets : les Halles ou l’église. »…
Nord
Les travaux ont débuté mercredi, puis ont été interrompus avant de reprendre la semaine prochaine. Depuis 2007, la municipalité a entrepris une restauration complète de l’église Saint-Amé. Mercredi, une maison a commencé à être abattue rue Constant-Martin avant d’entamer la seconde tranche de mise en valeur du patrimoine architectural. La rue Constant-Martin était barrée mercredi car une grue devait abattre la maison située devant l’église. Les travaux étaient prévus pour durer trois jours, mais ils ont été rapidement interrompus, la grue de la dernière génération de 48 tonnes et totalisant 1 800 heures de fonctionnement (équivalent de 25 000 km pour une voiture) étant tombée en panne. Moteur cassé. « Comme cet appareil est très récent, il n’y avait pas de moteur disponible en Europe », explique la société à qui a été confiée la destruction de l’immeuble. Les pièces devraient être réceptionnées dès mercredi et la repose du moteur est prévue à la fin de la semaine. Cette maison insalubre appartient à la commune. Elle accueillait la poste au début du 20e siècle puis un logement de fonction, vide depuis 6 ans. Elle va être abattue pour mettre en valeur l’église….

Côte-d’Or

Que devient l’église menacée d’Arc-sur-Tille, en Bourgogne  ? – France Catholique 25 janvier 2010

(…) Au cours de l’été 2009, l’équipe municipale met au point son plan de route. Début septembre, elle diffuse son appel de candidatures aux architectes, et choisit l’un d’entre eux. Après consultation des entreprises, il devra remettre, au plus tard en mars 2010, son étude chiffrée sur deux possibilités  : la restauration ou la « démolition/reconstruction ». La décision sera prise en juin 2010 avec recherche des financeurs et poursuite de la mission de l’architecte….

Calvados

Caen Au château, le Moyen Âge ressurgit – Ouest France 25 janvier 2010

Dix jours de fouille à proximité de la salle des Remparts ont permis de confirmer la présence d’un logis du XIIe siècle. Place à la boue et à la glaise après la neige et le froid ! Le chantier de fouille qui doit servir de diagnostic d’une parcelle de 1 900 m2 entre la salle des Remparts et la Maison du Gouverneur a duré dix jours. C’est l’Institut national de recherches archéologiques qui a mené cette fouille en quadrillage avec l’aide d’une pelleteuse menée par un archéologue (Ouest-France du 14 janvier). « Les fouilles de 2005 avaient permis de découvrir une maison du XIVe siècle qui utilisait un mur plus ancien. On n’avait que la façade. On voulait connaître l’emprise de ce bâtiment et savoir sa relation avec le rempart et tout son environnement », explique Bénédicte Guillet, responsable du chantier….

23 janvier

Loire Atlantique

Qui connaît la glacière de Chassenon – Ouest France 23 janvier 2010


Blain Combien de Blinois connaissent l’existence de la glacière de Chassenon ? Jeudi, les élus municipaux ont décidé de valoriser ce patrimoine historique datant du XIX e siècle. « Il en existe seulement deux en Loire-Atlantique, explique Jean-Luc Plumelet, adjoint à l’Urbanisme. Cette glacière se situe sur le domaine de Chassenon, en bordure de la route de Guémené, tout près de la Maison forestière de la Gracinais. On y mettait de la glace naturelle retirée des étangs ou du canal, pour y conserver les gibiers tués en forêt ».

La précédente municipalité avait déjà engagé des échanges avec les propriétaires, pour permettre au public, et notamment aux randonneurs, de découvrir ce site, enfoui sous les broussailles, mais bien conservé. « Cet élément patrimonial rare mérite d’être mis en valeur. Il faut d’abord signer avec les propriétaires, une convention de mise à disposition du site de la glacière, mais aussi d’un chemin qui en permet l’accès en toute sécurité, et ce pour une période de 30 ans » propose le maire Daniel Leroux. …

Finistère

Quimper Le « déshabillage » d’une maison du XVe siècle – Ouest France 22 janvier 2010

La façade en projet rue Saint-Mathieu. Architecte: Yohann Touchard (Paris). A l’angle de la rue Saint-Mathieu et de la place Terre-au-Duc, les bâches de chantier dissimulent un trou béant. Rien n’est perdu : d’ici juin, l’édifice aura retrouvé son aspect d’origine. La maison de la place Terre-au-Duc qui abritait précédemment la Carterie de la Cité a laissé la place à un impressionnant chantier de restauration. Toutes les parties en bois de l’édifice ont été démontées la semaine dernière pour ne laisser en place que le soubassement de pierre, c’est-à-dire le rez-de-chaussée et une partie du premier étage L’ensemble des pièces en bois a été acheminé dans un atelier du Maine-et-Loire (Perrault frères). Elles seront restaurées ou remplacées selon les cas. Remontage prévu de février à mai prochain. D’ici là, les entreprises travaillent sur la maçonnerie. On remet en place l’étal de marchand qui caractérisait cette maison au XVe siècle. Car l’objectif est de remettre l’édifice dans son état initial : une grande maison du XVe siècle (15 mètres par 5 mètres) comme il n’en subsiste qu’une dizaine à Quimper. Un premier permis de construire a été refusé car l’Architecte des bâtiments de France a demandé un travail de reconstitution. Au lieu des treize fenêtres que les contemporains ont connues, la maison retrouvera ses 35 fenêtres d’origine….

Yvelines

Le réveil du bois dormant – Libération 23 janvier 2003

REPORTAGE  A l’ouest de Paris, se cache un mystérieux jardin, le Désert de Retz. Créé au XVIIIe par un illusionniste de génie, le parc fut vendu, pillé, vandalisé. Réhabilité, il est à nouveau ouvert au public….

Tarn-et-Garonne

La fontaine du cloître de Moissac n’a pas livré ses mystères – La Dépêche du Midi 23 janvier 2010

Joyau de l’art roman, malgré de mupltiples études et recherches, le cloître préserve encore certains de ses mystères. Il en est un qui a encore refusé de se livrer, cette semaine, à une équipe de chercheurs venue réaliser des sondages. Celui de la fontaine qui se trouvait dans l’angle nord-ouest du cloître. «On est pourtant sûr de l’existence passée de cette fontaine, affirme sans ambage Chantal Fraisse, conservateur au centre d’art roman de Moissac. Les écrits de nombreux chroniqueurs en attestent (1).» Et pourtant les fouilles dirigées par Quitterie Cazes, maître de conférence en histoire médiévale à Paris-Sorbonne, dans le cadre de travaux de recherches sur les cloîtres initiés au niveau européen par le spécialiste de l’art roman, Peter Klein, professeur à l’univeristé de Tübingen (Allemagne), ont fait choux blanc. «Aucune structure n’est apparue, reconnaît Chantal Fraisse avec un brin de déception dans la voix. Mais cela ne remet vraiment pas en cause le fait qu’il y a eu à cet endroit une fontaine. Comme cela arrive souvent, au moment de sa destruction, les matériaux ont pu être réutilisés ailleurs.»…

22janvier

Dordogne

Mitterrand et Coppens au chevet de Lascaux – La Dépêche du Midi 22 janvier 2010

Préhistoire. Un conseil scientifique de 13 experts veillera sur la grotte et ses peintures datées de 17 000 ans. Après Christine Albanel en juillet 2008, le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand est venu s’assurer par lui-même hier après-midi de l’état de la Grotte de Lascaux, la « Chapelle Sixtine de la Préhistoire» menacée depuis plusieurs années par le développement de taches noires à proximité de certaines peintures. Mais ce que Frédéric Mitterrand a découvert apparaît plutôt rassurant. « J’ai été frappé par la beauté, par le mystère de ces peintures, J’ai trouvé la grotte dans l’état où l’on a pu la voir dans les films en couleur des années 60. En meilleur état même. On est saisi par la beauté, la fraîcheur et l’état général des fresques» a-t-il assuré après plus d’une heure passée dans les galeries peintes il y a 17 000 ans. « Les taches sont quasiment invisibles. Elles sont même me dit-on en état de régression » a-t-il assuré après plus d’une heure passée dans les galeries aux côtés du professeur Yves Coppens. Celui-ci est désormais président du comité scientifique qui va veiller sur Lascaux. Il va s’entourer d’une équipe de scientifiques de divers horizons: biologistes, géologues, climatologues et archéologues. « Nous allons travailler à une nouvelle phase de conservation » promet Frédéric Mitterrand. La mission du paléontologue Yves Coppens devra aussi développer une « meilleure pédagogie » autour de Lascaux…

Yvelines

8 M€ pour un circuit fantôme – ESPNF1 Staff 22 janvier 2010

Le conseil général des Yvelines a publié le montant des dépenses pour le projet mort-né du circuit de Flins, près de Paris : 7,9 M€. « 4,8 millions d’euros de maîtrise d’œuvre, 1,76 million d’études de faisabilité et 777 200 euros d’archéologie préventive », rapporte l’AFP qui s’est procuré le détail des comptes rendus publics de la collectivité territoriale, laquelle a conduit ce travail entre septembre 2008 et décembre 2009…

Haute Saône

De plus en plus des petites communes se posent la question de l’entretien de leur patrimoine religieux. Beaucoup d’églises, de presbytères, de chapelles sont en mauvaises état et les travaux coûtent cher. Pas question pour autant de détruire une église. Les communes préfèrent s’endetter pour longtemps.

Paris

Patrick DEVEDJIAN, Ministre chargé de la Mise en oeuvre du plan de relance, et Frédéric MITTERRAND, Ministre de la Culture et de la Communication, sur les sites des grands projets de patrimoine culturel financés dans le cadre du plan de relance à Paris.

21 janvier 2010

Hérault

Des capitelles vandalisées : un patrimoine saccagé – Midi Libre 21 janvier 2010

N’est-ce pas révoltant de constater que notre patrimoine est saccagé ? Certains n’hésitent pas à piller des capitelles, à démonter des murs dans la garrigue de Nébian, pour construire leurs propres murs de clôture. La capitelle du travers de Nébian est à moitié détruite. Des murs sont démolis et la dernière en date, la petite capitelle qui servait d’abreuvoir sur le chemin des Pradals vient d’être dépossédée de son linteau. Tous ces actes sont regrettables et répréhensibles. Il est bien dommage de constater que notre patrimoine soit ainsi saccagé, et vraisemblablement par des personnes peu scrupuleuses et surtout peu respectueuses de notre passé. Ces capitelles ont été construites par nos anciens. Ce sont des cabanes en pierre sèche, sans mortier, que l’on trouve dans la garrigue… Elles n’étaient pas habitées. L’on y renfermait les outils, on pouvait s’y mettre à l’abri en cas d’orage. Elles représentent un travail considérable. Au lieu de les détruire, il faut les entretenir, les consolider.

Hérault

Montpellier. La Grande-Motte obtient le label patrimoine du XX e siècle – Midi Libre 21 janvier 2010

URBANISME : Le label salue l’oeuvre globale de Jean Balladur Voilà un label qui tombe à pic et conforte l’ambition du maire Stephan Rossignol de booster l’image de la cité des pyramides. La Grande-Motte pourra désormais brandir le label Patrimoine du XX e siècle, donné mardi, à l’issue de la séance de la commission régionale du patrimoine et des sites. Pas de malentendu : ce label ne l’honore pas d’un point de vue esthétique, mais salue le travail global de son architecte Jean Balladur et c’est la ville entière qui est labellisée. Une première : « Un grand nombre de bâtiments isolés ont ce label en France et quelques stations des Alpes aussi. Mais c’est la première fois qu’il est donné à une ville balnéaire », relève Michèle François, documentaliste du patrimoine à la direction régionale des affaires culturelles….

Grotte de Lascaux: Frédéric Mitterrand rassurant et vigilant – Le point 21 janvier 2010

Le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, mis au défi de prendre à bras le corps le sort de la grotte de Lascaux menacée de péril par l’invasion de tâches noires, s’est montré rassurant jeudi, tout en mobilisant des moyens pour la préservation du site préhistorique. « Il n’y a pas de mystère Lascaux », seulement « une part de fantasme », a-t-il lancé à la sortie de la célèbre grotte préhistorique de Dordogne, vêtu d’une combinaison blanche de protection, le bras toujours en écharpe. Sous le feu des questions de scientifiques inquiets par la prolifération de micro-organismes qui mettraient en danger les peintures et les gravures vieilles de 18.000 ans, le ministre était venu visiter le site de Montignac (Dordogne) pour « prendre la mesure ». Il a voulu se rendre compte par lui-même de l’état de la grotte, souvent qualifiée de « chapelle Sixtine de la préhistoire », susceptible un temps d’être classée monument en péril par l’Unesco.

Il a annoncé le lancement d’un nouveau conseil scientifique pour remplacer celui dissous en juin, et « conseiller et orienter les travaux de conservation » du site. Il sera présidé par le paléoanthropologue Yves Coppens, codécouvreur du fossile Lucy en 1974, qui accompagnait le ministre sur le site. « Il n’y a pas de mystère Lascaux, ce n’est pas parce qu’on prend toutes les précautions pour aller voir ce lieu », a déclaré le ministre à la presse, « ce n’est pas parce qu’on sort avec des habits de cosmonautes (…) que nous avons constaté une sorte d’Hiroshima à l’intérieur ». « Nous allons étudier les choses de très près, on n’a pas du tout le sentiment de destruction programmé », a encore déclaré Frédéric Mitterrand. « On est saisi par la beauté, la fraîcheur, l’état général des fresques et on n’a pas du tout le sentiment d’un danger », a-t-il affirmé

L’architecture francilienne d’après-guerre se donne en représentation – Le Moniteur 21 janvier 2010

A l’affiche au Pavillon de l’Arsenal (21, boulevard Morland – 75004 Paris), du 9 décembre 2009 au 28 mars 2010 : « Œuvres construites/1948-2009. Architectures de collection Paris/Ile-de-France ». Une coproduction Pavillon de l’Arsenal et Centre Pompidou.

Territoire de Belfort

Belfort : pas de reprise pour le Chateau Servin – France 3 21 janvier 2010

Fermé depuis 2006, le restaurant le Chateau Servin est aujourd’hui à l’abandon Il fut l’un des grands restaurants de Belfort, mais le château Servin n’est aujourd’hui plus vraiment dans son assiette. Fermé en 2006, l’établissement ravagé par le temps est régulièrement squatté et pillé. Pour l’heure, aucune perspective de rachat n’est envisagée à cause d’¿une problème de succession…

Charente Maritime

Sandrine Jadot et Xavier Jallais sont à pied d’oeuvre, pour trois jours, au Présidial. Ces restaurateurs de peinture, indépendants et agréés par les Musées de France, auscultent, l’une après l’autre, la soixantaine de toiles de la collection Beaux-Arts exposées jusqu’au mois d’octobre dernier dans ce qui était encore un musée. Les protestations des Amis des musées n’y ont rien fait. Ce musée a fermé pour être transformé en espace de conservation et de restauration des oeuvres d’art.

Classé monument historique, le Présidial, hôtel particulier du XVIIe siècle, demeure, lui, dans le patrimoine de la Ville. L’émotion suscitée par sa vente éventuelle a fait reculer les élus, qui lui ont trouvé une nouvelle vocation. Le bâtiment sera même mis hors d’eau courant 2010. Les travaux de réfection de la toiture seront entrepris dès cette année ; 80 000 euros sont inscrits au budget de la Ville…

Loire-Atlantique

Nantes Indiscrétion La future dame du Mémorial ? – Presse-océan 21 janvier 2010

Marie-Hélène Jouzeau pourrait prendre sous sa coupe le Mémorial à l’abolition de l’esclavage. Archives Arnaud Jaffré Marie-Hélène Jouzeau, directrice du patrimoine de la ville de Nantes, pourrait diriger le Mémorial. La direction du Mémorial à l’abolition de l’esclavage dont les travaux devraient débuter prochainement sur le quai de la Fosse pourrait être confiée à Marie-Hélène Jouzeau. Marie-Hélène Jouzeau a connu son heure de gloire avec la réouverture au public du château des ducs de Bretagne et la création du musée d’histoire de Nantes. Cette native de Blois, titulaire d’un DEA de lettres modernes et conservateur diplômée de l’École du Louvre est arrivée à Nantes en 1990 pour diriger les travaux de rénovation et de transformation du château. Mission arrivée à terme en 2007 avec succès, le château étant devenu l’un des moteurs du tourisme local….

Paris – Marne

Les archéologues de l’Inrap contestent leur déménagement à Reims – Le MONDE 21 janvier 2010

Une part des espoirs de la communauté scientifique et des personnels de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) repose désormais sur les épaules d’un jeune énarque. Arnaud Roffignon, 36 ans, ancien conseiller des ministres de la culture Christine Albanel puis de Frédéric Mitterrand, a été nommé, par un décret présidentiel du 11 janvier, directeur général du principal organisme de recherches archéologiques français. Cette nomination intervient dans un contexte d’inquiétudes et de tensions. Depuis fin novembre 2009, le déménagement de l’institut à Reims est en effet de nouveau au goût du jour. En conclusion d’un discours prononcé dans la capitale champenoise le 19 novembre, le premier ministre, François Fillon, avait en effet confirmé que l’Inrap « s’installera(it) bien à Reims prochainement, comme le gouvernement en a pris l’engagement ». La petite phrase a pris à contre-pied les deux tutelles de l’Inrap, la ministre de la recherche, Valérie Pécresse, et le ministre de la culture, Frédéric Mitterrand. Elle a aussi pris de court les personnels de l’organisme, très remontés contre leur délocalisation. Du côté de la communauté scientifique, une grande part des ténors de la discipline estime qu’un déménagement de l’institut porterait un lourd préjudice à l’archéologie de sauvetage – celle qui consiste à mener des fouilles préalables aux travaux d’aménagement….

Belgique

Polémique autour d’une église dancing à Ixelles – RTBF 21 janvier 2010


Un nouveau night club sème la discorde rue de Stassart, à côté de la porte de Namur. Son nom : le « Spirito Martini ». La boîte a ouvert en décembre dans l’ancienne église de la résurrection. Les riverains sont excédés. Jadis, on y priait, lieu de paix et de sérénité, Depuis décembre, on y boit un verre, on y danse chaque week end, une ambiance beaucoup plus bruyante et les riverains – pas très nombreux dans ce quartier de bureaux- n’en dorment plus. La commune prend leurs doléances très au sérieux….

20 janvier 2009

Seine-et-Marne

Fontainebleau retrouve ses glaives après une transaction officielle avec un receleur -LE MONDE 20 janvier 2010

(…) Plus discrètement, ces retrouvailles signent un autre événement, judiciaire celui-là. Pour remettre la main sur ces trésors nationaux, l’Etat a accepté une transaction officielle avec le receleur présumé, un ressortissant hollandais. « Nous n’avons pas négocié », tient à préciser le procureur de Fontainebleau, Marc Mulet. « Aucun versement d’argent n’a été effectué », insiste le capitaine Frédéric Piwowarzyk, de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC), qui a dirigé l’enquête ces dernières années. Mais tous deux le confirment : comme c’est d’usage en Europe du Nord, et comme la France s’y refusait jusqu’ici, le traitement judiciaire du suspect a été aménagé. Contre remise des pièces, sa demande d’extradition a été annulée et l’homme a été libéré.

Ce vol était intervenu au milieu d’une longue série. Entre octobre 1995 et avril 1996, six châteaux nationaux de la région parisienne avaient été visités : Courances, Compiègne, Bagatelle, Ecouen, Sceaux et Fontainebleau. Au rez-de-chaussée de ce dernier, dans le musée napoléonien, treize objets avaient été dérobés, pour environ 2 millions d’euros : huit pendules, deux vases de Sèvres, le char de triomphe de Caroline Murat et les deux fameuses armes, le glaive royal de cérémonie, avec son fourreau en écaille de tortue, et le glaive royal de Westphalie, en or et acier, serti de chrysoprases….

Dordogne

Lascaux: Frédéric Mitterrand installe Yves Coppens – France 2.fr 20 janvier 2010

Le ministre de la Culture lors une visite jeudi de la grotte de Lascaux doit installer un nouveau Conseil scientifique. Présidé par le paléontologiste et paléanthropologue Yves Coppens, ce conseil sera chargé de veiler à la la sauvegarde de « chapelle sixtine » de la préhistoire affectée depuis des années par des attaques de micro-organismes et d’essayer d’enrayer la  prolifération des fameuses taches noires. Yves Coppens est le découvreur du fossile Lucy en 1974.

« Yves Coppens vient des sciences humaines, ce n’est pas du tout le profil recherché. Il y avait une chappe de plomb jusqu’à présent et nous espérons que  Frédéric Mitterrand » prendra ses responsabilités, a déclaré mercredi Laurence Léauté-Beasley, présidente du Comité international de sauvegarde de Lascaux, une Française basée aux Etats-Unis. A la mi-décembre,  elle déclarait à la depeche.fr que les promesses données en mars 2009 par la ministre de la culture de l’époque Christine Albanel pour éviter le classement par l’Unesco sur la liste du patrimoine en péril, n’avaient pas été tenues. Elle regrettait notamment que « la mise en place d’un comité scientifique en sciences dures, international et indépendant » n’ait pas eu lieu….

Meurthe-et-Moselle

Lunéville : un autre château sous le Versailles lorrain La Semaine.fr 20 janvier 2010
Sept ans après l’incendie qui a endommagé le château de Lunéville, des archéologues ont découvert des vestiges d’un château plus ancien et des traces d’occupation de la période médiévale….

L’esprit de clocher n’est plus ce qu’il était – Courrier International 20 janvier 2010

Alors que le pays débat de son « identité nationale » et de la place à accorder à l’islam, le quotidien américain The Newyorker est allé faire un petit tour dans nos campagnes. Vides et en ruines, les églises n’occupent plus la même place qu’autrefois dans la vie locale…

Alpes-Maritimes

NICE — La justice française a attribué à la Fédération de Russie, mercredi, la propriété de la prestigieuse cathédrale Saint-Nicolas de Nice, au coeur d’une longue bataille judiciaire, pas encore terminée, entre l’Etat russe et une association cultuelle locale.

Le tribunal de grande instance de Nice a fondé sa décision sur la nature du bail emphytéotique en vertu duquel l’association occupait les lieux, estimant que ce bail ne lui donnait pas droit à « usucapion », c’est-à-dire à acquérir, par l’occupation durable du bien, un droit de propriété.

L’avocat de l’association cultuelle, Me Antoine Chatain, a annoncé son intention de faire appel, en se disant « surpris » par la décision du tribunal. « C’est une décision étonnante. Je vois mal comment une association qui occupe la cathédrale depuis 80 ans, de façon paisible et continue, ne puisse être considérée comme propriétaire », a estimé Me Chatain.

La justice a donné à l’Etat russe la propriété intégrale du bâtiment, du terrain et de toutes les oeuvres d’art et autres biens qui se trouvent dans la cathédrale. Celle-ci, classée monument historique, comprend de nombreux biens de valeur, qui sont également classés, dont une superbe iconostase et quelque 300 icônes pieuses….

Lire aussi :  NICE L’église russe restituée à la Russie ! – Les Actualités de Nice et de la Côte d’Azur 20 Janvier 2010

Pyrénées orientales

PERPIGNAN Citerne et silos dans la cour du Palais des rois de Majorque – L’Indépendant 20 janvier 2010

Pendant un mois encore, les archéologues du conseil général se livreront à des fouilles sur la cour d’honneur du Palais des rois de Majorque. Un réseau hydraulique et des silos ont été mis au jour.

Orne

Quatre apprentis de l’Orne primés – Ouest-France 20 janvier 2010

Tom Hugues, Magalie Bilreiro-Ferreira, Manu Lenredu et Valérian Granger viennent de recevoir un prix de la Sema (Société d’encouragement aux métiers d’art)….

Haute Garonne Brasserie Le Bibent : un patrimoine en péril- La Dépêche du Midi 20 janvier 2010

Dans neuf jours, cela fera exactement un an que la brasserie Le Bibent a fermé ses portes. Et si les rideaux tirés ont étonné les passants pendant quelque temps, plus personne ne s’arrête désormais devant le 5, place du Capitole. Les projets de reprises n’ont, eux, pour l’instant rien donné, et le facteur continue de déposer ses lettres sur le palier de ce qui ressemble désormais à une maison abandonnée. Or, si le coma prolongé de cet ancien fleuron du centre ville toulousain est déjà triste en soi, la situation devient en plus inquiétante quand on sait que le décor intérieur de l’établissement est inscrit au patrimoine historique….

Gironde

La bastide prend en main son patrimoine – Sud Ouest 20 janvier 2010

URBANISME. La municipalité affirme sa volonté de mieux protéger le bâti, classé ou non, avec le projet d’une ZPPAUP qui définira des règles en cas de rénovation ou de construction Libourne prend son patrimoine en main. C’est en tout cas l’objectif affiché par le projet de zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP), approuvé lors du Conseil du 17 décembre et mis à l’enquête publique le mois prochain. Cette future ZPPAUP découle d’un long processus : son étude avait été lancée en 2002 par le Vert Joël Rousset, alors adjoint à l’urbanisme, en concertation avec l’architecte des Bâtiments de France (ABF), la Drac, le service urbanisme de la ville et un groupement de cabinets spécialisés. C’est Dominique Lemoine-Lapaire qui a repris le dossier à son arrivée dans l’équipe municipale en mars 2008 en tant qu’adjointe au patrimoine et à la valorisation des espaces urbains….

Dordogne

Comment gérer au mieux le patrimoine des églises? – Sud Ouest 20 janvier 2010

PÉRIGUEUX. Une rencontre entre maires et curés a tenté de répondre à cette question hier. «Le pire est de ne pas communiquer ». Jacques Monmarson, président de l’Union départementale des maires et premier magistrat de Saint-Astier, a tenu à clore de cette façon la rencontre entre maires et curés du département, hier à Périgueux. Car l’objectif de cet après-midi était surtout d’échanger et de répondre aux questions sur la gestion du patrimoine cultuel. Une grande première dans le département. « J’ai effectué de nombreuses visites pastorales, et les nouveaux maires me posaient toujours beaucoup de questions sur la gestion des églises », indique de son côté Michel Mouïsse, évêque de Périgueux et de Sarlat. Ainsi, plus de 300 personnes dont de nombreux maires et curés venus de tout le département étaient réunis, hier, à l’Institut des études juridiques et économiques de Périgueux. La législation concernant les églises communales n’est pas forcément très claire pour les maires. Depuis 1905, c’est la commune qui est propriétaire de l’édifice et des meubles le garnissant, sans toutefois avoir la jouissance de son bien qui revient au clergé. « C’est un véritable patrimoine mais il coûte cher », estime Jacques Monmarson, qui va demander un inventaire global des églises du département aux archives pour renseigner les maires le plus précisément possible. Chacun a pu faire partager son expérience, comme le maire de Castels, Henri Bouchard, qui a fait restaurer l’église classée de la commune. « Elle valait 500 000 euros, 80 % ont été financés par des subventions et 20 % par des dons privés », indique-t-il. L’entretien des églises, mais aussi la protection du mobilier, étaient au coeur des discussions. La commission diocésaine d’art sacré est justement là pour les objets. Ainsi, il ne faut pas hésiter à photographier les objets et à avertir la commission diocésaine d’art sacré. « Je voulais obtenir des réponses sur la gestion de la fréquentation quotidienne de mes églises », affirme Jean-Louis Simon, le maire d’Annesse-et-Beaulieu. Les deux sont désormais fermées car toute « la sonorisation a été volée dans l’une ». Un vandalisme devant lequel les maires se sentent souvent impuissants et qui entraîne malheureusement la fermeture des églises au public. « Personnellement, j’ai confié la clé à notre secrétaire de mairie qui les met à disposition les jours ouvrables contre une pièce d’identité, témoigne Alain Castang, le maire de Rouffignac-de-Sigoulès. C’est une solution qui ne mange pas d’argent. »…

Lot

Gramat. L’église et les ouvriers – la Dépêche du Midi 20 jnavier 2010

Ronan de Gouvello, curé de Rocamadour, bouscule un peu les habitudes dans la cité mariale du Haut-Quercy. Sa dernière trouvaille : inscrire les lieux saints dans le circuit des meilleurs ouvriers de France, conséquence d’une rencontre entre le curé et le président de cette institution. C’est ainsi que dans l’édition 2010 de ce concours on attend les inscriptions de plusieurs candidats dans le domaine des métiers d’art. L’objectif des responsables des sanctuaires : mettre les arts au service de la liturgie. Vitriers, ferronniers, tailleurs de pierre, ébénistes, orfèvres et sculpteurs sur bois viendront y exercer leurs talents.

19 janvier

Ardennes

Le patrimoine industriel inventorié– L’union 19 janvier 2010

Hier soir, au Musée de l’Ardenne à Charleville-Mézières, le dernier ouvrage de la collection Indicateurs du patrimoine a été présenté. Intitulé « Le patrimoine industriel des Ardennes », il recense en 339 notices la totalité des sites industriels de plus de cinquante ans d’existence dans le département.

L’attractivité des monuments et des sites ne se dément pas – Localtis.info 19 janvier 2010

Le secrétariat d’Etat chargé du tourisme publie l’édition 2009 de l’incontournable « Mémento du tourisme ». Ce recueil de données statistiques apporte chaque année son lot d’informations sur ce secteur clé de l’économie française. Il confirme ainsi – malgré ou à cause de la crise – la très bonne tenue de la fréquentation des musées et des sites. Ainsi, en 2008, les trente premiers sites culturels français ont réalisé 52,2 millions d’entrées comptabilisées, soit une progression de près de 2% sur 2007. Mais ce palmarès reflète aussi un double phénomène caractéristique du tourisme culturel français : l’extrême centralisation du grand patrimoine culturel, fruit de l’histoire, et la très forte attractivité touristique internationale de Paris se combinent pour accroître encore la fréquentation des monuments parisiens. Sur les trente premiers sites culturels en termes d’entrées comptabilisées, vingt-quatre sont ainsi situés dans Paris intra-muros, dont bien sûr le Louvre (8,42 millions d’entrées en 2008), la tour Eiffel (6,93 millions), le centre Pompidou (5,48 millions), la cité des Sciences de la Villette (3,04 millions), le musée d’Orsay (3,02 millions), l’arc de Triomphe (1,57 million), le musée du Quai Branly (1,39 million) et les galeries nationales du Grand Palais (1,28 million). Un monument se situe en Ile-de-France (le château de Versailles, troisième avec 5,63 millions d’entrée) et seulement cinq en province : le château et musée des Ducs de Bretagne à Nantes (qui parvient à se glisser au neuvième rang avec 1,33 million d’entrées), la Merveille de l’abbaye au Mont-Saint-Michel (douzième, 1,2 million), le château de Chambord (vingtième, 717.000 entrées), le palais de Papes d’Avignon (vingt-troisième, 599.000 entrées) et le château du Haut Koenigsbourg (vingt-huitième, 515.000 entrées), récemment transféré au département du Bas-Rhin….

Mitterrand affiche sa priorité à l’Outre-mer lors de ses vœux à la presse – Frane Antilles 19janvier 2009

FXG, agence de presse « Laissez venir à moi les petits enfants… » Un brin provocateur et le bras en écharpe, Frédéric Mitterrand appelait ainsi, hier matin au ministère de la Culture, les journalistes qu’il avait invités à écouter ses vœux. « … C’est dans l’Evangile… » visiblement heureux de sacrifier à une tradition voire « une convention » décriée par l’aphoriste Lichtenberg qu’il s’est plu à citer par deux fois, Frédéric Mitterrand a placé cette année 2010 sous le viatique de « la culture pour chacun, car c’est la prise en compte de la différence de chacun… C’est avec la richesse de ses échanges et de ses métissages que se construit notre identité ». Et il a affiché ses priorités, présentant en tête de celles-ci l’outre-mer puis la ruralité. Insistant sur Internet et la numérisation, la presse et l’AFP, le dégel de son budget et 750 millions d’euros pris sur le grand emprunt pour la conservation et la diffusion du patrimoine et du travail des artistes, il a indiqué les grands événements commémoratifs à venir : l’anniversaire du 18 juin 1940, l’année Henri IV, Chopin, Musset, Genet, Anouilh, Nadar, du Bellay et la mémoire des indépendances des pays francophones. Frédéric Mitterrand s’est dit « déterminé à défendre l’exception culturelle française dans le respect des particularités et de la diversité de la culture et de chacune des cultures ». Interrogé après son discours sur la mission Colardelle pour l’Outre-mer (le ministre a créé en octobre dernier une mission permanente pour valoriser les richesses culturelles de l’outre-mer confiée au conservateur général du patrimoine Michel Colardelle), Frédéric Mitterrand a indiqué qu’elle n’avait pas encore achevé ses travaux, « et pourtant j’y compte beaucoup », a-t-il ajouté….

18 janvier

Maine-et-Loire

Églises du Haut-Anjou : un patrimoine en danger – Ouest France 18 janvier 2010

Les édifices religieux sont nombreux sur le territoire. Mais, aujourd’hui, ils sont mal en point. Alors, on se mobilise pour les conserver. Pas facile, quand la facture est salée. Etat des lieux

Les églises et, au-delà, les édifices religieux, sont fortement implantés dans le territoire. C’est un fait, l’héritage d’un passé. Lointain, quand on pense, entre autres, à l’abbaye de Nyoiseau, fondée en 1109, ou le prieuré de la Jaillette, près de Louvaines, dont les premières fondations remontent à 1194. Plus proche, si l’on fait référence à la majorité des bâtiments, construits ou reconstruits à la fin du XIXe siècle dans les petites communes rurales. C’était le renouveau religieux. Une raison à cela. « Il fallait ramener les gens dans les églises, contrer l’influence de la Révolution française », comme le souligne Thierry Pelloquet, conservateur du Patrimoine au conseil général, auteur d’un passionnant ouvrage sur le patrimoine du Pays Haut-Anjou segréen (lire notre édition du mercredi 13 janvier). …Mais un patrimoine mal en point Aujourd’hui, ces édifices sont malades. Là aussi, c’est un fait. Malades du temps qui passe. Malades, aussi parfois, de dégradations volontaires ou d’un manque d’entretien. Les exemples ne manquent pas. Ici, là, ailleurs, les édifices sont détériorés. Ce que confirme Thierry Pelloquet, qui a minutieusement étudié, pendant dix ans, le patrimoine des 67 communes du Pays.

Prenons Freigné, par exemple. Il y a 18 mois, on a craint le pire lorsque des morceaux de piliers ou de la voûte sont tombés à l’intérieur. Même constat de vétusté à Montguillon, Nyoiseau, Saint-Aubin-du-Pavoil, Sainte-Gemmes-d’Andigné, Candé, ou Brissarthe, près de Châteauneuf-sur-Sarthe. Et encore, la liste n’est pas exhaustive… Des associations ont vu le jour pour sauvegarder l’un des pans les plus importants du patrimoine local. Des passionnés. Des fidèles. Mais aussi des élus. Tous conscients que permettre à ces édifices de tenir debout, c’est, au-delà du maintien d’un héritage historique, permettre la poursuite de la pratique religieuse, car ils restent encore très fréquentés, à l’image de l’église de Sainte-Gemmes-d’Andigné….

Paris

Etienne Pinte : « L’occupation de la Place des Vosges, un juste combat ? » – Blog de Etienne Pinte – 19 janvier 2010

Je me suis rendu il y a quelques jours, place de Vosges à l’invitation du « collectif du jeudi noir ». Ses membres, étudiants et jeunes professionnels, investissent régulièrement des locaux publics ou privés, vides depuis des années pour dénoncer les difficultés de logement que rencontrent, entre autres, les jeunes dans la capitale et le scandale que représente la vacance immobilière due à l’égoïsme de certains, l’indifference, ou les lenteurs adminisratives et politiques. On ne peut être qu’indigné en effet, comme j’ai pu l’être, en visitant en plein coeur de Paris cet immense bâtiment de 1000 m², classé monument historique, vide depuis plus de quarante ans! Une partie a bien été aménagée pour être louée, car j’ai visité des petits appartements équipés de micro-ondes et de machines à laver la vaisselle, de sanitaires en parfait état de marche. Pourtant ils n’ont jamais été occupés! Quand au reste, il est à l’état d’abandon: on aperçoit de jolis parquets « versailles », des cheminées extraordinaires… Aujourd’hui le Tribunal d’instance du Vème arrondissement de Paris jugeait donc la plainte déposée par la tutelle de la propriétaire, une femme âgée vivant dans une maison de retraite. Les habitants temporaires ont été condamnés à une indemnité d’occupation mensuelle de 3400 euros et à l’expulsion sous huit jours, faute de quoi ils devront payer une indemnité de 25 000 euros par mois. J’estime quant à moi qu’un solution à l’amiable devrait être trouvée. La loi Boutin d’avril dernier, prévoit maintenant une possibilité légale d’occupation temporaire de locaux vides. Il s’agit d’un contrat entre une société ou une association et un propriétaire qui permet justement dans l’attente de travaux, d’une vente ou de l’affectation d’un bâtiment, d’y mettre des habitants temporairement: des jeunes, des étudiants, des personnes en formation… à qui cela convient. Certes nous sommes tous attachés au droit et à la protection de la propriété privée mais nous devons aussi être attentifs aux graves difficultés de logement que rencontrent beaucoup de nos concitoyens….

17 janvier

Indre

S.O.S. église romane de Nohant en péril – Be Berry Républicain 17 janvier 2010

L’église romane de Nohant est en péril. Elle a vu défiler tous les grands témoins du temps de George Sand. Désormais il y a urgence. L’image de l’église de Nohant circule dans le monde entier, photographiée ou conservée par tous les amoureux de George Sand qui, au-delà des livres, ont visité ou se sont intéressés au sanctuaire berrichon. Las, ce petit édifice religieux, classé Monument historique depuis 1945 ainsi que la place qui l’entoure, est mal en point. Des résineux poussent sur sa toiture, elle souffre d’humidité, car construite sans fondation et en partie tenue à l’ombre par un tilleul planté trop près, des parements se dégradent, les tuiles sont poreuses? Charpente, couverture, huisseries, serrureries, peintures, assainissement du sol en périphérie, il faudrait intervenir dans de multiples domaines pour sauvegarder cette église de neuf siècles, témoin de l’art roman berrichon. Elle est la propriété de la commune mais c’est la communauté de communes de La Châtre Sainte-Sévère qui en a la gestion. Mais le devis des travaux estimé à 500.000 euros pour deux tranches, est trop lourd pour ses finances qui se trouvaient, il y a peu, déficitaires….

Jura

Une gravure du paléolithique découverte dans la grotte d’Amange – Le Progrès 17 janvier 2010

La grotte des Gorges à Amange réserve « de belles surprises », selon Serge David, docteur en archéologie, qui a dirigé les fouilles. Outre la gravure, le site renferme notamment des traces de deux populations dans la même strate…

Ardennes

L’église d’Asfeld retrouve des couleurs – France 3 17 janvier 2010

Près de 2 ans de rénovation ont été nécessaires pour remettre au jour les fresques baroques qui ornaient l’église La journée d’inauguration était très attendue des professionnels et des bénévoles qui ont oeuvré à la restauration de ce bijou de l’art baroque…

16 janvier

Les juifs en France, une présence oubliée -LE MONDE 16 janvier 2010

Nécropoles antiques, cimetières médiévaux, synagogues, bains rituels, écoles talmudiques, juiveries, carrières en Provence, calls en Catalogne : l’essor de l’archéologie préventive au cours des vingt dernières années a révélé une myriade de vestiges qui rappellent que des communautés juives vécurent en Europe de l’Antiquité jusqu’au Moyen Age.

Ces découvertes font émerger la réalité de communautés connues à travers la littérature rabbinique mais dont ne subsistait la trace que dans de rares monuments et dans des noms de lieux : on recense ainsi, dans des centaines de communes, des « rues aux juifs », « de la juiverie » ou « de la synagogue », mais aussi des chemins, pas, prés, champs, herbages « aux juifs » ou « aux juives », remontant à l’époque médiévale. Sur notre territoire, ces communautés, qui purent compter jusqu’à 100 000 habitants à la fin du XIIIe siècle, ont presque toutes disparu à la fin du Moyen Age en raison des édits d’expulsion dont le premier – pris par Philippe Auguste en 1182 – inaugure la sinistre litanie des bannissements des juifs d’Europe occidentale. (…) Ces découvertes « contribuent à recomposer un passé plus complexe, échappant à la réécriture strictement chrétienne (…) des sociétés médiévales européennes », comme le notent les archéologues Astrid Huser et Claude de Mecquenem…

Gironde

Cenon reçoit le prix départemental des Rubans du Patrimoine – Aqui ! 16 janvier 2010

L’église Saint Romain située sur les hauteurs de Cenon et édifiée en 1864, était à l’honneur mercredi dernier. Deux ans après son inauguration, la ville s’est vue remettre le prix départemental des Rubans du Patrimoine. Une distinction qui récompense les initiatives de réhabilitation du patrimoine bâti français. Pour la ville de Cenon, c’est une preuve supplémentaire que ce projet était capital pour conserver son patrimoine. Pourtant résolument tournée vers l’avenir, la ville a su également composer avec un lieu historique, sans qui le paysage Cenonnais ne serai pas le même. Sachant composer entre lieu de culte et lieu culturel, l’église Saint Romain connaît à présent, une seconde vie….

15 janvier

Var

Cagnes-sur-Mer Une HLM à la place du presbytère – Var Matin 15 janvier 2010

« Pour un couple qui s’installe avec des moyens modestes, c’est l’idéal ». Jonathan, Marlène et Lilou, leur fille âgée de 2 mois, affichaient un large sourire. Hier ce jeune couple visitait leur futur appartement, un logement à loyer modéré en plein coeur de Saint-Paul. Le nom de la résidence ? « Le presbytère ». Son adresse ? Au 3 montée de l’église, à côté des galeries d’art, des antiquaires et des boutiques chics… (…) À l’intérieur, un escalier en colimaçon monte aux trois étages. Des tomettes de Provence au sol. des murs blancs. Un T2 au premier, un T3 au second et une surprise au dernier. Le T1 bis de 40 m2 est en duplex. Un bijou avec une salle de bain qui ouvre sur les toits de Saint-Paul. Et la terrasse offre une vue allant des collines du pays Vençois à la mer. A couper le souffle ! Dommage : il est déjà loué. Pour une HLM, le cadre est plutôt exceptionnel et bigrement bien situé. Renaud n’y trouverait plus l’inspiration pour sa célébre chansion. « Au moment de lancer le projet, certains voisins n’étaient pas enthousiastes de voir s’installer dans la maison d’à côté des HLM » reconnaissait hier André Buron, le maire, lors de l’inauguration (1). « Sarcelles, l’Ariane et la Zaïne réunis s’installaient au village ! Aujourd’hui, je les remercie de leur compréhension » ajoutait le premier magistrat. La réalisation s’intègre à l’architecture du village. Il s’agit d’un bâtiment ancien rénové…

14 janvier

La direction générale des patrimoines remplace la Dapa – Le Moniteur 14 janvier 2009

La réorganisation de l’administration centrale du ministère de la Culture et de la Communication est entrée en vigueur le 13 janvier. Conséquence : l’architecture passe de l’ancienne direction de l’architecture et du patrimoine (Dapa) à la nouvelle direction générale des patrimoines. Les activités du ministère de la Culture et de la Communication sont désormais « recentrées » sur quatre entités : le secrétariat général, la direction générale de la création artistique, la direction générale des médias et des industries culturelles, et la direction générale des patrimoines (dirigée par Philippe Bélaval, voir encadré ci-dessous). Selon le ministère, cette réorganisation « permet une plus grande lisibilité des grandes politiques culturelles, accroît les capacités de pilotage stratégique de l’administration centrale et clarifie le fonctionnement des services ». Promotion de l’architecture Les missions de ces quatre entités sont précisées dans le décret n°2009-1393 du 11 novembre 2009 (…). Il y est indiqué, dans l’article 3, que « la direction générale des patrimoines définit, coordonne et évalue la politique de l’Etat en matière d’architecture, d’archives, de musées et de patrimoine monumental et archéologique ». Plus précisément : « Elle favorise la création architecturale et veille à la promotion de la qualité architecturale et paysagère dans les espaces naturels et bâtis, s’agissant notamment des bâtiments de l’Etat et des organismes relevant du ministère. Elle exerce le contrôle scientifique sur l’enseignement de l’architecture » (article 3-I. alinéa 3). (…) Lors du Conseil des ministres du 13 janvier, sur proposition du ministre de la Culture et de la Communication, deux assistants ont été nommés auprès de Philippe Bélaval, directeur général des patrimoines. Jean Gautier, conseiller maître à la Cour des comptes, est nommé directeur, adjoint au directeur général des patrimoines. Il était précédemment directeur chargé de l’architecture au sein de la direction de l’architecture et du patrimoine (Dapa), au ministère. Marie-Christine Labourdette, administratrice civile hors classe, est nommée directrice, chargée des musées…

Aude

Le Languedoc-Roussillon va créer un musée de la romanité – Localtis.info 14 janvier 2010

En 2008, Georges Frêche, le président du conseil régional du Languedoc-Roussillon, avait annoncé avoir l’intention de créer un « musée régional de la romanité », consacré au patrimoine gallo-romain et installé à Narbonne. Cette ville, qui dispose d’un très riche patrimoine archéologique, fut en effet la capitale de la Gaule narbonnaise, région qui allait de Toulouse et Perpignan jusqu’à Genève. Jusqu’alors plus ou moins virtuel, ce projet vient d’entrer dans le concret avec la signature à Narbonne, le 9 janvier, d’une convention entre la région, la ville de Narbonne, le département de l’Aude, le CNRS, la direction régionale des affaires culturelles (Drac) et le département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (Drassm), implanté à Marseille…

Mayenne

Laval La demeure du XVIIIe revit en complexe hôtelier – Ouest-France 14 janvier 2010

Inscrit aux Monuments historiques, ce bâtiment situé dans le Vieux-Laval est devenu l’hôtel Périer-du-Bignon. Après un chantier de plus de deux ans. L’hôtel Périer-du-Bignon a retrouvé le lustre qui était le sien lors de sa création en 1777. Idéalement situé sur les hauteurs du Vieux-Laval, rue du Marchis, il fait définitivement oublier l’ancienne maison de retraite Nazareth. C’est presqu’à l’état de ruine que cette dernière avait été achetée en 2004….

13 janvier

Pyrénées Atlantiques

Orthez Quatre mois de travaux pour sauvegarder un bijou – Sud Ouest 13 janvier 2010

PONT VIEUX. Le monument qui date du XIIIe siècle va subir sa troisième tranche de travaux de consolidation Cela fait maintenant un peu plus d’un mois que les vieilles pierres du pont Vieux sont encerclées du fer des barrières de protection. Mais ce monument phare de la ville ne voit pour l’instant pas l’ombre d’un ouvrier. Le chantier est en effet un peu plus long que prévu à préparer : pour des raisons de sécurité, l’édifice voit finalement la suite des travaux de consolidation, entrepris depuis plusieurs années – deux tranches ont déjà été effectuées, sous la précédente municipalité – se poursuivre ce mois-ci. Si le chantier a pris du retard, c’est aussi à cause d’une canalisation de gaz, qui passait sous l’édifice, qu’il a fallu démonter fin 2009….

Paris

Lancement du nouveau site Internet de l’inventaire national du Patrimoine naturel – Kairn.com 13 Janvier 2010

A l’occasion de l’Année Internationale de la Biodiversité, le Muséum national d’Histoire naturelle et le CNRS ouvrent une version rénovée du site internent de l’Inventaire national du patrimoine naturel, outil indispensable dédié à la connaissance de la biodiversité en France métropolitaine et dans les départements et territoires d’outre-mer. Cette nouvelle version, plus ergonomique et plus complète, présente les données compilées des nombreuses bases de données naturalistes conservées au Muséum national et fait le lien avec les statuts de protection des espèces. Sur cette refonte de site, sont désormais disponibles les Inventaires archéozoologiques et archéobotaniques de France (I2AF). Ces bases de données bioarchéologiques sont un complément majeur de la vision actuelle de la biodiversité, apportant une dimension diachronique à sa connaissance et à son analyse. En effet, l’apparition, la disparition ou la progression au cours du temps d’une espèce, animale ou végétale, peuvent à présent être appréhendées de manière très rapide sur un système unique et original….

Haut-Rhin

Implantation du musée de l’infanterie Carte blanche à Neuf-Brisach – DNA 13 janvier 2010

Le ministre de la Défense Hervé Morin vient de retenir officiellement le site de Neuf-Brisach pour l’accueil du musée de l’infanterie qui pourrait ouvrir ses portes en 2014. Aux collectivités locales de proposer à présent un plan d’investissement, l’Etat s’engageant sur le fonctionnement.

Allier

VICHY « Mieux exploiter cet atout touristique » – La Montagne 13 janvier 2010

Les peintures murales de l’abbatiale d’Ébreuil valent le détour, comme celles du Val de Sioule-Forterre. Michel Moulin est de ceux qui travaillent à le faire savoir. Il se munit toujours d’une puissante lampe de poche quand il fait visiter l’église Saint-Léger : « Il faut bien ça, même si elle compte parmi les plus lumineuses des églises romanes? », justifie Michel Moulin, président de l’office de tourisme Sioule, Colettes et Bouble, à Ébreuil, et de l’association pour la sauvegarde des monuments peints. Il éclaire ainsi toutes les richesses de l’édifice classé aux Monuments historiques, dont un mur atteste encore de la première construction, autour de 961, à l’époque carolingienne. L’abbatiale renferme l’un des cycles de peintures romanes les plus importants d’Auvergne, qui couvre les trois parois de la tribune de la nef, sur trois registres…

Ille-et-Vilaine

Fougères Alain Hamelin, fondateur du Bagad Raoul II, est décédé – Ouest-France 13 janvier 2010

Alain Hamelin est décédé dans la nuit de lundi à mercredi, à l’âge de 89 ans. Il avait été l’un des fondateurs du Bagad Raoul II, en 1954. « L’un des plus anciens bagads de Bretagne », souligne Michel Danveau, l’actuel président en lui rendant hommage. « Pendant plus de trente ans, il a assuré avec ténacité et efficacité la présidence de la formation. » Il en était le moteur. L’actuel président souligne aussi qu’il était fier d’avoir contribué à sauver le couvent des Urbanistes. Le bagad y avait déjà son local lorsque l’idée de le démolir pour y faire des logements est apparue. « Je n’en revenais pas. J’en ai tout de suite informé Albert Bourgeois, le pharmacien chez qui je travaillais et qui était au conseil municipal. Il a fait jouer ses relations et le lieu a été sauvé », racontait Alain Hamelin, à Ouest-France en 2003. L’édifice avait alors été classé monument historique…

12 janvier

Seine-Maritime

Rouen Les portails mis à nu – paris Normandie 12 janvier 2010 Après restauration, la pierre retrouve sa vraie couleur. Ici, le tympan doré du portail Saint-Jean PATRIMOINE. Les portails Saint-Romain et Saint-Jean de la cathédrale profitent d’une cure de jouvence. Nettoyées, consolidées, restaurées, les pierres livrent leurs secrets. Elle a beau dominer les autres clochers depuis plus de huit siècles, la cathédrale de Rouen ne se livre jamais complètement. Il faut monter à plus de 10 m, gratter la pierre, la caresser au laser, pour qu’elle dévoile tous ses charmes. La restauration des portails Saint-Romain et Saint-Jean, débutée en novembre dernier, est l’occasion d’en apprendre plus sur la muse de Monet. Pour cela, les sculptures doivent être nettoyées. « La pollution que nous retrouvons s’est accumulée depuis 1850, analyse Pierre-André Lablaude, architecte en chef des monuments historiques. Il s’agit de fumées industrielles, charbon, rejets automobiles…

Paris

Opération de la dernière chance pour l’hôtel Lambert – Le Figaro 12janvier 2010

Alors que le Conseil d’État doit se prononcer sur le sort réservé à ce bâtiment parisien du XVIIe siècle acheté par un prince qatarien, des négociations ont lieu au plus haut niveau pour trouver un arrangement à l’amiable. Plus de deux ans après avoir été acheté par un prince qatarien, l’hôtel Lambert, magnifique édifice parisien du XVIIe siècle, est au cœur d’un incroyable imbroglio, dans lequel pouvoir, argent et vieilles pierres font mauvais ménage. D’ici à la fin du mois, le Conseil d’État devrait se prononcer sur la faisabilité des travaux projetés par le nouveau propriétaire. Déjà, le tribunal administratif de Paris a rejeté par deux fois sa requête, et les paris vont bon train sur l’issue de la décision. C’est si «sensible» que le ministère de la Culture a engagé des négociations secrètes pour que le dossier se règle à l’amiable, d’ici à la mi-janvier. Car ce qui est devenu «l’affaire Lambert» est bien plus qu’une histoire de gros œuvre. Elle mouille la Mairie de Paris, qui semble incapable d’accueillir de grands investisseurs à Paris, les associations de sauvegarde du patrimoine qui apparaissent comme jusqu’au-boutistes, le ministère de la Culture, qui semble peiner à défendre le patrimoine français, et les Qatariens, vus comme des propriétaires indélicats. «Franchement, tout le monde gagnerait à négocier», résume David Kessler, conseiller chargé de la Culture auprès de Bertrand Delanoë, qui a été nommé médiateur avec Jean Gauthier sur ce dossier…. Lire sur ce sujet le Dossier Hôtel Lambert

Numérisation du patrimoine des bibliothèques: la commission Tessier favorable à un partenariat public-privé – Nouvel Obs.com 12 janvier 2010

AP La commission Tessier sur la numérisation des fonds patrimoniaux des bibliothèques, qui a rendu son rapport mardi au ministre de la Culture, préconise la création d’un partenariat public-privé concernant les écrits francophones qui regrouperait la BNF, les grandes bibliothèques et les éditeurs. Pour les autres oeuvres, elle recommande de passer des accords avec les grands opérateurs du web mais sous certaines conditions, ce qui a priori n’exclut pas Google Livres. L’objectif d’une plateforme mixte, souligne la mission présidée par l’ancien patron de France Télévisions Marc Tessier, est de favoriser la consultation, les échanges et la mutualisation du patrimoine écrit numérisé afin de « contribuer à la Bibliothèque universelle » qui serait donc accessible aux internautes du monde entier, exhaustive et facile d’utilisation. Frédéric Mitterrand s’est réjoui du rapport, jugeant mardi que ce projet arrive « dans un contexte extrêmement favorable », car y sera affecté une enveloppe de 750 millions d’euros issue du « grand emprunt » que souhaite lancer Nicolas Sarkozy….

Aude

Narbonne : 2015, odyssée de l’archéologie – La Dépêche du Midi 12 janvier 2010

Narbonne est classée au Patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco depuis 1996. Ville d’art et d’histoire, c’est un territoire au riche potentiel archéologique, avec des vestiges monumentaux (horreum, Musée lapidaire…) et des objets présentés au Musée archéologique actuel (bas-reliefs, mosaïques et peintures…). Le musée prévu pour ouvrir en 2015 sera en lien direct avec ce patrimoine et l’ensemble des actions de valorisation de ces monuments et de ces vestiges. Ainsi la Région, avec le soutien de la ville de Narbonne et le conseil général de l’Aude, s’engage sur un très gros inventaire des collections archéologiques en vue de la constitution des collections du futur musée.

11 janvier

Décès de Jean-Eudes Roullier, cheville ouvrière des villes nouvelles – Le Moniteur 11 janvier 2010 Jean-Eudes Roullier, cheville ouvrière des villes nouvelles en France, vient de décéder à l’âge de 78 ans, a-t-on appris lundi 11 janvier auprès du Conseil général de l’environnement et du développement durable du ministère de l’Ecologie. « Il était l’incarnation, avec Paul Delouvrier, de la grande aventure des villes nouvelles depuis leur fondation jusqu’à leur quasi-achèvement en tant que structures d’exception », a déclaré Claude Martinand, vice-président de cet organisme. Enarque (promotion 18 Juin), inspecteur des Finances, M. Roullier avait, après être passé par les cabinets de Xavier-François Ortoli, Robert Galley et Albin Chalandon au ministère de l’Equipement, consacré une grande partie de sa carrière aux villes nouvelles dont il avait popularisé le concept auprès d’élus à l’origine très réticents à leur création….

Nord

À Tourcoing, la bourle a sa fédération – La Voix du Nord 11 janvier 2010

Grâce à l’engagement de personnes comme Jean Turpyn, Jean-Pierre Moerman et Jacques Desmet, les bourloires du secteur de Tourcoing sont des éléments patrimoniaux protégés. … En 2003, sur recommandation de la commission régionale du patrimoine et des sites, le préfet classait les huit bourloires de Tourcoing à l’inventaire supplémentaire des bâtiments historiques. Viendraient ensuite cinq bourloires : de Wattrelos, Leers, Toufflers et Neuville-en-Ferrain (Saint-Joseph). En même temps que les bourloires, c’est le jeu en lui-même, la bourle, qui est désormais protégé, comme tradition, donc comme patrimoine local. Cela signifie que la bourle ne pourra jamais disparaître de ces lieux, quels qu’en soient les propriétaires futurs. Il était temps de protéger ce patrimoine quand on sait qu’il s’était réduit comme peau de chagrin : la ville de Tourcoing comptait 221 bourloires en 1900 ! À Tourcoing, le classement des bourloires a permis de remettre en cause des démolitions projetées. « Saint-Christophe et la Consolation devaient disparaître », rappelle ainsi Jean Turpyn. …

Seine-Maritime

Rouen : restauration des portails de la cathédrale – F3 Normandie 11 janvier 2010

Les portails de la façade occidentale de la cathédrale de Rouen sont en cours de restauration. D’un coût de 1,5 million d’euros la restauration va permettre de nettoyer les portails Saint-Jean et Saint-Romain de la façade occidentale de la cathédrale de Rouen…

10 janvier

Haute- Corse

Bastia La première plaque bilingue de la cité inaugurée à la Citadelle – Corse Matin 10 janvier 2010

La Citadelle, quartier hautement symbolique de l’histoire de notre ville, vient d’être orné de la première plaque bilingue de Bastia. « C’est une promesse électorale qui se concrétise », s’est félicité Georges de Zerbi qui est à l’origine de cette initiative. Un processus qui a pris un certain temps car le but n’était pas uniquement la traduction littérale des noms de rues du français au corse, mais bel et bien la restitution d’une partie de notre patrimoine local. C’est ainsi que les rues bastiaises vont désormais arborer un double intitulé, comme une évidence de notre société, entre modernité et tradition. (…) Sans compter les futurs panneaux patrimoniaux qui désigneront en français, corse et anglais les différents monuments historiques de notre cité. (…) Il faut savoir également que de vieilles plaques, considérées comme historiques, seront conservées….

Aude

Les antiquités resteront dans un musée à Narbonne – La Dépêeche du Midi 10 janvier 2010

Le président Georges Frêche était vendredi à Narbonne pour la signature de la convention relative aux fouilles et recherches sur les ports antiques de Narbonne. Il s’agit d’une opération archéologique d’envergure, de par son ambition scientifique et culturelle. En fait, il s’agit de faire ressurgir les ports antiques de Narbonne qui faisaient rayonner jadis les vins de la Narbonnaise dans tout le bassin méditerranéen. Cette opération est également exceptionnelle au plan national, de par l’investissement qu’elle représente. En effet, son montant s’élève à 2,65 millions d’euros dont 1,65 million de la part de l’État et 1 million de la part du conseil régional. Cette opération est exemplaire en termes de coopération entre les services de l’État et le conseil régional…

Ardennes

Visite au musée du château de Sedan – La Semaine des Ardennes 10 janvier 2010

Tel qu’il est, le château-fort de Sedan propose déjà une superbe balade qui attire 70 000 visiteurs par an. Mais un appel d’offres vient d’être lancé pour faire mieux…

Ille-et-Vilaine

Vitré : la tour de défense de la Bridole restaurée en 2010 – Ouest France 10 janvier 2010

Les travaux de restauration de l’ancienne tour de défens de la Bridole seront réalisés en 2010. Cette tour du XIIIe rechemisée au XVe siècle, est classée…

9 janvier

Tout art n’est-il pas sacré? – le Nouvelliste (Suisse) 9 janvier 2010

FRANÇOIS-XAVIER PUTALLAZ professeur – Il n’y a aucune raison que notre temps ne connaisse pas de génies tels que Bach ou Mozart; mais il y en a une pour que ceux-ci ne produisent rien: c’est que notre culture le leur interdit. Toute concentrée sur l’individu, notre modernité tardive ne s’est-elle pas atomisée en petits îlots solitaires, tout engoncés en eux-mêmes, sans que rien jamais ne dépasse leur propre «moi»? Entraînée dans ce relativisme castrateur, l’activité artistique se réduit à n’être que le prolongement de l’individualité. D’où la recherche de l’effet original à tout prix, jusqu’à faire de la transgression le plus conformiste des académismes. Comment une oeuvre émergerait-elle si on la conçoit d’abord comme un simple produit? En réalité toute oeuvre d’art est d’abord à réaliser, comme une impérieuse mission: le compositeur puise à ce qui le déborde; l’interprète aura toujours une pièce à interpréter, comme un alpiniste devant une face à escalader. Personne ne le fera à sa place. Aussi tout art est-il sacré par nature, en ce sens qu’il inscrit dans la matière qui passe ce qui le dépasse. La musique y est inégalable: faisant abstraction de l’espace, elle réorganise la temporalité et suit le rythme de l’intériorité. Fugitive, il lui arrive d’ouvrir un soupirail sur l’absolu. Pétrie de temps, elle arrache l’âme pour la rendre contemporaine de l’éternel. Et il arrive qu’une conjonction inouïe s’établisse entre la forme musicale parfaite, émergeant de l’instrument ou de la voix, fragile support de son éphémère existence, et le désir d’infini qui pétrit l’humus de chaque humain. Cette expérience de complète harmonie est exactement celle du sacré: un jaillissement de beauté parfaite: un air de Bach, un paysage de montagne aux yeux du randonneur, une épaule nue. Tout devient grâce.  C’est-à-dire gratuité. On s’enivre alors à cet instantané d’infini, la prenant pour le bonheur même. Mais c’est là son piège: le sacré profane laisse croire, à tort, que l’homme peut par lui-même atteindre à la divine béatitude. Qu’il fera son salut tout seul. En réalité, l’art l’aura au mieux conduit jusqu’à ce seuil. C’est magnifique, mais tout reste à faire. L’art sacré profane indique alors l’art sacré religieux. Et celui-là même n’atteint son sens que lorsque la voix se tait, pour conduire à la Parole. La musique aura finalement balbutié le Verbe fait chair. oeuvre de beauté par excellence.

8 janvier

Haute-Vienne

Areva se lance dans le tourisme des mines d’uranium – Patrimoine en Dauphiné 8 janvier 2010

Areva va investir 28 millions d’euros sur le bassin minier de Bessines-sur-Gartempe, au nord de Limoges, afin de développer sa plateforme de recherche et développement. Et le projet est aussi de créer un lieu de visite dédié à l’histoire de l’extraction de l’uranium. Un centre d’interprétation de 1 700m2, analogue à Vulcania, devrait voir le jour en 2011 pour être un lieu de visite et de découverte consacré à l’activité minière autour de l’uranium

Territoire de Belfort

Belfort: Le Lion de Bartholdi star de l’année 2010 – France3 Franche-Comté 8 janvier 2010

A Belfort, le Lion de Frédéric Bartholdi servira à incarner le débat sur l’identité nationale Cela va bientôt faire 130 ans qu’il veille sur Belfort. Le Lion de Frédéric Bartholdi sera très officiellement vénéré cette année, lui et le symbole qu’il représente. Edifié pour saluer la résistance des Belfortains aux armées prussiennes en 1870, le monument incarne l’ancrage de l’identité républicaine. Ce thème d’actualité, la municipalité entend le traiter à sa façon dès le 14 juillet, là aussi, tout un symbole….

Seine-Maritime

Démolition de la caserne Morris au profit de logements sociaux – L’informateur d’Eu 8 janvier 2010 Les Amys du Vieil Eu montent au créneau. Il y a quelques semaines, nous prenions connaissance du projet de démolition de la caserne Morris au profit de soixante-quinze logements sociaux. Les Amys du Vieil Eu, farouchement opposés à cela, ont récemment décidé de réagir en adressant une lettre ouverte à Marie-Françoise Gaouyer, maire de la ville d’Eu.

Maine-et-Loire

Il y a un an, l’incendie du logis royal du château d’Angers – Ouest France 8 janvier 2010

C’était le samedi 10 octobre 2009. Le logis royal du château d’Angers était la proie des flammes. L’alerte est donnée à 14 h 45: de la fumée s’échappe du toit du logis. Rapidement, la toiture s’embrase. Un an après, qu’en est-il? L’architecte des Bâtiments nationaux va sous peu valider le projet de restauration. L’enduit intérieur du logis a été décapé, ce qui a permis d’étudier au plus près les différentes époques du bâtiment. Le Maine-et-Loire en a tiré des enseignements pour protéger ses monuments historiques. (Lire également sur ce sujet Une souscription pour la reconstruction du château d’Angers)

Eure

LOUVIERS Le patrimoine en musique – Paris Normandie 8 janvier 2010

L’école de musique municipale devrait pouvoir accueillir à nouveau ses élèves dans le cloître des Pénitents à la fin de l’année 2010. Mêler l’ancien, l’architecture moderne et la fonctionnalité, c’était l’idée de départ du chantier de l’école de musique Maurice Duruflé de Louviers. Lancés en septembre dernier, les travaux doivent réhabiliter le cloître des Pénitents où l’école est installée depuis 1989. Pour sauvegarder le patrimoine de la ville, et offrir un lieu confortable, sécurisé et adapté aux élèves musiciens….

Mayenne

Un appel à la solidarité pour sauver l’église de Mégaudais – Saint-Pierre-des-Landes – Ouest France 8 janvier 2010

On ne connaît pas vraiment ses dimensions exactes, ni la hauteur de son clocher, mais les automobilistes peuvent subrepticement admirer son élégance lorsqu’ils circulent sur la nationale 12, à hauteur de Mégaudais, sur la commune de Saint-Pierre-des-Landes, entre Ernée et La Pellerine. À y regarder de plus près, la belle dame a beaucoup vieilli au fil des ans, et son propriétaire actuel ne peut plus faire face à l’ampleur des travaux de restauration qui s’avèrent aujourd’hui nécessaires pour la survie de l’édifice. Aussi, Jean-Luc d’Argentré, son père Gilles en étant l’usufruitier, veut créer une association pour pouvoir la restaurer.

Petit rappel historique. « La famille de Mégaudais est originaire de Lévaré. Elle s’est installée au lieu-dit Marolles, pas très loin d’ici, au XVI e siècle », explique Jean-Luc d’Argentré. Bertrand de Mégaudais et son épouse Catherine de Langon vont, en 1674, construire la première église de Mégaudais. « Elle se situait à la place du cimetière actuel, mais un incendie l’a ravagée entièrement en janvier 1868. Un de mes aïeux, M. de Saint-Cyr, a alors décidé de construire l’église actuelle à un autre endroit, avec le concours de l’architecte Le Clerc », ajoute Jean-Luc d’Argentré. Depuis, de père en fils, « ou plus souvent de mère en fille », la « seule église privée aussi importante dans le département » reste la propriété de la famille d’Argentré. On y célèbre au fil des décennies les messes dominicales, mais elle accueille aussi de nombreux événements familiaux (mariages, baptêmes, sépultures). « Toutes les personnes qui ont beaucoup de souvenirs dans cette église doivent partager avec moi l’envie de la sauver. D’ailleurs, elle accueille encore une messe dominicale lorsqu’il y a cinq dimanches dans le mois, ainsi que des sépultures. » 250 000 € de travaux. Le premier objectif de Jean-Luc d’Argentré est donc de fédérer une association, « Les Amis de l’église de Mégaudais »…

Ajout du 26 mai 2010 : Les Amis de l’église de Mégaudais ont créé leur blog

7 janvier

Alpes maritimes

Observatoire de Nice 250 000 euros de travaux pour accueillir le public – le petit Niçois.fr 7 janvier 2010

L’équipement fait partie des principaux centres mondiaux d’observation de l’univers. Il permettra désormais de réunir plusieurs grands éspaces verts. Les travaux de rénovation de l’observatoire de Nice ont été récemment inaugurés par Christian Estrosi, maire de Nice et président de Nice Côte d’Azur, Éric Ciotti, président du Conseil général des Alpes-Maritimes, Farrokh Vakili, directeur de l’Observatoire de Nice Côte d’Azur, et Thierry Desmarest, président de la fondation Total…

6 janvier

Gard

SAINT-JEAN-DU-GARD La tour de l’horloge restaurée pour retrouver son vrai profil – Midi Libre 6 janvier 2010

Cet ancien clocher constitue tout ce qui subsiste de l’église romane construite par les bénédictins de Saint-Gilles au 12e siècle, consacré à Saint-Jean-de-Baptiste. …

Paris

Sainte-Odile de Paris fait peau neuve – C’est notre histoire ! 6 janvier 2010

Construite en 1935, dans un style original, cette église parisienne vient de bénéficier, elle aussi, d’une rénovation exemplaire de sa façade. J’ai assisté, le mois dernier à une passionnante matinée de conférences savantes qui présentaient ce monument et sa restauration. Paroisse des Alsaciens de Paris, Sainte-Odile a été érigée sur souscription, à l’initiative du Cardinal Verdier, alors archevêque de Paris et du Père Loutil (Pierre L’Ermite, de son nom de plume), dans ce quartier périphérique du nord-ouest de la capitale, qui manquait alors cruellement de paroisses. A l’époque, la ville de Paris a rétrocédé le terrain sous forme d’un bail de 99 ans qui viendra donc à échéance dans moins de 30 ans. Elle sera alors propriétaire du monument. « C’est la raison pour laquelle, même si cette église a été constuite sur des fonds privés, après la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, la municipalité a intérêt au bon entretien de cet édifice, classé depuis 2001 » a expliqué à cette occasion Laurence Fouqueray, architecte en chef à la direction des affaires culturelles de la Ville de Paris…

Paris

Inquiétude chez les squatteurs de la place des Vosges – 20 Minutes 6 janvier 2009

« Vu de l’extérieur, ça peut avoir un côté fun de squatter un hôtel particulier de la place des Vosges (4e). Mais en réalité, c’est super stressant, on est dans l’illégalité, on peut être expulsés à tout moment. » L’heure de vérité a sonné pour les squatteurs du collectif Jeudi noir qui ont investi fin octobre un magnifique bâtiment vide du XVIIe siècle, dans un quartier cossu à deux pas des appartements de Jack Lang ou encore de Dominique Strauss-Kahn. Ce matin, ils passent au tribunal. Ils risquent gros : la tutrice de la propriétaire leur réclame 70 000 euros d’astreinte par mois d’occupation, auxquels s’ajouteraient 1 500 euros quotidiens après le rendu du jugement. (…) Mais les nombreux soutiens politiques, jusque dans les rangs de la droite, leur « ont fait chaud au coeur ». L’objectif reste le même qu’il y a deux mois : « sensibiliser l’opinion publique à la loi de réquisition des logements vides ». (…) Les militants le savent : leur popularité dépend aussi de leur capacité à ne pas dégrader un bâtiment dont certaines parties sont classées Monuments historiques…

Var

Hyères L’église Saint-Pons renaît – Var Matin 6 janvier 2010

Située au sommet du village, sur un affleurement rocheux, l’église St-Pons, ancienne église paroissiale édifiée au XVe siècle sur l’emplacement d’une chapelle castrale du XIe est désaffectée à la fin du XIXe, depuis la construction de l’église N.-D. des Victoires, plus commode d’accès et mieux adaptée à la population grandissante. De cet édifice inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, ne reste que quelques ruines imposantes. Consciente de l’intérêt que peuvent constituer ces ruines, la commune a entrepris depuis 2003 un échelonnement de travaux de consolidation de l’édifice (1), en même temps que le rachat des ruines environnantes. Avec la quatrième tranche, l’année 2009 vient de voir se terminer la rénovation du mur Est du monument, ainsi que la restauration d’une partie de la nef intérieure. 2010 verra la consolidation des deux ruines sises au pied de l’église et la création d’une équipe en commission extra-municipale, afin de mettre en place un projet de rénovation définitive…

Paris

Les 260 colonnes de Buren se sont embourgeoisées – Le Figaro 6 janvier 2009

Après un an de travaux, les sculptures sont restaurées. Très décriées autrefois, elles se fondent dans le paysage aujourd’hui. Leur construction, en 1986, suscita une incroyable polémique. Mais vingt-quatre ans plus tard, et après une année de travaux, les colonnes de Buren sont définitivement installées dans le paysage. Vendredi, le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, mettra très officiellement à bas les palissades de chantier qui masquaient les colonnes rayées. Avec le sentiment de «rendre» aux Parisiens un de ces lieux qu’ils affectionnent….

5 janvier

Pyrénées Atlantiques

Immobilier, le château de d’Artagnan est en vente – Drectgestion.com 5 janvier 2010

Le château d’Arricau-Bordes situé dans l’Aquitaine est actuellement sur le marché au prix de 3,65 millions d’euros, nous apprend le quotidien britannique The Daily Telegraph. Au delà de sa valeur historique, les vendeurs misent sur la notoriété de la demeure connue comme « l’ancienne résidence de d’Artagnan, le fameux mousquetaire ». En fait, le château avait appartenu au 18ème siècle au comte Jean-Paul Montesquiou d’Artagnan, oncle de l’illustre mousquetaire qui a inspiré l’écrivain Alexandre Dumas pour son roman classique Les Trois Mousquetaires.

Finistère

Qui veut d’une vie de château à Kérozar ? – Ouest France 5 janvier 2010

Avec l’éclatement de l’une des plus importantes coopératives agricoles d’Europe, Unicopa vend son siège social, le château de Kérozar, avec ses 6 ha de parc arboré.

Des fouilles sur le tracé des nouvelles lignes à grande vitesse – SfR infos 5 janvier 2010

Réseau ferré de France (RFF) a signé une convention avec l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) visant à dégager des moyens « exceptionnels » pour réaliser en deux ans des fouilles sur 5.000 hectares du tracé de futures lignes à grande vitesse. Ces « diagnostics archéologiques », prévus sur 2010 et 2011, porteront sur les tracés des lignes Sud Europe Atlantique (Tours-Bordeaux), Bretagne-Pays de la Loire (Le Mans-Rennes) et sur le contournement de Nîmes et Montpellier, selon un communiqué commun mardi des deux organismes….

Hérault

Montpellier Fouilles : et si des fortifications médiévales stoppaient la ligne 3 du tram ? – Midi Libre 5 janvier 2010

Et si le géoradar destiné à mener des travaux de fouilles archéologiques préventives avait découvert, au bas de la Grand’rue Jean-Moulin, les restes des fortifications de la Saunerie datant du XIVe siècle et avec elles le pendant de la porte du Pila Saint-Gély ouvrant la voie au chemin de Saint-Jacques de Compostelle ? Voilà une hypothèse à laquelle croit aujourd’hui fermement Alain Chartrain, archéologue et conservateur en chef du patrimoine, après lecture des données recueillies par le sonar. Cette fortification, qui aurait pu servir, au Moyen- Âge, de défenses avancées de la ville, se trouve, si c’est le cas, actuellement sous plusieurs mètres de terre en plein milieu du boulevard du Jeu- de-Paume, à la jonction avec le boulevard de l’Observatoire…. Une telle découverte, si elle s’avère correspondre aux attentes archéologiques, pourrait rapidement devenir un événement majeur pour l’histoire de la ville. Seulement, c’est faire fi un peu trop rapidement des raisons pour lesquelles a été réalisée cette étude.

Les églises rurales et l’identité française – Vues du Monde 5 janvier 2010

Sous le titre « Le prix élevé de la foi dans les paroisses de France en diminution », le New York Times s’intéresse au sort des églises rurales françaises. John Tagliabue cite l’exemple de Gesté, une localité de 2400 habitants dans l’Anjou où le conseil municipal a décidé de démolir l’église du 19ème siècle et d’en construire une nouvelle à la place. Le motif ? L’édifice est trop grand, inutilisable en raison de son état très dégradé et sa restauration coûterait plus cher que sa démolition et son remplacement. Selon le New York Times qui cite la présidente de l’Observatoire du Patrimoine Religieux (OPR), « la France compte environ 90 000 églises dont environ 17 000 sont sous la protection du gouvernement pour leur valeur historique et architecturale (en tant que monuments historiques), ce qui fait de la France le pays européen avec la plus grande densité d’édifices religieux ». « Environ 10 % des églises protégées sont dans un état critique en raison du manque de financement public pour leur préservation, souligne le quotidien américain, et un pourcentage bien plus élevé pour le reste ». Le New York Times note que « le combat pour le futur des églises rurales coïncide avec le débat national sur la question de l’identité française qui a lieu dans le contexte d’un nombre important d’immigrés musulmans….

4 janvier

Hérault

Agde. Projet Déjà 194 villas réservées autour du château de Lavagnac– Midi Libre 4 janvier 2010

RAPPEL : Le projet de Barry et Charles Cox séduit les investisseurs du monde entier. Premiers coups de pelleteuses au printemps 2010 L’un des plus importants chantiers immobilier d’Europe est en passe de débuter sur le site du château de Lavagnac, entre Montagnac et Saint-Pons-de-Mauchiens. Les premiers aménagements, menés par les sociétés Vinci et NGE, devraient commencer au printemps 2010, quelques mois seulement après le lancement de la phase de commercialisation. Porté par Barry Cox, fondateur de la chaîne Hard rock café et son frère Charles, ancien golfeur, ce projet pharaonique (on évoque la somme colossale de 500 millions € au total) prévoit la réalisation d’un hôtel 5 étoiles de 70 chambres au sein même du château, d’un restaurant gastronomique, d’un spa et d’un golf 18 trous autour duquel seront bâties 663 unités d’hébergement, du T 3 au T 6, la fourchette de prix oscillant entre 360 000 € hors taxe et 1,6 million € pour les plus grandes. Des investissements immobiliers à vocation touristique essentiellement (80 %), pour 20 % de logements résidentiels….

Charente

Les habitants du Tâtre à genoux devant leur Vierge – Sud Ouest 4 janvier 2010

Une statuette articulée en bois polychrome de la Vierge, datant probablement du XIIe ou du XIIIe siècle, est jalousement protégée par les habitants Elle ne sort de sa cachette que le 15 août. Le reste du temps, elle reste à l’abri des regards et des tentations. Elle, c’est une statuette de la Vierge avec l’enfant Jésus dans ses bras. Une petite poupée aux bras et tête articulés, en bois polychrome. « Nous pensons qu’elle date du XIIe ou du XIIIe siècle », estime Claude Besson, ancien maire du Tâtre, qui a rédigé une monographie à propos de sa commune en 1993. Cette statuette est vénérée et sujette à procession chaque Assomption, lorsque l’Église catholique fête l’élévation miraculeuse de la Vierge au ciel. Cette Vierge serait, selon les historiens, celle de Notre-Dame-du Deffend ou du Deffens, « à deux lieues de Barbezieux ». « Ce village, écrit Claude Besson, peut-être plus que tous les autres de la commune, a une histoire très ancienne. En effet, il existait là, il y a environ huit cents ans, une commanderie des Templiers. Cette commanderie possédait alors quelques terres, des vignes et, bien sûr, une chapelle. » Suit l’historique de cette commanderie, rapportée des éléments fournis, entre autres, par Anne-Marie Legras, du CNRS…

3 janvier

Paris

Les Colonnes de Buren ont été rénovées – JDD 3 janvier 2010

Les 260 colonnes blanc et noir, connues sous le nom de colonnes de Buren, sont à nouveau flambant neuves. L’oeuvre d’art « les Deux Plateaux » a été rénovée et sera inaugurée vendredi par le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand. En 2007, l’artiste Daniel Buren s’était plaint de l’état de son oeuvre, dans Le Parisien. Une colère qui avait poussé la ministère de la Culture à débloquer 4 millions d’euros pour rénover cette oeuvre de 1986, et située près de la Comédie-Française, à Paris.

Eure

La tempête, dix ans après – Paris Normandie 3 janvier 2010

HEUDICOURT.Fin décembre 1999, l’heure était à la désolation dans le parc du château. Aujourd’hui, la propriété a retrouvé tout son lustre. Il y a tout juste dix ans, le château d’Heudicourt affichait un spectacle de désolation. Une semaine plus tôt, une terrible tempête avait dévasté le parc, le lendemain de Noël et les propriétaires dressaient un bilan affligé : quatre cents arbres avaient été vaincus par le vent…

Meurthe-et-Moselle

LE VENT DE LA POLÉMIQUE SOUFFLE AU PIED DU CHÂTEAU D’HAROUÉ – Le Républicain Lorrain 3 janvier 2010

Haroué est au centre d’une polémique. Pas le château mais le village, où un projet de construction de 21 logements à la place de la ferme du XVIIIe siècle suscite une onde de choc qui va de la Lorraine à Paris. La polémique porte sur la construction de 21 logements dans la rue principale d’Haroué, une belle artère large comme une avenue qu’empruntaient autrefois les nobles venant de Lunéville. Le projet porté par le maire, actuel propriétaire des bâtiments de la ferme du XVIIIe siècle, a reçu l’autorisation des autorités. Mais il est stoppé depuis l’été. Les opposants ont fait joué leurs relations. L’affaire est même montée jusqu’au ministère de la Culture, qui a dépêché, il y a quelques jours, un inspecteur du département de l’environnement des sites classés. Le projet prévoit de raser le bâti actuel délabré pour construire des logements neufs, avec pavillons en épi à l’arrière et des garages, le tout jouxtant la propriété du château. Le neuf empièterait même sur l’ancien potager. A la tête de la fronde, rejointe par une huitaine d’associations régionales, Henri de Mitry, un châtelain voisin, mais surtout le président de l’association pour le Développement durable du Saintois, qui ferraille d’ordinaire contre les éoliennes. «Je ne suis pas contre une opération immobilière, mais elle doit respecter le site. Là, on a une opération bas de gamme pour construire un lotissement à côté du palais des Princes de Craon. Haroué appartient à la Lorraine, défigurer ses abords revient à s’en prendre au château ! » L’association a donc saisi le ministre de la Culture au titre de son pouvoir d’évocation, puisque le projet étant aux abords immédiats d’un bâtiment classé monument historique. Elle a également interpellé le ministre de l’Ecologie au nom des sites classés…

Haute-Garonne

Toulouse Ces églises qui coûtent cher – La Dépêche du Midi 3 janvier 2010

L’entretien des trente-quatre lieux de culte construits avant 1907 et la loi sur la laïcité à Toulouse est à la charge de la commune. Imbibé d’eau, le plâtre a fini par s’effondrer, laissant apparaître les briques désormais à nu de la voûte. Pour la petite chapelle située à droite du chœur de l’église du Taur, il y a nécessité, sinon urgence… « Les infiltrations sont dues à la récupération des eaux de pluie. Il faut soigner. Refaire la couverture zinguerie, la charpente », observe Éric Bressand, directeur de la gestion du patrimoine immobilier à la mairie de Toulouse qui a lancé une étude pour la remise en sécurité. Un gros chantier estimé à 1,5 million d’euros. À la charge de la commune puisque la loi sur la laïcité a scellé la réappropriation par la Nation de l’ensemble des édifices de culte. Autant dire la plupart d’entre eux à Toulouse : « Vingt-sept églises ou chapelles et une synagogue, affectées au culte, dont sept monuments classés monuments historiques et quatre inscrits au titre des monuments historiques, et six autres non affectés au culte, dont deux inscrites et l’auditorium classé de Saint-Pierre des Cuisines », énonce Henri Matéos, conseiller municipal chargé du patrimoine. La ville en est propriétaire. (…) De bien lourdes dépenses pour la commune, donc, mais ô combien utiles : « D’un point de vue patrimonial et touristique, c’est capital », reconnaît Henri Matéos, pourtant grand laïc devant l’Éternel…

2 janvier

Gard

Pont-Saint-Esprit La chapelle se transforme en théâtre – Midi libre 2 janvier 2010-

Les travaux de réhabilitation de la chapelle des Pénitents se poursuivent. Chaque semaine qui passe transforme cet édifice qui, en quelque sorte, renaît de ses cendres et retrouve sa vocation de lieu culturel. Des spiripontains plus âgés que d’autres se souviennent encore des représentations théâtral




Commentaires via facebbok
(69 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Tags:

Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
wpDiscuz