Les deux glaives volés à Fontainebleau retrouvent leur écrin

Pocket
Article pouvant être lu en 2 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

PATRIMOINE HISTORIQUE – FAITS DIVERS

Le 20 janvier 2010, Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, a remis officiellement à Jean-François Hébert, président de l’établissement public du domaine et château de Fontainebleau ( Seine-et-Marne), les deux glaives qui avaient été volés dans la nuit du 15 au 16 novembre 1995.

Lire le communiqué du presse du 20 janvier :

lire aussi : Fontainebleau retrouve ses glaives après une transaction officielle avec un receleur -LE MONDE 20 janvier 2010

Communiqué du presse du 20 janvier :

L’Office Central de lutte contre le trafic des Biens Culturels (OCBC), et la Direction Régionale de Police Judiciaire (DRPJ) de Versailles avaient été saisis immédiatement par le juge d’instruction du Tribunal de Grande Instance de Fontainebleau afin de diligenter l’enquête.

A ce jour, la quasi totalité des treize objets de grande valeur dérobés cette nuit là ont été retrouvés, pour certains en 1996, 1998 et 2000. Les deux glaives manquants étaient détenus par un receleur néerlandais, incarcéré aux Pays-Bas. Ils ont été restitués à la France le 23 octobre 2009, à la suite de l’intervention de l’OCBC. Le ministre de la Culture et de la Communication salue la ténacité des équipes de l’OCBC, qui a permis le retour de ces glaives quatorze ans après leur disparition.

Ces deux glaives ont été commandés en 1807 par Jérôme Bonaparte à l’orfèvre Martin-Guillaume Biennais, fournisseur attitré de l’Empereur et de la Cour impériale. Le premier glaive, appelé glaive royal de Westphalie, réalisé en or, acier, et orné de chrysoprases aurait dû être porté pour le couronnement de Jérôme en tant que roi de Westphalie qui n’a jamais eu lieu. Ce glaive est d’ailleurs représenté dans un portrait équestre du roi Jérôme, peint par le Baron Gros et conservé au Château de Versailles.

Le deuxième glaive, appelé glaive royal de cérémonie, dont le fourreau et la fusée (poignée) ont été réalisés en écaille de tortue, était porté lors de certaines manifestations officielles. Ces deux glaives ont été donnés à l’Etat en 1979 par Louis Napoléon Bonaparte (1914-1997), fils du Prince Victor Napoléon, et arrière petitfils du roi Jérôme.

(37 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Tags:

1
Poster un Commentaire

avatar
0 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de