La Lettre du Patrimoine religieux N°8

Pocket
Article pouvant être lu en 34 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

La Lettre du Patrimoine religieux N°8                            16 mars 2010

Entre nous soit dit

Dans la lettre précédente j’évoquais déjà le sort des églises désaffectées. Depuis la revue de presse a fourni de nombreux autres exemples et autres débats sur la question.

Le débat de l’avenir des églises est sérieusement engagé au-delà des frontières de la France. C’est la Voix du nord, le 3 mars, qui dans un article intitulé Suite nuptiale, magasin, bureaux : sacrées mutations belges ! s’exclame sur le devenir de certaines églises belges : une suite nuptiales dans une chapelle néogothique, dans la banlieue de Courtrai, le Martin’s Hôtels installé dans une église de Malines (déjà évoqué dans la Lettre précédente) ou l’église des pères rédemptoristes à Tournay, bientôt transformé en bureaux, sur quatre niveaux… Au Québec, on a pu apprendre qu’une église récemment vendue deviendra prochainement « un centre de conditionnement physique, des logements et un restaurant avec terrasse », autrement dit une salle de gym. L’auteur de l’article rappelle que « L’avenir de l’église avait suscité une levée de boucliers chez les citoyens en 2006, lors de sa mise en vente ». Et que dire de cette  école du Cirque , toujours à Québec  » souvent cité en exemple ?

Une fatalité tomberait sur nos églises et celles d’Amériques du Nord en particulier ? « Les églises sont de plus en plus désertées. La crise des vocations et le nombre de fidèles en chute libre, nombre d’églises ne sont quasiment plus utilisées. Un prêtre pour 18 paroisses dans notre canton. Les bâtiments sont vieux et mal entretenus, les communes rechignent à réparer des locaux sous-utilisés. Une solution : vendre » lit-ton sur un site canadien, le 17 février. Et le phénomène n’en est qu’à ses début semble-il : « L’archevêché de Montréal a vendu une dizaine d’églises ces dernières années. Le diocèse de Terre-Neuve (Canada) va en vendre une soixantaine pour indemniser les victimes d’un prêtre pédophiles ! Les religions anglicanes et protestantes sont également touchées. »

Ce même site nous informe qu’une « une filiale d’Emmaüs, « les Toits de l’espoir » propose ses services pour racheter des lieux de culte pour faire des logements sociaux. L’église sera partagée en deux espaces de 300 m2 : une chapelle pour continuer à faire la messe et un magasin de vêtements d’occasion ». Des églises à partager ? Outre l’accueil de  concerts dans des églises dont La croix du 23 février rapellent qu’ils sont soumis à conditions, la question du partage des églises commence timidement en France.

Dans l’hexagone, les églises à vendre sont encore peu nombreuses. Contrairement aux situations canadiennes, britanniques, hollandaises, allemandes ou belges, la majorité des édifices religieux appartient aux communes ou à l’Etat. Ce n’est pas la panacée, mais cela constituent néanmoins un frein certain à leur abandon et à leur désaffectation, car on compte dans le patrimoine des communes de France plus d’églises restaurées que menacées, même si le nombre de ces dernières ne cesse d’augmenter. Mais cela n’obère pas autant la question de leur devenir

L’actualité du mois écoulé rapporte que les églises désaffectées en France peuvent connaître de bien curieux destins. La salle Sainte-Croix-des-Pelletiers à Rouen qui daterait du Xe siècle vient d’être restaurée et redeviendra une salle concert. Il s’agit bien d’une église désacralisée à la Révolution qui fut « tour à tour lieu de culte, entrepôt ou chai » avant de parvenir dans le giron de la ville en 1951. On pourrait évoquer également l’avenir incertain de l’Abbaye Saint Nicolas à Verneuil s/Avre (Eure). A Carcassonne, l’église de Notre-Dame de l’abbaye connaitra un avenir moins éloigné de l’esprit de sa fondation puisqu’elle accueillera prochainement un musée d’art religieux (L’Indépendant  du5 mars 2010).

Les anciennes églises connaissent des fortunes diverses. La question des désacralisation et des réaffectation demeure encore tabou. Il serait sans doute pourtant bon d’en parler afin de connaître et de faire savoir les bonnes pratiques en la matière…

Benoit de Sagazan

Sachez-le

  • Recensement des églises. Un internaute vendéen m’a annoncé il y a quelque jours son intention de créer un site qui recenserait les églises de France. Son désir souligne une fois de plus la nécessité aux yeux de nombre de nos contemporains de disposer d’un tel outil fiable. Je lui ai répondu que d’autres l’avaient devancé dans cette noble initiative. Motivant ma réponse, j’ai visité les différents sites qui se proposent de dresser un tel inventaire. Voici au 15 mars l’avancée des travaux des uns et des autres : l’Observatoire du patrimoine religieux a recensé (état au 1er mars 2010) 37 307 édifices sur 48 départements; clochers de France 31 151 édifices sur 22 263 communes; 40 000 clochers 28 324 églises. La base mérimée, établie par les services de l’Inventaire du ministère de la Culture, propose une liste de 24 911 églises d’intérêt patrimonial (basiliques,  cathédrales, primatialechapellecollégiales, églises paroissiales, templeprotestants …)
  • Un avenir entrevu pour l’église de Dreuil-Hamel / Dans un message récent, Jean-louis Hannebert (Association des architectes du patrimoine) nous informe que la vente de l’église de Dreuil-Hamel (Somme) à l’association de sauvegarde de l’église a été confirmée lors d’une réunion commune qui a eu lieu le 12Mars à la mairie d’Airaines. L’acte de vente devrait être signé dans les prochaines semaines. Les travaux de consolidation de l’église pourront ensuite être engagés.
  • Patrimoine-en-blog soutient Histoire du Christianisme Magazine / Histoire du Christianisme Magazine fera paraitre dans sa prochaine livraison une nouvelle rubrique consacrée à l’actualité du patrimoine religieux. Cette nouvelle rubrique est réalisée en étroite collaboration avec Patrimoine-en-blog. Ne manquez pas le prochain numéro lors de sa sortie en kiosque en mars ou abonnez-vous à cette excellente revue.

Cela vous a (peut-être) échappé…

  • Quel avenir pour Saint Jacques d’Abbeville ?Patrimoine-en-blog 15 mars 2010
  • Route touristique des églises à pan de bois et vitraux – Patrimoine-en-blog 14 mars 2010
  • Ronchamp : Renzo Piano ne doit pas faire de l’ombre à Le Corbusier – L’Alsace 13 mars 2010 / Respecter l’architecture classée monument historique de la chapelle de Ronchamp était tout l’enjeu du projet de construction d’un monastère pour les Clarisses. Finalement, la future construction confiée à Renzo Piano, à 100 m de la chapelle, sera invisible depuis celle dernière. « Pour nous, c’était l’occasion de ramener ce site à sa vocation originelle de lieu de spiritualité et de réduire l’inévitable empreinte touristique et commerciale », explique Jean-François Mathey, président de l’Association Notre-Dame du Haut, qui gère la chapelle de Ronchamp et qui est co-maître d’ouvrage avec les Clarisses dans la construction du monastère et du nouveau centre d’accueil confiés à Renzo Piano. Lire la suite
  • Lancement du projet d’extension du Musée d’Unterlinden – La Tribune de l’Art 12 mars 2010 / Mondialement connu pour le Retable d’Issenheim de Matthias Grünewald, le Musée d’Unterlinden à Colmar conserve, outre une importante collection de peintures et de sculptures germaniques des XVe et XVIe siècle, une section archéologique et un important fonds du XXe siècle. Installé dans le couvent de dominicaines qui lui a donné son nom, ses espaces d’accueil et d’exposition sont insuffisants pour lui permettre de présenter l’ensemble de ces œuvres. La Ville de Colmar a donc décidé, en accord avec la Société Schongauer qui gère le musée, d’agrandir celui-ci avec l’objectif avoué de doubler sa fréquentation (200 000 visiteurs par an actuellement). Le financement de cette opération, d’un montant total de 28 millions, est déjà assuré à hauteur de 24,5 millions par la ville, le département et la région, ainsi qu’avec la Société Schongauer. 3,5 millions d’euros restent à trouver pour lesquels a été lancé, auprès des entreprises régionales et nationales, un appel à mécénat.Lire la suite
  • Les cathédrales de Bourgogne en revue – Patrimoine-en-blog 12 mars 2010
  • Québec Le patrimoine religieux dans votre baladeur – Nouvelles de l’APCP 11 mars 2010 / La dernière parution du Bulletin d’information du Conseil du patrimoine religieux du Québec rappelle que l’organisme est un «diffuseur des savoirs liés au patrimoine religieux québécois». Il a entrepris ces derniers mois de créer de nouvelles baladodiffusions en constatant que «peu nombreuses sont les communautés qui possèdent les moyens d’embaucher une personne pouvant réaliser des visites guidées de leur demeure». Onpeut déjà télécharger les guides audio créés pour la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours et l’ensemble conventuel des Religieuses hospitalières de Saint-Joseph. Lire la suite
  • Compostelle et l’Europe, L’histoire de Diego Gelmírez– Patrimoine-en-blog 11 mars 2010
  • Vidéo : les églises en péril en 1973 Patrimoine-en-blog 10 mars 2010
  • Essonne Pillage En finir avec les profanations d’églises – Pelerin.info 9 mars 2009 / En 2009, 204 cambriolages ont été recensés dans les églises par l’ Office central de lutte contre le trafic de biens culturels (OCBC). Mgr Michel Dubost, évêque d’Evry, dont une paroisse a été pillée dans la nuit du 11 au 12 février s’élève contre le silence qui entoure ces exactions. Lire la suite
  • Calvados Saint-Come-de-Fresné Une association formée pour sauver l’église – Ouest-France 9 mars 2010 / Le maire, François Lopez, avait réuni, samedi, les habitants pour entamer un débat à propos de l’église et de son mauvais état général. Le montant des travaux nécessaire à sa restauration dépasse les 500 000 €. Fierté du village, l’édifice, accroché à la falaise, appartient à l’Histoire. C’est la première église de Normandie dont les cloches ont sonné pour le Débarquement, le 6 juin 1944, à 15 h, « alors que les Allemands n’ont quitté Arromanches qu’à 18 h » souligne Hubert Du Manoir, ancien maire. Malgré ce passé prestigieux, l’église n’est pas classée mais seulement inscrite aux Monuments Historiques.« L’explication tient au fait que les fondations sont du XII e siècle et que le clocher a été rajouté au XVe , précise Hubert Du Manoir. Elle ne constitue pas un ensemble architectural homogène. » De ce fait, la charge incombe entièrement à la municipalité. « Le problème, c’est que la commune a d’autres priorités comme la sécurisation routière, constate François Lopez. C’est pourquoi, la création d’une association me paraît la meilleure solution. Lire la suite
  • Aisne Vestiges de l’abbaye Notre-Dame « Colis » reçu à l’Arsenal – L’Union 9 mars 2010  / UN colis pas comme les autres vient d’être livré à l’Arsenal : le fenestrage de l’abbaye Notre-Dame. Ces mêmes vestiges que l’on pouvait admirer jusqu’ici dans les locaux du bureau de poste principal, rue Saint-Martin, actuellement en travaux, et dont on a craint qu’ils finissent à la poubelle. Une opération de sauvetage a été cofinancée par la Ville, un mécène et La Poste (à 50 %). Elle vient de se terminer. Pour mémoire, ces éléments d’architecture trônaient dans le bureau de poste depuis le début des années quatre-vingt. Ils avaient été découverts lors de travaux sur la propriété de La Poste. Il avait semblé judicieux, à l’époque, de les mettre en valeur et d’en faire profiter le public plutôt que de les stocker dans un lieu où elles ne verraient peut-être plus jamais la lumière du jour. Démonté le 15 février, ce fenestrage vient juste d’être remonté dans l’entrée de l’Arsenal par Alain Létoffé, tailleur de pierres. Lire la suite
  • Rouen Renaissance low cost – Paris Normandie 8 mars 2010 /  La salle Sainte-Croix-des-Pelletiers connaît une nouvelle jeunesse. La municipalité a engagé de petits travaux pour que la salle retrouve de sa superbe. Il est des lieux emblématiques que l’on oublie parfois. La salle Sainte-Croix-des-Pelletiers, dans la rue du même nom, en plein cœur de Rouen, est de ceux-là. Plusieurs fois centenaire – elle daterait du Xe siècle -, l’église désacralisée à la Révolution fait pourtant partie de l’histoire de la ville. Tour à tour lieu de culte, entrepôt ou chai, l’édifice est arrivé dans le giron de la ville en 1951. Une salle de conférence et de concert très prisée alors. « De nombreux disques de jazz ont même été enregistrés ici, dans le chœur où l’acoustique est excellente », souligne Bruno Bertheuil, adjoint rouennais. Sauf que, depuis, les décennies ont passé organisant leur lent travail de sape sur l’ancienne église « et rien ou presque n’a été fait depuis les années 50 », concède l’adjoint. Dernièrement, la mairie s’est tout de même penchée sur le devenir de cette salle. Il lui fallait en effet trouver en urgence un lieu pour accueillir la cérémonie de clôture du Festival du cinéma nordique, la Halle aux toiles étant cette année indisponible. « Cela faisait longtemps que nous voulions refaire quelque chose à Sainte-Croix-des-Pelletiers. C’était l’occasion », confirme Bruno Bertheuil. Lire la suite
  • Pyrénées Atlantiques Oloron Sainte-Marie La statue découverte avait été abandonnée – Sud ouest 6 mars 2010 / ARCHÉOLOGIE. La ville regorge de trésors cachés. Une nouvelle preuve : une statue découverte au cours d’un chantier de restauration Découverte par hasard sur un chantier de rénovation du côté du Marcadet, sur le domaine privé, une remarquable statue vient d’être sauvée. Même si elle a été sérieusement endommagée, la pierre sculptée n’a pas encore révélé tous ses secrets. Mais elle va permettre d’enrichir une nouvelle fois le grand livre d’histoire de la ville. Difficile, pour l’heure, d’avancer une datation. La présence d’entrelacs (les formes géométriques entrelacées) témoignerait d’une trace mérovingienne. Mais les avis des spécialistes sollicités par nos soins divergent. Pour certains, il s’agirait plutôt d’un vestige roman. D’autres, compte tenu du contexte local, préfèrent plutôt situer l’origine de la pièce dans une période allant du XIIIe au XIVe siècle. Mais avec ce visage peu élaboré, les incertitudes subsistent. Quoi qu’il en soit, la maison en restauration au pied de laquelle se trouvait l’objet remonte vraisemblablement à la période médiévale. Les engins ont décaissé une petite zone proche des murs sur une profondeur de l’ordre de 1,5 mètre. Et ils ont fait apparaître l’encadrement d’une porte romane jusqu’à présent inconnue. La statue se trouvait non loin de là. Mais elle n’a malheureusement pas été identifiée comme telle. Elle a été abandonnée sur place pendant plusieurs mois. Lire la suite
  • Loire Atlantique Nantes Passage Sainte-Croix, ouverture fin 2010 – Ouest-France 6 mars 2010 / Le passage débouche rue de la Baclerie. Archives Ouest-France Une vue du futur passage qui reliera la place Sainte-Croix à la rue de la Baclerie. Au coeur du Bouffay, le passage sera une voie de liaison piétonne et surtout un lieu de culture et de dialogue avec ceux « pour qui la religion est une chose étrangère ». Le point sur le projet. Des travaux plus longs que prévu Prévue initialement pour septembre, l’ouverture du Passage Sainte-Croix au public n’aura pas lieu avant la fin de l’année, voire au tout début 2011. Les travaux assez délicats, qui ont démarré il y a environ un an, ne se déroulent en effet pas aussi rapidement que prévu. Le passage Sainte-Croix reliera en ligne droite la place du même nom à la rue de la Baclerie, dans le quartier Bouffay. Ouvert, il constituera un raccourci pour les riverains. On accédera au passage, depuis la place Sainte-Croix, par un jardin. Un lieu de dialogue et de culture avec « ceux pour qui la religion est une chose étrangère » Cette voie de liaison, fermée la nuit, sera aussi et surtout un endroit de culture. Les bâtiments remarquables, actuellement en cours de restauration, accueilleront un centre d’interprétation du patrimoine chrétien, deux expositions par an, des concerts. « Le passage doit ouvrir un dialogue avec ceux pour qui la religion est une chose étrangère », souligne Denis Moutel, vicaire général. De son côté, Mgr James, l’évêque du diocèse, cite Jean-Paul II et Paul VI pour rappeler la nécessité de ce projet. « Au nom même de l’incarnation, il est essentiel que la foi se fasse culture. Il s’agit de permettre à l’homme de faire dialoguer l’émotion avec l’intelligence, la foi avec la raison. » (Lire la suite)
  • Des idées pour l’avenir de l’Abbaye Saint Nicolas à Verneuil s/Avre– Patrimoine en blog 6 mars 2010
  • Morbihan – Finistère Sept grands calvaires bretons habillés de lumière – Ouest France 5 mars 2010 / Il y a quatre ou cinq siècles, lorsqu’ils ont été sculptés, ils étaient peints. Une association veut redonner des couleurs à ces joyaux de granit en les éclairant au laser. Sortir de la grisaille. Retrouver les couleurs du passé. C’est le beau projet de l’association des « Sept calvaires monumentaux de Bretagne ». Elle regroupe les chefs-d’oeuvre classés monuments historiques de Guéhenno (Morbihan), Guimiliau, Pleyben, Plougastel-Daoulas, Saint-Thégonnec, Tronoën et Plougonven (Finistère). D’ici à trois ans, ces sept grands calvaires devraient être éclairés ponctuellement, pour leur redonner des couleurs, comme à l’origine. (Lire la suite)
  • CARCASSONNE Notre-Dame de l’abbaye va accueillir un musée d’art sacré – L’Indépendant  5 mars 2010 / Les trésors des églises de l’Aude vont être exposés en permanence dans un lieu spacieux situé au pied de la Cité. Les travaux de ce musée devraient être achevés fin 2010. Des objets du patrimoine religieux d’une grande valeur historique. Depuis plusieurs décennies, l’abbé Cazaux formulait le voeu de voir la création d’un musée d’art sacré à Carcassonne, « plutôt d’art religieux », corrige-t-il, « car il n’y a de sacré que l’homme ». Nommé conservateur du patrimoine religieux du diocèse par l’ancien évêque, reconduit dans ses fonctions par Mgr Planet, l’abbé Cazaux est un fin connaisseur des objets d’église. Ça ne date pas d’hier. « Durant cinquante ans de ma vie, je n’ai cessé de compléter la collection d’objets d’art religieux », explique celui qui a été très longtemps curé de Saint-Vincent à Carcassonne. Aujourd’hui, les trésors sont nombreux, accumulés au fil des décennies, complétés par des dons (voir encadré ci-dessous). Il aurait été dommage de les laisser en sommeil dans une pièce sombre, oubliés des regards. Un projet de longue haleine L’abbé Cazaux a porté le projet à bout de bras, n’hésitant pas à prendre son bâton de pèlerin pour frapper à toutes les portes. L’objectif était d’obtenir des financements pour la réalisation de ce musée et mettre en lumière « ces objets d’une grande valeur historique et les montrer au public », souligne l’homme d’église. Comment choisir plus bel écrin que Notre-Dame de l’abbaye, un lieu idéalement situé au pied de la Cité ? « C’est ici que le premier culte chrétien est né dans l’Aude au III e siècle », rappelle l’abbé Cazaux. (Lire la suite)
  • 138 églises restaurées ajoutées à la liste– Patrimoine en blog 4 mars 2010
  • Suite nuptiale, magasin, bureaux : sacrées mutations belges ! – La Voix du Nord 3 mars 2010 / La chambre d’hôtes Het Verloren Gedicht (« Le Poème perdu », en flamand) n’a pas besoin de faire de publicité. Depuis qu’un couple a racheté une petite église dans la banlieue de Courtrai, en 2003, la « suite nuptiale » qu’ils ont aménagée sous la nef de la chapelle néogothique ne désemplit pas. Pour 200 euros la nuit, les couples disposent d’une salle de bains, d’un jacuzzi, d’un écran plat… et d’un lit king size, « pour toutes occasions spéciales », précise le site Internet qui vante la chambre. Entre 1991 et 2003, l’utilisation commerciale de l’ancienne église, moins coquine, était tout aussi étonnante : un magasin de vêtements pour enfants, puis un cabinet de diététicienne. La chaîne belge Martin’s Hôtels a suivi l’exemple courtraisien en rachetant une église à Malines, qu’elle a rénovée et transformée en hôtel quatre étoiles, ouvert en 2009. À Tournai, l’église des pères rédemptoristes s’est également trouvé un destin. Un investisseur va la transformer en bureaux, sur quatre niveaux.. (Lire la suite)
  • Finistère Pleyber-Christ Réflexion sur la valorisation du patrimoine religieux et cultuel – Ouest France 3 mars 2010 / La commission municipale culture-patrimoine-tourisme-communication, menée par Julie Fage, maire-adjointe, travaille à définir une politique culturelle pour Pleyber-Christ. « Un projet ambitieux, précise Julie Fage, parce qu’il s’inscrit sur le long terme. Il permettrait aux initiatives individuelles et associatives de s’inscrire et de s’appuyer sur cette politique pour mener des actions concrètes. » (Lire la suite)
  • Journées des églises dans la Manche – Patrimoine-en-blog 2 mars 2010
  • Dordogne L’ancienne église Notre-Dame sera réhabilitée – Sud ouest 2 Mars 2010 / Le Conseil municipal de Brantôme s’est réuni mercredi, à la salle de l’abbaye, sous la présidence du maire Monique Ratinaud. (…) Réhabilitation de l’ancienne église Notre-Dame. Dans le cadre du projet de Site majeur, trois tranches sont envisagées à la salle des fêtes, en 2010, 2011 et 2012, soit 168 600 euros et 166 100 euros pour les façades, ainsi que 272 210 euros pour l’aménagement intérieur pour l’accueil de l’Office de tourisme de pôle, sans compter l’ameublement. Le projet porte également sur l’aménagement de l’abbaye et la mise en place d’un ascenseur, soit un total prévisionnel de 1 026 860 euros (HT). Des demandes de subventions auprès de l’État (Drac, Dotation globale d’équipement), de la Région, du Département et d’autres financeurs seront sollicitées. (Lire la suite)
  • Hérault SAINT-ANDRE-DE-SANGONIS  La chapelle Sainte-Brigitte bientôt classée monument historique ? – Midi Libre 2 mars 2010 / Dernièrement, Gérard Ecorcheville-Olson, président de l’association Via Sanctae Birgittae, Marie-Thé Galibert, présidente de l’association les Amis de la chapelle Sainte-Brigitte de Suède, et les membres de l’association, accompagnés par M me Gunvor Houlez, suédoise fondatrice de l’association viking Scand’oc, ont invité les représentants de la Drac (direction régionale des affaires culturelles) et les élus municipaux à la chapelle Sainte-Brigitte de Saint-André-de-Sangonis. Le but ? Une première visite et une évaluation du site, en vue d’une inscription aux monuments historiques. Selon certaines archives, la chapelle dédiée à la sainte Suédoise se trouverait sur un des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Aujourd’hui, l’association se mobilise pour restaurer et réhabiliter les lieux qui abritent la relique de Sainte Brigitte, relique authentifiée par Rome. « Si le site lui-même ne peut retenir l’attention des représentants de la Drac, cependant l’histoire de la chapelle fait partie du patrimoine culturel de la région, et c’est l’intérêt de ce lieu », remarque une élue de Saint-André. (Lire la suite)
  • Le seuil de la centaine d’églises menacées est atteint !– Patrimopine en blog 1 mars 2010
  • Dreuil Hamel/St Nicolas sur Avre : de bonnes nouvelles ? – Patrimoine en blog 25 février 2010
  • Finistère Sept calvaires monumentaux : des projets ambitieux – Ouest France 24 février 2010 / L’Association des 7 calvaires monumentaux bretons a vu le jour en janvier 2005. Un patrimoine religieux et d’ouvrages d’art à découvrir à Guehenno (56), Guimilliau, Pleyben, Plougastel, Saint-Thégonnec, Tronoan et Plougonven. Les maires et délégués des sept communes et le président-fondateur de l’association, Dominique Cap, viennent de faire le point sur les projets à venir. Dominique Cap rappelle l’objectif de l’association, qui est « de défendre un patrimoine vieux de 400 ans, et de le transmettre aux futures générations dans un aussi bon état qu’il nous a été légué. Sinon en meilleur état ». Un patrimoine qui offre un potentiel touristique certain que l’association veut développer et gérer en réseau. En 2010, « l’association travaillera sur de petits et de très gros projets ». Les documents de communication, dépliants et affiches, ont été renouvelés. « Nous avons également créé des sets de table pour restaurants ». Un projet plus amitieux est celui de l’illumination des calvaires. « Avec la mise en lumières, nous voulons recréer la polychromie d’origine des calvaires. Le calvaire de Pleyen sera le premier à être ainsi illuminé. Ensuite on poursuivra au rythme de deux à trois par an ». Un chantier qui sera confié à une société spécialisée et agréé en mise en lumière des bâtiments historiques.
  • Les concerts dans des églises, des partenariats sous condition – La Croix 23 février 2010 / Diocèses et paroisses reçoivent toujours plus de demandes d’hébergement de manifestations culturelles. Ils veillent à sélectionner des spectacles conformes à la vocation spirituelle des églises. L’expression artistique a-t elle toujours sa place dans les églises ? Bien sûr, mais on ne peut pas tout faire, ni tout accepter. C’est ce que rappellent aujourd’hui de nombreux prêtres et évêques, alors que les demandes d’abriter des manifestations culturelles se multiplient, posant la question de la délicate cohabitation entre le profane et le sacré. Une question particulièrement débattue en ce qui concerne les concerts de musique classique. À Quimper, deux récitals de piano consacrés à Chopin viennent ainsi d’être refusés par le curé de la cathédrale Saint-Corentin au motif que leur programme était « entièrement profane ». « Il ne peut être envisageable d’accueillir des concerts de musique profane, fût-elle classique, ce qui à l’évidence transformerait la cathédrale en salle de concert et pourrait être interprété comme un détournement de l’affectation cultuelle », plaide le P. Michel Mazéas, indiquant par ailleurs que la cathédrale de Quimper accueille chaque année « une dizaine de concerts d’orgue, une dizaine de concerts autres, et qu’un nombre presque équivalent n’est pas retenu, sans que cela ait jamais suscité de polémique »….
  • Appartements, bibliothèques… la grande conversion des églises du Québec – La Croix/AFP 21 février 2010 Les acrobates s’élancent dans les airs dans l’immense salle. Leur école de cirque à Québec est une œuvre d’art, plafond voûté bleu ciel, colonnes d’inspiration grecque et fenêtres arrondies. Et pour cause: il y a neuf ans, c’était une église catholique. Devenus centres communautaires, bibliothèques ou même appartements de luxe, certains édifices religieux commencent une seconde vie. Mais dans de nombreux autres cas, cet héritage historique tombe entre les mains de promoteurs privés, voire tombe en ruines faute d’entretien. Les églises et les couvents du Québec suscitent l’envie dans bien des régions d’Amérique du Nord. Mais depuis quelque temps, ce riche patrimoine architectural et religieux fond comme neige au soleil, certains chercheurs parlant même de « tsunami ». Le fait que la province francophone du Canada vibre d’orgueil à l’approche de la canonisation de Frère André, premier homme québécois à être proclamé saint catholique, n’y changera probablement rien. « Il ne se passe pas une semaine sans que l’on parle de fermeture ou de vente d’église, de démolition de couvent », regrette Luc Noppen, spécialiste de patrimoine urbain à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et auteur de plusieurs ouvrages sur la question. « Il y a 10 ans, c’était exceptionnel et aujourd’hui cela fait partie de notre quotidien », ajoute-t-il. On compte actuellement quelque 3.000 églises et 1.000 couvents dans la Belle Province….« Il ne se passe pas une semaine sans que l’on parle de fermeture ou de vente d’église, de démolition de couvent », regrette Luc Noppen, spécialiste de patrimoine urbain à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et auteur de plusieurs ouvrages sur la question. « Il y a 10 ans, c’était exceptionnel et aujourd’hui cela fait partie de notre quotidien », ajoute-t-il. On compte actuellement quelque 3.000 églises et 1.000 couvents dans la Belle Province….
  • Valorisation de l’abbaye cistercienne Sainte-Marie d’Aulps– Patrimoine-en-blog 19 février 2010
  • QuébecL’église Saint-Jude transformée en centre de gym – Leplateau.com 18 février 2010 / L’ancienne église Saint-Jude, angle Saint-Denis et Duluth, pourrait accueillir un centre de conditionnement physique, des logements et un restaurant avec terrasse. Le projet sera examiné le 25 février prochain par l’arrondissement. L’avenir de l’église avait suscité une levée de boucliers chez les citoyens en 2006, lors de sa mise en vente. Les nouveaux propriétaires ont déposé un projet pour transformer l’ensemble immobilier, qui comprend, outre l’église, un sanctuaire et un presbytère…
  • Eglises à vendre– come4news.com 17 février 2010 / Les églises sont de plus en plus désertées. La crise des vocations et le nombre de fidèles en chute libre, nombre d’églises ne sont quasiment plus utilisées. Un prêtre pour 18 paroisses dans notre canton. Les bâtiments sont vieux et mal entretenus, les communes rechignent à réparer des locaux sous-utilisés. Une solution : vendre. Une filiale d’Emmaüs, « les Toits de l’espoir » propose ses services pour racheter des lieux de culte pour faire des logements sociaux. L’église sera partagée en deux espaces de 300 m² : une chapelle pour continuer à faire la messe et un magasin de vêtements d’occasion. Ce n’est pas un phénomène nouveau ni réservé à la France. L’archevêché de Montréal a vendu une dizaine d’églises ces dernières années. Le diocèse de Terre-Neuve (Canada) va en vendre une soixantaine pour indemniser les victimes d’un prêtre pédophiles ! Les religions anglicanes et protestantes sont également touchées. Tapez « churches for sale » dans un moteur de recherche, vous trouverez des dizaines d’offres. Au Pays-Bas, des centaines de temples ont été vendus et transformés en bureaux, appartements et même boîtes de nuit. Le prix des réparations est souvent tellement exorbitant que les communes préfèrent souvent les abattre et reconstruire des églises neuves plus petites. Malheureusement, il arrive que ces bâtiments soient classés. L’Observatoire du patrimoine religieux est une association qui milite pour la connaissance des bâtiments ; son cheval de bataille est la sensibilisation du public à la richesse de ce patrimoine. Fera-t-on un jour, comme les anglicans, des ventes de charité, des cafés ou même (comme à Bristol) une école de cirque la semaine et le culte le dimanche ?
  • Pas-de-CalaisLe label « Patrimoine du vingtième siècle » attribué aux buildings et à l’église Saint-Vincent-de-Paul– La Voix du Nord 17 février 2010 / Symboles de la reconstruction, les quatre buildings A, B, C et D, qui dominent le port, quai Gambetta, ont reçu ce label en décembre, tout comme l’église Saint-Vincent-de-Paul. Cette reconnaissance avait déjà été attribuée à l’ancienne église Saint-Jean-Baptiste, devenue espace Maes. « Ce label donne à ces bâtiments une valeur reconnue par le services culturels, se réjouit Claude Allan, premier adjoint au maire. C’est la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) qui a piloté ce dossier. » Le label « Patrimoine du vingtième siècle » a été attribué aux édifices boulonnais par le préfet de région, après examen par la Commission régionale du patrimoine et des sites. Construits entre 1951 et 1956, les quatre buildings du quai Gambetta, qui dominent le port, sont le symbole de la reconstruction de la ville. « Ils représentent une partie de la vie et de l’identité de Boulogne, souligne le maire, Frédéric Cuvillier….
  • Landes SAINT-AVIT Une fresque qui fait vibrer – Sud Ouest 17 février 2010 / Depuis la mi-décembre, l’église de Saint-Avit est en pleins travaux. Rénovation oblige, au fur et à mesure on approche de plus en plus des murs d’origine de l’ancienne bâtisse. L’un d’entre eux a délivré un petit mystère caché depuis des dizaines et des dizaines d’années. En effet, il y a quelques jours, on a découvert avec étonnement, émerveillement mais surtout avec soin et délicatesse une belle fresque représentant deux petits enfants aux visages angéliques, dégageant beauté et innocence. L’information ne tarde pas à faire le tour de Saint-Avit et au-delà. Les élus et à leur tête, Claude Lafargue, le maire de la commune, se rendent sur les lieux pour apprécier l’oeuvre et prendre les dispositions qui s’imposent. Les travaux sont interrompus et un contact officiel est pris avec M. Fèvre, architecte des Bâtiments de France pour faire un constat. La fresque fait vibrer tout le village, et beaucoup d’habitants viennent voir et contempler le grand tableau de peinture qui raconte une histoire et cache certainement un petit secret. De leur côté, les responsables municipaux, à pied d’oeuvre depuis la découverte, pensent déjà à restaurer ce chef-d’oeuvre et à lui rendre son état d’origine, ses couleurs, ses ombres et sa clarté. « Selon toute vraisemblance, il s’agirait des visages des fils de Francis Planté », explique le maire, un peu hésitant. Les recherches suivent leurs cours, mais ici et là, on voudrait bien croire que la fresque a un rapport avec le célèbre pianiste….

A voir ou à noter

A découvrir sur le site de Narthex.fr

  • Sainte Russie au musée du Louvre Le musée du Louvre propose au public une grande exposition/ découverte de l’histoire de l’art sacré russe du XIe au XVIIIe siècle. Cette manifestation, organisée dans le cadre de l’année France-Russie 2010, sera visible du 5 mars au 24 mai. Les visiteurs pourront admirer un ensemble considérable d’œuvres russes anciennes puisque plus de 400 objets provenant essentiellement des musées et des bibliothèques russes sont réunis pour l’occasion. >> lire la suite
  • Psaumes, Chants de l’humanité à Lille La médiathèque Jean Lévy présente jusqu’au 3 avril prochain une grande exposition sur les psaumes, en rassemblant pour la première fois les richesses issues des trois grandes collections du patrimoine écrit lillois : Bibliothèque du Patrimoine de l’Université Catholique de Lille, Réserve commune des Universités de Lille I, Lille II et Lille III et Service Patrimoine de la Bibliothèque Municipale de Lille. Elle a fait appel à d’autres collections lilloises, notamment les Archives du Diocèse. >> lire la suite
  • Art actuel dans l’église L’église Sainte Marguerite dans le 11e arrondissement de Paris accueille trois projets artistiques contemporains durant tout le temps de carême et le temps pascal.>> lire la suite
  • Congrès inter-provincial d’Art Sacré près de Vienne en Isère Invitation des Commissions Diocésaines d’Art Sacré de Rhône-Alpes et d’Auvergne. Congrès inter-provincial d’Art Sacré près de Vienne en Isère largement ouvert à toute personne intéressée par une réflexion et des projets concernant l’utilisation et l’aménagement des églises >> lire la suite
  • Journée consacrée aux observations et questions concernant l’aménagement des églises, diocèse de Clermont-Ferrand Invitation de la Commission Diocésaine d’Art Sacré de Clermont-Ferrand >> lire la suite
  • Artistes plasticiens participez à une exposition d’art sacré ! Le Relais Chapelle St-Maximilien Kolbe de Rueil-Malmaison prépare sa XVème exposition d’Art Sacré et invite tous les artistes à y participer. Elle aura pour thème cette année « Appel » >> lire la suite
  • Visite d’édifices religieux restaurés et aménagés autour de Brioude Une proposition des Commissions Diocésaines d’Art Sacré d’Auvergne (Haute-Loire, Cantal, Puy-de-Dôme, Allier) à l’intention de toute personne intéressée par la restauration et l’aménagement des lieux de culte. Départ de Clermont-Ferrand ! >> lire la suite
  • Festival baroque de Lyon : LE JARDIN DE LA CHAPELLE Au mois de mars pour fêter le printemps nouveau, de jeunes musiciens « en herbe » investissent les jardins de la chapelle de la Trinité ! Apprécier la musique baroque dans les jardins printaniers de la Trinité est possible pour tout le monde puisque l’entrée pour ce concert est gratuite ! >> lire la suite
  • Annonciation : Concert chorégraphique à l’église de l’Annonciation à Paris Les Frères dominicains dans le cadre des jeudis du 222 organisent un concert chorégraphique à l’occasion de la fête liturgique de l’Annonciation à l’église de l’Annonciation au 222 rue du faubourg Saint Honoré à Paris, VIII. >> lire la suite
  • Projection-débat : Pourquoi le monothéisme ? au Collège des Bernardins, Paris A l’occasion de la sortie en DVD (Editions Montparnasse) de la série coproduite par Le Jour du Seigneur et France 2, le Collège des Bernardins organise la projection du film “L’Aventure monothéiste”, suivie d’un débat. >> lire la suite
  • Exposition « Voyage autour de Manessier au Musée Paul Delouvrier » à Evry Le musée Paul Delouvrier, logé dans les étages de la cathédrale d’Evry, accueille à partir de la fin du mois de mars une exposition autour des œuvres de Manessier. >> lire la suite

A lire ou à écouter

surrexitbordure.jpg« Surrexit Christus »

Le nouveau disque de la Maîtrise Notre-Dame de Paris est une reconstitution de l’office de Vêpres et de la procession de Pâques à Notre-Dame de Paris au XIIIe siècle. L’Ensemble Grégorien de la Maîtrise Notre-Dame de Paris est placé sous la direction de Sylvain Dieudonné.

Au XIIIe siècle, Paris rayonne tant par l’architecture et les sculptures de ses églises que par la magnificence de sa musique.
 Surrexit Christus – Le Christ est ressuscité – témoigne de toute la splendeur de l’univers musical des vêpres solennelles du dimanche de Pâques, telles  qu’elles étaient alors chantées dans la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le patrimoine religieux des XIXe et XXe siècles

La revue « en ligne » In situ, éditée par le ministère de la Culture a consacré ses deux derniers numéros (N° 11 et 12) au patrimoine religieux des XIXè et XXè siècles. On y trouvera de nombreux articles très intéressants dont parmi d’autres…

Dans le N°12 : Recenser et étudier le patrimoine religieux du XXe siècle : l’exemple de l’inventaire des églises du Nord-Pas-de-Calais (1945-2000). Par Céline Frémaux; La collaboration entre Maurice Denis et Henri Carot à la lumière de la restauration des verrières du Vésinet (Yvelines). Par Laurence de Finance et Fabienne Stahl; La polémique autour de la démolition des églises : le cas du Maine-et-Loire. Par Guy Massin Le Goff; Églises et temples en bassins industriels : Belfort-Héricourt-Montbéliard (Franche-Comté) (1944-2008). Par Yves-Claude Lequin; L’art sacré entre les deux guerres : aspects de la Première Reconstruction en Picardie. Par Jean-Charles Cappronnier, Frédéric Fournis, Alexandra Gérard et Pascale Touzet; Quand l’inventaire se fait diagnostic : les édifices religieux dans le Finistère de 1801 à 1905. Par Gwenaël Fauchille…

Dans le N°11 : Les sources de l’histoire du patrimoine cultuel dans la seconde moitié du XXe siècle au Centre national des archives de l’Église de France. Par Bernard Barbiche ; Les enjeux multiples de l’architecture religieuse du second XIXe siècle en France : un essai de litanies. Par Claude Laroche; L’inventaire des objets mobiliers religieux des XIXe et XXe siècles : méthodologie. Par Laurence de Finance;Histoire, patrimoine immatériel et identité : la question religieuse au Québec. Par Sylvie Grenet; Mémoire religieuse, patrimoine immatériel du religieux. Pour la constitution d’archives orales. Par Florence Descamps; Les temples protestants « monuments historiques » en Poitou-Charentes. Par Brigitte Montagne, Yannick Comte et Catherine Tijou; Un siècle de chantiers d’églises en Charente-Maritime. Par Yves Blomme; La reconstruction des édifices religieux en Basse-Normandie après la Seconde Guerre mondiale. Par Alain Nafilyan; Un service diocésain de la conservation du patrimoine : l’exemple du diocèse de Cambrai (Nord). Par Caroline Biencourt; La sélection des objets à protéger dans les églises de la Reconstruction : l’exemple de la Manche (1944-1974). Par Élisabeth Marie; L’entretien des églises parisiennes des XIXe et XXe siècles. Par Joël Duvignacq et Laurence Fouqueray…

***

Vous êtes 169 personnes abonnées à cette lettre

Merci de votre lecture attentive et à bientôt sur Patrimoine-en-blog

(89 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de