Françoise Choay : Le patrimoine en questionsArticle pouvant être lu en 3 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

PATRIMOINE HISTORIQUE ET CULTUREL – A LIRE

couverture F. Choay le patrimoine en question_0Universitaire de renommée internationale, Françoise Choay est historienne des théories et des formes urbaines et architecturales. En 1996 dans  l’Allégorie du patrimoine, elle dénonçait « le culte actuel du patrimoine, ses excès » et pointait « ses liens profonds avec la crise de l’architecture et des villes ». Son livre, récemment publié au Seuil, « Le patrimoine en questions, anthologie pour un combat » apporte une suite à son  propos précédent.

Dans cet ouvrage, l’auteur n’a rien perdu de sa pugnacité et continue de dénoncer « les aspects mortifères de la muséification du patrimoine » : la culture de masse et la marchandisation des monuments historiques. Dans son collimateur, Françoise Choay place l’Unesco et sa conception universaliste du patrimoine. Cette institution est à ses yeux responsable de l’éclosion d’une industrie culturelle planétaire qui voue nos monuments à devenir des centres touristiques avant d’être des lieux de vie.

L’auteur dénonce les dérives d’une « croisade mercantile » qui conduit à en certaines contrées du monde à dissocier l’aspect historique du monument de la vie culturelle qui commande son existence (cf les temples shinto au Japon), et à labelliser des « faux » : le village sur canaux de Lijiang en Chine, quasiment entièrement reconstruit à l’identique après un séisme; la volonté de couronner l’œuvre du Corbusier « lourdement restaurée » et dotée d’un « faux intégral » (cf l’église de Firminy).

François Choay ne fait pas que dénoncer, elle propose des réponses aux dérives sous la forme de trois combats à mener : une meilleure éducation et formation en histoire de l’art; l’utilisation éthique de nos héritages édifiés, autrement dit la volonté de replacer ces édifices dans les usages contemporains comme savent le faire les Italiens lorsqu’ils logent des universités dans d’anciens palais; l’encouragement à la participation de tous à la sauvegarde, l’entretien et l’utilisation non mercantile des nos patrimoines, notamment urbains ou villageois.

On peut de pas être d’accord avec l’auteur mais son point de vue mérite d’être pris en considération. Le tourisme seul ne peut sauver l’ensemble de notre patrimoine ni décider de son avenir, au risque de transformer notre pays en un gigantesque parc de loisirs.

J »ai apprécié dans ce livre l’argumentation de Françoise Choay et son érudition. En historienne, elle sait mettre en perspective les enjeux; en pédagogue elle sait choisir les exemples et les références à son propos.  Cette grande voyageuse qui enseigne sur tous les continents, sait aussi  remettre les points de vue à leur place, rappeler incidemment que les Français ne sont ni les meilleurs ni les premiers en matière de protection du patrimoine.

J’ai encore plus appris par l’anthologie qu’elle propose en seconde partie d’ouvrage. En une vingtaine de textes qu’elle introduit, de l’abbé Suger à Malraux, elle soumet des illustrations de combats menés en faveur du patrimoine. J’ignorais la plupart de ces documents et davantage qu’il existât avant l’abbé Grégoire, sous la Révolution, des Poggio Bracciolini (1380-1459), Jacob Spon (1647-1685), Bernard de Montfaucon (1655-1741), ou Aubin-Louis Millin (1759-1818) qui s’interrogeaient sur l’avenir de nos « héritages »…

Un ouvrage à conserver au rang des livres de référence.

Lire aussi

Commentaires via facebbok
(1 379 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Tags:

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Françoise Choay : Le patrimoine en questionsArticle pouvant être lu en 3 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
imbernon
Invité
PARUTION AUX EDITIONS IMBERNON : L’architecture du XXe siècle dans le Var / le patrimoine protégé et labellisé Cet ouvrage a été réalisé dans le cadre du laboratoire INAMA de l’École nationale supérieure d’architecture de Marseille. Les textes sont de : – Pascale Bartoli – Jean-Lucien Bonillo (coordination) – Claudie Colonna – Thierry Lochard Les photographies en couleur actuelles sont d’Olivier Amsellem. L’objet de cette publication est de faire connaître à un large public une part importante du patrimoine architectural et urbain du département du Var, celle relative au XXe siècle. Elle rend compte en priorité sous la forme de… Read more »
wpDiscuz