Tour de France 2010 (8) : les trésors du patrimoine de Sisteron à Bourg-lès-Valence

Article pouvant être lu en 15 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

TOUR DE FRANCE – CYCLISME – PATRIMOINE HISTORIQUE ET CULTUREL

Jeudi 15 juillet, l’étape du jour mènera les coureurs et (télé)spectateurs de Sisteron à Bourg-lès-Valence.L’occasion de (re)découvrir les principaux trésors du patrimoine qui jalonnent ce parcours de 184,5 km

A ne pas manquer sur le parcours :

Sisteron, sa citadelle et sa cathédrale Notre dame des pommiers, bel exemple d’art roman provençal

Serres, village médiéval du rescapé du radeau de la méduse

Beaurières, son chateau pittoresque et la concurence de ses cloches protestantes et catholiques

Die, ville gallo-romaine et médiévale, sa cathédrale Notre-dame…

Crest où se trouvent le plus haut donjon  et le plus long pont de bois de France

Chabeuil et ses étonnants édifices cibils et religieux du XIXè siècle

Bourg-lès-Valence et son ancienne Cartoucherie, réaménagée en Cour des Images, centre de création de l’image animée.

Pour découvrir les détails du parcours, suivez le guide :

Sisteron (Alpes de Haute-Provence)

La citadelle de Sisteron, classée monument historique est l’œuvre d’un précurseur de Vauban, Jean Érrard, ingénieur d’Henri IV. De sa position élevée on découvre un superbe panorama sur la ville et la vallée de la Durance.

La tour de l’Horloge servit de prison. La vue plonge sur la ville basse et se porte, au Nord, jusqu’aux montagnes de Laup et d’Aujour qui ferment le bassin de Laragne.
Les vestiges de quatre tours subsistent de l’enceinte construite en 1372-1373, arrondies vers l’extérieur et ouvertes face intérieur de la ville42, avec des portions de muraille, éléments classés monuments historique

La vieille ville compte plusieurs vieilles maisons :
rue Mercerie, une maison aux baies géminées et dotée d’arches brisées, et dont les chapiteaux sont sculptés de motifs végétaux (xive siècle) ; quelques uns de ces éléments sont inscrits;
hôtel de la Baume, reconstruit en 1946, conserve du début du XIVe une baie géminée et un chapiteau ;
quelques maisons des XVe et XVIe siècles rue de la Pousterle ;
rue Droite, une maison du début du XVIIe à la belle porte sculptée.

L’hôpital remonte à la création de l’hospice de charité en 1705 par Guillaume de Saint-Donat. Agrandi plusieurs fois, ses façades ont été refaites et ne présentent plus d’éléments d’origine46. Ses façades et ses toitures sont néanmoins inscrites47.

Deux bâtiments témoignent de la prospérité de la Belle Époque :
la caisse d’Épargne : l’avant-corps est orné d’un fronton brisé à ailerons brisés, entre lesquels est placé le blason de la ville. Il est surmonté d’une couronne et de cornes d’abondance ;
l’immeuble Civatte, Place du Général de Gaulle,comporte de nombreux détails ornementaux soignés : moulures, sculptures, ferronnerie.

Le pont de la Baume est long de 40 m, et large de 6 ; il repose sur une arche de 28 m de portée. Sa dernière reconstruction date de 1945, après que le précédent a été détruit par les bombardements alliés. Ce pont précédent datait de 1365 (réparé en 1501, arche reconstruite en 1882), et remplaçait un pont plus ancien dont des traces subsistent.

Le pont sur le Buëch, proche du confluent avec la Durance, date de 1727. Il est élargi en 1865 par des arcs en cornes de vaches sur les avant et arrière-becs, puis en 1975 par une dalle posée en encorbellement. Il repose sur trois arches en plein cintre, de 22,8, 12 et 12 m, pour une longueur totale de 56 m, une largeur de 4,3 m à l’origine, 7,4 m en 1865 et 9 m actuellement. Ce pont remplace un ancien pont construit en 1202, et réparé en 1399.

Le château de la Cazette, à proximité de ce pont, au plan en U, date de la fin du XVIIe, et succède à un ancien rendez-vous de chasse52. Tout autour de la ville, on trouve d’autres résidences seigneuriales :
le château de Sainte-Euphémie (XVIIe) ; le château de Beaulieu ; le château de Servoules ; le château de Haute-Rive ; le château de Sainte-Ursule…

Les ruines de l’ancienne chapelle (xiiie siècle), dans la partie la plus ancienne de la citadelle, détruite par le bombardement allié du 15 août 1944 (jour du débarquement de Provence), sont encore visibles

Place Général de Gaulle, l’église Notre-Dame des Pommiers, ancienne cathédrale (voir ci-contre), qui se rattache à l’art roman provençal, est remarquable pour son beau vaisseau très sombre, dépourvu de transept. Comme c’est fréquent dans les édifices provençaux, une coupole sur trompes s’élève à l’entrée du chœur. C’est un édifice classé monument historique54
Outre son ancienne cathédrale, Sisteron conserve plusieurs chapelles sur sa commune, ainsi que les vestiges d’anciens couvents désaffectés sous la Révolution.

Chapelles (servant au culte ou ayant une autre fonction) :
chapelle Saint-Marcel, à la Beaume, dont les parties les plus anciennes datent du xiie siècle, classée monument historique;
chapelle Saint-Domnin (xiiie siècle) : la nef est voûtée en berceau, le chœur voûté d’arêtes, avec une travée romane qui ouvre dans le chœur, à gauche (ce dernier élément est plus ancien, et date de la fin du XIe ou du XIIe siècle) ;
chapelle de l’ancien hospice de la Charité, dont le chœur est orné de fausses ogives, à but décoratif (1713-172057) et de boiseries fin XVIIe ou début XVIIIesiècles, finement et richement sculptées ;
chapelle de l’ancienne résidence des évêques de Sisteron (occupée actuellement par deux commerces).

Vestiges d’anciens couvents (les éléments subsistant sont mentionnés entre parenthèse) :
couvent des Clarisses (ou abbaye Sainte-Claire) (chapelle toujours liée au culte) ;
couvent des cordeliers : il n’en reste que le chevet plat du chœur, percé de trois hautes baies, une travée voûtée d’ogives, et deux arches ogivales, intégrés dans divers bâtiments (XIIIe et XIVe siècles59) ;
Place Général de Gaullle : couvent de la Visitation (ou des visitandines) : il reste la chapelle du xviie siècle abritant le musée Terre et Temps et anciens bâtiments conventuels reconvertis en maison de retraite. Ce bâtiment en U, à deux étages, est construit derrière la cathédrale en 1631 ; il possède un cloître entouré d’arcades. L’ensemble est un monument historique inscrit ;
couvent des capucins (rares vestiges) ;
couvent des ursulines (maison d’habitation) ;
couvent des missionnaires de la Croix (abritant l’école de musique).
Rue du Couvent : du couvent des Dominicains, il reste l’église et les vestiges du cloître servant de cadre au festival des Nuits de la Citadelle. Fondé par la comtesse de Provence Béatrix de Savoie, sa première pierre est posée en décembre 1248 et la première messe dite en 1252. L’église est en très mauvais état après le siège de Sisteron par Sommerive, mais le service reprend en 1581, avant que l’église soit complètement réparée en 1684. Un bas-côté de deux travées est ajouté à la fin xviie siècle. D’importantes réparations ont eu lieu dans les années 1960.
L’église, monument classé, est l’une des plus grandes églises gothiques du département, construite au XIIIe siècle : elle mesurait 15,5 m de large pour 45 ou 47 m de long. La nef, longue de 36 m et placée entre deux bas-côtés, débouchait dans le chœur long de 11 m66. Actuellement, seuls subsistent le chœur, la dernière travée de la nef, deux travées du bas-côté nord, la façade occidentale et une partie des murs, ainsi que le clocher, de style roman

Un musée archéologique a été fondé en 194967. Le musée Terre et temps possède une collection de cadrans solaires de poche, dont certains appartenaient à des bergers

Sisteron sur wikipedia / site de la ville

Ribiers (Hautes-Alpes)

Les ruines du château Saint-Étienne, sous le rocher du Turc, consistent en quelques murs écroulés et deux ou trois tours partiellement restaurés.

Au centre du vieux village se trouve une vaste place, dégagée dans le tissu urbain du XVIe au XVIIIe siècle.

L’église Notre-Dame de Clairecombe, de l’ancienne abbaye chalaisienne de Clairecombe, construite à la fin du XIIe siècle, est actuellement en ruines. Elle avait un chevet plat et un transept (assez rare en Haute-Provence), trois chapelles.

L’église paroissiale est un ancien prieuré de l’ordre de Cluny, construite une première fois dans le troisième quart du XIIIe siècle (achevée avant 1279). Elle a conservé de sa construction en style roman son chœur et son portail. La nef de deux travées est voûtée sous croisée d’ogives, de 30 mètres de hauteur. Les chapelles latérales peu profondes sont toutes construites sur le mur nord. Elle peut accueillir entre 300 et 500 fidèles.

L’écomusée du village, ayant pour thème la culture de la pomme.La place du village, très « vieille France » ; regroupant une fontaine et les terrasses de cafés.

Ribiers sur wikipédia

Laragne-Montéglin (Hautes-Alpes)

Château de Gaspard de Perrinet, première moitié du XVIIe siècle, inscrit à l’inventaire des monuments historiques. Au deuxième étage, la grande galerie d’apparat est ornée de gypseries en mauvais état, de style parisien (lambris en gypserie)[3]. Musée du château dans les caves.

Église d’Arzeliers

Église Saint Martin de Tours (XVIIe siècle) à Laragne

Église Sainte Marguerite à Montéglin

Laragne-Montéglin sur wikipedia

Serres (Hautes-Alpes)

Vue de Serres
Vue de Serres

Le village médiéval. Les façades en étages donnent l’impression de se pencher les unes par dessus les autres pour regarder le Buëch cascader à leurs pieds avant de filer vers Sisteron.
Quand on pénètre dans la cité, c’est l’enchantement : la placette à arcades, lesfenêtres et façades sculptées dont  celle de la maison du connétable de Lesdiguières, le quartier de la côte , les portes anciennes…

l’église romane St Arey du XIIe, une tombe hébraïque de la même époque et le quartier de la Juiverie, la chapelle de Saumane, tous les souvenirs que les guerres de religion ont laissées, l’actuel hôtel de ville de style Renaissance également maison natale du savant géographe, Alexandre Corréard (1788-1857) rescapé du 
radeau de la méduse
, célèbre tableau peint plus tard Théodore Géricault

Office de tourisme

Aspremont (Hautes-Alpes)

Château ruiné des xive siècle et xvie siècle.

Église St-Pierre-aux-Liens du xviie siècle.

Saint-Pierre d’Argençon (Hautes Alpes)

Au siècle dernier, la fontaine dit « Font Vineuse » de Saint-Pierre d’Argençon, connut un vif succès en tant que Merveille du Dauphiné. En effet, cette source d’eau minérale était considérée par certains historiens comme étant l’une des « 7 Merveilles du Dauphiné ». « L’eau de la source de la Font-Vineuse est une eau minérale spécifique contre les fièvres, les obstructions et les rhumatismes. En savoir plus

La Beaume (Hautes-Alpes)

Le village de La Beaume vous accueille sur son aire de repos. Alors appelée « Mutatio Combonum », La Beaume était déjà une étape romaine. Ce fût aussi un village fortifié au XIVème siècle dont il reste un porche en arc de cercle brisé ainsi qu’un château au donjon carré.
Le village présente la particularité de posséder deux églises celle du chef-lieu reconstruite en 1714 après un incendie et celle du Villard (hameau) plus sobre et voisine du temple rénové à l’ancienne et inauguré en 2000. Sur la route du col de Cabre une aire de repos permet d’admirer le cadran solaire sculpté en 1807 à même le rocher et classé monument historique.

Site de la commune

Beaurières (Drôme)

Beaurières possède un château pittoresque, détruit en partie pendant la révolution, ses trois tours restantes coupées par la pente du toit reconstruit donnent à la bâtisse un aspect solide. Au milieu du château, existe un escalier en colimaçon avec des marches d’une grande portée.


un temple protestant en son centre, construit par le pasteur Roman(photo ci-contre)

une église catholique à l’extérieur.

Beaurières sonne deux fois l’heure : une fois avec la cloche du temple, et une fois avec celle de l’église.

Beaurières sur wikipedia

Recoubeau-Jansac (Drôme)

Château de Recoubeau à quatre tours d’angle remanié au xxe siècle.

Site du château médiéval de Jensac détruit au xxe siècle

    Die (Drôme)

    Remparts gallo-romains des iiie et ive siècles. Ces murs de 3 m d’épaisseur atteignaient 2 km de long.

    Porte Saint-Marcel iiie siècle (porte principale de la ville). Cette porte romaine fortifiée fut érigée avec les remparts.

    Le Musée de Die et du Diois (Musée de France) présente d’étonnantes collections archéologiques et historiques (ouvert d’avril à octobre).





    Fichier:Die 08 2006 087.jpg(Photo ci-contre) La Cathédrale Notre-Dame (porche du xie siècle).




    Mosaïque romane dite des quatre fleuves, dans la chapelle Saint-Nicolas du palais épiscopal, où elle servait de tapis d’autel. Elle est la représentation symbolique de l’univers.






    Temple protestant, porte sculptée (ancienne chapelle catholique des Jésuites).

    Maisons d’époque Renaissance, notamment quartier Saint-Vincent.

    La tour de Purgnon, vestiges d’un château épiscopal transformé en chapelle mariale au xixe siècle.
    Une tour du xie siècle est visible en façade dans la rue de l’Armellerie.

    De nombreuses inscriptions romaines, des chapiteaux et sculptures médiévales, sont remployées dans les façades des maisons urbaines.

    Abbaye Notre-Dame de Valcroissant, une ancienne abbaye cistercienne du xiie siècle, ruinée lors des guerres de religion. Aujourd’hui, intégrée dans une exploitation agricole privée.

    Dans un hôtel particulier du XVIIIe siècle, le musée municipal abrite d’intéressantes collections archéologiques remontant à l’âge du bronze. La période gallo-romaine, la plus riche, s’illustre par des autels tauroboliques.

    Die sur wikipedia / Office de tourisme

    Pontaix (Drôme)

    Château : donjon pentagonal du XIIIème siècle détruit à la fin du XVIème siècle, situé à l’intérieur d’une double enceinte dominant le village et le passage de la Drôme.

    L’ancienne chapelle du château (12e) qui domine Pontaix, devenue temple réformé au xvie siècle, abrite des peintures des XVe et XVIIesiècles. Elle est redevenue catholique au XVIIe jusqu’à la Révolution, puis elle a été rendue au protestantisme depuis environ 200 ans. On peut y voir des peintures murales médiévales.

    Pontaix sur wikipedia

      Saillans (Drôme)

      Eglise Romane du XII siècle classée

      Salle du Conseil Municipal classée

      La Librairie Nomade (bouquiniste-colporteur)

      Saillans sur wikipedia / Office de tourisme

      Crest (Drôme)

      Le centre médiéval de la ville

      La Chapelle des Cordeliers et sa salle panoramique.

      La Porte Montségur, les rues pittoresques des Cuiretteries, des Ecoles et Saint François.

      La Tour, plus haut donjon de France  : www.mairie-crest.fr/-la-tour-.html

      Le plus long pont en bois de France Crest possède le plus long pont en bois de France (92m). Il enjambe la Drôme au niveau de la zone industrielle. Ce pont est aujourd’hui classé parmi les richesses départementales de l’architecture du XXème siècle. Plus d’informations : www.mairie-crest.fr/-le-pont-de-bois-.html

      Office de tourisme de Crest

      Chabeuil (Drôme)

      Façade de l'hôtel de ville de Chabeuil
      Façade de l’hôtel de ville de Chabeuil

      Ruines du château de Gontardes

      Château de Brimard avec parc

      Tour-porte fortifiée des xiiie et xive siècles, créneaux rajoutés au xixe siècle. Monument commémoratif de la guerre 14-18 d’Henri Joulie et Jean-Baptiste Larrivégrand prix de Rome en 1904.

      Château Neyrieu construit en 1710, remanié en 1896.

      Château de Rozier, bâtiment d’époque moderne remanié en 1881

      Château Saint-Pierre construit au xviie siècle.

      Tour cylindrique médiévale dominant le village, abandonné après les guerres de religion.

      Façade Maison

      Église Saint-Jean, construite en 1862, en forme de croix grecque, sur les décombres de l’ancienne église paroissiale Saint-Andéol.

      Chabeuil sur wikipedia / Site de la commune

      Alixan (Drôme)

          Clos Saint-Georges du xixe siècle

          Ferme fortifiée de Beaulieu du xvie siècle

          Église Saint Didier du xiie siècle typiquement romane, ancienne chapelle du château

          château du xe siècle (actuelle mairie). Il ne reste qu’une tour et des souterrains (pour extraire la pierre de molasse qui a servi à construire les maisons du village).

          château de Feraillon, xvie siècle

          château de Vaugelas, bâtiment d’époque moderne.

          Église gothique : appareil de galets, escalier monumental.

          Alixan sur wikipedia / Site de la commune

          Chateauneuf-sur-Isère (Drôme)

          Habitations troglodytiques.

          Église du xixe siècle.

          Chapelle St-Hugues.

          Fontaine de St-Hugues dans une grotte.

          Vineum « Paul Jaboulet Ainé »

          Chateauneuf sur wikipedia / site de la commune

          Bourg-lès-Valence

          La collégiale Saint-Pierre, une des plus anciennes églises du Valentinois, sépulture des évêques, détruite au cours des Guerres de religion en 1597, plusieurs fois reconstruite, a subi d’importantes modifications aux XIXe et XXe s.

          Château des Chanalets d’époque moderne

          Château du Valentin, château épiscopal construit en 1668

          Château des Confolens, château médiéval dominant le confluent de l’Isère et du Rhône. Détruit par les aménagements hydro-électriques vers 19601965

          L’ancienne Cartoucherie, réaménagée en Cour des Images, centre de création de l’image animée.

          Bourg-lès Valence sur wikipedia

          ***

          Lire aussi :

          Tour de France 2010 Classement général

          L’histoire du Tour

          Etapes précédentes

          Commentaires via facebbok
          (45 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
          (1 visites aujourd'hui)

          Tags: , , , , , ,

          Poster un Commentaire

          avatar

          Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

            Subscribe  
          Me notifier des