Tour de France 2010 (10) : les trésors du patrimoine de Rodez à Revel

Pocket
Article pouvant être lu en 8 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

 

TOUR DE FRANCE – CYCLISME – PATRIMOINE HISTORIQUE ET CULTUREL

Samedi 17 juillet, l’étape du jour mènera les coureurs et (télé)spectateurs de Rodez à Revel.L’occasion de (re)découvrir les principaux trésors du patrimoine qui jalonnent ce parcours de 196 km

A ne pas manquer sur le parcours :

Rodez, Lautrec, Puylaurens, Revel

Pour découvrir les détails du parcours, suivez le guide

Rodez (Aveyron)

Le Haras National (ancien prieuré).

Les maisons bourgeoises (Cœur historique)

Les ponts ferroviaires du xixe siècle

Cathédrale Notre-Dame de Rodez, elle est le principal édifice religieux du département. Brûlée, endommagée au cours des siècles , la cathédrale de Rodez constitue un remarquable condensé des styles architecturaux du xiiie siècle au xviie siècle : gothique , renaissance et éléments de décoration intérieure baroques. Elle possède des dimensions imposantes ; la nef centrale, assez étroite, se développe sur 102 m de long et possède une élévation particulièrement gracieuse (30 mètres). l’édifice est doté d’un superbe clocher, véritable dentelle de pierre de grès rose, repérable de loin , dominant le sommet de la cité de ses 87 mètres. La nuit, elle est illuminée de l’intérieur.

Cathédrale Notre-Dame de Rodez, elle est le principal édifice religieux du département. Brûlée, endommagée au cours des siècles , la cathédrale de Rodez constitue un remarquable condensé des styles architecturaux du xiiie siècle au xviie siècle : gothique , renaissance et éléments de décoration intérieure baroques. Elle possède des dimensions imposantes ; la nef centrale, assez étroite, se développe sur 102 m de long et possède une élévation particulièrement gracieuse (30 mètres). l’édifice est doté d’un superbe clocher, véritable dentelle de pierre de grès rose, repérable de loin , dominant le sommet de la cité de ses 87 mètres. La nuit, elle est illuminée de l’intérieur.

L’Église Saint-Amans : Bâtie au xiie siècle, elle fut entièrement reconstruite de 1758 à 1761 avec les matériaux récupérés de l’ancien édifice. L’extérieur est de style baroque mais l’intérieur a conservé la pureté du roman. La coupole fut décorée au xviiie siècle par Salinier. Des tapisseries du vie siècle ornent le chœur et représentent les miracles de saint Amans. On y conserve une pietà du xve siècle, une statue de la Trinité (xvie siècle) et un coffret reliquaire en émail de Limoges.

L’église du Sacré-Cœur, dont la construction fut inspirée de l’Abbatiale Sainte-Foy de Conques avec des influences notables des grandes églises périgourdines .

La chapelle Paraire (ci-contre à droite) à Rodez dernier vestige de l’asile d’aliénés de Paraire où l’écrivain et poète Antonin Artaud a été interné. Elle abrite aujourd’hui un « espace Antonin Artaud ».

La chapelle Saint-Martin, elle était située à mi-pente en surplomb de Layoule. Avant 1789, elle servait de paroisse Ruthénoise, puis avant la Seconde Guerre mondiale, de dépôt d’ordures et de terrains de jeux pour les enfants. En ruine depuis la guerre, elle fut entièrement démolie en 1966.

L’évêché (Palais), ses tours et ses remparts.

Chapelle de l’Ancien Collège Royal (ancien Collège des Jésuites, fondé par la Compagnie de Jésus à Rodez, devenu ultérieurement Collège Royal), rue Louis-Blanc. Site classé monument historique xviie siècle, de style gothique et baroque , édifiée en grés rose , avec décor peint de la Renaissance.

Office de tourisme

Flavin (Aveyron)

La vieille église avec ses peintures uniques. Construite au XIIIe siècle, elle est classée aux monuments historiques.

Les moulins et autres vestiges de pont autour du Viaur.

La voie romaine qui traverse la commune et longe le Viaur.

Flavin sur wikipedia / Site de la commune

Cassagnes-Bégonhès (Aveyron)

L' »église. Sa situation en fond de vallée ne lui permet pas une mise en valeur optimale, même si la hauteur du clocher est de 44 mètres.

Vers le sommet de la tourelle qui loge l’escalier, ainsi qu’à mi-hauteur de l’un des contreforts, un écusson portant les armoiries de Monseigneur de Polignac, évêque de Rodez de 1494 à 1501 (trois bandes d’argent surmontées d’une anrosse) permettent de dater cet édifice.

Le toit pyramidal fait penser à un chapeau chinois et n’est pas des plus esthétiques. Il fait regretter la ceinture de créneaux et de mâchicoulis qui, dit-on, formait autrefois un gracieux couronnement.

Le clocher comprend quatre étages : le souterrain, le fond de l’église, la salle de l’horloge et la demeure des cloches.

Quatre cloches sont installées dans le clocher. Les deux grandes cloches furent fondues en 1881 et dédiées l’une à la Sainte-Vierge, l’autre à Saint-Julien patron de la paroisse.

Les deux autres cloches portent le nom de « Sit nomen domini benedictum » et de Saint-Martin ». La première, fondue en 1838, fut installée au lendemain de la Révolution. Quant à la cloche de Saint-Martin, la plus ancienne, elle sonne depuis 1595. Elle fut dénommée jadis « la cloche de la grêle » car elle aurait empêché plusieurs fois la grêle de tomber aux ports du bourg de Cassagnes.

Différents travaux ont été réalisés au XXe siècle. Une petite révolution en 1957 : l’installation de bancs. Ceci ne se fit en effet pas sans difficultés car avant cette date … chacun avait sa place réservée.

Le grand vitrail du chœur date de 1904. Il introduit à flot la lumière du soleil levant et tout à l’opposé la tribune laisse admirer une superbe rosace flamboyante. Symbole des douze tribus d’Israël, ce vitrail est décoré de douze médaillons que le soleil couchant fait resplendir comme une verrière de cathédrale.

Rosace de l’église

Vitrail du choeur

Vitrail latéral

Cassagnes-Bégonhès sur wikipedia

Valence d’Albigeois (Tarn)

Les traces de la bastide initiale sont visibles d’après le dessin des boulevards extérieurs, à l’emplacement des murs et fossés disparus. De l’origine, ne subsistent que la base du clocher et la fontaine qui figure sur les plus anciens textes (Fontcouverte) et qui mériterait un soin particulier. Sur la place centrale, autrefois à « couverts » comme dans tant de bastides, des immeubles ont été construits, dont l’actuelle mairie, qui en réduisent notablement la superficie. En fait, depuis le Moyen Age la grande extension des faubourgs a notoirement agrandi le village.

Valence d’Albigeois sur wikipedia

Réalmont (Tarn)

Place centrale, arcades, rues pittoresques bordées de maisons à encorbellements et puits de «La Marianne».
Fontaine La Fréjaire du XVIIè.
Lavoir du XIXè restauré.
Eglise Notre Dame du Taur, ancien temple protestant devenu église catholique, son rétable baroque, son cadran solaire et son Trésor.

Office de tourisme

Lautrec (Tarn)

Au cœur du Pays de Cocagne, Lautrec cité médiévale, est un « Des plus beaux villages de France » et un « des sites remarquables du goût« . Ancienne vicomté, elle est le berceau de la famille Toulouse Lautrec dont le peintre affichiste en est l’illustre descendant.

Territoire rural elle doit également sa renommée à la production labellisée de l’ail rose de Lautrec dont la célébration, le premier vendredi du mois août, est un événement incontournable dans le calendrier des festivités Lautrécoises.

Le Village Médiéval

La Porte de la Caussade (XIIIe siècle)

Demeures du XVIe siècle

Place centrale et halles du XIVe siècle

La collégiale Saint-Rémy, édifiée à la fin du XIVe siècle, voûtée en 1769

Le moulin à vent (1688, restauré en 1990)

Le calvaire de la Salette (Altitude 328m)

Voie romaine

le Vieux fou du lac vandalise les habitants lavoir

L’atelier du saboti

Lautrec sur wikipedia / Le site de la commune

Puylaurens (Tarn)

puylaurens - le chateauPuèglaurenç : place forte « Cathare », elle fut occupée par Simon de Montfort et ses croisés au XIIIème siécle.

Elle se situe en « Pays de cocagne » et prospèra, grâce au pastel, à la renaissance.

puylaurens - academie protestantele château (à gauche)

Elle accueille une forte communauté protestante, qui vient recevoir des enseignements à l’académie protestante à partir de 1660.

l’académie protestante (à droite)

Puylauens.com / Le site de la commune

Caraman (haute-Garonne)

 

Halle de Camaran (ci-dessus)

Le clocher de l’église

 

L’hôtel de Malbos

Revel (Haute-Garonne)

Revel, bastide royale : Dès le début du XIIIe siècle, une forte dynamique d’urbanisation se met en place dans le sud-ouest de la France. De 1220 à 1370, plus de 400 bastides seront fondées dont Revel en 1342.

Revel est un modèle exemplaire de bastide royale :

  • sa halle centrale surmontée d’un beffroi (cidessous)

 

Halle du Beffroi (Ci-dessus)

ses « garlandos » et ses rues tracées selon un plan orthogonal,
ses maisons médiévales étroites à encorbellement et colombages,
sa maison dite « du Sénéchal ».

Lac de Saint-Ferréol

Le Moulin du Roy

Église Notre-Dame

Place de la mission, Statue de Folon

sa fabrique du liquoriste Get,

ses Bains Douches construits dans les années 1930.

Revel sur wikipedia / Office de tourisme

***

Lire aussi :

Tour de France 2010 Classement général

L’histoire du Tour

Etapes précédentes

 

 

(78 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Tags: , , ,

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de