Tour de France 2010 (étape finale) : les trésors du patrimoine de Longjumeau à Paris

Article pouvant être lu en 25 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

TOUR DE FRANCE – CYCLISME – PATRIMOINE HISTORIQUE ET CULTUREL

Dimanche 25 juillet, l’étape du jour mènera les coureurs cyclistes et les (télé)spectateurs pour l’étape finale de Longjumeau à Paris – Champs Elysées. L’occasion de (re)découvrir les principaux trésors du patrimoine qui jalonnent ce parcours de 102 km.

L’arrivée aux Champs-Élysées

A ne pas manquer sur le parcours :

Longjumeau, Saulx-les-Chartreux, Villejust, Orsay, Vauhallan, Paris (Place de la Concorde, avenue des Champs-Elysées, Arc de triomphe)

Pour découvrir les détails du parcours, suivez le guide

En Essone

Longjumeau

Le patrimoine architectural de Longjumeau est varié des diverses époques d’occupation et de croissance de la commune. Le plus vieux monument existant est le Pont des Templiers (photo à droite) long de quarante mètres à trois arches de style roman, construit au xiiie siècle à proximité de la commanderie de Balizy fondée en 1288, ce qui en fait aujourd’hui un des plus vieux ponts d’Île-de-France, inscrit aux monuments historiques le11 octobre 1930 puis classé le 24 août 1976. L’autre monument d’importance est l’église Saint-Martin, construite au XIIIe et xive siècle et classée le 1er avril 1910. Plusieurs propriétés marquent encore la richesse du bourg sur la route de Paris, dont l’hôtel du Dauphin du xvie siècle où fut signé la Paix de Longjumeau, le château Nativelle (photo à gauche) et le château de Chambourg du xviiie siècle équipé d’un pigeonnier à l’italienne. Subsistent aussi les bâtiments d’équipement public dont le pont sur l’Yvette construit en 1438, la gare ouverte en 1883 et l’ancienne Poste ouverte en 1908.

Lonjumeau sur wikipedia / Site de la ville

Saulx-les-Chartreux

Le seul édifice de la commune classé au monuments historiques est l’église de l’Assomption-de-la-Très-Sainte-Vierge, construite entre les XIe et xvie siècle et classée le 6 mars 1926. Elle est agrémentée d’une toile représentant Saint Jérôme méditant sur la mort du xvie siècle, classé au titre des objets depuis 19146et un cadre sculpté sur bois du xviiie siècle classé en 1911 soutenant une toile de l’adoration des Mages.

D’autres bâtiments sont toutefois remarquables, dont le moulin à eau construit entre le xie siècle et 1264, la ferme des Tournelles, construite à partir de 1264 où résida Jean de La Bruyère, l’ancienne propriété Bizot, aujourd’hui le conservatoire.

D’époque plus récente, le château de Monthuchet construit au xviie siècle, sa Tuilerie (photo à gauche)  construite vers 1654 et sa ferme, le lavoir de la fontaine Sainte Amélie, la mairie construite en 1853 et l’ancienne gare de l’Arpajonnais construite en 1894.

La résidence La Salucéenne, construite en 1970 et l’immeuble le Phalanstère en 1979 par Paul Chemetov matérialise le nouveau Saulx-les-Chartreux.

Saulx-les-Chartreux sur wikipedia / Site de la commune

Villejust

Aucune construction du village n’est recensée sur la base Mérimée du ministère de la Culture. La cloche de l’église nommée Gabrielle-Jeanne, en bronze datant de 1749, est elle classée au titre des objets depuis le 27 avril 1944.

L’église Saint Julien, construite aux alentours de 1520 presque en totalité détruite par un incendie en 1796 fut reconstruite à cette époque en pierre meulière, le clocher étant reconstruit à nouveau en 1900. La mairie et l’école de Fretay construites au xixe siècle utilisent ce même matériau. Le château du Bois-Courtin (photo à gauche) date lui du milieu du xixe siècle, il fut modifié en 1932.

Villejust sur wikipedia

Orsay

L’hôtel de ville.La commune dispose de monuments intéressants datant des diverses époques de population ou de croissances. La Grande Bouvêche (à droite), un manoir aux deux tours médiévales transformé jusqu’au XVIIIe siècle, la Pacaterie, une ancienne ferme fortifiée aujourd’hui attenante à une résidence universitaire du même nom, le temple de la Gloire, d’architecture néoclassique, bâti en 1801 par l’architecte Pierre-Alexandre Vignon en l’honneur du général Moreau, classé monument historique depuis 1979, le château de Corbeville en brique du XIXe siècle qui fait actuellement partie du centre de recherches du groupe Thales, le château de Launay, du XVIIe siècle, actuelle résidence du président de l’Université Paris-Sud 11, le château du Grand Mesnil des XVIIIe siècle et XIXe siècle.

L’église Saint-Martin-Saint-Laurent (à droite), au chœur et au clocher gothique, la nef néoromane et la façade néoclassique et Saint-Laurent attenante et sa crypte de 1760 face à l’Hôtel de Ville, la chapelle de la Clarté-Dieu, l’ancien séminaire et le monastère franciscain construits par Xavier Arsène-Henry en 1956 et la chapelle moderne Notre-Dame de la Plaine dans le quartier de Mondétour constituent l’architecture sacrée.

L’Hôtel de Ville du XIXe siècle, (ci-dessus à gauche) bâti sur les vestiges du château de Grimod d’Orsay, l’anneau de collisions de 1962, protégé au titre du patrimoine industriel et technique depuis 2002, la halle du marché couvert et l’ancien siège social français de Pfizer en 1972 par l’architecte Pierre Dufau sont eux des monuments récents enrichissants le patrimoine de la commune.

Orsay sur wikipedia / Site de la commune

Vauhallan

Vue générale de l'édificeAbbaye Saint-Louis-du-Temple de Vauhallan

Placé sur l’un des chemins menant à Saint Jacques de Compostelle, Vauhallan abrite, sur le hameau de Limon, l’abbaye bénédictine de Saint-Louis du Temple.

Ce monastère, construit au début des années 1950, a pris la suite du couvent des Bénédictines de la rue Monsieur. Après la loi de séparation puis la Première Guerre mondiale, la communauté est expulsée de la rue Monsieur et part pour Meudon en 1938, puis Limon après la constructions de l’abbaye actuelle. Mgr Alexandre Renard, alors évêque de Versailles, procède à la dédicace de l’église abbatiale à la fin de 1957. L’abbaye possède deux musées. L’un concerne la fondatrice de l’ordre : Louise-Adélaïde de Bourbon-Condé, fille de Louis V Joseph de Bourbon-Condé, membre de la famille de Louis XVI et Marie-Antoinette. Des souvenirs du roi et de la reine y sont rassemblés. L’autre est dédié à Mère Geneviève Gallois, une moniale qui dessina et réalisa les vitraux de l’église abbatiale. L’abbaye propose dans son magasin des produits artisanaux provenant des couvents bénédictins : elle est renommée pour son atelier de reliure, en particulier pour la rénovation de reliures anciennes.

L’église Saint-Rigomer-et-Sainte-Ténestine Niché au creux d’un vallon entouré de bois, le village a su préserver la nature qui l’entoure et les richesses de son passé. Sur un monticule, au centre de la cité, se dresse l’église rénovée au xiiie siècle qui possède une crypte construite au vie siècle. L’église a été inscrite à l’inventaire des monuments historiques le 19 octobre 1927. L’édifice religieux primitif fut commandé par Childebert Ier, l’un des fils de Clovis, en mémoire du miracle dont il fut le témoin. En l’honneur des saints qui opérèrent le miracle, le sanctuaire reçut le nom de saint Rigomer et sainte Ténestine. Jouxtant l’église, on trouve une croix de prédication fleurdelisée datant de 1602 qui a été classée à l’inventaire des monuments historiques en 1927. Une association indépendante A.R.E.VA œuvre pour la restauration de cette église.

En déambulant sur le territoire de Vauhallan, on découvre, au détour d’une rue, des maisons anciennes possédant encore des lucarnes à foin, une cabane à fraises, un lavoir qui évoquent la vie rurale d’autrefois, ainsi que des vestiges des quatre grands fiefs tenus jadis par des seigneurs. La ferme des Arpentis (xie siècle), à l’orée du Plateau de Saclay, est l’un des derniers fleurons. Elle a été inscrite à l’inventaire des monuments historiques le 14 mars 1988. Dominant la plaine de Palaiseau, un colombier du xiie siècle contemple les champs de blé, de maïs ou de colza.

L’ancien château de Limon, transformé en hôtellerie, accueille des visiteurs et des personnes âgées. Une croix de chemin datée de 1602 a été classée aux monuments historiques le 21 décembre 1984.

à Paris

Place de la concorde.jpgPlace de la Condorde

La place a été conçue par Ange-Jacques Gabriel en 1755 comme un octogone bordé par les Champs-Élysées et le jardin des Tuileries. Les fontaines, ajoutées par Hittorff, sont inspirées de celles de la basilique Saint-Pierre de Rome.

La principale particularité de la place de la Concorde est qu’elle est limitée par du « vide » sur trois côtés (contrairement à la plupart des places qui sont entourées par des bâtiments sur tous les côtés) : les Champs-Élysées, le jardin des Tuileries, et la Seine

À l’extrémité nord, deux larges bâtiments identiques en pierre ferment la perspective. Divisées par la rue Royale, ces structures sont parmi les meilleurs exemples de l’architecture du xviiie siècle.

Seules les façades ont été dessinées par Gabriel et érigées entre 1766 et 1775. Elles s’inspirent de la colonnade du Louvre édifiée par Claude Perrault par le principe d’une colonnade élevée sur un soubassement fortement marqué (ici par de vigoureux bossages), le grand entablement, les pavillons d’angle, et aussi par des éléments de décor comme les médaillons ovales ornés de guirlandes. Les frontons sont décorés d’allégories de l’agriculture, du commerce, de la magnificence et de la félicité publique par Michel-Ange Slodtz et Guillaume II Coustou.

Le bâtiment situé à l’est de la rue Royale communément appelé hôtel de la Marine, a été bâti sur des plans de Gabriel sous la direction de Jacques-Germain Soufflot et fut, dès l’origine, entièrement propriété à la Couronne. D’abord affecté au Garde-Meuble, dont les galeries étaient ouvertes au public tous les premiers mardis de chaque mois de la Quasimodo à la Saint-Martin entre 9 heures et 13 heures, il accueillit à partir de 1789, le ministère de la Marine qui, sous la direction de l’amiral Decrès, développa considérablement ses bureaux jusqu’à occuper tout le bâtiment. Les décors intérieurs, d’une grande magnificence, sont l’œuvre de l’architecte Jacques Gondouin et constituent une étape importante dans l’évolution du goût au xviiie siècle. Ils ont malheureusement été profondément dénaturés par les transformations effectuées sous le Second Empire, même si les grands salons d’apparat et la Galerie Dorée conservent encore quelques éléments d’origine.
Le bâtiment situé à l’ouest de la rue Royale devait originellement abriter le nouvel hôtel des Monnaies dont la construction était projetée depuis 1768. Mais cet emplacement fut en définitive jugé trop éloigné du quartier des affaires, et un arrêt du Conseil décida que le nouvel édifice s’éleverait à l’emplacement actuel sur le Quai de Conti. Le terrain situé derrière la colonnade occidentale fut alors divisé en quatre lots qui furent cédés à des particuliers, à charge pour eux d’élever des hôtels particuliers derrière la façade de Gabriel :
L’hôtel de Coislin (no 4),  le plus proche de la rue Royale, ne conserve du décor original que des boiseries en chêne ornées de guirlandes et de fleurs dans les salons de l’étage.
Les deux hôtels donnant sur la colonnade ont été construits par l’architecte Pierre-Louis Moreau-Desproux l’un pour lui-même et l’autre pour un de ses amis, Rouillé de l’Estang. Parfois appelés hôtel de Plessis-Bellière (no 6) et hôtel Cartier (no 8), ils ont été réunis après 1901 pour le compte de l’Automobile Club de France et transformés en 1912 par l’architecte Gustave Rives.
L’hôtel d’Aumont (no 10), à l’angle de la rue Boissy d’Anglas, a été construit par l’architecte Louis-François Trouard, le décor intérieur étant réalisé par Pierre-Adrien Pâris. En 1788, l’hôtel est acheté par le comte de Crillon. En 1907, le bâtiment est racheté par la Société des Grands Magasins du Louvre et transformé en un luxueux hôtel de voyageurs, l’hôtel de Crillon, par l’architecte Walter-André Destailleur. Celui-ci laisse intact l’escalier d’honneur, édifie les façades sur cour dans le style de Gabriel, mais fait démonter la plupart des décors intérieurs d’origine. Ainsi, dans le salon des Aigles du premier étage, modèle de salle à l’antique conçue par Pâris, il ne laisse en place que la sculpture du plafond mais fait copier les boiseries, les six portes monumentales et leurs encadrements et la glace, œuvre de l’ébéniste Bellangé, tandis que les originaux sont réinstallés dans l’hôtel de La Tour d’Auvergne (actuelle ambassade du Chili), avenue de La Motte-Picquet. D’autres boiseries se trouvent au Metropolitan Museum of Art de New Yorket à la Villa Île-de-France, édifiée à Saint-Jean-Cap-Ferrat pour Béatrice Ephrussi de Rothschild. C’est dans cet hôtel que fut élaboré, du 3 février au 11 avril 1919, par le président Wilson et les délégués alliés, le pacte constitutif de la Société des Nations (plaque commémorative).

À l’angle nord-est, du côté de la rue Saint-Florentin, l’hôtel de Talleyrand ou hôtel de Saint-Florentin (actuellement siège de services de l’ambassade des États-Unis), est une œuvre de l’architecte Jean-François-Thérèse Chalgrin.
Au nord-ouest de la place, du côté de la
rue Boissy d’Anglas, s’élevait jusqu’en 1775 le Dépôt des marbres de la Couronne. Après la suppression de celui-ci, le terrain fut concédé au fermier général Laurent Grimod de La Reynière, à charge pour lui d’édifier un bâtiment analogue à l’hôtel de Saint-Florentin, connu sous le nom d’hôtel Grimod de La Reynière. Le peintre Charles-Louis Clérisseau y exécuta le premier décor à l’antique inspiré des découvertes archéologiques faites à Pompéi et Herculanum. L’hôtel abrita ensuite le Cercle impérial, puis le Cercle de l’Union artistique. Défiguré par des adjonctions successives, l’hôtel a été rasé et remplacé par un pastiche de style néo-classique édifié entre 1931 et 1933 par les architectes William Delano et Victor Laloux pour abriter l’ambassade des États-Unis. Cet hôtel, qui répond bien à l’Hôtel de Talleyrand, rétablit la symétrie du côté nord de la place telle que Gabriel l’avait initialement envisagée.

L’obélisque égyptien de Louxor, vieux de 3 300 ans (xiiie siècle av. J.-C.), fut transporté en France en 1836, offert par l’Égypte en reconnaissance du rôle du FrançaisChampollion qui a été le premier à traduire les hiéroglyphes. Le roi Louis-Philippe le fit placer au centre de la place lors son l’aménagement par l’architecte Hittorff. Haut de22,86 mètres, le monolithe, en granite rose de Syène, pèse 227 tonnes. Il est érigé sur un socle de 9 mètres et est coiffé d’un pyramidion doré de plus de trois mètres et demi. Les hiéroglyphes qui le recouvrent célèbrent la gloire du pharaon Ramsès II.

Le sommet de cet obélisque est surmonté d’un pyramidion de plus de 3,50 m, ajouté en mai 1998, aussi pointu qu’étincelant, fait de bronze et de feuilles d’or. Il est censé remplacer un précédent ornement sommital, emporté lors d’invasions en Égypte au vie siècle. L’obélisque se situe sur la ligne de l’axe historique de Paris qui va de l’Arc de Triomphe du Carrousel à l’Arche de la Défense en passant par le jardin des Tuileries et l’avenue des Champs-Élysées. L’obélisque est aussi un cadran solaire, grâce à des lignes tracées au sol.

En 1794, les deux groupes sculptés par Antoine Coysevox représentant la Renommée et Mercure montés sur le cheval ailé Pégase furent placés aux Tuileries et remplacés par les chevaux de Marly de Guillaume Coustou qui décoraient l’abreuvoir du château de Marly. Ceux-ci furent ensuite placés à l’entrée de l’avenue desChamps-Élysées en 1795 à l’initiative du charpentier Huzard, qui redoutait le vandalisme qui les menaçait. Les quatre groupes ont été remplacés en 1984 par des moulages.

À chacun des coins de la place octogonale se trouve une statue représentant une ville française :

Brest et Rouen par Jean-Pierre Cortot ;
Lyon et Marseille par Pierre Petitot ;
Bordeaux et Nantes par Louis-Denis Caillouette ;
Lille et Strasbourg par James Pradier. On dit que ce dernier prit, pour modèle de Strasbourg, Juliette Drouet qui avait été sa maîtresse avant de devenir celle de Victor Hugo. La statue de Strasbourg fut longtemps voilée d’un crêpe noir et fleurie en rappel du deuil de l’Alsace-Lorraine, cédée par la France à l’Empire allemand en 1871.

Place de la Concorde sur wikipedia

Les champs Elysées

À l’origine, les Champs-Élysées ne sont que des terrains marécageux et inhabités. En 1616, Marie de Médicis décide d’y faire aménager, le long de la Seine, une longue allée bordée d’arbres : le cours la Reine.

Louis XIV, vers 1670, charge André Le Nôtre, le paysagiste du château de Versailles et, à Paris, du jardin des Tuileries, de poursuivre l’aménagement de ces terrains. Celui-ci trace dans l’axe du pavillon central duPalais des Tuileries, depuis l’actuelle place de la Concorde jusqu’à l’actuel rond-point des Champs-Élysées-Marcel-Dassault, en direction de la montagne du Roule – qui se situait à l’emplacement de l’actuelle place de l’Étoile – une belle avenue bordée de terrains où sont aménagés des allées d’ormes et des tapis de gazon. On l’appelle le Grand-Cours pour la distinguer du cours la Reine, ou encore la Grande allée du Roule, l’avenue du Palais des Tuileries (1680) et bientôt les Champs-Élysées.

Bâtiments remarquables :

no 25 : Hôtel de la Païva : Cet hôtel particulier, l’un des derniers de l’avenue, a été construit entre 1856 et 1866 par l’architecte Pierre Manguin pour Esther Lachmann, marquise de Païva, dite La Païva(18181884), célèbre courtisane du Second Empire, sur un terrain laissé libre par la faillite de l’ancien Jardin d’hiver et acquis de Mme Grelet, née Lemaigre de Saint-Maurice. D’un luxe exceptionnel, l’hôtel, célèbre pour le faste de sa décoration intérieure, constitue l’un des meilleurs exemples conservés d’architecture privée du Second Empire. Après la mort de La Païva, l’hôtel fut vendu à un banquier de Berlin puis, en 1895, au restaurateur Pierre Cubat. Depuis 1904, il abrite un cercle privé, le Travellers. Il a récemment fait l’objet d’une restauration extensive.

no 36 : Hôtel de M. G. Béjot (en 1910). Subsiste mais très dénaturé.

no 37 (angle de la rue Marbeuf) : Résidence de Béatrice Charlotte Antoinette Denis de Kérédern de Trobriand (18501941). Elle était la fille du comte Régis de Trobriand (18161897), aristocrate français naturalisé américain et général des armées de l’Union durant la Guerre de Sécession, et de Mary Jones, riche héritière, fille de Mary Mason Jones, grand-tante d’Edith Wharton. Tandis que son mari vivait à New York, la comtesse de Trobriand résidait la plupart du temps à Paris ainsi que sa fille qui épousa à Paris le 9 décembre 1869 John Burnett-Stears, fils du créateur de l’usine à gaz qui alimentait les réverbères de Brest à la fin du xixe siècle. Ils possèdaient plusieurs propriétés en Bretagne dont le château de Ker Stears, grosse demeure bourgeoise construite par John Stears père et transformée ultérieurement, et le manoir de Leuhan sur la commune de Plabennec. John Burnett-Stears mourut à Brest le 16 janvier 1888 et sa veuve se remaria le 20 novembre 1900 à Paris avec le comte Olivier Marie-Joseph de Rodellec du Portzic, hobereau de campagne de vingt-cinq ans son cadet. Dans la soirée du 2 août 1906, après une réception au château de Ker Stears, on constata de la disparition d’une bague ornée d’un diamant d’une valeur de 50 000 francs or. Le bijou fut retrouvé vingt jours plus tard caché dans le flacon de dentifrice du diplomate attaché à l’ambassade de Russie qui avait participé à la fête. Faute de preuves, celui-ci fut laissé libre mais, en juillet 1907, le diplomate intenta un procès en diffamation aux époux de Rodellec du Portzic. Ce procès public occasionna un déballage de mauvais goût sur la vie privée des deux parties et causa un scandale mondain dans la presse. La comtesse vécut séparée de son époux après cette affaire. Cet épisode a inspiré à Maurice Leblanc le chapitre 2 intitulé « Le diamant bleu » de son romanArsène Lupin contre Herlock Sholmès (1908).

no 63 : Abritait en 1910 l’Aéro-Club de France qui se trouve aujourd’hui no 6, rue Galilée.
no 68 : Immeuble construit en 1913 par l’architecte Charles Mewès pour le parfumeur Guerlain. Décor intérieur.
no 76-78 : Arcades du Lido : L’immeuble élevé à cette adresse comporte au rez-de-chaussée une galerie marchande qui donne d’un côté sur les Champs-Élysées et de l’autre sur la rue de Ponthieu. LesArcades des Champs-Élysées, « une kermesse permanente de commerces de luxe », furent construites en 1925 par l’architecte Charles Lefebvre et ses associés Marcel Julien et Louis Duhayon à l’emplacement de l’ancien hôtel Dufayel. La parcelle de terrain, étroite, entre l’avenue et la rue de Ponthieu, avait été acquise par le diamantaire et promoteur immobilier Léonard Rosenthal. Les Arcades furent inaugurées le 1er octobre 1926. Quelques colonnes en marbre, provenant de l’ancien hôtel Dufayel, sont utilisées dans la réalisation. La décoration de la galerie est l’œuvre du ferronnier René Gobert, des maîtres-verriers Fernand Jacopozzi et René Lalique, auteur de fontaines de verre, aujourd’hui disparues. Le sous-sol du passage abritait le Lido jusqu’en 1976. Inaugurés en 1928, il s’agissait à l’origine de salons de beauté avec une piscine mondaine. Ils avaient été conçus par l’architecte René Berger. Transformés en cabaret en 1946, ils furent à l’origine du nom actuel du passage, les Arcades du Lido.
no 91 (angle de la rue Quentin-Bauchart) : Immeuble où le journaliste et patron de presse Léon Bailby (1867-1954) installa dans les années 1930 les bureaux du quotidien Le Jour.
no 99bis : « Vers 1900Mme Sorel n’avait eu encore que peu d’occasions d’opposer sa crânerie aux brocards de la ville. Les brocards dont elle commençait à se vêtir étaient ceux du répertoire de l’Odéon, où elle débutait, obscurément sinon modestement. Elle débutait un peu moins modestement dans le Tout-Paris, car elle avait déjà maison montée, au coin de l’avenue George-V, juste au-dessus de l’actuelFouquet’s. Un universitaire chevronné, Gustave Larroumet, venait ici lui donner des leçons particulières pour l’initier aux secrets des grands classiques. […] quand elle s’était attardée en quelque maison de couture pour ses affaires d’atours, on pouvait apercevoir, sur le balcon de Mme Sorel, Gustave Larroumet, guettant le retour de son élève, impatient de reprendre la leçon interrompue. » L’immeuble abrite au rez-de-chaussée la célèbre brasserie Fouquet’s et, dans les étages, l’Hôtel Fouquet’s Barrière, inauguré en octobre 2006.
no 103 : Élysée-Palace : Hôtel de voyageurs construit en 1898 pour la Compagnie des wagons-lits par l’architecte Georges Chedanne. Ce fut le premier des grands hôtels de voyageurs édifiés sur les Champs-Élysées. Il fut bientôt suivi par l’hôtel Astoria (1904) et l’hôtel Claridge (1912). Auparavant, les palaces se trouvaient dans le quartier du Louvre et de l’Opéra. Le décor original a été détruit par le Crédit commercial de France, qui a acquis l’immeuble en 1919 pour y installer son siège social.
no 114 Alberto Santos-Dumont (18731932), pionnier de l’aviation, a habité cet immeuble devant lequel il fit atterrir en 1903 son dirigeable no 9 (plaque commémorative).
no 119 : Hôtel Carlton : Construit en 1907 par l’architecte Pierre Humbert. Devenu en 1988 le siège de la Compagnie Air France.
no 120James Gordon Bennett junior (1841-1918), propriétaire du New York Herald et mécène de l’aérostation, habitait cet immeuble.
no 121 : Cet imposant immeuble haussmannien fut construit en 1907 par l’architecte Pierre Humbert.
no 122 : Le comte Henry de La Vaulx (1870-1930), pionnier de l’aviation, a habité à cette adresse de 1898 à 1909 (plaque commémorative).
no 124 (et no 2, rue Balzac) : Hôtel particulier construit peu avant 1858 pour Santiago Drake del Castillo, l’un des rares exemples conservés des hôtels qui bordaient l’avenue sous le Second Empire.
no 127 (et no 26 rue Vernet) : Cet immeuble fut construit par Pierre Humbert.
no 136 (et no 1, rue Balzac) : Hôtel particulier de Mme C.B. de Beistegui (en 1910). Dénaturé par l’installation au rez-de-chaussée du showroom des automobiles Peugeot, il a conservé un riche décor dans les salons du premier étage.
no 138 : Hôtel de William Kissam Vanderbilt (1849-1920) : « il réunissait dans les salons du 138 une inestimable collection de tableaux et d’objets d’art, mais qu’il ne consentait à faire admirer qu’à certains privilégiés. »
no 152 (angle de la rue Arsène-Houssaye) : Dans cet immeuble, construit à l’emplacement de l’hôtel Musard, Mme de Loynes tint au début du xxe siècle, à l’entresol, un influent salon littéraire et politique dont le critique Jules Lemaître était le grand homme.

voir la liste des bâtiments détruits

Les Champs Elysées sur wikipedia

Place de l’Etoile

L’arc de triomphe de l’Étoile souvent appelé simplement l’Arc de Triomphe, est situé à Paris dans le 8e arrondissement, sur la place de l’Étoile, à l’extrémité ouest de l’avenue des Champs-Élysées, à 2,2 kilomètres de la place de la Concorde. Haut de 55 mètres, large de 45 mètres et 22 mètres de profondeur, il est géré par le Centre des monuments nationaux1. La hauteur de la grande voûte est de 29,19 mètres et sa largeur de 14,62 mètres. La petite voûte, quant à elle, mesure 18,68 m de haut et8,44 m de large.

La place de l’Étoile forme un énorme rond-point de douze avenues percées au xixe siècle sous l’impulsion du baron Haussmann, alors préfet du département de la Seine. Ces avenues « rayonnent » en étoile autour de la place, notamment l’avenue de la Grande-Armée, l’avenue de Wagram et, bien sûr, l’avenue des Champs-Élysées. Des pavés de couleurs différentes dessinent sur le sol de la place deux étoiles dont les pointes arrivent pour l’une au milieu des avenues, pour l’autre entre les avenues.

L’Arc de Triomphe fait partie maintenant des monuments nationaux à forte connotation historique. À ses pieds se trouve la tombe du Soldat inconnu de la Première Guerre mondiale. La flamme éternelle qu’il abrite, est avec celle de l’autel de la Patrie à Rome la première du genre depuis l’extinction de la flamme des Vestales en 391. Elle commémore le souvenir des soldats morts au combat et ne s’éteint jamais : elle est ravivée chaque soir à 18h30 par des associations d’anciens combattants ou de victimes de guerre. Depuis 1923, année de l’allumage de la flamme qui veille sur la tombe du Soldat Inconnu, ce geste de ravivage symbolique a été accompli chaque soir, même le 14 juin 1940, jour où l’armée allemande est entrée dans Paris et défilait sur la place de l’Étoile : ce jour là, le ravivage a eu lieu devant les officiers allemands qui ont autorisé la cérémonie.

L’association La Flamme sous l’Arc de Triomphe, qui regroupe cinquante membres appelés « Commissaires à la Flamme », est en fait une fédération d’associations, maintenant issues de milieux qui ne sont plus uniquement d’origine militaire ou anciens combattants. Elle organise les cérémonies de ravivage ainsi que les dépôts de gerbes et prises de Flambeau par les associations qui la constituent et accueille les personnalités françaises et étrangères qui y participent. Il y a chaque jour, au minimum deux et la plupart du temps, plusieurs membres du Comité de la Flamme sous l’Arc de Triomphe pour accueillir les associations qui viennent tour à tour raviver la Flamme du Souvenir, chaque soir, à 18 heures 30.

En février 2008 fut inaugurée la nouvelle scénographie permanente de l’Arc de Triomphe due à l’artiste Maurice Benayoun et à l’architecte Christophe Girault. Renouvelant l’exposition des années 1930, cette nouvelle muséographie accorde une large place au multimédia. Intitulée « Entre guerres et paix », elle propose une lecture de l’histoire du monument prenant en compte l’évolution de sa symbolique jusqu’à la période actuelle, période où les valeurs du dialogue et de la rencontre prennent le pas sur la confrontation armée. Une présentation multimédia raconte en sept stations et sur trois niveaux l’histoire du monument de façon contemporaine, interactive et ludique. Elle permet de découvrir ce qui aurait pu être (les projets non réalisés), ce qui a disparu et ce qui ne peut être facilement vu (le décor sculpté).

Voir le détail des sculttures

L’arc de triomphe sur wikipedia

***

Lire aussi :

Tour de France 2010 Classement général

L’histoire du Tour

Etapes précédentes

      Commentaires via facebbok
      (37 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
      (1 visites aujourd'hui)

      Tags: , , , , , , , , ,

      Poster un Commentaire

      Soyez le premier à commenter !

      Me notifier des
      avatar
      wpDiscuz