Fondation Demeure Historique : Appel à projets

Article pouvant être lu en 3 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

MECENAT


La Fondation Demeure Historique pour l’Avenir du Patrimoine lance un appel à projets. Depuis sa création, la Fondation Demeure Historique pour l’Avenir du Patrimoine a d’ores et déjà alloué 211 000€. Pour 2011, les dons de particuliers et le renouvellement du soutien d’Hervé Le Lous lui permettent d’allouer la somme – non négligeable – de 120 000 € à des femmes et hommes qui ont à coeur la préservation des monuments historiques, témoins de notre identité.

Les candidats peuvent se préinscrire sur www.fondationdemeurehistorique.fr jusqu’au 1er novembre 2010 et déposer leur dossier le 15 janvier 2011 au plus tard.


(Communiqué) Derrière chaque édifice, il y a des hommes, une histoire. D’ailleurs, comme dit le sociologue Frédérick Lemarchand : « Il faut concevoir l’idée du patrimoine bien au-delà des monuments historiques pour y faire entrer (…) l’idée d’un patrimoine de l’humanité englobant les cultures, les savoirs et et savoir-faire, les langues, les espaces et les espèces naturels…»

Oui, le Patrimoine est une affaire d’individus : si une partie est gérée par l’État ou des collectivités territoriales, près de la moitié l’est par des propriétaires privés. Ce sont parfois des symboles de l’histoire familiale, comme le château de Kerlevenan, appartenant à la famille Gouvello : « Il a été construit par l’arrière arrière grand-père dans les années 1780, explique-t-elle, c’est un lieu d’échange, de rencontre, c’est le ciment de notre famille…»

Au-delà de l’aspect familial, la sauvegarde pour chaque propriétaire représente un véritable combat. «Nous avons affronté

trois types d’épreuves : les mauvaises surprises, les difficultés financières et le doute. Quand la Fondation a fait part de sa décision, nous étions dans une période de doute et cette reconnaissance fut donc d’autant plus précieuse », déclare Philippe Favre, bénéficiaire en 2010 d’une aide à projet de la Fondation pour la restauration du Logis de Moullins.

Une bataille, aussi bien économique que civile, qui en vaut la peine. «On ne peut ignorer le «quatrième pied de la table » que constitue le Patrimoine », affirme Claude Pothier, président de l’association Saint-Roch pour la restauration des peintures murales de l’église Saint-Pourçain. Selon lui, « l’aide de la Fondation a été d’un grand réconfort sur le plan financier. Elle a surtout contribué de façon éclatante à mieux faire connaître notre église et ses peintures. »

Il est essentiel que cette culture inhérente aux monuments historiques soit connue et accessible à tous. Un objectif auquel participe également la Fondation en soutenant des projets de restauration incluant des aménagements qui garantissent une meilleure accessibilité à tous les handicaps. Jean de Chevron-Villette a effectué des travaux en ce sens à la ferme de
Gy. (Voir annexe 5) «Parvenir à un aménagement cohérent, prenant en compte les règles d’accessibilité, sans «dénaturer » le travail de restauration des lieux fut un combat long et laborieux, je dirais même douloureux, mais in fine riche d’enseignements. »

Depuis deux ans, la Fondation soutient aussi des boursiers qui, par leurs recherches et leur futur métier, participent chacun à leur manière à l’avenir du patrimoine. En 2009, le mémoire de Marine Maquin portait sur l’accès à la culture du public en situation de handicap à travers l’exemple des musées français. Elle a été gratifié d’une bourse pour lui permettre de mener à bien son étude.



(52 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Tags: ,

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments