Laennec : une chapelle d’hôpital transformée en salle polyvalente

Pocket
Article pouvant être lu en 5 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

Ma PhotoPATRIMOINE RELIGIEUX – CHAPELLE LAENNEC-TURGOT

L’Observatoire du patrimoine religieux, le Comité Laennec-Turgot et les associations des familles La Rochefoucauld, Turgot et Camus demandent le retour au culte de la chapelle et l’ouverture au public de la cour d’honneur

(Communiqué daté du 17 fébvrier 2011) Appuyé par une pétition de 9 000 signatures, l’Observatoire du Patrimoine Religieux, le Comité Laennec-Turgot et les familles des hommes d’exception inhumés dans la chapelle de l’ancien Hôpital Laënnec rappellent que ce lieu de culte jadis ouvert au public, vendu à une entreprise privée, voit son accès réservé aux seuls résidents de l’ensemble immobilier projeté, et sollicitent sa réouverture, son affectation exclusive au culte, avec un libre accès par la cour d’honneur.

Couvrant 4 hectares, dont 2 hectares d’espace vert, en plein cœur de Paris, cet ensemble, transformé par ALLIANZ en bureaux et résidences, devient sous le nom de PARIS 7 RIVE GAUCHE, une place forte réservée à une élite, vendue jusqu’à 20 000 € le m2… et sa chapelle doit devenir une « salle polyvalente »

Construite en 1634 par Christophe Gamard, l’Hospice des Incurables – devenu deux siècles plus tard Hôpital Laennec – dispose, jusqu’en 2000 d’un lieu de culte qui rayonne sur toute la capitale. Classée monument historique, les Parisiens y sont très attachés car elle abrite, entre autres, les tombeaux des fondateurs de l’Hospice des Incurables : le Cardinal de La Rochefoucauld, l’évêque de Belley, Monseigneur Camus, et des membres de la famille Turgot, dont le Prévost des marchands et le célèbre Ministre.

L’Hôpital Laennec, qui appartenait à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, a été vendu, le 31 juillet 2002, à la société COGEDIM, qui l’a ensuite cédé à ALLIANZ, actuel propriétaire. Ses services hospitaliers ont été transférés sur le site de l’Hôpital Européen Georges Pompidou. On peut lire dans le contrat de vente  que l’hôpital a été désaffecté c’est à dire qu’il ne fait plus partie du domaine public. Mais cet acte officiel omet de préciser que la chapelle n’a « jamais été réduite à un usage profane » ainsi que le confirme l’archevêché de Paris (9 février 2011).

Hospice des Incurables - plan Turgot - 1734 - OPR

Hospice des Incurables –  plan Turgot – 1734

Or seule une procédure de désaffectation comportant l’approbation par, les autorités religieuses et le Préfet permettrait de lui retirer les qualités qui s’attachent à l’usage cultuel, c’est-à-dire exclusivité, gratuité, imprescriptibilité et inaliénabilité. C’est donc sans droit ni titre d’usage que le nouveau propriétaire, ALLIANZ, pense être libre de faire  de la chapelle ce que bon lui semble.

Cette chapelle, édifice d’une grande qualité architecturale, autrefois destiné aux plus nécessiteux, ne peut devenir l’apanage d’une élite… enfermée dans un ghetto réservé

Aux termes du projet soumis à l’enquête publique (décembre 2005 – page 8), cette chapelle est « destinée à recevoir des manifestations culturelles ». De quelle salle polyvalente s’agira-t-il  et jusqu’où ira-t-on : conférences, concerts, cocktails, dancing… ? Des dalles funéraires constituent le sol de la chapelle, dansera-t-on sur les tombes ?

Le promoteur affirme qu’une fois les travaux fini ce lieu de culte sera fermé au public. Cette décision unilatérale contrevient :

  • à sa dimension cultuelle, sacrée et exclusive, ce lieu de culte n’étant pas désaffecté par l’autorité publique et l’archevêché
  • à sa vocation funéraire, puisque les innombrable ayants droit des personnes inhumées dans la chapelle son, selon le code civil, propriétaires indivis des sépultures auxquelles ils doivent avoir libre accès
  • à l’identité même d’un lieu de mémoire qui pourrait avoir un rayonnement international (à l’instar de la tombe d’Adam Smith, émule de Turgot, qui accueille des milliers de visiteurs chaque année)

Autre menace, structurelle et patrimoniale : depuis la vente du site, son entretien n’est plus assuré. Ainsi, le 7 décembre 2010, l’OPR a fait ouvrir cette chapelle aux familles des hommes d’exception qui y reposent. Ils ont constaté qu’elle est à l’abandon ainsi que les sépultures qu’elle abrite, et que plusieurs éléments, pourtant classés Monuments historiques, ont disparu ou sont endommagés.

L’OPR, le Comité Laënnec-Turgot et les associations des familles La Rochefoucauld, Turgot et Camus demandent que l’on respecte l’affectation au culte de cette chapelle et son libre accès au public tant  par devant, la Cour d’Honneur, que par derrière, le Jardin de Catherine Labouret.

Ils en appellent, chacun pour ce qui concerne ses compétences au ministre de la Culture garant de l’intégrité du monument, à l’Assistance publique de Paris qui a vendu des tombes inaliénables, à la Cogedim  et au ministère des cultes qui sont comptables de la bonne application de l’article 2 de la loi de 1905, entre autre, aux édifices hospitaliers, pour que cesse cette situation intolérable.

A défaut d’une initiative forte à bref délai ils en tireront les conséquences judiciaires et engageront toutes les responsabilités.

Une telle initiative pourrait être une médiation de l’un des ministères cités.

www.patrimoine-religieux.fr

www.laennec.blogs.com

Paris 7 Rive Gauche - Ancien hôpital Laennec, Paris

*Les hommes d’exception sont : Le Cardinal François de La Rochefoucauld, fondateur de l’Hospice des Incurables, quatre générations de Turgot, généreux donateurs, dont le Prévôt des marchands, auteur du fameux plan éponyme et son fils le ministre des Lumières, l’un des fondateurs de l’économie moderne et également Jean-Pierre Camus, Evêque de Belley.

**ALTEREA/COGEDIM promoteur immobilier et maître d’ouvrage, s’occupe de la résidence vendue sur plan.

ALLIANZ/AGF avec l’architecte en chef des Monuments Historiques Benjamin Mouton réhabilitent le site historique. Les deux édifices en forme de croix de Jérusalem, dédiées aux nécessiteux, deviendront des espaces administratifs et commerciaux.

Lire aussi

Journées du patrimoine : Turgot honoré à Bercy, condamné à Laennec Mardi 14 septembre 2010

Ancien hôpital Laennec : les travaux vont commencer Mercredi 16 septembre 16th, 2009

Quid de l’avenir des chapelles d’hôpitaux ? Jeudi 30 juillet 2009

Plaidoyer pour l’accessibilité au tombeau de Turgot Vendredi 7 mars 2008

(363 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Tags: , , , , , ,

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de