Tour de France 2011 /14 Les trésors du patrimoine de Saint-Gaudens au plateau de Beille

Pocket
Article pouvant être lu en 9 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

TOUR DE FRANCE – CYCLISME – PATRIMOINE HISTORIQUE ET CULTUREL

Samedi 16 juillet, l’étape du jour mènera les coureurs et (télé)spectateurs de Saint-Gaudens au plateau de Beille. L’occasion de (re) découvrir les principaux trésors du patrimoine qui jalonnent cette belle étape de 168,5 km :

A ne pas manquer sur le parcours : Saint-Gaudens, Castillon-en-Couserans, Seix, Vicdessos, la grotte de Niaux…

Pour découvrir les détails du parcours, suivez le guide

 Haute-Garonne

Saint-Gaudens

En 475 le lieu accueille la sépulture d’un martyr : Gaudens, jeune garçon décapité par les Wisigoths. Une communauté religieuse se crée alors en son nom. Église Saint-Pierre-et-Saint-GaudensA signaler : Collégiale Saint-Pierre de Saint-Gaudens, construite du XIe et remaniée au XVe puis au XIXe siècles. C’est un des édifices représentatifs de l’art roman dans cette région. La collégiale fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840   La partie du cloître restant de l’ancienne abbaye de Bonnefonds classée monument historique le 10 mai 1927. Chapelle Saint-Jacques Oratoire dit Notre-Dame-de-la-Caoue inscrit monument historique par arrêté du 9 décembre 19295. Halle aux grains à deux vaisseaux, construite de 1830 à 1843, inscrite monument historique le 11 octobre 20045. Gare de Saint-Gaudens Sur le net : http://fr.wikipedia.org/wiki/Coll%C3%A9giale_Saint-Pierre_de_Saint-Gaudens ; http://www.lachapelle-saint-jacques.com/ (Centre d’art contemporain) http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Gaudens ; http://www.stgo.fr/ (Ville) ; http://www.tourisme-stgaudens.com/

Aspet

Aspet a conservé peu de vestiges de ces temps. On sait que la ville a été entourée de « clausuras = clôtures », vraisemblablement au XIVe siècle, qu’elle avait trois portes, dont la Porte Saint-Martin, dominée par le clocher de l’église qui abrite un carillon célèbre de 16 cloches. Derrière le chevet actuel de l’église on voit encore la chapelle seigneuriale, de style gothique, dont la clef de voûte est ornée des armes des Coarraze. La tour du Chucaou, qui domine la ville, aurait été édifiée entre le XIIe et le xive siècles. Elle est donc attribuée au Moyen Âge central ou au bas Moyen Âge sans plus de certitude. La question de sa datation n’est donc pas tranchée, et les Chartes d’Aspet sont totalement muettes à son sujet. On lui donne – à tort – la dénomination de « tour sarrasine ». Chapelle Miègecoste. Appelée Miègecoste à cause de sa situation « à mi-côte », on sait que déjà au XVè siècle, on y venait en pèlerinage de tous les environs. La fontaine dite « Henri IV » à Aspet Elle est située sur la place de la République et est due, en réalité, à Catherine de Coarraze, seigneuresse d’Aspet un siècle avant ce roi. Cette fontaine fut pendant longtemps le seul point d’eau de l’agglomération. Sur le net : http://fr.wikipedia.org/wiki/Aspet ; http://www.tourisme-aspet.com/culturel/patrimoine.htm

Saint-Lary

A signaler : Eglise : Autel, retable du 17éme ; tribune en gradin  Tabernacle du maître-autel Château  (privé) Forêt domaniale Vallée de Bouigane Pic de Calabasse Sur le net : Saint-Lary sur Histariège

Ariège

Orgibet

A signeler :

Moulins

Restes du château  St Jean

Forêt domaniale

Église de l’Assomption : L’église actuelle a été construite au 18éme autour d’un couvent aujourd’hui disparu. Restaurée en 1954. Fresques de Jacques Bringuier ; chemin de croix de Lancome ;  Cuve baptismale : 13éme ; vitrail St Jacques du XIXe

 Monument aux Morts: (place): statue en bronze «un soldat debout en sentinelle». Auteur: E. Camus, 1922.(Monument Historique depuis le 6 août 2007)

 sur le net : http://www.histariege.com/orgibet.htm

Castillon-en-Couserans

A signaler : Photo à gauche : Chapelle Saint-Pierre (XIIe siècle) ou chapelle du calvaire (12éme, fortifiée au 16éme) située dans le parc des Cèdres abrite des peintures (dont le miracle du Pendu Dépendu de St Jacques) ; construction de l’édifice par les seigneurs du Comminges ; chaire du 18éme, clôture de chœur en fer forgé du 18éme ; La chapelle romane, avec son campanile à 5 cloches, faisait partie du château des comtes de Comminges à Castillon. ; lors de sa restauration, en 1997, découverte d’un décor roman peint et d’une peinture gothique ; portail du 12éme en marbre plein cintre avec statues et inscriptions du 12éme et 13éme. M.H.= 20/10/1906 Chemin de croix montant à la chapelle Écomusée du fromage de Bethmale (démonstration et fabrication du fromage) et Granges de Bamalou (outils pour fabrication du fromage) Château de Coumes, 19éme (Musée folklorique) Tuc de Courtade (1189 m) Pics de Barlonguères (2805 m), de Mauberné (2880m), St Valier (2838m) Église St Barthélemy (Reconstruction de l’église, 1847-1857) Sur le net : http://fr.wikipedia.org/wiki/Castillon-en-Couserans ; http://www.ot-castillon-en-couserans.fr/ ;  http://www.histariege.com/castillon_en_couserans.htm#Patrimoine

Bethmale

A signaler : Maisons aux toits d’ardoises ou de chaume, avec galerie à l’étage Église Saint-Michel d’Ayet ( 16éme, 17éme, 18éme), classée monument historique en 1950 : clocher-mur, confessionnal, boiserie et retable du 18éme Lac de Bethmale, étang, forêt domaniale

Face au village d’Arrien : donjon de Brame-Vaque où ont été découverts, en 1887, une épée en fer, des boucles de cuivre, des éperons et un denier de Charles VI.

Sur le net : http://www.histariege.com/bethmale.

Sentenac-d’Oust

glise dédiée à saint Jacques avec son enceinte et des des fresques du XVéme racontent le jugement dernier, l’arbre de Josué et représentent les apôtres

La stèle de Sentenac d’Oust : en souvenir de Louis Barrau, passeur de 19 ans qui fut tué le 12 septembre 1943 par les allemands à la suite d’une dénonciation.

Au Col de la Core, une plaque représente le « Chemin de la Liberté. »

Sur le net : http://www.haut-couserans.com/ ; http://www.histariege.com/sentenac_d_oust.htm

Seix

le château de SeixArrestation sur la commune de Seix en 1942 par l’armée allemande de Louis Jérôme Victor-Emmanuel Léopold Marie Napoléon, dit « Louis Napoléon », chef de la Maison impériale française, de 1926 jusqu’à son décès en 1997 à Prangins, enSuisse. En 1942, Louis Napoléon est arrêté en compagnie de trois compagnons avec lesquels il tente de franchir les Pyrénées, via l’Espagne, afin de gagner la France libre. Faisant fi des propositions faites par les Allemands, il choisit de ne bénéficier d’aucun traitement de faveur et se trouve incarcéré au château du Hâ, à Bordeaux, puis transféré à Fresnes. Il demande à être déporté en Allemagne ou libéré sans condition ou concession. A signaler

  • Église du xviiie siècle avec un retable baroque représentant la lapidation de saint Étienne
  • Clocher-mur caractéristique
  • Monuments aux morts restauré en pierre avec plaques de marbre
  • Petite chapelle de style roman, en cours de restauration
  • Château de Seix dominant le village
  • Château du Mirabat ayant servi de garnison, en cours de restauration

Ustou

 Châteaux de Mirabat et de la Garde qui sont d’anciens postes de garde pour prévenir des invasions.

Vicdessos

Clocher-eglise-vicdessos.jpgÉglise Notre-Dame Sa présence est attestée depuis 1081, elle s’appelait alors Saint-Martin-de-Sos et appartenait à l’abbaye de Saint-Sernin (Toulouse). Le clocher carré de style roman, souvent remanié, est le seul vestige de l’église primitive. Si à l’origine l’église ne possédait qu’une nef, deux autres furent rajoutées au xve siècle, le portail datant lui aussi de cette époque est de style gothique. L’intérieur de l’édifice est orné de nombreuses statues et peintures (à noter, L’Adoration des bergers, tableau portant la date de 1846 qui est l’œuvre du peintre d’histoire et de genre français Auguste-Barthélemy Glaize (1807-1893)). L’orgue qui daterait probablement de la moitié du xviie siècle est un des trois plus anciens de Midi-Pyrénées ; restauré en 1780,1882 et 1991 (par le facteur d’orgue gersois Pierre Vialle), l’orgue fut classé monument historique en 1977.

La bourgade est dominée par les ruines du château de Montréal.

Patrimoine naturel 

Vicdessos et Auzat se situent en contrebas du massif du Montcalm et de ses pics de Montcalm, d’Estats et du port de Sullo.

Le village est à proximité de nombreux étangs : l’étang de Peyregrand, les étangs de Neych, l’étang des Redouneilles des vaches, l’étang de Brouquenat, l’étang des Redouneilles des brebis…

Sur le net : http://fr.wikipedia.org/wiki/Vicdessos ; http://auzatvicdessos.free.fr/ ;

Niaux

La grotte de Niaux se situe en Ariège, dans la vallée du Vicdessos, face à l’habitat magdalénien de la grotte de la Vache;

La grotte de Niaux renferme un très riche art pariétalincluant la plupart des espèces propres à la faunepréhistorique du massif des Pyrénées. Les animaux sont peints la plupart du temps avec une matière noire, identifiée à du charbon de bois ou à du dioxyde de manganèse, quelquefois avec une matière rouge obtenue à partir du broyage d’hématite.

La salle principale, qui regroupe les représentations animales les plus spectaculaires est appelée le « Salon noir ». La grotte a également livré des signes tels que des points ou des traits de couleur rouge et noire, soit isolés sur les parois, soit associés aux représentations d’animaux. Les peintures du Salon noir contenant du charbon de bois ont pu être datées par la méthode du carbone 14 ; leur âge est ainsi estimé à 13 000 ans.

Le bestiaire représenté comprend principalement des bisons (54), des chevaux (29), des bouquetins (15) ainsi que des cerfs et même des poissons 4. La morphologie des chevaux évoque celle du pottok actuel, chevalendémique des Pyrénées encore présent au Pays basque. La présence d’un tracé esquissant une belettemérite d’être souligné, tant cet animal est rarement représenté dans l’art pariétal magdalénien.

Sur le net : http://fr.wikipedia.org/wiki/Grotte_de_Niaux ; http://www.niaux.net/ ; http://www.sesta.fr/grotte-de-niaux.html (Site officiel de la grotte)

Les Cabannes et le plateau de Beille

Longtemps, ce plateau a seulement été un lieu d’élevage, surtout bovin. Il est récemment devenu le site d’une importante station de sports d’hiver des Pyrénées, principalement vouée à la pratique du ski de fond.

L’ église des Cabannes (à droite)

Sur le net : http://www.villagesdebeille.com/index.html ;

http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Cabannes_(Ari%C3%A8ge)

Lire aussi

En savoir plus sur le tour de France 2011 

Le classement 2011

Les trésors du patrimoine sur les étapes précédentes

150 ans de l’invention du vélocipède en 2011

Les trésors du patrimoine (Tour de France 2010)

Commentaires via facebook
(62 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Tags: , , , , , ,

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de