Sur la route des évadés du bagne

Pocket
Article pouvant être lu en 2 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

TELEVISION – PATRIMOINE

Samedi 12 novembre à 20h35 et dimanche 20 novembre à 15h00, France5 présente l’émission Echappées belles qui conduira la téléspectateur « Sur la route des évadés du bagne«  

La route de ce mois-ci est celle du réalisateur François Fevre qui suit 70 ans plus tard les traces de quelques évadés du bagne qui ont réussi à retrouver la liberté. Ces derniers avaient emprunté une route qui traverse cinq pays : la Guyane ancienne colonie Française, le Surinam ancienne colonie Hollandaise, le Guyana ancienne colonie Anglaise, le Brésil ancienne colonie Portugaise et enfin le Venezuela ancienne colonie Espagnole.

Cette route prend son point de départ en Guyane, et nous conduit au Surinam, au Guyana, au Brésil et au Venezuela sur l’île de Margherita en passant par Caracas. A l’époque du bagne tous ces pays étaient encore sous le joug du pays européen colonisateur.

Entre 1857 et 1945 la France aura déporté au bagne de Guyane près de 85 000 hommes et femmes. La plupart d’entre eux étaient condamnés pour des crimes de sang, des crimes de droit commun mais aussi, certains pour des raisons politiques.

Arrivés en Guyane, les forçats débarquaient à Saint Laurent du Maroni, puis étaient envoyés dans des camps de travail, en forêt ou sur les fleuves.  Astreints aux travaux forcés ces bagnards étaient pour la France une main d’œuvre bon marché destiné à remplacer les esclaves après l’abolition de 1848.Un décret datant de Napoléon III instaurait le principe de la double peine : tout individu condamné à moins de huit années de travaux forcés était tenu, à l’expiration de sa peine, de résider en Guyane pendant un temps égal à la durée de sa détention. Si la peine était de huit ans ou plus, il devait y résider à vie.

Aucun chiffre officiel n’existe sur le nombre d’évadés des bagnes de Guyane. Mais une chose est sure. Seulement quelques uns ont réussi à s’extraire de la « pénitentiaire » définitivement.

De la romanesque histoire d’Henri Charrière allias Papillon à celle authentique du docteur Bougrat, l’épopée de ces bagnards ponctue les étapes de cette route.

Pour voir et revoir sur www.france5.fr

En savoir plus sur les bagnes de Guyanne

Lire aussi

Le dernier voyage d’Albert Londres

24 février 2011

Un fonds de dotation pour sauver la maison natale d’Albert Londres à Vichy

13 octobre 2011

 

 

 

(338 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Tags:

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de