Voeux à la presse de Frédéric Mitterrand (Archive 2012)

Pocket
Article pouvant être lu en 12 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

FREDERIC MITTERRAND – VOEUX A LA PRESSE – PATRIMOINE

C’est dans les salons du ministère de la Culture, rue de Valois, que Frédéric Mitterrand a formulé ses voeux à la presse, mardi 17 janvier 2012. L’occasion de dreser un rapide (et valorisant) bilan et d’évoquer les chantiers en cours.

Ci-dessous des extraits choisis du discours du ministre de la Culture, (enrichis par moi-même de liens) et des extraits audio de l’interview informelle où le ministre répond notamment à la question que je lui posais sur l’avenir de l’Hotel de la Marine

Côté budget

« Je ne souhaite pas aujourd’hui procéder à un inventaire exhaustif de ce que nous avons accompli depuis 2009. Je voudrais revenir sur quelques points qui me paraissent essentiels concernant les acquis que nous avons consolidés, et les principaux chantiers que j’entends porter dans les prochains mois.

Un mot, tout d’abord, concernant le budget de la Culture et de la Communication. J’entends dire par les tenants de cette mythique « dépression culturelle » qu’il n’y a plus d’argent pour la culture. La vérité est tout autre : le budget de mon ministère a été préservé, alors même que nous traversons une crise économique et financière de première importance. Je me suis battu pour le défendre, et j’ai reçu en cela le plein soutien du Premier Ministre et du Président de la République. Mon ministère participe, comme tous les autres, à l’effort budgétaire que nous impose une situation contrainte, mais sans remettre en question ses missions fondamentales. La culture, en France, n’a pas servi de variable d’ajustement, comme cela peut être le cas, et je le déplore parce que nous portons ensemble la responsabilité du paysage culturel européen, pour certains de nos partenaires de l’Union ; c’est le signe d’un engagement très fort d’un gouvernement pour lequel la culture est une dimension essentielle de nos valeurs et de notre démocratie, de notre cohésion sociale, de notre développement économique et de l’attractivité de nos territoires, de notre rayonnement international. »

Patrimoine

« Tous les domaines d’action du ministère se situent à des degrés divers au croisement de ces différentes dimensions, et j’ai tenu à faire en sorte, pour les actions que nous menons, que chaque perspective puisse être prise en compte de manière synthétique et non isolément. Le vaste domaine du patrimoine l’illustre particulièrement bien.

Avec la mise en place des Aires de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine (AVAP), nous disposons désormais des outils pour une politique du paysage à la fois protectrice et innovante, qui en favorise l’intelligence, en prenant en compte, de manière intégrée, la protection du bâti, nos engagements en matière de protection de l’environnement, de continuité historique et visuelle de ce que l’histoire nous a légué. À ma demande, les schémas régionaux éoliens seront ainsi désormais soumis aux commissions régionales du Patrimoine et des Sites, qui en mesureront l’impact visuel.

Je n’ignore pas qu’il reste une étape à franchir : que ce passage par nos commissions soit suivi d’avis obligatoire. J’y travaille ardemment. Nos politiques de classement s’étendent désormais à de nouveaux champs de protection et de mise en valeur, qui compte désormais les phares, les avions, par exemple, l’habitat social, ou encore le patrimoine du XXème siècle. J’ai tenu également à relancer la dynamique des Centres culturels de rencontre, qui permettent de croiser la mise en valeur d’un patrimoine exceptionnel, à l’image de l’emblématique Abbaye de Royaumont, avec la création contemporaine. »

Musées

« Quand je soutiens pleinement la restructuration du Musée National Picasso, dont le coût est pour une part très importante compensé par les recettes d’une politique intelligente d’expositions internationales de l’oeuvre du maître, on aura tôt fait d’accuser mon ministère de privilégier Paris…

Alors même que pour nos musées, j’ai veillé à ce que nous développions une politique ambitieuse pour renforcer le maillage territorial de l’offre culturelle. À peine inauguré en mai 2010 par le Président de la République, le Centre Pompidou-Metz rencontre une adhésion du public français et européen qui va bien au-delà des prévisions initiales. Le Centre Pompidou Mobile, qui propose une rencontre inédite avec une sélection de chefs-d’oeuvre d’une des plus importantes collections d’art moderne du monde dans un musée nomade, vient de clore avec succès son étape inaugurale à Chaumont, avec 35 000 visiteurs en trois mois, avant de prendre la route pour Cambrai.

Le chantier de l’ambitieux Louvre-Lens est sur les rails pour la fin 2012, tout comme celui du MuCEM à Marseille. Le maillage territorial, c’est aussi le Plan Musées en région, ou encore le label « Maisons des illustres » qui oeuvre à une mise en réseau et à une plus grande visibilité de plus d’une centaine de demeures nous donnant un éclairage sur la mémoire artistique, politique, scientifique de notre héritage commun. Notre politique des musées, c’est également une politique tarifaire généreuse depuis 2009, avec environ quatre visites sur dix qui sont gratuites. »

Patrimoine immatériel

 » Dans le domaine du patrimoine immatériel, nous avons réussi à intégrer le repas gastronomique au patrimoine mondial. C’est une chance formidable de mieux mettre en valeur l’ensemble des métiers qui concourent à une tradition dans laquelle chacun peut se retrouver, et je veillerai à ce que nous puissions identifier le lieu le plus adapté pour la Cité de la gastronomie. Le Cadre noir de Saumur, symbole de l’équitation française, vient lui aussi d’être inscrit au patrimoine mondial. »

Archives et Maison de l’Histoire de France

 » Pour les archives, la livraison du magnifique bâtiment de Pierrefitte-sur-Seine signé Massimiliano Fuksas permettra d’enclencher le déménagement des fonds qui viendront intégrer un Centre qui participe pleinement de l’équipement culturel du Grand Paris, adapté aux chercheurs et au public. L’Etat a fait preuve d’un engagement sans précédent, y compris en termes de moyens financiers en engageant 125 millions d’euros, pour défendre l’idée d’une mémoire ouverte.

En la matière, la Maison de l’histoire de France propose un nouveau modèle d’établissement en réseau, fondé sur les partenariats. La très belle exposition des plans reliefs que nous allons inaugurer au Grand Palais est précisément la première illustration de ce qu’il sera possible de faire avec une telle structure. Souvenons-nous des débats dont fit l’objet, lors de sa conception, le Musée du Quai Branly, que bon nombre avait tôt fait de  stigmatiser comme « inutile et incertain », comme Pascal disait de Descartes. Le Musée du Quai Branly est aujourd’hui parfaitement intégré au paysage culturel français, et connaît des hausses de fréquentation spectaculaires. Je suis convaincu qu’il en sera de même pour la Maison de l’histoire de France : quand elle sera là, on oubliera bien vite les controverses liées à sa naissance. »

Mucem à Marseille

« À Marseille, je veillerai à ce que le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), signé par l’architecte Rudy Ricciotti, puisse finaliser son projet dans les meilleures conditions, afin que son inauguration dans le cadre de Marseille 2013 – Capitale européenne de la Culture puisse répondre pleinement à son a mbition. Egalement en matière de dialogue interculturel, j’accompagne également la finalisation du département des Arts de l’Islam, du Louvre, qui est désormais prêt, et qui rentre dans la phase finale de sa réalisation. Quant au Louvre Abu Dhabi, je tiens à souligner mon attention constante sur l’avancement du projet, et je me rendrai sur place à cet effet en février. »

Education culturelle

« À l’heure où l’histoire des arts est désormais obligatoire dans l’enseignement primaire et secondaire, j’ai voulu donner une nouvelle dynamique à une discipline parfois trop peu connue du grand public, et où pourtant la France excelle, depuis notamment que ses bases ont été consolidées par André Chastel, dont nous commémorons cette année le centenaire. J’ai créé ainsi le Festival d’Histoire de l’Art, dont la deuxième édition se tiendra à Fontainebleau en juin prochain, et qui permettra à nouveau de faire se rencontrer les producteurs de savoir et le grand public.

L’enseignement supérieur Culture, avec son réseau remarquable d’établissements, profite pleinement de l’impulsion créée par la restructuration de l’enseignement supérieur et de la recherche. Bon nombre d’établissements, tout en gardant leurs spécificités sont désormais intégrés dans les pôles de recherche et les laboratoires d’excellence, et nous avons établi avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche les bases d’une collaboration étroite dont les gains en matière de visibilité, de possibilités de financement et de croisement des disciplines seront considérables. »

Palais de Tokyo

« Le 12 avril, j’inaugurerai les nouveaux espaces du Palais de Tokyo. Les travaux conduits par Lacaton & Vassal, lauréats de l’équerre d’argent, sont sur le point de s’achever. C’est un ensemble de plus de 20 000 m², sous la direction de Jean de Loisy à qui l’on doit notamment l’exceptionnel Monumenta d’Anish Kapoor l’année dernière au Grand Palais, qui sera consacré à la création contemporaine émergente et confirmée, dans une factory à la française qui sera également un lieu de vie, grâce aux partenariats public-privé qui sont sa marque de fabrique depuis la création de l’établissement il y a dix ans. »

Patrimoine photographique

« Dans un domaine qui m’est cher et qui concerne plusieurs domaines de compétence de mon ministère, j’ai redonné également toute sa place à la photographie, en créant au ministère une mission chargée de la conservation du patrimoine photographique, du renforcement de l’aide au photojournalisme et de la formation professionnelle. Avec le portail Arago, avec une attention renouvelée aux donateurs, aux collections en déshérence, en s’appuyant sur la dynamique du pôle d’Arles, avec bientôt un nouveau centre d’exposition à Paris, à l’hôtel de Nevers, j’ai lancé des projets majeurs dont l’aboutissement sera essentiel au cours des prochaines semaines. »

Démocratisation culturelles

« J’ai relancé les conventions avec les collectivités locales. Ce sont plus d’une soixantaine de conventions qui ont ainsi été signées avec les collectivités les plus diverses, des grandes villes aux territoires ruraux, afin de nous doter, Etats et collectivités, d’un cadre commun d’action.

L’action culturelle en France dépend plus que jamais d’une collaboration la plus étroite possible entre l’Etat et les collectivités, et c’est tout le sens de l’attention particulière que j’apporte au dialogue qui se noue au sein du Conseil des collectivités territoriales pour le développement culturel, afin de renforcer l’irrigation de l’offre culturelle dans l’ensemble de nos territoires, y compris ruraux dans le cadre d’un partenariat renouvelé avec le ministère de l’agriculture, afin d’identifier, avec les collectivités, avec la mobilisation de nos directions régionales des affaires culturelles, les meilleures initiatives associatives en matière de « culture partagée ». Sur ce dernier point, l’apport du mécénat me paraît également essentiel : nous sommes en train de finaliser un fonds de dotation pour la démocratisation culturelle qui permettra de renforcer, pour ces actions, les moyens mis en oeuvre et leur continuité dans la durée. »

Grand Paris

« Cette ambition sociale et territoriale renouvelée pour mon ministère, c’est également celle du Grand Paris – un projet essentiel, au long cours, dont la dimension culturelle est désormais pleinement prise en compte, non seulement par le travail des architectes au sein de l’Atelier du Grand Paris, mais aussi en termes de démocratisation culturelle et de maillage territorial.

Je souhaite que dans les semaines qui viennent, nous puissions consolider le projet de la Tour Médicis afin de renforcer sa capacité à héberger les projets les plus forts, en s’appuyant sur le tissu local des établissements voisins et des associations, en visant la mise en valeur des pratiques amateurs. Je veux que ce projet soit le signe d’un infléchissement majeur de notre politique culturelle, afin de prendre pleinement la mesure du potentiel inexploité de ces territoires. »

Outremer

 » J’ai profité de l’occasion qui nous était offerte avec l’Année des Outremer pour relancer notre action culturelle dans les territoires ultramarins.

Par leur apport culturel inestimable, par la diversité de leur patrimoine, les Outre-mer représentent une chance pour la culture française. J’ai conforté pour cela les moyens des directions des affaires culturelles des Outre-mer, et j’ai lancé des projets emblématiques, comme la maison des mémoires et des cultures guyanaises, ou le musée de Mayotte.

J’ai veillé à relancer dans les Outre-mer le plan d’action en faveur du livre et de la lecture, la rénovation des bibliothèque, les contrats territoire-lecture ou encore la traduction en créole de classiques français ; j’ai relancé les chantiers de rénovation de plusieurs musées ultramarins, avec une campagne de classement et de valorisation du patrimoine bâti et du patrimoine immatériel. « 

Hôtel de la Marine


Frédéric Mitterrand et l’Hotel de la Marine 17… par bendesag

Un autre avenir se dessine pour l’Hôtel de la Marine

Lire aussi

2011 Les chantiers à mener et les conflits à apaiser pour Frédéric Mitterrand

Mercredi, janvier 26th, 2011

(51 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Tags: ,

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de