Les origines gauloises de Toulouse exposées

Pocket
Article pouvant être lu en 4 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

EXPOSITION

Le musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse, présente à partir du 11 mai l’exposition Brut de fouilles ! qui révélera bientôt au public les éléments des origines gauloises de Toulouse découverts lors des fouilles préventives de l’ancienne caserne Niel.

( Communiqué) Après de 20 mois de fouilles sur 20 000 m² de terrain, l’occupation très ancienne du site est avérée. Outre quelques vestiges datant du Néolithique (entre environ 5000 et 2000 avant notre ère) qui témoignent d’une fréquentation très ancienne du site, les archéologues ont mis au jour une importante nécropole à incinération de la fin de l’âge du Bronze- début de l’âge du Fer (950-750 avant notre ère). Avec plus de 70 sépultures fouillées, il s’agit du plus vaste ensemble funéraire de ce type découvert, à ce jour, en Toulousain.

Durant le deuxième âge du Fer (450-50 avant notre ère), ce site en bordure de Garonne voit se développer une agglomération gauloise qui, au IIe siècle avant notre ère, a pu s’étendre sur une quarantaine d’hectares sur l’ensemble du quartier Saint-Roch. L’exposition présente les traces de vie recueillies par les archéologues : des objets du quotidien ou les témoins de productions artisanales.

Mais le site est surtout marqué par la forte densité de débris d’amphores méditerranéennes (plus de 90 tonnes) indiquant qu’il était une « plaque tournante » dans le commerce du vin. Ces amphores à vin sont l’indice le plus visible d’une intense activité d’échanges à longue distance. La vigne n’étant pas encore cultivée en Gaule, le commerce du vin fut particulièrement florissant. Avec ce breuvage, de nombreuses marchandises venues du bassin méditerranéen étaient acheminées jusqu’à ce « village » gaulois situé sur un point de rupture de charge d’un axe majeur reliant Méditerranée et Atlantique.

L’ensemble des éléments découverts offre une image ambivalente du peuple local, les Volques Tectosages. À la fois rattachés au monde gaulois, ils ont évolués dans une sphère méridionale, marquée par la présence grecque et romaine. Les activités de cette agglomération cessent au tournant du Ier siècle avant notre ère alors que la Tolosa romaine prend son essor.

Sitôt la fouille achevée, les archéologues ont commencé leur travail d’analyse : dessins des objets, datations, re-contextualisation des découvertes, synthèse des données… L’exposition présente cette étape fondamentale dans le travail des chercheurs durant laquelle quantités de questions sont posées et quelques réponses d’ores et déjà apportées. Le visiteur chemine dans l’exposition à la découverte des vestiges mis au jour, du néolithique à la période romaine, et s’initie aux méthodes de fouilles employées par les archéologues. Des restitutions, telles que celle d’une tombe à incinération de la transition âge du Bronze-âge du Fer ou encore le dessin grandeur nature d’un puits profond de 4 mètres, mises en regard avec les objets les plus remarquables découverts sur le site, ouvrent de multiples fenêtres sur le passé si riche de ce quartier toulousain.

Le parcours s’achève sur une présentation du projet de la ZAC Niel et un renvoi vers l’exposition de la Maison des Associations du quartier Niel/Saint-Roch qui relate plus précisément toutes les étapes de transformation du quartier et détaille son futur.

Autour de l’exposition :

– conférence inaugurale Toulouse – Niel : une fouille hors du commun Par Peter Jud, archéologue, responsable scientifique de la fouille.  La grande fouille archéologique du site de l’ancienne caserne Niel a livré des résultats à la mesure de l’ampleur de l’opération. Elle nous dévoile les racines gauloises de Toulouse et bien d’autres informations… Les Gaulois du IIe siècle avant notre ère ont laissé les traces les plus nombreuses, témoignant de leurs activités artisanales et de leur implication au sein d’un vaste réseau d’échanges commerciaux. Mais si visibles qu’ils soient, les amoncellements d’amphores à vin méditerranéennes ne sont qu’une partie des témoignages laissés par plus de 6 000 ans de présence humaine. Vendredi 11 mai, à 16 hCette conférence inaugurale sera présentée dans une salle du lycée Saint-Sernin, place Saint-Sernin. Gratuit. Réservation obligatoire au 05 61 22 31 44 (dans la limite des places disponibles).

– livetweet d’exposition. Partagez avec les membres du réseau social Twitter vos impressions, réflexions, découvertes et sentiments sur l’exposition Toulouse-Niel : brut de fouilles ! Vous serez reçus par les commissaires de l’exposition qui seront présents pour répondre à toutes vos questions et vous guider dans votre découverte. Visite à musée fermé. Le jeudi 24 mai, de 19 h à 20 h 30. Pour s’inscrire, envoyer un tweet à @MSR_Tlse

Voir toutes expositions présentées sur Patrimoine en blog

(278 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Tags: ,

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de