46e Festival de La Chaise-Dieu

Pocket
Article pouvant être lu en 4 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

FESTIVAL

A l’occasion de l’année Debussy et d’autres anniversaires (Massenet, Ibert, Françaix), le 46e Festival de La Chaise-Dieu, du 22 août au 2 septembre 2012, est  placé sous le signe de la musique française

Avec des compositeurs majeurs comme Poulenc, Ravel, Fauré, Chabrier, Saint-Saëns…, leurs prédécesseurs du Grand Siècle – Charpentier, Lully, Jean Gilles – et d’autres moins connus comme Duruflé, Honegger, ou le compositeur injustement oublié Théodore Gouvy.

(Extraits) Parallèlement, Le Festival préserve une large place aux chefsd’œuvre de la musique sacrée : Messe en Si et cantates de bach, grands oratorios (Theodora de Haendel, Elias de Mendelssohn ), mais aussi aux plus belles pages de la musique vocale à travers les siècles, avec notamment un concert rassemblant des œuvres du temps du pape Clément VI, bâtisseur au XIVe siècle de la remarquable abbatiale devenue lieu emblématique du Festival.

D’autres œuvres rares ou en recréation, ainsi qu’une quinzaine de pièces contemporaines (Escaich, Leroux, Hersant…) seront à découvrir pendant les douze jours du Festival. L’invitation de nombreuses formations à grands effectifs reste une particularité exceptionnelle du Festival de La Chaise-Dieu.

Près de 1 500 artistes sont attendus pour cette édition, avec de grandes ensembles : Orchestres nationaux de Lyon, de Lille, de Lorraine, Orchestre du Festival de Gstaad, brussels Philharmonic, Philharmonique royal des Flandres, Les Siècles, Capella Amsterdam…Récitals (Maria et Katia Labèque, Alexandre Tharaud), musique de chambre (Nemanja Radulovic, Les Folies françoises …) ou concerts a cappella (Stile Antico, Mikrokosmos …) ont également leur place à l’auditorium Cziffra et dans d’autres lieux patrimoniaux investis par le Festival le temps d’un concert : églises, auditorium et Théâtre du Puy-en-Velay, églises d’Ambert et de Chamalières-sur-Loire, basilique de brioude, collégiale de Saint-Paulien…

Les festivaliers – près de 25 000 entrées prévues – pourront également applaudir cet été de nombreux jeunes talents récemment récompensés : Stéphane Degout et Alexandre Tharaud (Victoires de la Musique classique), les lauréats des concours Reine Elisabeth (violon), besançon (direction), Lyon (musique de chambre), Clermont (chant), sans oublier des ensembles vocaux émergents comme Mélisme(s) et Aedes.

ET AUSSI …

Conjointement aux quarante concerts principaux, le Festival propose de nouveau en accès libre une vingtaine de sérénades et concerts kiosque, deux auditions d’orgue, des présentations de concerts… et plusieurs actions pédagogiques.

La grille tarifaire et les réductions ne changent pas, le Festival poursuit ainsi son ouverture vers de nouveaux publics, avec des places de 8€ à 80€.

En savoir plus sur la programmation

Histoire d’un festival unique

En Haute-Loire, «Midi de l’Auvergne », à 1100m d’altitude, le petit village de La Chaise-Dieu entoure une majestueuse abbatiale gothique du XIVe siècle, écrin de trésors patrimoniaux : danse macabre, stalles, gisant du pape Clément VI, grand orgue et un ensemble unique de tapisseries.

En 1965, le grand pianiste hongrois Georges Cziffra découvre La Chaise-Dieu, et s’émerveille devant la beauté et la sobriété du lieu. Il décide d’y donner plusieurs récitals et concerts à partir de 1966. Grâce à l’engagement de bénévoles, le Festival Cziffra est né, rebaptisé Festival de La Chaise-Dieu quelques années plus tard. Guy Ramona reprend le flambeau en 1976.

Il développe le Festival, participe au renouveau de la musique ancienne exécutée sur instruments anciens, invitant notamment William Christie ou Jean-Claude Malgoire. Dans les années 1990, le Festival innove encore par des concerts avec «spatialisation », utilisant la tribune de l’orgue, le jubé… et la production d’opéras d’église ou d’oratorio avec mise en scène.

La réputation de l’évènement s’affirme avec la venue de grands noms comme Mstislav Rostropovitch, Ivry Gitlis, Marielle et Katia Labèque, Michel Corboz, Krzysztof Penderecki, Jean-Philippe Collard, Renaud Capuçon… de prestigieuses formations et des orchestres nationaux (Ile-de-France, Lille, Lyon, Lorraine…), et de très nombreux artistes venus de toute l’Europe et au-delà.

Depuis les années 2000, un tiers des concerts du festival sont programmés « hors les murs » casadéens, au Puy-en-Velay, à brioude, Ambert, Chamalières-surLoire, ou dernièrement Saint-Paulien. Jean-Michel Mathé a repris la direction du Festival en 2003, cherchant à ouvrir les répertoires, développer les partenariats artistiques et le travail en réseau, moderniser l’organisation et l’image du Festival tout en conservant ses atouts, notamment en terme d’exigence artistique.

La musique de chambre et les récitals ont trouvé leur place, grâce à la transformation des anciennes granges de l’abbaye de La Chaise-Dieu en un auditorium de 200 places, inauguré en 2010. Les actions culturelles et édagogiques se développent également : atelier, conférences, actions vers de nouveaux publics. L’identité du Festival est désormais construite autour de deux éléments forts : une programmation centrée sur la musique sacrée, de la Renaissance à la musique d’aujourd’hui, dans un équilibre entre œuvres connues et (re)découvertes, interprétées par des ensembles à grands effectifs.

(87 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Tags:

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de