Une riche villa gallo-romaine découverte sur la LGV Rhin-Rhône

Partagez l'information

ARCHEOLOGIE

Dans le cadre de l’aménagement de la seconde phase de la ligne à grande vitesse Rhin-Rhône, Réseau Ferré de France a confié à l’Inrap la réalisation de plusieurs fouilles archéologiques en Côte-d’Or.

Celles-ci couvrent une période allant du Néolithique moyen (3000 avant notre ère) Moyen-Âge (Xe-XIe siècles) et ont déjà révélé plusieurs sites exceptionnels, dont un riche établissement gallo-romain à Labergement-Foigney.

Une statue du dieu Mars

À Labergement-Foigney, une importante villa gallo-romaine est actuellement exhumée. Sur deux hectares, elle se compose d’un bâtiment résidentiel (pars urbana) et d’un édifice à vocation agricole ou artisanale (pars rustica) datés des Ier et IIe siècles de notre ère. L’occupation perdure dans les siècles suivants, sous la forme d’un bâtiment sur poteaux porteurs, dans lesquels sont réemployés des matériaux de construction issus des occupations précédentes.

La découverte la plus étonnante est la tête, probablement casquée, d’une statue du dieu Mars. Il s’agit plus précisément d’un Mars juvénile, réalisé dans une pierre blanche, de taille humaine et dont la facture rappelle l’influence italique. Une inscription mentionnant l’accomplissement d’un vœu a également été découverte.

Le mobilier reflète la richesse des occupants : un dépôt monétaire de plus de 300 pièces vient d’être mis au jour ainsi qu’une importante variété de fibules de belle facture. L’une d’elle, à incrustations d’émail, est très originale et représente un animal aquatique, probablement un dauphin. Des clés de coffret, portées en bague et pendentif, des boîtes à sceaux témoignent également de la vie quotidienne des occupants. La vocation agricole de cette villa est par ailleurs attestée par la présence de nombreux outils : serpes, marteaux, compas, hache, ciseaux ou encore une très grande pelle à feu.

5000 ans d’occupation sur le tracé de la LGV Rhin-Rhône en Bourgogne

Pour cette deuxième phase, 540 hectares ont été diagnostiqués en Côte-d’Or, dans le Territoire de Belfort et  dans le Haut-Rhin, en 2010 et 2011. En Bourgogne, ces recherches ont débouché sur plusieurs fouilles prescrites par l’État (DRAC Bourgogne) et dont Réseau ferré de France a confié la responsabilité à l’Inrap. Couvrant plus de dix hectares et des périodes allant du Néolithique moyen (3 000 avant notre ère) au Moyen-Âge (Xe-XIe siècles), les recherches portent sur des habitats, des aires artisanales et agricoles, et des nécropoles. Les fouilles ont débuté en avril 2012 dans les communes de Genlis, Collonges-les-Premières et Labergement-Foigney. Près de 70 archéologues et spécialistes (céramologues, géoarchéologues, archéozoologues, numismates…) œuvrent sur le terrain et en laboratoire. Deux nouvelles opérations sont programmées en 2013.

Pour l’Inrap, ces recherches s’inscrivent dans la continuité des opérations d’archéologie déjà réalisées pour Réseau Ferré de France sur la première phase de la LGV Rhin-Rhône. De 2004 à 2008, les équipes de l’INRAP ont explorés plus de 1500 hectares sur l’ensemble du tracé. Les diagnostics ont donné lieu, entre 2006 et 2007, à seize fouilles en Franche-Comté et en Bourgogne. Celles-ci ont entre autres révélé les villae de Jallerange, Burgille, Thervay, Brans, Chaucenne et Geneuille pour l’Antiquité, ou encore un moulin médiéval exceptionnel à Thervay (Jura).

Lire aussi

Nettoyage de l'épave romaine mise au jour dans le port antique d'Antibes (Alpes-Maritimes) en 2012.Le bois utilisé dans la construction du navire est de qualité moyenne : la coque est par endroits renforcée par des plaquettes de plomb maintenues par de petits clous.
Un navire romain découvert à Antibes

Un site pour localiser les sites archéologiques

L’Inrap met en ligne ses archives

 

Mercredi 26 septembre 2012

Laisser un commentaire


EmailEmail
Google Analytics Alternative