Le Bagne portuaire de Toulon Entre réalités et imaginaire 1748…

Partagez l'information

 

EXPOSITION - PATRIMOINE MILITAIRE

Nouvelle exposition réalisée par le musée national de la Marine, en collaboration avec le Service historique de la Défense et le Centre d’instruction naval de Saint-Mandrier : Le Bagne portuaire de Toulon Entre réalités et imaginaire 1748 – 1873. A voir jusqu’au 13 mai 2013

(Extrait du communiqué de presse) Il y a plus de 260 ans… s’ouvrait à Toulon une nouvelle page du système pénitentiaire français : le bagne. Héritier des galères en 1748 dont il prolonge les peines, le bagne portuaire de Toulon ne disparaitra qu’en 1873, longtemps après ses équivalents de Brest (1858) et de Rochefort (1852). Ces 125 années de présence au cœur de la cité ont laissé une empreinte forte au sein de l’arsenal, marquant à jamais les esprits et la mémoire collective toulonnaise.

Une part belle est faite aux maquettes d’architecture réalisées spécialement pour l’exposition. Sont présentés également les ouvrages d’art entièrement construits par les bagnards, tel l’hôpital de Saint-Mandrier et sa chapelle, petit bijou néoclassique toujours fièrement campée en face du port militaire de Toulon. La réussite de sa construction et sa longévité sont le fruit du travail de force et de la sueur des bagnards. Les plans originaux sont exposés face aux maquettes dans un dialogue intemporel et topographique, nécessaire à la compréhension de cette histoire.

L’exposition raconte l’arrivée des forçats à Toulon, le « traitement » des bagnards, leur habillement avec la reconstitution fidèle d’une tenue de bagnard condamné à vie et affublé de ses lourdes chaines, leur quotidien au travail, mais aussi leurs rocambolesques évasions.

Le point fort de cet espace est la présentation inédite au public, et pour la première fois à Toulon, des manuscrits du Commissaire Reynaud (1779-1859). Administrateur et commissaire du bagne sous la Restauration, ses carnets illustrés sont ponctués d’aquarelles fines et délicates. Au nombre de sept (certains sont des doubles réalisés du vivant de l’auteur) jamais publiés mais repris par les nombreux auteurs sur le bagne au XIXe siècle, ils demeurent un des témoignages clés, vécu de l’intérieur, de ce système carcéral reposant sur le travail forcé.

La dernière partie plonge le visiteur dans l’imaginaire du bagne au contact de la figure même des « indociles », des relégués, et de leur modeste artisanat destiné à être vendu afin d’améliorer l’ordinaire. Ces fortes personnalités décrites, dessinées, croquées sur le vif ainsi que leur univers fait de pierre, de fer, de bois et de chanvre, inspirent les romanciers du XIXe siècle comme Victor Hugo ou Alexandre Dumas.

Visiter cette exposition, c’est appréhender les conditions topographiques, historiques, politiques et sociologique de cette histoire, écrite le plus souvent loin des yeux, derrière des murs épais, laissant la voie libre à l’imaginaire collectif.

En savoir plus sur l’exposition

Lire aussi

image description

Les médailles entre Art nouveau et Art déco

L’Agenda de Patrimoine en blog

Salon International du Patrimoine Culturel du 8 au 11 novembre 2012

Jeudi 8 novembre 2012

2 réponses pour “Le Bagne portuaire de Toulon Entre réalités et imaginaire 1748…”

  1. Redigé par blouet:

    recherche un bagnard BLOUET louis debut 1833 toulon brest 1834 rochefort 13 2 1835 retour a toulon 1841 ou il serait mort merci

  2. Redigé par rocamora:

    bonjour,

    préparant un Master patrimoine musical, je cherche tous documents concernants les chants, musiques, poèmes , écrits ou ré appropriés par les bagnards entre le 19ième et 20ième siècle, je suis en lien avec le musée de l’île de Ré, des maîtres de conférence ainsi que la bibliothèque de l’hôtel de ville?

    Merci de m’avoir lue

    D.R

Laisser un commentaire


EmailEmail