L’église Saint-Jacques de Dieppe en péril

Partagez l'information

Les églises de Seine-Maritime en danger :

  1. Vieille de 700 ans, l’église Saint-Jacques de Dieppe voit ses pierres tomber, ses fresques disparaître et les fissures apparaître. (France 3 Haute Normandie 27 mars 2013)
  2. Eglise de Gousseauville (première pierre posée en 1250) Étayée depuis 2003, la chapelle de Gousseauville survit, dans l’attente de rénovation. L’association qui tient à la préserver affirme qu’aucune instance n’arrive à répondre à ses inquiétudes. (Le Courrier Picard 30 juin 2010) (40 000 clochers 11/09/2010)
  3. L’église abbatiale Saint-Ouen à Rouen : «Pelouse interdite. Attention chute de pierres. » Ce panneau d’avertissement fiché sur le parvis de la splendide abbatiale gothique Saint-Ouen résume le drame qui touche les trésors architecturaux de Rouen. Témoins des périodes glorieuses que la cité normande a connues tout au long de l’Histoire, ses monuments se délabrent, lentement mais sûrement. (Source Lepoint.fr 19 juin 2008)
  4. L’église Saint-Maclou à Rouen «  fait particulièrement enrager Jean-Pierre Chaline, le président de l’association Amis des monuments rouennais. « C’est un des grands scandales de la restauration d’après-guerre, lance sans ambages cet historien. La partie de l’église qui a été détruite en 1944 n’a jamais été entièrement réparée. Le clocher a été fini l’an dernier, mais certains pans de mur sont encore en parpaings. Les chapelles n’ont pas été refaites et les décors baroques, abîmés, sont toujours dans les caves. Pourtant, avant la guerre, Saint-Maclou était un des monuments les plus prisés. C’est un joyau qu’on a laissé dépérir. » (Source Lepoint.fr 19 juin 2008)
  5. La chapelle de l’hôpital d’Yvetot dans la cour de l’hopital, près de la maison de retraite, l’église tombe également en ruines ….. Je regarde les gargouilles, les visages magnifiques sur les encorbellements ….. Personne ne semble s’en soucier. » (Signalé par une lectrice de ce blog le 12 juillet 2008, voir le commentaire ci-dessous)
  6. l’église Saint-Nicaise, à Rouen située non loin de la rue Orbe. Avant 1993, elle était toujours entretenue et maintenant c’est la catastrophe. Aucune subvention, aucune aide ni de la Région, du conseil général ou de la municipalité. L’indifférence totale ! veut-on la voir s’effondrer qu’on serait satisfait ? Elle mérite une attention particulière et voudrait être sauvée… Cette église est un monument historique du XIIe siècle… (selon Sylvie freulon dans un message à lire ci-dessous, daté du 14 octobre 2009) lire aussi Paris-Nomandie du 18 octobre 2009
  7. L’église Saint-Paul à Rouen. selon Paris Normandie du 18 octobre 2009, fermée depuis dix ans…
  8. L’église Saint-Pierre du Châtel, à Rouen … à l’angle des rues aux Ours et Camille-Saint-Saëns, est presque une ruine. « Les murs de l’église Saint-Pierre du Châtel se dressent pourtant encore au milieu d’un espace vert. Le 30 mai 1944, pendant la Semaine rouge, l’église est gravement atteinte par les bombardements. La charpente, démontée après le sinistre, est toujours entreposée dans un des hangars de la ville. (Paris Normandie du 18 octobre 2009) voir aussi : http://www.40000clochers.com/Historique.asp?NumHistorique=51492

 

Pages suivantes :

Consulter les listes actualisée des églises menacées dans les autres départements

Voir le reportage France 3 Haute-Normandie de Grégory Archiapati, Judikaëlle Rousseau et Jérôme Bègue

Pages: 1 2 3

Jeudi 28 mars 2013

Une réponse pour “L’église Saint-Jacques de Dieppe en péril”

  1. Redigé par Luc BOUTET:

    Cela n’aura échappé à personne : le pays est en crise !

    Dans ces moments d’immenses difficultés financières, d’aucuns trouveront complétement démentiel de consacrer, même un centime d’€uro, pour sauver le patrimoine.

    C’est un peu le cas d’un propriétaire d’une maison, qui après le départ de locataires apportant des recettes, décidait de ne plus réparer la toiture de la maison, qui pourtant fuit !

    Il doit vite, rechercher de nouveaux locataires, il doit louer en chambres d’Hôtes, organiser des visites ou trouver d’autres solutions, mais il doit impérativement effectuer les travaux urgents qui s’imposent et les faire suivre des moins urgent, voire programmer ceux faits au nom du « plaisir des yeux » !

    Même en période de grosses difficultés, il faut trouver les solutions à la réhabilitation de nos monuments, sinon nous nous appauvrirons collectivement.

    Et la rénovation : c’est des emplois, c’est des artisans d’Art qui font du Chiffre d’Affaire, qui paient de la TVA et des impôts. C’est des PME qui fournissent des matériaux, c’est de l’activité économique. C’est des Bureaux d’Architectes qui travaillent et font travailler des entreprises. C’est tout bon pour la crise actuelle.

    Alors, même les revenus modestes peuvent faire un petit, un tout petit don pour restaurer une église, réparer un ouvrage d’Art ancien, retaper une vieille ferme.

    En fait, en agissant ainsi, on se donne à nous même !

    Luc BOUTET

Laisser un commentaire


EmailEmail