Trésors cachés du Louvre au Puy-en-Velay

Pocket
Article pouvant être lu en 3 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

EXPOSITION

Une exposition inédite du Louvre « hors les murs » à l’Hôtel-Dieu du Puy-en-Velay (Haute-Loire) ouvrira ses portes du 6 juillet au 11 novembre 2013 sur L’Égypte pharaonique, trésors cachés du Louvre. Pèlerinage au temps des Égyptiens : rendre visite aux dieux

Organisée selon deux parcours autour du monde des dieux et celui des hommes, cette exposition invitera tous les publics à découvrir ces pratiques anciennes qui s’apparentent à celle du pèlerinage, au cœur d’une région qui a vu naître le chemin de Compostelle.

Le Louvre, qui conserve une des plus importantes collections d’antiquités égyptiennes au monde, a accepté exceptionnellement d’ouvrir ses réserves pour présenter au public un choix des objets rarement montrés, parfois totalement inédits. Les œuvres locales seront également à l’honneur, puisque des objets égyptiens du musée Crozatier du Puy-en-Velay ainsi qu’une stèle du musée des Beaux-Arts de Lyon complètent la présentation.

Statue cube naophore du scribe Khâ

Ouvert par la très belle statue de Khâ, porteuse d’un hymne à Osiris faisant allusion à la fête du dieu dans son sanctuaire d’Abydos, le parcours propose au visiteur d’explorer successivement le monde des dieux et leurs sanctuaires, puis celui des hommes, avec leurs pratiques religieuses, funéraires et cultuelles.

Dans une première section, des statues divines et des stèles familiarisent le visiteur à l’univers divin complexe de l’ancienne Égypte. Où qu’il se trouvait, l’égyptien était certain de disposer d’une divinité proche et d’un lieu sacré. Le panthéon était organisé en « familles » de divinités qui disposaient d’édifices sacrés évoqués, dans l’exposition, par des tabernacles et des stèles. La statue du dieu, en principe invisible au fond du sanctuaire, était montrée aux fidèles au cours de la procession des grandes fêtes. Un choix de papyrus du Louvre illustre le voyage fictif des dieux et des hommes.

Avant d’accéder au monde des hommes, la curiosité du visiteur sera sollicitée par une évocation de la tombe réunissant un cercueil et des vases canopes du musée Crozatier ainsi qu’un extrait d’un Livre des Morts du Louvre. Afin de bénéficier du salut éternel, l’égyptien devait accomplir un pèlerinage, réel ou fictif, assurer la conservation de son corps et de son nom comme l’illustre un autre cercueil du musée Crozatier. Il avait aussi prévu d’esquiver les corvées dans l’au-delà en se faisant remplacer par des serviteurs funéraires matérialisés par 229 spécimens du Louvre présentés en groupe.

La seconde section sera consacrée à la dévotion personnelle souvent liée à la pratique du « pèlerinage ». En effet, afin d’obtenir la bienveillance des dieux, les fidèles ont cherché à obtenir une médiation efficace par la multiplication d’ex-voto : stèles, statues, figurines, etc. qui seront présentés de manière didactique.

Informations pratiques :

Le parcours s’articule en deux temps : le monde des dieux (panthéon et lieux saints) et celui des hommes (pratiques funéraires et cultuelles).

Exposition ouverte du 6 juillet au 11 novembre 2013.

En savoir plus sur l’exposition

(120 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Tags: , ,

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de