Côtes flamandes

Pocket
Article pouvant être lu en 3 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

Cote à cote, le littoral sans frontièreTOURISME CULTUREL

Depuis 4 ans, Côte à Côte propose des circuits thématiques sur les rivages flamands de France et de Belgique.Avec des merveilles à découvrir

En 2007  le projet Côte à Côte est né de la volonté commune des offices de tourisme flamands et français de la côte – entre Gravelines et Middelkerque – de fédérer leurs atouts respectifs. Cette démarche inédite, regroupant 2 pays pour la promotion commune d’un territoire a emporté l’intérêt des fonds européens Interreg. Piloté conjointement par l’AGUR – Agence d’urbanisme et de développement de Dunkerque – et Westtoer – son homologue flamand -, le projet fédère aujourd’hui 6 offices de tourisme et 6 partenaires institutionnels.

Voici quelques bons plans proposés par Côte à Côte

Devoir de mémoire

Le littoral franco-belge a été le théâtre de nombreux événements historiques. Malgré les destructions importantes connues au cours des deux guerres, certains vestiges témoignent de ce passé.

  • A Nieuwpoort, le monument circulaire dédié au roi Albert 1er laisse une vue imprenable sur la ville.
  • Le mémorial du souvenir à Dunkerque retrace, par une exposition de photos et de maquettes, l’opération dynamo – évacuation de 400 000 soldats par la côte. Une visite qui peut être complétée par la découverte du fort des Dunes de Leffrinckoucke.
  • A Koksijde, le monument des « Zouaves », qui rend hommage aux huit mille soldats du corps d’infanterie algérien, morts pendant la première guerre au service de l’armée française.

Il était une foi…

Nombreux, les édifices religieux qui jalonnent le littoral témoignent encore des faits marquants de la vie quotidienne du passé. Monumentaux ou modestes, ils accueillent aujourd’hui l’art et l’histoire et sont ouverts au public pour des moments de recueillement ou de découverte.

  • L’église Saint Jean Baptiste, à Bourbourg dont le choeur gothique a été classé monument historique en 1920. Après 60 ans de fermeture, celui-ci fraichement rénové redévoile ses trésors.
  • A Dunkerque, l’église Saint Eloi qui abrite le tombeau de Jean Bart – célèbre corsaire de Louis XIV – est ouverte aux visiteurs et amateurs du patrimoine culturel et religieux de la côte flamande.
  • A Koksijde, le musée interactif de l’abbaye cistercienne, Ten Duinen (1138), accueille les visiteurs et présente la vie des moines, des femmes, des nobles et des paysans de la côte flamande au temps du Moyen- Âge.

L’architecture sous toutes ses coutures

Des premières maisons de pêcheurs aux villas balnéaires, de chaque côté de la frontière, l’histoire de l’architecture se revit sous toutes ses formes.

  •  A De Panne, Koksijde ou encore Middelkerke, les offices de tourisme proposent des visites guidées, des promenades cyclotouristiques pour découvrir des quartiers aux architectures et aux histoires étonnantes. Notamment, les quartiers Dumont à De Panne et le village sénégalais de Koksijde.
  • Les villas malouines, qui témoignent du passé de station balnéaire de Malo. Excentricité, irrégularité, démesure, folie : le témoignage d’une époque florissante.
  • A Dunkerque, dans le centre ville : le quartier excentrique. Dans les années 20, François Reynaert a construit au gré de son imagination, d’étranges maisons aux formes éclectiques et aux couleurs pastel.

Une brochure et un pass sont disponibles dans les offices de tourisme concernés : En savoir plus

(28 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Tags:

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de