Première exposition consacrée à François‐André Vincent (1746‐1816)

Partagez l'information

François-André VINCENT TOURS – MONTPELLIER – PARIS

François‐André Vincent (1746‐1816), un artiste entre Fragonard et David, au Musée des Beaux‐Arts de Tours du 19 octobre 2013 au 19 janvier 2014, puis au Musée Fabre de Montpellier Agglomération du 8 février au 11 mai 2014

Une sélection de dessins de Vincent, dans les collections publiques et privées parisiennes, fera l’objet d’une présentation au musée Cognacq‐Jay à Parisdu 26 mars au 30 juin 2014

(Extrait du dossier de presse) À l’occasion de la publication chez Arthena d’une importante monographie, incluant un catalogue raisonné, consacrée à François‐André Vincent (1746‐1816) par Jean‐Pierre Cuzin, ancien conservateur général du département des peintures du musée du Louvre, le musée des Beaux‐Arts de Tours et le musée Fabre de Montpellier Agglomération, qui conservent des oeuvres de cet artiste, s’associent pour organiser, en deux temps et deux lieux, d’octobre 2013 à mai 2014, la première exposition qui lui soit consacrée.

François-André VINCENTÀ travers la sélection de plus d’une centaine d’oeuvres, provenant de collections françaises et étrangères, publiques et privées, l’exposition entend redonner à l’artiste sa place dans l’histoire de l’art, dans la production d’une époque charnière et souligner les apports originaux de son oeuvre.

Souvent novateur dans les thèmes abordés, il a ouvert la voie à un répertoire renouvelé. Les publications récentes ont en effet montré l’importance de François‐André Vincent, aussi bien pour la peinture que pour le dessin. Ses oeuvres, entre deux mondes stylistiques, ont pu être confondues avec celles de Fragonard comme avec celles de David. L’artiste tient une place essentielle dans la peinture française comme promoteur des sujets empruntés à l’Antiquité comme de ceux pris à l’Histoire de France. Il peut apparaître aussi, à beaucoup d’égards, comme un « préromantique ». Son rôle dans le domaine du portrait se révèle capital. Il est également un magnifique dessinateur, qui sut passer brillamment du lavis à la sanguine, du trait de plume au crayon estompé. Vincent est aussi l’auteur de caricatures particulièrement savoureuses et novatrices.

François-André VINCENTCette exposition est reconnue d’intérêt national par le ministère de la Culture et de la Communication/ Direction générale des patrimoines/ Service des musées de France. Elle bénéficie à ce titre d’un soutien financier exceptionnel de l’Etat. Elle devrait apporter la révélation d’un grand artiste jusqu’ici méconnu et dont les oeuvres enrichissent les collections publiques et privées les plus prestigieuses, tant en Europe qu’à l’étranger.

Enfin, une sélection de dessins de Vincent, dans les collections publiques et privées parisiennes, fera l’objet d’une présentation au musée Cognacq‐Jay, du 26 mars au 30 juin 2014.

Le commissariat

Le commissariat de l’exposition est constitué, aux côtés de Jean‐Pierre Cuzin qui a sélectionné peintures et dessins, d’Isabelle Mayer‐Michalon, docteur en histoire de l’art, de Sophie Join‐Lambert, conservateur en chef du Patrimoine, directeur du musée des Beaux‐Arts de Tours, Michel Hilaire, conservateur général du Patrimoine, directeur du musée Fabre de Montpellier Agglomération, Véronique Moreau, conservateur en chef du Patrimoine, chargée des collections de peintures du XIXe siècle au musée des Beaux‐Arts de Tours et Olivier Zeder, conservateur en chef du Patrimoine, chargé des collections de peintures et de sculptures anciennes au musée Fabre de Montpellier Agglomération.

Un rassemblement d’oeuvres exceptionnel

Les oeuvres viennent principalement de collections publiques françaises : Paris : musée du Louvre, Ecole nationale supérieure des Beaux‐Arts, Assemblée nationale, musée national du château de Versailles et des musées d’Angers, Amiens, Besançon, Bordeaux, Caen, Cherbourg, Dijon, Grasse, Guéret, Le Mans, Lyon, Marseille (musées Grobet‐Labadié et Beaux‐Arts), Montpellier (musées Fabre et Atger), Orléans, Pau, Pontoise, Rennes, Rouen (musée des Beauxarts
et bibliothèque patrimoniale Jacques‐Villon), Rueil‐Malmaison, Saint‐Omer, Strasbourg, Toulouse, Tours.

Collections publiques étrangères :

  • Autriche : Vienne
  • Allemagne : musées de Cassel, Karlsruhe
  • Etats‐Unis : musées de Los Angeles (LACMA), New York (The Metropolitan Museum of Art)
  • Italie : musée de la chartreuse San Martino, Naples

Collections privées françaises et étrangères :

  • Lyon, Nancy, Orléans, Paris ; Genève, Grande Bretagne, Etats‐Unis dont la prestigieuse collection Horvitz.

Le réseau FRAME

Pour réaliser cette exposition, le commissariat scientifique a fait appel aux musées du réseau FRAME (French Regional American Museum Exchange) qui ont très généreusement répondu à cet appel. En effet, ce sont plus de dix musées français dépendant des villes ou agglomérations de Bordeaux, Dijon, Marseille, Montpellier, Rennes, Rouen, Strasbourg, Toulouse et Tours et un musée américain (Los Angeles) qui ont accepté de prêter quinze oeuvres (peintures et dessins) pour une longue période de six mois.

Musée des Beaux‐Arts de Tours
18 Place François Sicard
37000 Tours
Tél : 02 47 05 68 73 Tél : 06 71 62 74 15
www.mba.tours.fr/

Musée Fabre de Montpellier Agglomération
39, Boulevard Bonne‐Nouvelle
34000 Montpellier
Tél : 04 67 14 83 00 Tél : 06 76 92 55 25
museefabre.montpellier-agglo.com

Jeudi 19 septembre 2013

Laisser un commentaire


EmailEmail
Google Analytics Alternative