Halles de Fontainebleau Le week-end de tous les dangers

Partagez l'information

HALLES DE FONTAINEBLEAU

Promises à la démolition lundi 23 septembre 2013 par le maire de Fontainebleau, sourd aux appels à la sauvegarde des défenseurs du patrimoine, de personnalités politiques, culturelles et du monde de l’architecture, et même de membres de son conseil municipal, les halles de Fontainebleau, édifiées en 1942 par Nicolas Esquillan, également architecte du Cnit de La Défense, risquent de connaitre leurs dernières heures si les ultimes recours n’arrêtent le bras armé du maire !

Halle de Fontainebleau (DR)

Selon Dominique Poiret, de Libération.fr , « En attendant lundi, une conférence de presse est prévue dimanche à l’heure du marché, de grands prix d’architectures sont attendus, dont Rudy Riccioti (architecte du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée - Mucem), Michel Virlogeux (concepteur du viaduc de Millau et du pont de Normandie) et peut-être la présence de Jack Lang, pour qui «la halle est un ouvrage rare qui nécessite d’être sauvegardé», a-t-il écrit au tribunal. En effet, un recours a été déposé au tribunal administratif contre la décision de la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti (PS), de ne pas classer l’édifice. »

Selon Jean-François Cabestan, historien de l’architecture et enseignant à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, qui a consacré plusieurs pages de son site internet à la défense de la halle, non seulement il n’y a pas urgence  mais  » puisqu’un projet de renouveau urbain est actuellement promu par la Municipalité, on ne comprend pas pourquoi cette halle audacieuse, curieusement sous-estimée mais utile à ses usagers ne saurait constituer l’éventuel point d’ancrage et le pôle d’attraction d’un vrai « Cœur de Ville » rajeuni. »

Une conseillère municipale, Monique Fournier est intervenue lors d’un conseil municipal houleux le 16 septembre 2013 :  » Chers collègues,  Il est tout de même incroyable que le conseil n’ait pas été saisi d’une délibération sur la démolition de la Halle et le déplacement du marché, mais qu’il soit saisi d’un point de détail comme la délibération de ce soir », peut-on lire sur son blog.  » L’absence de motivation et de réelle concertation ne peuvent justifier cette démolition anticipée, sans qu’il y eut préalablement une information complète des parties prenantes, une étude des conséquences financières et économiques et plus généralement une adhésion après un débat loyal des Bellifontains à ce bouleversement, » poursuit la conseillère municipale a déposé un déféré auprès du contrôle de légalité de la préfecture pour dénoncer l’illégalité de la procédure.

Argument que déniait par avance Frédéric Valletoux, maire de Fontainebleau, en juillet 2013 sur son blog, alors qu’il se félicitait du refus de classement de la halle par le ministère de la Culture : « Au terme de cette instruction minutieuse, il apparaît que le bien-fondé du projet porté par la Ville, son intérêt urbain, mais aussi sa légalité et sa légitimité ont été pleinement reconnus. Je rappelle qu’avec ce projet conçu en concertation avec les Bellifontains depuis plusieurs années, il s’agit de rendre à Fontainebleau une vaste place cœur de ville, en lieu et place d’un parking a ciel ouvert, qui défigure notre ville historique et touristique. »

A noter que d’autres recours ont également été déposés d’autres membres du conseil municipal.

Le 5 mars 2013, une cinquantaine de personnes s’étaient opposées à la démolition de la halle de Fontainebleau en s’interposant devant les bulldozers

Le bras de fer est tendu…

 

 

Vendredi 20 septembre 2013

Laisser un commentaire


EmailEmail