Budget Culture 2014 Les monuments historiques sauvent les meubles

Partagez l'information

LOI DE FINANCES 2014 – BUDGET DU MINISTÈRE DE LA CULTURE

Dans l’effort général demandé aux ministères dans la dépense de l’Etat en 2014, on peut dire que le ministère de la Culture s’en sort pas trop mal avec de « seulement » une baisse de 2,6 milliards d’euros au budget. Si les crédits de restauration des monuments historiques se stabilisent autour de 300 millions d’euros, ceux dévolus aux musées vont connaître une baisse sensible.

Ce qu’en dit la presse

  • Budget 2014 : la Culture perd ses moyens Par Claire Bommelaer et Valérie Duponchelle (Le Figaro.fr) : L’année prochaine, le ministère va privilégier le spectacle vivant et l’enseignement artistique. Et sabrer dans les budgets des musées. Lire la suite
  • Budget 2014 : le détail des 9 milliards de coupes dans les ministères (Le Monde) : Aurélie Filippetti sauve les meubles. Avec 2,6 milliards d’euros de crédits pour la mission culture en 2014 (- 2 %), la ministre peut faire valoir que cette évolution est conforme au projet de loi de programmation triennal (2013-2015) des finances publiques. Les priorités sont portées sur l’éducation artistique et culturelle, qui bénéficie d’un budget de 38,2 millions (en hausse de 15 %), sur les établissements d’enseignement supérieur (en hausse de 5 %) et sur le financement du spectacle vivant et des arts plastiques qui voient leurs crédits d’intervention dans les régions préservés. Les moyens en faveur de la restauration et de l’entretien des monuments sont également maintenus. Les économies sont dégagées essentiellement grâce à une baisse des crédits d’investissement liés à la fin de grands chantiers – comme celui du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée inauguré en juin à Marseille – mais aussi en mettant à contribution des opérateurs. Ainsi, le Centre national du cinéma subit un prélèvement de 90 millions d’euros sur son fonds de roulement et de grands établissements, comme Le Louvre, devront participer à l’« effort général ». Lire la suite
  • Budget 2014: la niche fiscale en faveur du mécénat préservée (BFM Business) : La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, promet de maintenir cette niche fiscale, mais veut publier « une charte éthique » sur son utilisation. par les entreprises. Lire la suite
  • Monuments historiques : moins d’immeubles à vendre dès 2014 ? Par Olivier Brunet (Toutr sur l’impot.com) :

    Le projet de loi de finances pour 2014 propose d’exclure les immeubles agréés de la déduction au titre des Monuments Historiques (MH). Le bénéfice de la défiscalisation serait réservé aux seuls immeubles classés ou inscrits à l’inventaire et à ceux labellisés « Fondation du patrimoine ». La rareté des biens immobiliers éligibles au dispositif Monuments Historiques (MH) risque de s’accentuer. Le gouvernement a décidé de recentrer le régime fiscal des monuments historiques en réservant le bénéfice de la défiscalisation aux seuls immeubles classés monuments historiques ou inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques (ISMH) ainsi qu’à ceux bénéficiant du label « Fondation du patrimoine ». Lire la suite

Extrait du communiqué de presse :

 » En 2014, le budget du ministère de la Culture et de la Communication s’établit à 7,26 milliards d’euros, en baisse de 2%.

 

Il est conforme au document de programmation triennal voté par le parlement en 2012 qui fixait la participation du budget du ministère à l’effort de redressement des finances publiques, sans imposer d’efforts supplémentaires à ce département ministériel.

Il donne la priorité à la jeunesse, en développant un projet national pour l’éducation artistique et culturelle (EAC) et en confortant les moyens de l’enseignement supérieur du ministère de la Culture et de la Communication qui forme 35 000 étudiants par an. 39 M€ seront alloués à l’EAC (+5 M€ en 2014, soit une hausse de 15% des moyens par rapport à 2013). Les moyens alloués à l’enseignement supérieur progressent de 7% y compris les bourses.

L’effort national en faveur du patrimoine est maintenu : les crédits de paiement en faveur des monuments historiques sont stabilisés à 309 M€ et les autorisations d’engagement des investissements progressent légèrement.

(…) Les principales économies réalisées pour restructurer le budget du ministère et financer ses priorités résultent de l’achèvement de certains grands chantiers (MUCEM, musée Picasso, etc.) à hauteur de 55 M€, de l’effort demandé aux grands opérateurs du ministère (20 M€) et à l’audiovisuel public (38 M€) et de la réforme des aides à la presse (56 M€).

Le ministère stabilise sa masse salariale et supprime 50 emplois. Il prend en charge les créations de postes nécessaires à l’ouverture du musée Picasso et à la résorption de l’emploi précaire.

Après avoir pris le temps nécessaire à la remise en ordre de son budget et à la concertation avec ses partenaires (mission Lescure, concertations sur les textes de loi « création » et « patrimoines », sur l’audiovisuel,…), l’année 2014 sera pour le ministère de la Culture et de la Communication celle de la mise en place des nouvelles régulations, indispensables après des années d’immobilisme et de paralysie.

Les projets de textes de loi sur la création et les patrimoines, la prise en compte des réformes législatives liées à l’acte 2 de l’exception culturelle, seront autant d’occasions de faire évoluer le cadre de l’action publique dans le secteur culturel avec la représentation nationale.

La réflexion se poursuivra sur les sources de financement de la création à l’ère numérique.

Centré sur la jeunesse, le soutien à la création sous toutes ses formes et le maintien de l’effort sur le patrimoine, ce budget porte les priorités gouvernementales et esquisse les contours d’un ministère ouvert au dialogue avec ses partenaires de toujours : les créateurs, les professionnels de la culture, les collectivités territoriales.  »

Lire l’intégralité du communiqué

 

 

 

 

Lire aussi

mardi 1 octobre 2013

Laisser un commentaire