Les réserves du Louvre abritées à proximité de Lens

Partagez l'information

LOUVRE

(de gauche à droite): Daniel Percheron, Président de la Région Nord-Pas de Calais, Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication et Jean-Luc Martinez, Président-directeur du musée du Louvre Crédit : MCC / Philippe Lelluch Signature du protocole relatif à la création du Centre de réserves du musée du Louvre dans la région Nord-Pas de Calais. Les réserves étant logées actuellement trop près de la Seine, en zone inondable.

(Extraits du communiqué de presse) Mercredi 2 octobre 2013, Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, Daniel Percheron, Président de la Région Nord-Pas de Calais, et Jean-Luc Martinez, Président-directeur du musée du Louvre ont procédé à la signature du protocole relatif à la création du Centre de réserves du musée du Louvre dans la région Nord-Pas de Calais.

Les trois signataires se félicitent du lancement de ce projet d’envergure, au service du patrimoine national, qui permet de répondre à l’impérieuse nécessité que constitue la sauvegarde des collections conservées dans les réserves du musée du Louvre situées en zone inondable.

Le protocole signé prévoit la création d’un comité tripartite de pilotage, composé de membres du musée du Louvre, de représentants de l’État et des collectivités locales. Co-présidé par le Président de la Région Nord-Pas de Calais et par le Président-directeur du musée du Louvre, ce comité aura pour mission d’étudier, dans un délai d’un an, les modalités d’installation du futur «Centre de réserves » à proximité du Louvre-Lens.

 

Il sera notamment chargé de réaliser les études exploratoires concernant le choix du terrain sur lequel le Centre de réserves sera édifié, la détermination de l’enveloppe financière de l’opération de travaux, l’élaboration du montage juridique relatif à l’acquisition du terrain et à la construction du Centre de réserves.

En tant que responsable des collections qui y seront entreposées, le musée du Louvre sera le seul exploitant du Centre de réserves et déterminera le contenu programmatique de l’opération de travaux pour définir les besoins en surfaces et en aménagements ainsi que les conditions nécessaires à la conservation des oeuvres. Ayant pour vocation la conservation des collections non exposées du musée du Louvre, ce Centre de réserves devra donc bénéficier d’une qualité climatique exemplaire et parfaitement adaptée à leur préservation sur le très long terme ainsi que de l’ensemble des fonctionnalités nécessaires à la gestion de ces collections par les équipes du Louvre (quai de déchargement, espaces de quarantaine, espaces de chantier des collections…).

Le besoin en superficie est évalué à 23 500 m² en intégrant les réserves situées en zone inondable dans le Palais du Louvre et les réserves délocalisées du musée. Les collections du Louvre conservées dans les locaux loués par le ministère de la Culture et de la Communication à la Plaine Saint-Denis seront également concernées par ce transfert.

Estimé à environ 60 M€, le coût de la construction du Centre de réserves sera financé à hauteur de 49 % par la Région Nord-Pas de Calais et 51 % par le musée du Louvre.

Le musée du Louvre mobilisera le prochain versement au titre de la licence de marque relative au Louvre Abou Dabi afin de financer sa part de l’investissement et les charges de fonctionnement du futur équipement sans solliciter de subvention de l’État.

La Région Nord-Pas de Calais recherchera pour sa part des financements via les aides européennes, en particulier au titre de l’objectif 1 « Renforcer la recherche, le développement technologique et l’innovation » et plus généralement dans le cadre de la nouvelle génération des programmes FEDER 2014-2020. La Région garantira la gratuité du terrain sur lequel sera implanté le Centre de réserves.

Mercredi 2 octobre 2013

Laisser un commentaire


EmailEmail
Google Analytics Alternative