Le WMF dénonce le péril de deux églises parisiennes

Partagez l'information

EGLISES EN DANGER

Détail d’une peinture murale de Henri Lehmann dans l’église Saint-Merri à Paris Photo : Didier Rykner

Lu dans La Tribune de l’art :  L’état des églises parisiennes : le World Monument Fund dénonce le scandale

À New York, aujourd’hui 8 octobre, le World Monument Fund a donc révélé sa liste pour 2014. Et parmi ces monuments en péril, il a retenu deux églises parisiennes, Notre-Dame-de-Lorette et Saint-Merri.

On ne peut dire pourtant qu’elles sont mises en danger par un cataclysme naturel, ni par un changement social, politique ou économique. La ville de Paris n’est pas pauvre, loin de là. Elle a simplement d’autres priorités que d’entretenir son patrimoine. Le cataclysme n’est pas naturel, il est politique. Et les premiers responsables sont Bertrand Delanoë, son maire depuis douze ans, et Anne Hidalgo, sa première adjointe en charge de l’urbanisme et de l’architecture.

Il s’agit d’une véritable claque pour la municipalité parisienne qui voit ainsi une grande association non gouvernementale internationale proclamer son incurie depuis New York. Le World Monument Fund aurait pu d’ailleurs inscrire encore d’autres églises sur sa liste : Saint-Augustin, Saint-Jean-de-Belleville, Saint-Séverin, Saint-Vincent-de-Paul… On ne compte plus les monuments parisiens en grand danger.

Lire la suite sur La Tribune de l’Art

 

[mapsmarker marker="36"]

[mapsmarker marker="37"]

Mercredi 9 octobre 2013

2 réponses pour “Le WMF dénonce le péril de deux églises parisiennes”

  1. Redigé par Stéphane Moisan:

    Il n’y a rien là de bien surprenant de la part d’une gauche laïcarde, qui a en détestation tout ce qui touche au religieux. Elle préfère dépenser des millions d’euros pour divertir le peuple à Paris-plage et j’en passe… Elle n’a pas compris, hélas, que ces églises en ruine sont comme des verrues au milieu du visage du beau Paris et dévastateur pour l’image internationale et touristique de la ville, capitale d’un pays réputé tolérant, la France !
    Qu’on préfère construire une tour en forme de triangle n’a rien de bien de surprenant : le symbole parle de lui-même. ce n’est pas le triangle divin mais celui de… (vous l’aurez deviné).
    CQFD.

  2. Redigé par Benoît de Sagazan:

    Vous n’y allez pas avec le dos de la cuillère, Stéphane Moisan! Vous pouvez effectivement critiquer la gestion des églises par la Mairie de Paris, point que j’appuierai volontiers, sans pour autant tomber dans des excès qui finalement nuisent à votre discours. Que dîtes-vous par exemple, de la décision du maire de Paris de donner à un pont de la capitale le nom de « cardinal Jean-Marie Lustiger » ? ou de la restauration de Saint-Sulpice ou de la tour Saint-Jacques ? Le problème ne me semble pas de l’ordre de la « détestation » mais davantage dans la priorité des actions municipales… La question de l’entretien et de la restauration des églises à Paris n’est pas prise dans son entière mesure et nous devons le dénoncer. Dénoncer oui mais avec justesse.

    D’autre part, on peut effectivement voir des symboles douteux partout. Mais le problème ne tient pas dans leur architecture triangulaire, carrée ou ovale. On peut tout simplement dire Non ! aux tours aux portes de Paris qui, comme l’a dénoncé récemment l’Unesco, est « l’une des rares capitales horizontales préservées »… cf : http://patrimoine.blog.pelerin.info/2013/10/07/lunesco-contre-les-nouvelles-tours-a-paris/

Laisser un commentaire


EmailEmail
Google Analytics Alternative