Quel avenir pour saint Louis à Lille ?

Partagez l'information

EGLISE

L’avenir de l’église saint Louis à Lille se décide en ce moment. Elle pourrait être prochainement désaffectée, quittant un usage cultuel pour un nouvel emploi culturel.

L’église Saint-Louis, reconstruite avec les dommages de guerre, est datée d’avant 1905.

Lu dans la Voix du Nord du 4 octobre 2013 (via D. D.)

« (…) on se demande si deux églises, dans un périmètre aussi proche, ça correspond encore à la pratique religieuse du XXIe siècle. Les mots sont pesés et correspondent à un vrai questionnement du moment. L’avenir de Saint-Louis, on en parle légitimement sous le beffroi lillois. Il en est également question dans les réflexions engagées par le diocèse de Lille. (…) En décembre, devrait se tenir une première réunion sur cette question. Il y en aura trois autres d’ici à 2015. « Il ne sera rien décidé avant. » Des lieux de culte trouveront-ils une autre destination ? C’est sûr. Lesquels ? « Ça se décidera au cas par cas. » Ce matin d’août, devant Notre-Dame, Dominique Plancke dit tout le bien qu’il pense d’une église qui quitte le patrimoine cultuel pour entrer dans celui de la culture, comme Marie-Madeleine dans le Vieux-Lille. »

En savoir un peu plus sur l’église saint Louis qui possède notamment une belle collection de vitraux

L’église dans les années 50

Mercredi 16 octobre 2013

2 réponses pour “Quel avenir pour saint Louis à Lille ?”

  1. Redigé par LAURENT GARNIER:

    une église va être prochainement désaffectée ou bien est-ce parce qu’elle est désaffectée et ne fait plus l’objets de cultes que prochainement elle sera désacralisée la destinant ainsi à un usage laïque?

  2. Redigé par Benoît de Sagazan:

    Pour qu’une église change de destination, elle doit être préalablement désaffectée. Autrement dit, l’affectataire, l’Eglise catholique, doit désacraliser l’édifice. Cela se fait au cours d’une cérémonie liturgique, dite parfois d’exécration, à la suite de laquelle on emporte en procession le Saint-Sacrement, les objets liturgiques et, généralement les statues de dévotion dans un autre lieux de culte. Les vitraux sont parfois récupérés. La pierre d’autel est elle aussi transférée vers un autre lieux de culte, ou brisée s’il n’existe pas d’autres moyens de la conserver.
    Dans le cas présent, à Lille, la mairie ne peut rien décider ni entreprendre tant que le diocèse de Lille n’a pas dit explicitement qu’il ne voulait plus desservir cette église. Ce qui n’est pas encore formellement décidé à ce jour, semble-t-il.
    BS

Laisser un commentaire


EmailEmail
Google Analytics Alternative