Le patrimoine archéologique de Sarrazac menacé

Pocket
Article pouvant être lu en 4 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

ARCHEOLOGIE
Le patrimoine archéologique de Sarrazac menacé

Gérard de Wallens, membre du Collectif pour un assainissement durable et respectueux des Sarrazacois, dans le Lot, me fait part de ce communiqué que je relaye bien volontiers :

Encore un Maire prêt à massacrer le patrimoine archéologique de son village

Sans inquiétudes pour l’endettement de sa commune et celui de ses administrés. « Cela relève du domaine privé » a-t-il asséné. Le Maire de Sarrazac tient absolument à commencer les travaux de création d’un réseau d’assainissement collectif à L’Hôpital Saint-Jean malgré plusieurs éléments du dossier dont la régularité ou la conformité environnementale pose question :

  • 1. Le Maire a organisé une réunion publique le 7 novembre, sous la pression de plusieurs habitants (sans informations depuis décembre 2011 et à présent réunis en collectif). Aucune discussion n’est possible. Les entreprises sont choisies, le début des travaux est prévu pour la première quinzaine de décembre 2013. Ils devraient être terminés en décembre 2014.
  • 2. Aucune évaluation des frais que devront supporter les habitants concernés ne sera faite (2 000 et 10 000 € (+ remplacement régulier des pompes et leur maintenance + taxe de raccordement + abonnement au service). Le Maire considère que cela « relève du domaine privé ». Autrement dit : « débrouillez-vous, cela ne m’intéresse pas ».
  • 3. L’étude de la circulation des eaux pratiquée en 2011 a permis de constater une apparition du colorant dans une source (les Jolis), très proche du captage du Syndicat Intercommunal d’adduction d’eau potable. Elle ne sera pourtant pas renouvelée.
  • 4. La station d’épuration est prévue dans la zone de protection de ce captage.
  • 5. Il n’y aura pas de fouilles archéologiques préventives le long du tracé du réseau. Elles sont indispensables.
  • 6. L’enquête publique de 2003, n’est plus valable. Les conditions ont en plus changé.
  • 7. Le terrain de la station d’épuration est bloqué par une PHAE2 (subsides accordés par la PAC) jusqu’en mars 2014.
  • 8. Est-il bien raisonnable de commencer des travaux aussi importants et en plein hiver, sans avoir la certitude que la parcelle sera libérée ?
  • 9. Il est apparu après la réunion que le coût du mètre cube d’eau n’est pas très clair : 2,5 € ont été annoncés, ce qui a endormi l’assistance. Or nous payons déjà en moyenne 3,06 € en 2013. (2,98 € en 2011, selon des documents du Syndicat Intercommunal Cressensac – Sarrazac). Cela permet donc de penser que le coût réel total sera de 5,56 €/m3.
  • 10. Monsieur le Maire de Sarrazac, s’est opposé par trois fois à la consultation de documents publics conservés à la Mairie, auxquels nous n’avons eu accès à chaque fois qu’en nous adressant à Monsieur le Préfet et Monsieur le Sous-Préfet.
  • 11. Nous attendons toujours la réponse à une question posée à Monsieur le Maire de vive voix le 15 novembre dernier à propos de documents que nous souhaitons consulter (relatifs à l’eau).
  • 12. Détail qui en dit long sur l’utilité de la réunion publique du jeudi 7 : nous avons reçu la feuille d’informations municipales par la poste samedi matin, certains dès vendredi 8 (cachet de la poste du 8 novembre), dans lequel figurait le résumé de la réunion. Soit la Mairie travaille la nuit, soit tout était imprimé et mis sous pli avant même la réunion.
  • 13. Enfin, l’endettement de la Commune pour cette opération (coût total : 1.234.637 €), qui concerne également Sarrazac, est très important et handicapera sa capacité d’action pour 20 ans. Il n’y a pourtant aucune obligation légale d’installer à L’Hôpital Saint-Jean un réseau d’assainissement collectif (art. R R2224-7 du Code Général des Collectivités Territoriales, confirmé par la question parlementaire n° 17874, JO Sénat, 17/11/2005, p. 2982).
  • 14. Un projet communal d’assainissement individuel aurait été aussi efficace, moins cher et aurait concerné tous les habitants de la commune et pas seulement environ 80 familles (pour les deux villages). Les techniques actuelles le permettent, ce qui n’était pas le cas il y a dix ans lors de l’établissement du schéma d’assainissement de Sarrazac.
  • Tout cela pourquoi ? − Tout va bien : le citoyen paiera l’addition comme d’habitude.

Le collectif rassemble 30 personnes

Plus d’infos sur :

Facebook : www.facebook.com/pages/CADRS/450881201689850
http://collectifadrs.blogspot.fr (documents téléchargeables)

[mapsmarker marker= »61″]

 

(66 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Tags: ,

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Valérie 29 Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Valérie 29
Invité
Valérie 29

Honte aux élus destructeurs de patrimoine qui bafouent impunément le leg des anciens! Eux mêmes ne sont que de passage. ..que laisseront ils derrière eux? !
Mobilisons nous! !