Quand le patrimoine français s’envole à l’étranger

Article pouvant être lu en 1 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

PILLAGE

Lu et entendu sur le site de la RTBF (belge) :

Appartement du château de madame Du BarryLes Echos de Paris : Le patrimoine français s’envole

Ecouter la chronique en audio

Comment des pièces du patrimoine français s’envolent-ils si facilement à l’étranger ? Comment une cheminée de 7 tonnes arrachée à un château peut-elle se retrouver en toute légalité dans un appartement New-Yorkais ?

La France peine à protéger son patrimoine tant il est immense. 4 millions de bâtiments présentent un intérêt patrimonial sans être classés monument historique. Les monuments qui sont classés et donc protégés ne représentent que 1% de l’ensemble.

Par exemple, 400 châteaux tombent en ruine alors des antiquaires ou plus largement des  » professionnels des matériaux anciens  » n’hésitent pas à racheter à bas pris de vieilles bâtisses pour ensuite récupérer tous les ornements, jusqu’aux lames de parquet Louis XIV. Et ils revendent les pièces à prix d’or à des étrangers, donc le patrimoine est ventilé, éparpillé façon puzzle. Et tout cela est légal, parce que l’Etat a déjà fort à faire avec ses 43.000 monuments historiques, et il n’a pas les moyens de protéger les 4 millions de bâtiments non classés, même s’ils présentent un intérêt patrimonial.

Commentaires via facebook
(134 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Tags: , , , ,

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Claudine Vallin Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Claudine Vallin
Invité
Claudine Vallin

Appât du gain de nos concitoyens, convoitise sans pareil d’une population en mal de racines