Une fondation au secours des églises parisiennes en péril

Pocket
Article pouvant être lu en 3 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

MECENAT – EGLISES EN PERIL

Mardi 11 février 2014, le diocèse de Paris rendait publique la création de la Fondation Avenir du patrimoine à Paris dont l’objet est de récolter des fonds « pour faire face à la dégradation de beaucoup d’églises parisiennes »

Logo Avenir du patrimoine à ParisSelon Philippe de Cuverville, économe du diocèse de Paris, la situation des églises parisiennes nécessite une mobilisation de tous :  » Depuis des décennies, l’entretien de nos églises n’est pas au niveau ». « Il pleut dans les églises à Paris ! Pour contenir les pierres, des filets sont dressés sur beaucoup d’édifices religieux, des œuvres devenues invisibles attendent parfois dans l’obscurité… », constate-t-on à la Fondation où l’on évoque également des chutes de pierres à La Madeleine, d’un lustre et d’une statue à Saint-Augustin.

Pour y remédier et appuyer l’action de la Ville de Paris, propriétaire de 85 églises et chapelles, qui dépense une dizaine de millions d’euros par an pour l’entretien de 96 édifices cultuels (temples et synagogues compris, l’objectif premier de cette nouvelle fondation, placée sous l’égide de la Fondation Notre-Dame, est de lever 7 millions d’euros au cours des trois prochaines années. Cet appui offert par la Fondation à la Ville de Paris se veut stimulant. « Nous parions que par cette aide, la Ville aura envie d’en faire encore plus en faveur de nos églises » souligne Philippe de Cuverville devant Danièle Pourtaud, adjointe au maire de Paris, présente au lancement de la Fondation.

Robert Leblanc (DR)Cette mission,  le président de cette nouvelle fondation, Robert Leblanc, la relève avec  une détermination. Ce chef d’entreprise de 56 ans qui préside la société de courtage d’assurance Aon France, est également le président des Entrepreneurs et dirigeants chrétiens (EDC) encore pour quelques mois, mais il se présente d’abord comme « un amoureux des vieilles pierres et de Paris » où il réside depuis 35 ans. Un comité de parrainage, comprenant les personnalités des milieux de l’entreprise, de la culture et du patrimoine (dont Jean-Pierre Bady, ancien directeur du Patrimoine au ministère de la Culture, et Jean de Lambertye, président de la Demeure Historique) l’assistera. (Voir la Liste du comité)

Dès sa création, la Fondation a ouvert trois Fonds prioritaires en lien avec des associations locales en faveur des églises Saint-Augustin, Saint-Merri et La Madeleine. La levée de fonds sera recherchée tant auprès d’entreprises nationales que des commerçants et des habitants du quartier concerné. Ses prometteurs se veulent également « créatifs » et envisagent de multiplier les canaux de collecte. Mais l’évocation d’utiliser les bâches de chantier à des fins publicitaires soulève déjà l’opposition de certains, dont notre confrère Didier Rykner de La tribune de l’Art, et quelques réserves dans l’actuelle équipe municipale…

Tout en se lançant dans ce grand défi de la collecte de fonds, la Fondation Avenir du patrimoine à Paris aura aussi à se faire connaître du public parisien. Pour l’y aider, un site internet vient d’être mis en ligne.

Lire ce qu’en dit Sabine Gignoux dans La Croix

Lire ce qu’en dit Claire Bommelaer dans le Figaro

Lire ce qu’en dit la Fédération Patrimoine Environnement

Sur ce sujet

 

(177 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Tags: , , , , , , , , ,

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
BERBARI ROULA Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
BERBARI ROULA
Invité
BERBARI ROULA

Bonjour,
je cherche à être utile pour préserver l’accueil dans une paroisse qui sommeille. C’est à dire je voudrai mettre mes compétences au service de la messe et les célébrations, je sais animer et psalmodier.
J’habite Les Yvelines I-D-F.
Expérience = 27 ans.
F mère de 3 enfants indépendants.

Cordialement.

R.B.