4000 lieux de cultes sauvés avec la Fondation du patrimoineArticle pouvant être lu en 6 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

MECENAT

fondation_patrimoineSelon la Fondation du Patrimoine, les édifices cultuels français sont estimés aujourd’hui à 50.000, situés sur 36.600 communes, dont 32.000 ont moins de 2.000 habitants. Depuis le début du siècle 19 églises (selon le recensement de Patrimoine-en-blog) auraient été démolies … Depuis 2002, la Fondation du Patrimoine a aidé au sauvetage de plus 4000 lieux de culte

(Communiqué)
La conjugaison des moyens publics et des moyens privés au bénéfice du patrimoine bâti cultuel n’a jamais été aussi efficace en quantité comme en qualité, même si le résultat est inégal sur le territoire : certains départements sont plus « champions » que d’autres mais la tendance est globale, forte et durable. Pour autant l’émotion suscitée par les démolitions d’églises est bien compréhensible, mais il ne faut pas confondre les choses avec le bruit qu’elles font. A l’image des accidents d’avion, ces destructions sont d’autant moins acceptées qu’elles sont rares !

La sauvegarde du patrimoine religieux fait partie intégrante du champ d’action de la Fondation du patrimoine et représente aujourd’hui environ 75 % de ses interventions en faveur des projets publics. La prédominance de cette catégorie d’édifices ne résulte pas d’un parti pris, mais correspond à la demande des collectivités et des associations propriétaires, porteuses des projets de sauvegarde et de restauration.

Entre 2002 et 2013 la Fondation du patrimoine a soutenu financièrement les travaux de sauvegarde de plus de 4000 lieux de culte, majoritairement catholiques mais pas uniquement. Dans le souci de valoriser l’héritage culturel et cultuel dans sa diversité, la Fondation réserve depuis 2005 un fonds spécifique aux patrimoines juif et protestant, qui a permis de soutenir une centaine de projets de restauration. Ces 4000 édifices sauvegardés, églises, chapelles, temples et synagogues sont, pour 86 % d’entre eux, la propriété de communes dont les trois quarts comptent moins de 2000 habitants !

L’APPEL AU MÉCÉNAT POPULAIRE

Le premier outil mis en oeuvre par la Fondation du patrimoine est l’appel à la générosité publique au travers de souscriptions populaires pour la sauvegarde des édifices cultuels. Ceux-ci ont marqué un épisode de la vie de ceux qui l’entourent et qui constituent, quelle que soit son affectation, un repère géographique et identitaire. Au-delà de la collecte de fonds, ces souscriptions expriment très concrètement l’attachement que portent à l’édifice concerné les populations qui en sont proches, et fédèrent les habitants. Chaque donateur devient mécène de l’édifice qu’il soutient, à la hauteur de ses moyens et de ses convictions.

L’année 2013 a été, pour la Fondation du patrimoine, marquée par une collecte du mécénat populaire de 20% supérieure à celle de l’année 2012 et jamais atteinte depuis le lancement de la première souscription en 1999. Plus de 41 000 donateurs ont répondu à ces appels au mécénat populaire et se sont mobilisés en faveur des 2500 souscriptions ouvertes au don au cours de cette année passée. 802 nouvelles souscriptions ont été lancées en 2013 parmi lesquelles 590 concernaient le patrimoine religieux.

LES SUBVENTIONS DE LA FONDATION DU PATRIMOINE

Le second outil mis en oeuvre s’enchaine avec le premier et consiste en l’abondement des souscriptions, sur les fonds propres de la Fondation du patrimoine. Il a permis en 2013 de soutenir 778 souscriptions, parmi lesquelles 454 concernaient des édifices cultuels.

Cette aide financière complémentaire récompense communes et associations ayant réussi à susciter une mobilisation populaire exemplaire autour de leur projet. Le montant de cette subvention est déterminé au cas par cas selon les régions.

LE MÉCÉNAT D’ENTREPRISE

Le troisième outil est celui du mécénat d’entreprise. Il est fréquent qu’une souscription pour la restauration d’un édifice cultuel, abondée par la Fondation, soit complétée par un mécénat national, ou par le mécénat d’une entreprise industrielle ou commerciale de proximité, soucieuse de participer à la vie de son territoire qui est aussi celui de ses clients, de ses fournisseurs et de ses salariés.

Ces chiffres et ces mobilisations conjuguées confirment qu’on n’a jamais autant restauré les églises et autres édifices religieux français qu’on le fait aujourd’hui ; jamais autant et jamais aussi bien, sous le contrôle des corps d’Etat compétents et grâce au talent des entreprises du bâtiment et des métiers d’art qui trouvent là l’opportunité d’exercer et de développer leurs savoir-faire, de le faire connaitre et de le transmettre aux générations suivantes. Par les emplois qualifiés, gratifiant et non délocalisables qu’elles représentent, ces entreprises participent à la vie économique et sociale des territoires.

UNE COURTE HISTOIRE POUR ILLUSTRER CES DIRES

© Fondation du Patrimoine - Tous droits réservé

En 2009, le maire de Vézannes, Daniel Copin, soutenu par son conseil municipal, souhaite sauvegarder et restaurer son église paroissiale Saint-Cyr Sainte Julitte, merveilleux témoin patrimonial et architectural du Pays du Tonnerrois, initié dans la première partie du Xème siècle. Des travaux s’imposent : restauration de la charpente, de la couverture et de la voûte lambrissée. Une facture de 300.000 €.

Cependant, touchée par le déclin démographique, Vézannes est aujourd’hui la 4e commune la moins peuplée du département de l’Yonne et ne compte plus que 46 habitants…

En novembre 2009, Monsieur Copin signe une convention de souscription avec la Fondation du patrimoine. Envers et contre tous, il endosse son habit de pèlerin, va frapper à toutes les portes, et mobilise les donateurs bien au-delà de sa population. Un tel engagement a permis à la commune de remporter en 2011 le 1er Prix du Mécénat populaire doté de 5.000 €, décerné par la Fondation du patrimoine chaque année à l’occasion du Salon des Maires.

La Fondation du patrimoine abonde également sa souscription d’une somme de 8.000 € provenant du mécénat de la Fondation Bettencourt-Schuller.

En mars 2014, la souscription est clôturée. Le porteur de projet s’est démené tant et si bien qu’il a réussi à collecter 40.000 € provenant de… 150 donateurs ! C’est ainsi que la délégation Bourgogne de la Fondation du patrimoine a pu abonder le projet d’une subvention complémentaire de 19.000 €. Pour la restauration de son église, la commune a réussi à bénéficier également d’aides publiques.

Le financement global de ses travaux est le suivant :

  • • Fondation du patrimoine : 24 %
  • • Etat : 33 %
  • • Conseil Général : 25%
  • • Région : 10 %
  • • Fonds européens : 4 %

Soit un total représentant 96 % du montant des travaux. La part restant à la charge de la mairie n’est plus que de 4 %.

En mars dernier, une nouvelle convention de souscription a été signée entre la Fondation du patrimoine et la commune pour la restauration de la toiture de la nef de l’église.

En savoir plus sur www.fondation-patrimoine.org

Commentaires via facebbok
(43 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz