Hôtel de la Marine : La cour des comptes renonce

Pocket
Article pouvant être lu en 1 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

PARIS

hotelmarine

Reçu ce jour ce communiqué :

Hôtel de la Marine : la cour des comptes renonce à y occuper des bureaux

La perspective du départ de l’état-major de la marine sur le site de Balard a provoqué une réflexion sur le devenir du site de l’Hôtel de la Marine. Cette réflexion avait conduit à envisager que la Cour des comptes, située à proximité immédiate du bâtiment, installe une partie de ses effectifs (aujourd’hui logés dans deux bâtiments de l’État qui alors auraient été cédés) au sein de la partie banale, c’est-à-dire à usage de bureaux, de l’Hôtel de la Marine.

Le Président de la République a confié au président du Centre des monuments nationaux (CMN), Philippe Bélaval, la mission de gérer l’Hôtel de la Marine lorsque les militaires l’auront quitté. M. Bélaval a rendu un rapport permettant de fonder une décision publique sur ce dossier. Il ressort de cette étude que la prise en compte des besoins de la Cour rendrait moins productive la valorisation locative du reste de l’ensemble de bureaux et entraînerait de ce fait un déséquilibre financier de l’ensemble de l’opération.

Au vu de cet impact négatif, le Premier président de la Cour des comptes a estimé qu’il était de l’intérêt général que la Cour ne sollicite pas cette occupation

 

Logo des juridictions financières

 

(117 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

2
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
RAYNAUDLuc Boutet Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
RAYNAUD
Invité
RAYNAUD

En tant qu’officier de marine, à la retraite, je suis sensible au devenir de ce patrimoine. Je m’inquiète car 2015 c’est demain, et toujours pas de repreneur ou d’avenir pour ce bâtiment et de ce qu’il contient. C’est pour le moins surprenant…

Luc Boutet
Invité

Voilà un avis de la cour des compte, qui a de sérieuses chances d’être suivi d’effet.
Pour une fois !