Les Français, leurs églises et l’argent public

Partagez l'information

PATRIMOINE RELIGIEUX – POLITIQUE

Lu sur le site de Valeurs actuelles :

Patrimoine : le temps du mépris

 Une église détruite dans le Tarn. La déomlition de ces édifices séculaires constitue souvent un crève-coeur pour les habitants. Photo © MaxPPP

Une église détruite dans le Tarn. La déomlition de ces édifices séculaires constitue souvent un crève-coeur pour les habitants. Photo © MaxPPP

Désengagement. Malgré l’attachement des Français, églises, châteaux et monuments pâtissent des coupes budgétaires du ministère de la Culture. Une filière économique est en danger.

(…) Les Français sont pourtant très attachés à leurs églises : ils refusent leur destruction quand ils sont consultés, comme l’ont prouvé les référendums locaux organisés l’an dernier par deux municipalités des Côtesd’Armor, Plouagat et Plounérin — cette dernière étant communiste. « Les catholiques ne sont pas les seuls à se mobiliser, souligne Maxime Cumunel : nous recevons des appels de personnes qui se disent athées, d’autres de confession musulmane pour nous signaler des églises à l’abandon ! » Heureusement, bon nombre d’associations font un travail admirable, qui permet la sauvegarde d’édifices remarquables (lire notre encadré).

Lire la suite sur le site de Valeurs Actuelles

 

Mardi 15 juillet 2014

3 réponses pour “Les Français, leurs églises et l’argent public”

  1. Redigé par Luc Boutet:

    Les verres à moitié plein. Les trains qui arrivent à l’heure. Les familles unies où trois générations (parfois 4 !) se retrouvent le dimanche pour dévorer, ensemble, le traditionnel poulet-frites. Des jeunes, qui ne se droguent pas, travaillent bien en classe et vont aux JMJ. En un mot : tout ce qui va « BIEN » ! Et dont les médias ne parlent jamais !
    Je souhaite prendre – un peu – à contre-courant mon magazine préféré : « Patrimoine : le blog ». Correspondant Local de Presse (CLP) je « couvre » l’actualité de mon canton (Canton d’Evran dans les Côtes d’Armor). Dans ce petit canton de 6.500 habitants, il existe une petite commune Tréfumel (la + petite : 270 ha) qui vient de réussir la rénovation et la sauvegarde de son église du 11ème siècle : Saint-Agnès. Pour cette municipalité, qui a un budget annuel de moins de 180.000 €, l’opération menée a eu un coût de plus de 800.000 €. Bien sûr la Région, le Conseil Général, divers organismes d’Etat ont prêté leurs concours. Francis Reynes, le Maire de Tréfumel a fait preuve d’ingéniosité, de pugnacité et d’habileté pour mener à bien cette rénovation spectaculaire. Cette merveille, aux Pays des Faluns, qu’est Saint Agnès a été sauvée. Il reste encore a mener à bien, la rénovation d’une vingtaine de statues en bois, polychromes, dont le coût est d’environ 50.000 €. Le Maire est à la manœuvre. Le projet sera mené jusqu’au bout : chapeau bas !
    La preuve que quand on veut … on peut !

  2. Redigé par Benoît de Sagazan:

    Merci de cette bonne nouvelle qui, comme vous le dites si justement, « prouve que, quand on veut, on peut ».

  3. Redigé par BRUYERE Michel:

    Les associations diocésaines d’art sacré font l’inventaire des objets du culte et biens mobiliers dans les églises  » louées  » par les communes propriétaires aux prêtres catholiques – profitons de ce formidable outil qu’est Google+ pour faire connaître en plus de l’action de Mr Benoît de Sagazan, au moins les plus beaux édifices qui ont besoin de travaux de sauvegarde et sensibiliser le public, obliger progressivement les élus (commune, département, région, Etat) à participer
    Je suis membre d’une association qui a restauré une première chapelle milieu XIXème et les mêmes habitants du lieu (artisans, agriculteurs, retraités…) travaillent au moins à couvrir et fermer une deuxième chapelle XVème siècle. Pas de bla bla, à la force des bras, dons de particuliers et chèques importants d’une banque locale pour les achats de matériaux.

Laisser un commentaire


EmailEmail
Google Analytics Alternative