Des églises vendues en Haute-Garonne

Pocket
Article pouvant être lu en 2 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

HAUTE-GARONNE

Lu dans la Dépêche du Midi

Églises et chapelles : pour résider ou travailler !

La façade florentine de l'ex église des allées Jaurès telle qu'elle sera après restauration/Doc Taillandier architecte.

La façade florentine de l’ex église des allées Jaurès telle qu’elle sera après restauration/Doc Taillandier architecte.

 

Des dizaines d’édifices religieux sont menacés de ruine surtout dans les petites communes rurales. Certains retrouvent une seconde vie, transformés en lofts, en gîtes ou en bureaux.

Plus de deux mille édifices religieux seraient menacés de disparaître en France. Beaucoup de chapelles ou d’églises, souvent abandonnées, appartiennent à des petites communes rurales qui n’ont pas les moyens de les entretenir et n’hésitent pas à les démolir pour faire place à un gymnase ou à un autre équipement plus «utile».

Depuis la loi de 1905 de séparation de l’Église et de l’état, en effet, les édifices religieux appartiennent le plus souvent aux communes. Celles-ci n’hésitent pas non plus à s’en défaire en les vendant à des particuliers ou à des professionnels qui les transforment en habitation ou en local professionnel. Même l’archevêché se sépare, parfois, d’un de ses rares biens ecclésiastiques, quand il n’en a plus l’utilité.

C’est le cas à Toulouse avec l’ex église Notre-Dame des Grâces, allées Jean-Laurès, que le diocèse a vendu au promoteur Kaufman et Broad qui y réalise son siège régional, véritable showroom immobilier.

Dans le Comminges, la petite commune de Cassagnabère-Tournas a vendu, 100 000 €, une chapelle en ruine un peu à l’écart du village à un Breton passionné de vieilles pierres. Celui-ci a sauvé le bâtiment de la destruction et en a restauré le gros-oeuvre, après y avoir dépensé 300 000 €, dit-il. Et oui, restaurer un tel monument coûte cher. Pris par d’autres projets, le restaurateur passionné, catholique convaincu, remet en vente l’ensemble à finir de restaurer, pour 230 000 €.

Habiter ou travailler dans un ancien lieu de culte n’est pas si rare que cela. Ce serait même tendance…

Lire la suite sur la Depeche.fr

 

(131 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de