Deux clochers à sauver dans une commune picardeArticle pouvant être lu en 1 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

SOMME

Lu dans le Courrier Picard, la question des églises dans une commune qui en compte deux :

Nos très chères églises

Auparavant pivot central de la vie des communes, les églises ont été délaissées par les habitants, abîmées par le temps. Pourquoi les conserver et à quel coût ?

L’église n’est plus le cœur du village. Au fil des années, les paroissiens se sont faits rares, les loisirs se sont multipliés, les habitants ont délaissé la place commune pour le chacun chez-soi. Mais les églises sont restées. Fragiles monuments, nécessitant un entretien constant et coûteux.

S’il est une commune emblématique de cette difficulté à conserver les églises, c’est bien Étricourt-Manancourt. Le petit village aux deux clochers avait suscité l’émoi en proposant de n’en garder qu’un, laissant le temps détruire l’autre. Problème : «  Chacun était prêt à se séparer d’une église. À condition que ça ne soit pas la sienne  », raconte le maire Jean-Pierre Coquette. Devant la grogne et l’impossibilité de trancher pour Saint-Martin, à Manancourt, ou Saint-Michel, à Étricourt, la municipalité a décidé… de conserver les deux. « Mais elles commencent à se dégrader, elles ont toutes deux besoin de gros travaux. »…

Lire la suite sur le site du Courrier Picard

Son également mentionnées dans l’article les églises Saint-Martin d’Harbonnières et Saint-Éloi de Vauvillers, ainsi que l’église art-déco de Roisel.

Commentaires via facebbok
(33 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz