Bernard Devert : Les journées du patrimoine, école de l’avenir

Pocket
Article pouvant être lu en 4 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

 

TRIBUNE

Reçue cette demande de publication de tribune signée par Bernard Devert, président-fondateur du mouvement de lutte contre le mal logement, Habitat et Humanisme, écrite à l’occasion des journées du Patrimoine, offrant un nouveau regard sur ce week-end. Je la publie bien volontiers :

Bernard Devert

Bernard Devert

« Les journées du patrimoine, l’école de l’avenir

Le succès de ces journées ne se dément pas. Dans ces temps incertains pour s’inscrire dans un clair-obscur, l’histoire rassure et apaise les doutes. Ernest Renan ne définissait-il pas la nation par le fait d’avoir fait des grandes choses ensemble et de vouloir en faire encore.

Le patrimoine, du latin patrimonium fait de nous les héritiers de ces grandes et belles choses. Les biens sont d’une telle qualité qu’ils laissent transparaître la foi, la capacité de création de nos aïeux jusqu’à nous interroger: comment ont-ils pu oser, risquer l’impossible. Ils l’ont fait.

La visite de ce patrimoine fait traverser les siècles, non point pour rester dans le souvenir, mais pour nous éveiller à notre responsabilité, que laisserons-nous en héritage.

logo Habitat et humanisme

Habitat et humanisme

A La Rochelle, ce samedi, j’avais la joie d’accompagner «Habitat et Humanisme Charente-Maritime», présidée par Gilles de Bohan. L’association présenta à plusieurs milliers de personnes le monastère Saint Augustin situé dans l’hyper-centre de la ville. Ces bâtiments abritèrent pendant plus de six siècles des moines et des moniales.Les dernières religieuses ont décidé en concertation avec l’évêque du diocèse, Mgr Bernard Housset, qui présida et anima Diacona, de se rapprocher de notre Mouvement pour réaliser un béguinage, des logements intergénérationnels et un accueil de personnes défavorisées en lien avec le Secours Catholique.

Surtout, dirent quelques-uns avec crainte mais bienveillance, ne touchez à rien: j’ai fait dans ce monastère ma communion, mes grands-parents ont étudié dans cette belle maison conventuelle. D’autres au contraire se réjouissaient de la décision de la Communauté religieuse et du Père Evêque, témoignant de l’espérance du Pape François qui dans son exhortation apostolique La Joie de l’Evangile demande de «prêter attention aux nouvelles formes de pauvreté et de fragilité dans lesquelles nous sommes appelés à reconnaitre le Christ souffrant, même si, en apparence cela ne nous apporte pas des avantages tangibles et immédiats.» Comme elles sont belles, dit François, les villes qui dépassent la méfiance malsaine et intègrent ceux qui sont différents et qui font de cette intégration un nouveau facteur de développement.

Le patrimoine ne peut être enfermé dans des musées; d’aucuns sont nécessaires mais que de magnifiques bâtiments doivent se présenter comme des biens suscitant les liens de l’inespéré pour offrir les conditions d’une estime de l’autre, jamais étrangère à celle de soi. Quand le patrimoine est affecté à la lutte contre l’indifférence, ne rejoignons-nous pas nos aînés qui n’ont point ménagé leur peine, leurs talents pour créer les conditions de l’émerveillement qui participe à ce supplément d’âme si nécessaire pour que l’homme s’humanise.

La Bible, patrimoine d’humanité, nous partage l’interrogation du Créateur : qu’as-tu fait de ton frère. En serais-je le gardien répond cyniquement Caïn pour n’avoir pas compris que l’homme est la plus belle des cathédrales, un joyau pour le Père.

L’intérêt de ces journées du patrimoine ne témoignerait-il pas d’une recherche de sens pour apprendre à habiter l’histoire comme berceau de notre avenir. »

Bernard Devert
Septembre 2014

Lire aussi sur le site de Sud Ouest, l’histoire mouvementée de ce couvent dont voici un extrait :

« Et en 1628, à l’issue du grand siège, les Augustins reviennent dans leur couvent. Ils entreprennent en 1654 la reconstruction du cloître et de la chapelle, qui sera consacrée en 1660. Les moines augustins occupent le lieu jusqu’en 1791. L’ensemble immobilier est racheté en 1804 par la congrégation des Ursulines, qui sont rejointes en 1835 par les sœurs de Chavagnes pour y installer l’Institution Sainte-Eustelle (…). La chapelle possède un très beau retable à colonnes corinthiennes et le cloître est le seul de la ville à être voûté d’arêtes et surmonté d’une galerie. »

Sur le site de l’inventaire quelques iomages du couvent des Augustins à La Rochelle

(92 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Beaudoin Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
Beaudoin
Invité
Beaudoin

M. Devert peut-il expliquer le fonctionnement d’un béguinage. Une explication de ce mot du patrimoine social pourrait compléter cette belle initiative qui préserve et habite un bâti urbain historique. Une bénévole qui s’attache à faire connaitre et comprendre le patrimoine. Merci pour votre éventuel complément.