La tête du gisant de Jeanne de Bourbon, retrouvée ?

Pocket
Article pouvant être lu en 4 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

PARIS

Jeudi 11 décembre à 15h, la Maison de Ventes Piasa mettra aux enchères une tête en marbre pouvant être celle du gisant de Jeanne de Bourbon, épouse du roi Charles V

Tête supposée du gisant de Jeanne de Bourbon, épouse du roi Charles V (Maison Piasa)

Coiffée selon la mode du temps de Charles V, cette tête pourrait se révéler être celle de Jeanne de Bourbon, l’épouse du roi dont le gisant est toujours à la Basilique Saint-Denis. (maison de ventes Piasa)

(D’après le communiqué de presse) Au cous de cette vente consacrée aux objets de Haute époque, l’événement de la vente sera cette tête de gisant en marbre, vers 1370/1380, attribuée à Jean de Liège ou à son atelier revêtant une importance historique. Cette tête féminine – à la coiffure en tresses suivant la mode de cette époque – pourrait être en effet celle du gisant de Jeanne de Bourbon, épouse du roi Charles V.

Il demeure seulement dans la Basilique de Saint-Denis, comme on le sait, le gisant du roi provenant du tombeau du couple royal vandalisé à la Révolution ainsi que quelques fragments conservés au musée du Louvre. Mais rien n’avait été retrouvé jusqu’ici du gisant de la reine. Il s’agirait donc d’une découverte majeure.

Cette tête, bien conservée malgré de légers accidents au nez et aux lèvres, a été détachée volontairement d’un important gisant. Ses dimensions en rapport avec celles de la tête du gisant de Charles V, son style se référant à l’art de Jean de Liège, sculpteur de nombre des visages féminins de la famille royale, sa couronne de marbre destinée à recevoir une parure d’orfèvrerie à l’image du dessin du tombeau relevé par Gaignières vers 1700 et enfin ses graffitis de même nature que ceux observés sur les tombeaux de Saint-Denis incite à penser au gisant de Jeanne de Bourbon.

Plusieurs raisons militent en faveur à la partenance au cercle royal. Jean de Liège, en effet, a exercé son activité en tant que tombier essentiellement auprès de Jeanne d’Evreux, femme de Charles IV le Bel, de Charles V ou de certains proches comme Philippe d’Aulnoy qui était son maître d’hôtel. Les dimensions de cette tête (hauteur 23 cm) la placent comme la plus grande des têtes féminines connues qui mesurent quant à elles entre 17,5 cm pour Jeanne de France et 21,5 cm pour Blanche de Navarre, ce qui la rattache à une personne de haut rang à l’image du roi Charles V dont la tête est de taille comparable.

Description de la pièce :

Importante tête de gisant de femme en marbre sculpté. Ile-de-France, attribuée à Jean de Liège ou à son atelier, vers 1370/1380. Visage avec large et haut front bombé, yeux en amande aux paupières inférieures gonflées, lèvres minces aux commissures légèrement marquées, menton rond et alourdi ; coiffure élaborée avec double tresses de chaque côté des tempes retournées en angle droit vers l’arrière et laissant visible l’extrémité du lobe de l’oreille ; ces tresses sont séparées des joues par un ornement à décor de chevrons allant en s’évasant vers le bas et s’arrêtant au niveau des oreilles ; mince couronne à la bordure dessinant des merlons, percée de deux trous au-dessus
des tempes et d’un trou au centre à l’arrière du merlon médian. Nombreux graffitis, certains très anciens dont plusieurs croix gravées sur le front. Arrière de la tête montrant des traces de sciage de chaque côté avec arrachage de la partie centrale.
  • Hauteur : 23 cm
  • Largeur : 21 cm
  • Profondeur : 19 cm

(petits accidents au nez et aux lèvres, manques aux bas des tresses, quelques griffures)

Provenance : collection d’un industriel belge (acquise depuis plus de cinquante ans et demeurée dans la famille)

Coiffée selon la mode du temps de Charles V, cette tête pourrait se révéler être celle de Jeanne de Bourbon, l’épouse du roi dont le gisant est toujours à la Basilique Saint-Denis. Il ne reste en effet de celui de la reine, détruit à la Révolution, que les fragments de l’entourage du tombeau à décor d’arcatures visibles au musée du Louvre.

Estimation sur demande

En savoir plus sur la vente sur le site de la maison Piasa 

Résultat de la vente de la tête du gisant (Jeanne de Bourbon ?) :

La tête d’un gisant adjugée plus d’un million d’euros (ledauphine.com 12/12/2014)

 

(1 169 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de